Rutebeuf - Œuvres complètes, 1839/Ci encoumence la nouvele complainte d’outre-mer

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Texte établi par Achille Jubinal Chez Édouard Pannier (1pp. 110-123).


ci encoumence


La Nouvele Complainte d’Outre-Mer [1].


Ms. 7633.


Séparateur



Pour l’anui et por le damage
Que je voi en l’umain linage,
M’estuet mon pencei descovrir :
En sospirant m’estuet ovrir
La bouche por mon voloir dire
Com homs corrouciez et plains d’ire.
Quant je pens à la sainte terre
Que péchéour doient requerre
Ainz qu’il aient pascei jonesce,
Et je’s voi entreir en viellesce,
Et puis aleir de vie à mort,
Et pou en voi qui s’en amort

A empanrre la sainte voie,
Ne faire par quoi Diex les voie :
S’en suiz iriez par charitei ;
Car sainz Poulz dist par veritei :
« Tuit sons .i. cors en Jhésu-Crit, »
Dont je vos monstre par l’escrit
Que li uns est membres de l’autre,
Et nos sons ausi com li viautre[2]
Qui se combatent por .i. os :
Plus en déisse, mais je n’oz.

Vos qui aveiz sens et savoir,
Entendre vos fais et savoir
Que de Dieu sunt bien averies
Les paroles des prophécies.
En crois morut por noz mesfais
Que nos et autres avons fais ;
Ne morra plus, ce est la voire :
Or poons soz noz piauz acroire.
Voirs est que David nos recorde,
Diex est plains de miséricorde ;
Mais veiz-ci trop grant restrainture.
Il est juges plains de droiture,
Il est juges fors et poissans,
Et sages et bien connoissans,
Juges que on ne puet plaissier,
Ne hom ne puet sa cort plaissier,
Fors li fors (fox est qui c’efforce
A ce que il vainque sa force) ;
Poissans que riens ne li eschape,

Por quoi qu’il at tot soz sa chape ;
Sages c’on non puet desevoir ;
Se puet chacuns aparsovoir,
Connoissans qu’il connoist la choze
Avant que li hons la propoze,
Qui doit aleir devant teil juge
Sens troveir recet ne refuge.
C’il at tort, paour doit avoir
C’il a en lui sans ne savoir.

Prince, baron, tournoiour,
Et vos autre séjornéour
Qui teneiz à aise le cors,
Quant l’arme serat mise fors,
Queil porra-ele osteil prendre ?
Sauriiez-le me vos aprendre ?
Je ne le sai pas, Diex le sache !
Mais trop me plaing de vostre outrage,
Quant vos ne pouceiz à la fin
Et au pélérinage fin
Qui l’arme pécherresse afine
Si qu’à Dieu la rent pure et fine.

Prince premier qui ne saveiz
Combien de terme vos aveiz
A vivre en ceste morteil vie,
Que n’aveiz-vos de l’autre envie
Qui cens fin est por joie faire,
Que n’entendeiz à vostre afaire,
Tant com de vie aveiz espace ?
N’atendeiz pas que la mors face
De l’arme et dou cors deservrance.

Ci auroit trop dure atendance,
Car li termes vient durement,
Que Dieux tanrra son jugement.
Quant li plus juste d’Adam nei
Auront paour d’estre dampnei,
Ange et archange trembleront,
Les laces armes que feront ?
Queil part ce porront-elz repondre,
Qu’à Dieu ne’s estuisse répondre
Quant il at le monde en sa main
Et nos n’avons point de demain ?

Rois de France, rois d’Aingleterre,
Qu’en jonesce deveiz conquerre[3]
L’oneur dou cors, le preu de l’âme,
Ainz que li cors soit soz la lame,
Sanz espargnier cors et avoir,
S’or voleiz paradix avoir
Si secoreiz la Terre-Sainte
Qui est perdue à seste empainte,
Qui n’a pas .i. an de recours,
S’en l’an méismes n’a secours ;
Et c’ele est à voz tenz perdue,
A cui tenz ert-ele rendue ?

Rois de Sézile, par la grâce
De Dieu, qui vos dona espace
De conquerre Puille et Cézille[4],

Remembre-vos de l’Évuangile
Qui dist qui ne lait peire et meire,
Fame et enfans et suers et freires,
Possessions et manandies,
Qu’il n’a pas avec li parties.

Baron, qu’aveiz-voz en pancei ?
Seront jamais par vos tensei
Cil d’Acre qui sunt en balance
Et de secorre en espérance ?
Cuens de Flandres ou de Bergoingne,
Cuens de Nevers[5] con grant vergoingne
De perdre la terre absolue
Qui à voz tenz nos iert tolue !
Et vos autres baron encemble,
Qu’en dites-vos ? que il vos cemble ?
Saveiz-vos honte si aperte
Com de soffrir si laide perte ?

