Chefs-d’œuvre poétiques des dames françaises/Marie de France

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

MARIE DE FRANCE.


Cette femme est l’une des premières de son sexe qui aient fait des vers français, et occupe un rang distingué parmi les poètes anglo-normands, dans les écrits desquels on devait espérer de trouver quelques renseignements sur ce qui la concerne ; mais tous, à l’exception de Denys Pyramus, qui d’ailleurs en dit peu de chose, ont gardé un profond silence sur cette muse, bien supérieure à son siècle par ses lumières, par ses sentiments et par le courage qu’elle eut de dire la vérité à des oreilles mal disposées ou peu accoutumées à l’entendre. Marie naquit en France, comme l’indique son nom ; mais elle a laissé ignorer dans quelle province elle avait reçu le jour et les raisons qui l’avaient déterminée à passer en Angleterre, où elle a composé tous ses ouvrages. Il y a cependant tout lieu de croire que Marie était née dans la Normandie. On voit par les notes jointes aux Œuvres de Clotilde de Surville, publiées en 1826 par MM. Charles Nodier et de Roujoux, que M. de Surville a fixé (on ne sait d’après quels documents) la naissance de Marie de France en 1200, et sa mort en 1268. Il est à regretter que les écrits de cette femme célèbre n’aient jeté aucune clarté sur sa vie privée, sur le nom et sur le rang de sa famille.

Les premières productions de Marie sont une collection de lais en vers français qui renferment plusieurs histoires ou aventures galantes arrivées à de vaillants chevaliers. Ces lais, qui sont au nombre de quatorze, se trouvent avec la traduction en prose dans le premier volume du recueil des poésies de Marie de France, publié en 1820 par B. de Roquefort ; nous nous bornons à rapporter le prologue qui les précède.

Les fables de Marie, au nombre de cent trois, composées avec cet esprit qui pénètre les secrets du cœur humain, se font remarquer surtout par une raison supérieure, par un esprit simple et naïf dans le récit, et par une justesse fine et délicate dans la morale et les réflexions. On y retrouve cette simplicité de style particulière à nos romans anciens, et qui fait douter si La Fontaine n’a pas plutôt imité notre auteur que les fabulistes d’Athènes et de Rome.

La dernière production de Marie de France est le conte du Purgatoire de Saint-Patrice, traduit du latin et mis en vers français. Ce conte et les fables de Marie (dont nous donnerons quelques-unes avec le prologue et l’épilogue, qui ont trait aux fables) composent le second volume du recueil de M. de Roquefort.


PROLOGUE.

CONTENANT LA DEDICACE DES LAIS DE CETTE MISE.


Ki Deus ad doné en science,
De parler la bone éloquence,
Ne s’en deit taisir ne celer,
Ainz se deit volunters mustrer.
Quant nus granz biens est mult oïz,
Dunc à per-mesmes est-il fluriz ;
E quant loez est de plusurs
Dunc ad espandues ses flurs.

Custume fut as ansciens
Ceo le tesmoine Prescieu,
Es livres que jadis feseient,
Assez obscurement diseient,
Sur ceus ki à venir esteient
Et ki aprendre les deveient,
Ki puessent glosser la lettre
E de sur leur sen le surplus mettre ;
Li philosophe le saveient
Et par eus mesmes entendeient
Cume plus trespassèrent le tens,
E plus furent sutil de sens,
E plus se savèrent garder,
De ceo ki est è trespasser.
Ki de vice se volt défendre

Estudier deit è entendre ;
E grevos ovres comencier,
Par se puet plus esloignier,
E de grant dolur délivrer,
Pur ceo començai à penser
D’aukune bone estoire faire,
E de latin en romaunz traire ;
Mais ne me fust guaires de pris
Tant se sunt altres entremis.
Des Lais pensai k’oï aveie
Ne dutai pas, bien le saveie,
Ke pur remanbrance les firent
Des aventures k’il oïrent,
Cil ki primes les comencièrent,
Et ki avant les romancièrent :
Plusurs en ai oï conter,
Ne voil laisser ne s’oblier ;
Rimez en ai, è fait ditié
Soventes fiez en ai veillié,

En l'honur de vos, nobles reis,
Ki tant estes pruz è curteis,
A ki tute joie s’encline,
Et en ki quoer tuz biens racine,
M’entremis de Lais assembler
Por rime faire è reconter.
En mun quoer penseie è diseie,
Sire, ke vus presentereie ;
Si vus les plaist à receveir,
Mult me ferez grant joie aveir.
A-tus-jurs-mais en serai lie.
Ne me tenez à surquidie,
Si vos os faire icest présent.
Ore ocz le comencement.



PROLOGUE.

DES FABLES DE MARIE DE FRANCE.


