Chansons posthumes de Pierre-Jean de Béranger/Mes fleurs

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Mes fleurs.

L’Or  ►


MES FLEURS


Air : Charmant ruisseau. (Air noté )


Modestes fleurs, empressez-vous d’éclore :
Déjà bien vieux, j’ai hâte de vous voir.

De votre éclat, vite, égayez l’aurore ;
De vos parfums, vite, embaumez le soir.

bis.


Fleurir demain serait trop tard peut-être :
Pour les vieillards tout flot cache un écueil.
Ce beau soleil qui vous invite à naître
Peut, dès demain, briller sur mon cercueil.


Le choléra revient, affreux vampire,
Typhus vengeur de l’Indien opprimé.
Éclosez donc, fleurs ; que du moins j’aspire
Son noir venin dans un air parfumé.

Grondent encor les canons dans la ville ;
D’horribles cris nos échos sont tremblants !
Si jusqu’ici vient la guerre civile,
Croissez, mes fleurs, entre ses pieds sanglants.

Fleurs, vous aussi, vous avez vos souffrances.
Le ver est là, le vent peut accourir.
Moi, qui longtemps ai vécu d’espérances,
Que de boutons j’ai vus ne pas fleurir !

Ne craignez pas que ma main vous moissonne :
Vieux, je n’ai plus de bouquets à donner ;
De vous mon front n’attend plus de couronne ;
Je pars en roi qu’on vient de détrôner.

Las du combat, des folles théories,
Las de nombrer les taches du soleil,
Que n’ai-je enfin, sous vos tiges fleuries,
Un lit creusé pour mon dernier sommeil !

Mais, près de vous, fleurs au tendre langage,
Si de ma mort ici j’atteins le jour,
Puisse un parfum, souvenir du jeune âge,
Ce jour encor me reparler d’amour !

Modestes fleurs, empressez-vous d’éclore :
Déjà bien vieux, j’ai hâte de vous voir.
De votre éclat, vite, égayez l’aurore ;
De vos parfums, vite, embaumez le soir.



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :

Air : Charmant ruisseau, le gazon de tes rives.

No 409.



\relative c'' {
  \time 6/8
  \key c \major
  \tempo "Andantino."
  \autoBeamOff
  \set Score.tempoHideNote = ##t
    \tempo 4 = 100
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
c4. d8[ (e)] d | c4 g'8 g4 g8 
e4. d8[ (e d)] c4 (e8) d4 r8 | c4. d8[ (e)] d 
c4 g'8 g4 g8 | e4. d8[ (e d)] | c4.~ c4 r8 
e4. f4 f8 | e4. r4 f8 | g4 g8 f4 f8 | c4. (f4) r8 
% {page suivante}
d4. e4 e8 | d4. r4 e8 | f4 f8 e4 g8 
d4.~ d4 r8 | c4. d8[ (e)] d | c4 g'8 g4 g8 
e4. d8[ (e d)] | c4 (e8) d4 r8 | c4. d8[ (e)] d 
c4 g'8 g4 g8 | e4. d8[ (e d)] | c4.~ c4 r8 \bar "||"
}
\addlyrics {
Mo -- des -- tes fleurs, em -- pres -- sez- vous d’é -- clo -- "re :"
Dé -- jà bien vieux, j’ai hâ -- te de vous voir.
De votre é -- clat, vite, é -- ga -- yez l’au -- "ro -- re ;"
De vos par -- fums, vite, em -- bau -- mez le soir.
De votre é -- clat, vite, é -- ga -- yez l’au -- ro -- "re ;"
De vos par -- fums, vite, em -- bau -- mez le soir.
}

Haut