Tournoieur, vos qui aleiz
En yver, et vos enjaleiz
Querre places à tournoier,
Vos ne poeiz mieux foloier.
Vos despandeiz et sens raison

Vostre tens et vostre saison,
Et le vostre et l’autrui en tasche ;
Le noiel laissiez por l’escraffe
Et paradix pour vainne gloire.
Avoir déussiez en mémoire
Monseignor Joffroi de Sergines[6],
Qui fu tant boens et fu tant dignes
Qu’en paradix est coroneiz
Com sages et bien ordeneiz,
Et le conte Huede de Nevers[7]
Dont hom ne puet chanson ne ver
Dire se boen non et loiaul
Et bien loei en court roiaul.
A ceux déussiez panrre essample,
Et Acres secorre et le Temple.

Jone escuier au poil volage,
Trop me plaing de vostre folage,
Qu’à nul bien faire n’entendeiz
Ne de rien ne vos amendeiz.
Si fustes filz à mains preudoume,
Teil com je’s vi, je les vos nome,
Et vos estes muzart et nice
Que n’entendeiz à vostre office ;
De veoir preudoume aveiz honte.
Vostre esprevier sunt trop plus donte
Que vos n’iestes, c’est vériteiz ;
Car teil i a, quant le geteiz,
Seur le poing aporte l’aloe :

Honiz soit qui de lui se loe,
Se n’est Diex ne vostre pays :
Li plus sages est foux nayx.
Quant vos deveiz aucun bien faire,
Qu’à aucun bien vos doie traire,
Si le faites tout autrement,
Car vos toleiz vilainnement
Povres puceles lor honeurs ;
Quant ne puéent avoir seigneurs,
Lors si deviennent dou grant nombre :
C’est .i. péchiez qui vos encombre.
Vos povres voizins sozmarchiez,
Ausi bien at léans marchiez
Vendre vos bleiz et vostre aumaille
Com cele autre povre piétaille.
Toute gentilesce effaciez ;
Il ne vos chaut que vos faciez
Tant que viellesce vos efface,
Que ridée vos est la face,
Que vos iestes viel et chenu
Por ce qu’il vos seroit tenu
A gilemeir dou parentei,
Non pas par vostre volentei.
S’estes chevalier leiz la couche
Que vous douteiz .i. poi reproche,
Mais se vos amissiez honeur
Et doutissiez la déshoneur,
Et amissiez vostre lignage,
Vos fussiez et preudome et sage.
Quant vostre tenz aveiz vescu,
Qu’ainz paiens ne vit vostre escu,
Que deveiz demandeir celui

Qui sacrefice fist de lui ?
Je ne sai quoi, se Diex me voie,
Quant vos ne teneiz droite voie.

Prélat, clerc, chevalier, borjois,
Qui trois semainnes por .i. mois
Laissiez aleir à vostre guise
Sens servir Dieu et sainte Église,
Dites ! saveiz-vos en queil livre
Hom trueve combien hon doit vivre ?
Je ne sai : je non puis troveir ;
Mais je vos puis par droit proveir
Que quant li hons commence à nestre
En cest siècle a-il pou à estre,
Ne ne seit quant partir en doit.
La riens qui plus certainne soit,
Si est que mors nos corra seure :
La mains certainne si est l’eure.

Prélat auz palefrois norrois[8],
Qui bien saveiz par queil norrois
Li filz Dieu fu en la crois mis
Por cofondre ces anemis,
Vos sermoneiz aus gens menues
Et aux povres vielles chenues
Qu’elz soient plainnes de droiture.
Maugrei eulz font-ele penance,
Qu’eles ont sanz pain assé painne,
Et si n’ont pas la pance plainne.
N’aiez paour ; je ne di pas

Que vos meueiz isnele pas
Por la sainte terre défendre ;
Mais vos poeiz entor vos prendre
Asseiz de povres gentilz homes
Qui ne mainent soumes ne soumes,
Qui doient et n’ont de qu’il paient,
Et lor enfant de fain s’esmaient ;
A cex doneiz de vostre avoir
Dont par tens porreiz pou avoir :
Ces envoiez outre la meir
Et vos faites à Dieu ameir.
Montreiz par bouche et par example
Que vos ameiz Dieu et le Temple.

Clerc à aise et bien séjornei,
Bien vestu et bien séjornei
Dou patrimoinne au Crucéfi,
Je vos promet et vos afi,
Se vos failliez Dieu orendroit,
Qu’il vos faudra au fort endroit.
Vos sereiz forjugié en court,
Ou la riègle faut qui or court :
« Por ce te fais que tu me faces,
Non pas por ce que tu me haces. »
Diex vos fait bien ; faites-li donc
De quoi, [9] de cuer, et d’arme don ;
Si fereiz que preu et que sage.
Or me dites queil aventage
Vos puet faire vostres trésors
Quant l’arme iert partie dou cors ?

