Rutebeuf - Oeuvres complètes, 1839/De mesire Gefroy de Sargines

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Texte établi par Achille Jubinal Chez Édouard Pannier (1pp. 64-70).

DE MESIRE GEFROY DE SARGINES,
OU CI ENCOUMENCE

La Complainte de Mgr Joffroi de Sergines,

ou
DE MONSEIGNEUR JEUFROI DE SARGINES[1].


Mss. 7218, 7633, 7615.


Séparateur


Qui de loial[2] cuer et de fin
Finement[3] jusques en la fin
A Dieu servir defineroit,
Qui son tens i afineroit
Finement devroit definer
Et de légier[4] vers Dieu finer.
Qui le sert de pensée fine
Cortoisement en la fin fine,
Et por ce se sont rendu maint
Qu’envers celui qui lasus maint
Puissent finer cortoisement.
S’en vont li cors honteusement,
Ce di-je por relegieus,
Que chascuns d’els n’est pas prieus,
Et li autres r’ont geté fors

Le preu des âmes por le cors,
Qui riens plus ne vuelent conquerre,
Fors le cors honorer sor terre.
Issi est partie la riègle
De cels d’ordre et de cels du siècle[5] ;
Mès qui porroit en lui avoir
Tant de proèce et de savoir[6]
Que l’âme fust et nete et monde
Et li cors honorez el monde,
Ci auroit trop bel avantage ;
Mès de cels n’en sai-je c’un sage,
Et cil est plains des Dieu doctrines.
Mesires Giefroiz de Surgines
A non li preudom que je nomme,
Et si le tiennent à preudomme
Empereor et roi et conte
Assez plus que je ne vous conte.
Toz autres ne pris .ij. espèches
Envers lui, quar ses bones tèches
Font bien partout à reprouchier[7].
De ses tèches vous vueil touchier
.J. pou selonc ce que j’en sai ;
Quar qui me metroit à l’essai
De changier âme por la moie,
Et je à l’eslire venoie,
De toz cels qui orendroit vivent,
Qui por lor âme au siècle estrivent,
Tant quièrent pain trestoz deschaus[8]

Par les granz frois et par les chaus,
Ou vestent haire, ou çaignent corde,
Ou plus facent que ne recorde,
Si penroie ainz l’âme de lui[9]
Plus tost, je cuit, que la nului[10].
D’endroit du cors, vous puis-je dire
Que qui me mestroit à l’eslire
L’un des bons chevaliers de France
Ou du roiaume, à ma créance,
Jà autre de lui n’esliroie.
Je ne sai que plus vous diroie,
Tant est preudom, si com moi sanble,
Qui a ces .ij. choses ensanble[11],
Valor de cors et bonté d’âme.
Garant li soit la douce Dame,
Quant l’arme du cors partira,
Qu’ele sache quel part ira,
Et le cors ait en sa baillie,
Et le maintiengne en bone vie !
Quant il estoit en cest païs
(Que ne soie por fols naïs
De ce que je le lo tenuz),
N’i estoit jone ne chenuz
Qui tant péust des armes fère.
Douz et cortois et débonère
Le trovoit-l’en en son ostel ;
Mès aus armes autre que tel
Le trovast li siens anemis

Puis qu’il s’i fust meslez et mis.
Mult amoit Dieu et sainte Yglise ;
Si ne vousist en nule guise
Envers nului foible ne fort,
A son pooir mesprendre à tort.
Ses povres voisins ama bien :
Volontiers lor donoit du sien,
Et si donoit en tel manière
Que miex valoit la bele chière
Qu’il fesoit au doner le don
Que li dons. Icil bons preudom,
Preudomme crut et honora,
N’ainz entor lui ne demora
Faus losengier puis qu’il le sot ;
Quar qui ce fet, je l’ tieng à sot.
Ne fu mesliz, ne mesdisanz,
Ne vanterres, ne despisanz.
Ainz que j’éusse raconté
Sa grant valor ne sa bonté,
Sa cortoisie ne son sens,
Torneroit à anui, ce pens.
Son seignor lige tint tant chier[12]
Qu’il ala avoec li vengier
La honte Dieu outre la mer :
Tel preudomme doit l’en amer.