Cil ki seivent de trovéure,
Devreient bien mettre leur eure
Es buns livres è ès escris,
E ès essamples, è ès dis,
Ke li filosofe truvèrent,
E escrirent è ramembrèrent
Pur moralité escriveient
Les buns proverbes ke il ooient ;
Ke cil amender se péuissent
E lur entente en bien méissent ;
Si firent li encien père.
Romulus qui fu emperère[1],
A sun fill escrit è mandu,
E par essample li mustru,
Cum il se puist cuntreguetier,
K’hum ne le peust engingnier.

Izopes escrit à sun mestre
Ki bien quenust lui è sun estre,
Unes fables k’il ot truvées
De griec en laitin translatées ;
Mervoille en urent li plusur
K’il mist sun sens en tel labur ;
Mès n’i ad fables, ne folie,
U il n’ad de filosofie

As essamples qui sunt après,
U des cuntes sunt li grant fès.
A moi qui la rime en doit feire
N’avenist noient à retreire,
Plusurs paroles que i sunt.
Meiz ne purquant cil m’en semunt
Ki flourz est de chevalerie[2],
D’anseignemenz de curteisie ;
E quant tex hum n’en ad requise,
Ne voil lessier en nule guise
Que n’i mette traveil è peine ;
Or ke m’en tiegne pur vileine
Mult deit fère pur sa prieière.

Ci cummencerai la primière
Des fables k’Ysopez escrit,
K’à son meistre manda et dist.



FABLE I.

D'UN COC QUI TRUVA UNE GEMME SOR UN FOMEROI[3].


Du coc racunte ki munta
Sour un fémier, è si grata
Selunc nature purchaceit,
Sa viande cum il soleit :
Une chière jame truva,
Clère la vit, si l’esgarda ;
Je cuidai, feit-il, purchacier,
Ma viande sor cest fémier,
Or ai ici jame truvée,
Par moi ne serez remuée.
S’uns rices hum ci vus travast,
Bien sei ke d’or vus énurast ;
Si en creust vustre clartei,
Pur l’or ki a mult grant biantei.
Quant ma vulentei n’ai de tei
Jà nul hénor nauraz par mei.


MORALITÉ.


Autresi est de meinte gent,
Se cut ne vient à lur talent,
Cume dou coc è de la jame ;
Véu l’avuns d’ome è de fame :
Bien, ne hénor, noient ne prisent,
Le pis prendent, le mielx despisent.



FABLE V.

DOU CHIENS È DOU FOURMAIGE[4].


Par une feie ce vus recunt
Passeit un chiens desus un punt ;
Un fourmaige en se geule tint,
Quant il enmi cel punt parvint
En l’aigue vit l’ombre dou fourmaige.
Pur pensa sei en sun curaige
K’il les vuleit aveir an deus,
Iluec fu-il trop cuveiteus.
En l’iaue sunt, sa buche ovri,
E li fourmaiges li chéi,
E umbre vit, è umbre fu,
E sun fourmaige en ot perdu


MORALITÉ.


Pur ce ne deivent custier
Cil ki trop voelent coveitier,
Ki plus coveite que sun dreit
Par li méismes se déceit ;
Kar ce k’il a pert-il suvent
E de l’autrui n’a-il talent.



FABLE XXXV.

D'UN HOMME QUI NE VOLOIT FERE OEVRE[5].


D’un hume voil ici mustrer
E par essample ramembrer ;
De ses mains cunte et de ses piez
Et de sun chief qui ert iriez,
Envers sun ventre k’il purta
Por lur gaaing que il gasta
Qant il ne volst rien traveillier
Se li tolirent le mengier
Mais kant li ventres géuna
Hastiwement s’afebloia,
E mains è piez, qu’il ne pooient
Si traviller cum il suloient.
Qant le grant fobleté sentirent,
Mangier è boivre au ventre uffrirent.
Mais trop l’orent fet géuner
Si qu’il ne pooit riens guster ;
Li ventres revet au neent
E mains è piez tut ensement


MORALITÉ.


Cest essample puet-om véoir.
Chascuns franz-hums le doit savoir,
Nus ne puet mie aveir honour
Qui hunte fet à sengnour,
Ne li sires tut ensement
Pur qu’il voille honir sa gent
Se l’nns à l’altre en ert fallis
Andui en èrent mal-ballis.



FABLE LXVIII.

DOU LION MALADE ET DOU GOUPIL[6].


Uns liuns fu mult travelliez
E de courre mout anuiez,
En une grave fist sun lit
Bien fu malades à sun dit.
Les bestes fist à sei venir
Car il voleit, ce dist, chosir
Qui miex purreit el bos cachier
E sa viande li pourcachier.
Li unes è autres si mandeit,
Les occicit è déwoureit ;
Mix les voleit einsi mengier
Qu’après courre et travillier.
Li gourpix fu aveuc alez
Hors de la grave est arestez,
Des novelles voleit oïr
Ainz qu’il vausist avant venir.
Li lions cil si esgarda,
Iréement li demanda
Purquoi ne volt venir avaunt,
Li golpilz li respunt à-taunt :
Sire, fet-il, ni ose entrer,
Car n’en vois nule returner
Des bestes qui ainc y entrèrent
E pur vus véir i alèrent.