Li exécuteur le retiennent
Juqu’à tant qu’à lor fin reviennent
Chacun son éage à son tour :
C’est manière d’exécutour ;
Ou il avient par méchéance
Qu’il en donent por reparlance
Xx. paire de solers ou trente :
Or est sauvé l’arme dolante.

Chevaliers de plaiz et d’axises,
Qui par vos faites vos justices
Sens jugement aucunes fois,
Tot i soit sairemens ou foiz,
Cuidiez-vos toz jors einsi faire ?
A un chief vo covient-il traire.
Quant la teste est bien avinée,
Au feu deleiz la cheminée,
Si vos croiziez sens sermoneir.
Donc v’erriez grant coulz doneir
Seur le sozdant et seur sa gent :
Forment les aleiz damagent.
Quant vos vos leveiz au matin,
S’aveiz changié vostre latin,
Que gari sunt tuit li blecié
Et li abatu redrecié.
Li un vont au lièvres chacier
Et li autre vont porchacier :
Cil panront .i. mallart[10] ou deux,
Car de combatre n’est pas geux.
Par vos faites voz jugemens,

Qui sera vostres dampnemens
Se li jugemens n’est loiaus,
Boens et honestes et féaus.
Qui plus vos done si at droit :
Ce faites que Diex ne voudroit.
Ainsi defineiz vostre vie,
Et lors que li cors se dévie
Si trueve l’arme tant à faire
Que je ne porroie retraire,
Car Diex vos rent la faucetei
Par jugement ; car achatei
Aveiz enfer et vos l’aveiz ;
Car ceste choze bien saveiz :
Diex rent de tout le guerredon,
Soit biens, soit maux, il en a don.

Riche borjois d’autrui sustance,
Qui faites Dieu de vostre pance,
Li povre Dieu chiez vos s’aünent
Qui de fain muerent et géunent
Por atendre vostre gragan,
Dont il n’ont pas à grant lagan[11] ;
Et vos entendeiz au mestier
Qui aux armes n’éust mestier,
Vos saveiz que morir convient ;
Mais je ne sai c’il vos souvient
Que l’uevre ensuit l’ome et la fame ;
C’il at bien fait bien en a l’arme,
Et nos trovons bien en escrit :

« Tout va fors l’amour Jhésu-Crit. »
Mais de ce n’aveiz-vos que faire !
Vos entendeiz à autre afaire.
Je sai toute vostre atendue :
Dou bleis ameiz la grant vendue
Et chier vendre de si au tans,
Seur lettre, seur plège[12], ou seur nans[13],
Vil acheteir et vendre chier,
Et uzereir et gent trichier,
Et faire d’un déable Deus
Por ce que enfer est trop seux.
Jusqu’à la mort ne faut la guerre,
Et quant li cors est mis en terre
Et hon est à l’osteil venuz,
Jà puis n’en iert contes tenuz.
Quant li enfant sunt lor seigneur,
Veiz-ci conquest à grant honeur
Au bordel ou en la taverne :
Qui plus tost puet, plus c’i governe.
Cil qui lor doit si lor demande ;
Paier covient ce c’om commande.
Teiz marchiez font com vous éustes,
Quant en vostre autoritei fustes.
Chacuns en prent, chacuns en oste.
Enz osteiz pluée s’en vont li oste :
Les terres demeurent en friche ;
S’en sunt li hom estrange riche ;
Cil qui lor doit paier n’es daingne,
Ansois convient que hon en daingne
L’une moitié por l’autre avoir.

Veiz-ci la fin de vostre avoir.
La fin de l’arme est tote aperte :
Bien est qui li rant sa déserte.

Maistre d’outre meir et de France,
Dou Temple par la Dieu poissance,
Frère Guillaume de Biaugeu[14],
Or poeiz veioir le biau geu
De quoi li siècles seit servir.
Il n’ont cure de Dieu servir
Por conquerre sainz paradis,
Com li preudome de jadiz,
Godefroiz, Briemons[15] et Tancreiz.
Jà n’iert lor ancres aencreiz
En meir por la neif rafreschir ;
De ce ce vuelent-il franchir.
Ha, bone gent ! Diex vos sequeure !
Que de la mort ne saveiz l’eure.
Recoumanciez novele estoire,
Car Jhésu-Criz li rois de gloire

Vos vuet avoir, et maugré vostre
Sovaingne-vos que li apostre
N’orent pas paradix por pou :
Or vos remembre de saint Pou,
Qui por Deu ot copei la teste.
Por noiant n’en fait-hon pas feste,
Et si saveiz bien que sainz Peires
Et sains Andreuz, qui fu ces frères,
Furent por Dieu en la croix mis.
Por ce fu Dieux lor boens amis
Et li autre saint ansiment.
Que vos iroie plus rimant ?
N’uns n’a paradix c’il n’a painne ;
Por c’est cil sages qui s’en painne.