Avoec le roi demora là,
Avoec le roi mut et ala,
Avoec le roi prist bien et mal :
L’en n’a pas toz jors tens igal.
Ainz por paine ne por dolor[13]
Ne corouça son Sauvéor :
Tout prist en gré quanqu’il souffri ;
L’âme et le cors à Dieu offri.
Ses conseus fu bons et entiers
Tant comme il fu poins et mestiers,
Ne ne chanja por esmaier.
De légier devra Dieu paier,
Quar il le paie chascun jor.
A Jasphes, où il fet séjor,
Se il est jor de guerroier,
Là veut-il son tens emploier :
Félon voisin et envieus,
Et cruel et contralieus[14]
Le truevent la gent sarrasine,
Quar de guerroier ne les fine.
Sovent lor fet grant envaïe,
Que sa demeure i est haïe.
Dès or croi-je bien cest latin :
Mal voisin donc mal matin.
Son cors lor présente sovent ;
Mès il a trop petit covent.
Se petiz est, petit s’esmaie,
Quar li paierres qui bien paie
Les puet bien sanz doute paier,

Que nus ne se doit esmaier
Qu’il n’ait corone de martir
Quant du siècle devra[15] partir ;
Et une riens les reconforte,
Que puis qu’il sont fors de la porte
Et il ont monseignor Giefroi,
Nus d’els n’ert jà puis en effroi,
Ainz vaut li vins au besoin .iiij ;
Mès sanz lui ne s’osent combatre.
Par lui joustent, par lui guerroient ;
Jamès sanz lui ne se verroient
En bataille ne en estor,
Qu’il font de lui chastel et tor.
A lui s’asenent et ralient,
Quar c’est lor estandart, ce dient.
C’est cil qui du champ ne se meut ;
El champ le puet trover qui veut :
Ne jà por fais que il soustiengne
Ne partira de la besoingne,
Quar il set bien, de l’autre part,
Se de sa partie se part,
Ne puet estre que sa partie
Ne soit tost sanz lui départie.
Sovent assaut et va en proie
Sor cele gent qui Dieu ne proie,
Ne aime, ne sert, ne aeure,
Si com cil qui ne garde l’eure
Que Diex en face son voloir.
Por Dieu fet mult son cors doloir :
Issi sueffre sa pénitance,
De mort chascun jor en balance.

Or prions donques à celui
Qui refuser ne set nului
Qui le veut prier et amer,
Qui por nous ot le mors amer
De la mort vilaine et amère,
En cele garde qu’il sa mère
Commanda à l’évangelistre
Son droit mestre et son droit menistre,
Le cors à cel preudomme gart
Et l’âme reçoive à sa part.
                         Amen.



Explicit de monseignor Giefroi de Surgines.

  1. Voyez, à la fin du volume, la note J, sur Geoffroi de Sargines.
  2. Ms. 7615. Var. Féal.
  3. Ms. 7633. Var. Loiaument.
  4. Ms. 7633. Var. Finement.
  5. Ms. 7615. Var. De gent d’ordre et de gent dou sicle.
  6. Ms. 7615. Var. Tant d’avoir.
  7. Ms. 7615. Var. Nonchier.
  8. Allusion aux Carmes déchaussés, ou déchaux.
  9. Ms. 7633. Var. Je panrroie l’arme de lui.
  10. Ms. 7615. Var. Plus volentiers que la nelui. — Ms. 7633. Var. Plus tost asseiz.
  11. Ms. 7615. Var. Qu’a ces .ij. choses, se me samble.
  12. Les seigneurs de Sargines n’avaient pas toujours été hommes liges de la couronne. Un document que j’ai trouvé au Trésor des Chartes (carton J., no 174), et qui est le seul antérieur aux croisades de saint Louis que j’aie rencontré sur Geoffroi de Sargines, nous prouve ce fait : c’est une lettre de Hugues de Châtillon, comte de Saint-Pol et de Blois, par laquelle celui-ci octroie à Geoffroi de Sargines, chevalier, son homme lige, la faculté de pouvoir le devenir du roi, de préférence à lui-même et à tous autres. Cet acte est du mois de juin 1236.
  13. Ms. 7633. Var. Por paour.
  14. Ms. 7615. Var. Et félon et mirabileus.
  15. Ms. 7615. Var. Vorra.