MORALITÉ.


De cort à roi est ensement,
Tiens y entre légièrement
Mieuz li vaudroit plus loinz ester
Por les novelles escuter.



ÉPILOGUE,

OU

CONCLUSION DES FABLES DE MARIE DE FRANCE.


Au finement de cest escrit,
K’en romanz ai turné et dit,
Me numerai par remumbrance ;
Marie ai nom, si sui de France.
Puet bien estre ke clers plusur
Si prenreient sor eus mun labur ;
Ne voil ke nus sor lui le die
Cil uvre mal qui sei ublie.
Pur amur le cumte Willaume[7],
Le plus vaillant de cest royaume,
M’entremit de cest livre feire
E de l’angleiz en roman treire.
Ysopet apeluns ce livre
Qu’il traveilla et fist escrire ;
De griec en latin le turna.
Li rois Henris qui moult l’ama
Le translata puis en engleiz
E jeo l’ai rimé en franceiz
Si cum gel’truvai premièrement.
Or prie à Dieu omnipotent
Que tel œuvre me laist enprendre,
Avant que puisse l’ame rendre.
La-suz en paradiz tut dreit
Dites Amen ke Deus l’ottreit.



TRADUCTION
DU
PROLOGUE DES LAIS DE MARIE DE FRANCE,

PAR B. DE ROQUEFORT.


Ceux à qui le ciel a départi le talent oratoire, loin de cacher leur science, doivent au contraire révéler leur doctrine et la propager. L’homme qui publie les bons exemples, est alors bien digne d’estime ; aussi est-il loué de tous dès l’instant où il les met en pratique. D’après le témoignage de Priscien[8], on voit qu’il était d’usage parmi les écrivains de l’antiquité, de placer parfois dans leurs ouvrages des passages obscurs, dans le dessein d’embarrasser ceux qui, par la suite, voudraient les étudier et les interpréter. C’est par cette raison que les philosophes qui les entendent parfaitement, parce qu’ils ont consacré leur temps à cette étude, s’attachent à commenter et à expliquer ce qui pourrait paraître diffus. Les philosophes savent se garantir de faire ce qui est mal, et ceux qui désirent marcher sur leurs traces doivent étudier et s’instruire, se donner de la peine pour en recueillir le fruit. D’après les exemples qui viennent d’être rapportés, j’avais eu d’abord l’intention de traduire quelque bonne histoire du latin en français ; mais je m’aperçus bientôt que beaucoup d’autres écrivains avaient entrepris un semblable travail, et que le mien offrirait un faible intérêt. C’est alors que je me déterminai à mettre en vers d’anciens lais que j’avais entendu raconter. Je savais, à n’en pouvoir douter, que nos aïeux les avaient écrits ou composés pour garder le souvenir des aventures qui s’étaient passées de leur temps. J’en ai entendu réciter plusieurs que je ne veux pas laisser perdre ; c’est pour cela que j’ai entrepris de les mettre en vers, travail qui m’a coûté bien des veilles.

C’est par vos ordres, noble prince[9], si preux et si courtois, vous qui possédez toutes les qualités du cœur et de l’esprit, que j’ai rassemblé les lais que j’ai traités. Aussi la reconnaissance me fait-elle un devoir de vous en faire l’hommage ; je n’éprouverai jamais de plaisir plus grand, si vous daignez l’accepter, et ne perdrai jamais le souvenir de cette faveur. Veuillez ne pas m’accuser de présomption si j’ose vous offrir mon travail, et daignez en écouter le commencement.




  1. Romulus, traducteur des fables d’Ésope, ou plutôt copiste de celles de Phèdre, qu’il a mises en prose.
  2. Il s’agit ici de Guillaume, surnommé Longue-Épée, fils naturel de Henri II , roi d’Angleterre, crée comte de Salisbury et de Romare par Richard-Cœur-de-Lion, et mort en 1226.
  3. La Fontaine, liv. i, fable xx, le Coq et la Perle.
  4. La Fontaine, liv. vi, fable xvii, Le Chien qui lâche sa proie pour l’ombre.
  5. La Fontaine, liv. iii, fable xi, les Membres et l’Estomac.
  6. La Fontaine, liv. vi, fable xiv, le Lion malade et le Renard.
  7. Guillaume Longue-Épée. (Voir le prologue des fables.)
  8. Priscien de Césarée, en latin Priscianus, célèbre grammairien du VIe siècle, qui vint enseigner à Constantinople, où il s’acquit une brillante réputation.
  9. Henri III, roi d’Angleterre.