Or prions au Roi glorieux
Et à son chier Fil précieux
Et au Saint-Espérit ensemble,
En cui toute bonteiz s’asemble,
Et à la précieuse Dame
Qui est saluz de cors et d’arme,
A touz sainz et à toutes saintes
Qui por Dieu orent painnes maintes,
Qu’il nos otroit sa joie fine.
Rutebues son sarmon define.


Explicit.

  1. Cette pièce n’a pu être composée qu’après l’année 1273, d’abord parce que Guillaume de Beaujeu y est désigné sous le titre de grand-maître du Temple, qu’il n’obtint qu’à cette époque ; ensuite parce que Rutebeuf s’appuie sur la jeunesse du roi de France et du roi d’Angleterre pour engager ces princes à se croiser. Or, avant 1273 les paroles du poëte peuvent bien, il est vrai, s’appliquer à Philippe-le-Hardy, qui était monté sur le trône en 1270 à l’âge de 25 ans, mais non à Henri III, roi d’Angleterre, né en 1207 et qui avait alors 66 ans. Après l’époque que nous fixons, au contraire, ce que dit Rutebeuf s’applique à la fois au roi de France et au roi d’Angleterre : car Henri III étant mort en 1273, son fils Édouard lui avait succédé à l’âge d’environ trente ans. C’est de ce prince et de son père qu’il est question dans la mordante et curieuse satire intitulée La pais aux Englois, que j’ai publiée dans mon recueil intitulé Jongleurs et Trouvères, p. 170 et suivantes.
  2. Ms. 7633. Var. Viautre, chiens de chasse, sorte de gros lévriers.
  3. Voyez la note du commencement de la pièce.
  4. Charles d’Anjou. (Voyez la note sur ce prince au commencement de la pièce intitulée Li diz de Puille.)
  5. Le comte de Flandre auquel Rutebeuf s’adresse ici est Gui, fils de Guillaume de Dampierre et de Marguerite II, fille puînée de Baudouin IX, qui avait succédé à Jeanne sa sœur. Gui fut associé au gouvernement en 1251, devint comte de Namur en 1263, et succéda à sa mère dans le comté de Nevers en 1280. — Le comte de Bourgogne est Philippe, mari en secondes noces d’Alix de Méranie, veuve de Hugues IV. Il était en outre comte de Savoie, et mourut en l’année 1277. — Enfin le comte de Nevers est Robert de Dampierre, qui épousa en 1272 Yolande, veuve de Tristan, fils de saint Louis, mort devant Tunis en 1270, et auquel ce mariage donna le comté de Nevers.
  6. Voyez la note J, à la fin du volume.
  7. Voyez, page 55, la note sur ce prince.
  8. Norrois, fier, hautain, orgueilleux, fringant, du nord ; northus.
  9. Cela est ainsi dans le Ms., mais il faudrait probablement foi.
  10. Mallard, mâle de cannes sauvages ; en bas latin, mallardus
  11. Lagan, abondance, quantité, multitude ; largesse, don. — Lagan était aussi une espèce de droit seigneurial.
  12. Plège, garantie, caution.
  13. Nans, nantissement, gage.
  14. Guillaume ou Guichard de Beaujeu (on le nomme aussi Guillard) succéda dans la charge de grand-maître du Temple à Thomas Beraut ou Bérail, mort le 25 mars 1273. « Il faut donc, dit l’Art de vérifier les dates, rayer du catalogue des grands-maîtres Robert et Guiffrei, dont on place les magistères entre ceux de Béraut et de Beaujeu. » Nous ferons observer qu’il y a ici une erreur. Guillaume de Beaujeu ne fut élu que le 13 mai 1273. En 1274 il assista au concile de Lyon ; la même année il s’embarqua pour la Palestine, où il arriva le 29 septembre. Il y resta jusqu’à sa mort, qui eut lieu en 1291 au siége d’Acre, qu’il défendait avec courage contre les infidèles. Il périt d’une blessure que lui fit à l’épaule une flèche empoisonnée, et, sur 500 des chevaliers qu’il commandait dix seulement parvinrent à s’échapper.
  15. Bohémond, fils de Robert Guiscard, l’un des chefs de la première croisade avec Godefroi et Tancrède.