100%.png

Rutebeuf - Œuvres complètes, 1839/Ci encoumence la desputizons dou croisié et dou descroizié

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes de Rutebeuf, Texte établi par Achille JubinalChez Édouard Pannier1 (p. 124-135).


ci encoumence

LA
Desputizons dou Croisié et dou Descroizié [1].


Ms. 7633.


----



L’autr’ier entour la Saint-Remei
Chevauchoie por mon afaire,
Pencix, car trop sunt agrumi[2]
La gent dont Diex a plus afaire,
Cil d’Acre, qui n’ont nul ami,
Ce puet-on bien por voir retraire,
Et sont si près lor anemi
Qu’à eux puéent lancier et traire.

Tant fui pancis à ceste choze
Que je desvoiai de ma voie,
Com cil qu’à li méimes choze,
Por le penceir que g’i avoie.
Une maison fort et bien cloze

Trouvai, dont je riens ne savoie,
Et c’estoit là-dedens encloze
Une gent que je demandoie.

Chevaliers i avoit teiz quatre
Qui bien seivent parleir fransois.
Soupei orent, si vont esbatre
En un vergier deleiz le bois.
Ge ne me veulz sor eux embatre,
Que ce me dist uns hons cortois :
Tiez cuide compaignie esbatre
Qui la toust cost or sans gabois.

Li dui laissent parleir les deux
Et je les pris à escouteir,
Qui leiz la haie fui touz seux ;
Si descent por moi acouteir.
Si distrent, entre gas et geux,
Teiz moz com vos m’orreiz conteir.
Siècles i fut nomeiz et Deus :
De ce pristrent à desputeir.

Li uns d’eux avoit la croix prise,
Li autre ne la voloit prendre.
Or estoit de ce lor emprise,
Que li croisiez voloit aprendre
A celui qui pas ne desprise
La croix, ne la main n’i vuet tendre,
Qu’il la préist par sa maîtrize,
Ce ces sans ce puet tant estendre[3].


Dit li croisiez premièrement :
« Enten à moi, biaux dolz amis ;
Tu seiz mult bien entièrement
Que Diex en toi le san a mis,
Dont tu connois apertement
Bien de mal, amis d’anemis.
Se tu en euvres sagement,
Tes loïers t’en est promis.

« Tu voiz, et parsois, et entens
Le meschief de la sainte terre.
Por qu’est de proesse vantans
Qui le leu Dieu lait en teil guerre ?
S’uns hom pooit vivre .c. ans
Ne puet-il tant d’oneur conquerre
Com se il est bien repentans
D’aleir le sépulchre requerre. »

Dit li autre : « J’entens mult bien
Por quoi vos dites teiz paroles.
Vos me sermoneiz que le mien
Doingne au coc et puis si m’envole.
Mes enfans garderont li chien
Qui demorront en la parole.
Hon dit : Ce que tu tiens, si tien ;
Ci at boen mot de bone escole.


« Cuidiez-vos or que la croix preingne
Et que je m’en voize outre meir,
Et que les .c. soudées[4] deingne
Por .xl. cens réclameir ?
Je ne cuic pas que Deux enseingne
Que hom le doie ainsi semeir :
Qui ainsi senme pou i veigne,
Car hom les devroit asemeir. »

— « Tu naquiz de ta mère nuz,
Dit li croiziez, c’est choze aperte :
Or iez juqu’à cel tens venuz
Que ta chars est bien recoverte.
Qu’est Diex nès qu’alors devenuz
Qu’à cent dobles vent la déserte ?
Bien i ert por meschéanz tenuz
Qui ferat si vilainne perte.

« Hom puet or paradix avoir
Ligièrement ! Diex en ait loux ;
Asséiz plus, ce poeiz savoir,
L’acheta sainz Pière et sainz Poulz,
Qui de si précieux avoir
Com furent la teste et li coux,
L’aquistrent, se teneiz à voir :
Icist dui firent .ij. biaux coux. »


Dit cil qui de croizier n’a cure :
« Je voi merveilles d’une gent
Qui asseiz sueffrent poinne dure
En amasseir .i. pou d’argent ;
Puis vont à Roume ou en Esture[5],
Ou vont autre voie enchergent :
Tant vont cerchant bone aventure,
Qu’il n’ont baesse ne sergent[6].

« Hom puet mult bien en cest payx
Gaaignier Dieu cens grant damage ;
Vos ireiz outre meir lays
Qu’à folie aveiz fait homage.
Je di que cil est foux nayx
Qui ce mest en autrui servage,
Quant Dieu puet gaaignier sayx[7]
Et vivre de son héritage. »

— « Tu dis si grant abusion
Que nus ne la porroit descrire,
Qui vues sans tribulation

Gaaignier Dieu por ton biau rire ;
Dont orent fole entencion
Li saint qui soffrirent martyre
Por venir à redempcion ?
Tu dis ce que n’uns ne doit dire.

« Encor n’est pas digne la poingne[8]
Que n’uns hom puisse soutenir
A ce qu’à la joie sovrainne
Puisse ne ne doie venir :
Par ce se rendent tuit cil moinne
Qu’à teil joie puissent venir.
Hom ne doit pas douteir essoinne
C’on ait pour Dieu juqu’au fenir. »

— « Sire qui des croix sermoneiz,
Resoffreiz-moi que je deslas.
Sermoneiz ces hauz coroneiz,
Ces grans doiens et ces prélaz,
Cui Diex est toz abandoneiz
Et dou siècle toz li solaz :
Ciz geux est trop mal ordeneiz
Que toz jors nos meteiz ès laz.

« Clerc et prélat doivent vengier
La honte Dieu, qu’il ont ces rentes.
Il ont à boivre et à mengier :
Si ne lor chaut c’il pluet ou vente.
Siècles est touz en lor dangier ;
C’il vont à Dieu par teile sente,

Fol sunt c’il la vuelent changier,
Car c’est de toutes la plus gente. »

— « Laisse clers et prélaz esteir
Et te pren garde au roi de France
Qui por paradix conquesteir
Vuet metre le cors en balance
Et ces enfanz à Dieu presteir[9] ;
Li près n’est pas en esmaiance :
Tu voiz qu’il ce vuet apresteir
Et faire ce dont à toi tance.

« Mult a or meillor demoreir
Li Rois el roiaume que nos,
Qui de son cors vuet honoreir
Celui que por Seignor tenons,
Qu’en crois se laissa devoreir.
Ce de lui servir ne penons,
Hélas ! trop aurons à ploreir,
Que trop fole vie menons ! »

— « Je vuel entre mes voisins estre
Et moi déduire et solacier :
Vos ireiz outre la meir peistre
Qui poez grant fais embracier.
Dites le soudant vostre meistre
Que je pris pou son menacier :
S’il vient desà, mal me vit neistre,
Mais lai ne l’irai pas chacier.


« Je ne faz nul tort à nul home,
N’uns hom ne fait de moi clamour ;
Je cuiche tost et tien grant soume,
Et tieng mes voisins à amour.
Si croi, par saint Pierre de Roume,
Qu’il me vaut miex que je demour,
Que de l’autrui porter grant soume
Dont je seroie en grant cremour. »

— « Desai bées à aise vivre,
Seiz-tu se tu vivras asseiz ?
Dis-moi ce tu ceiz en queil livre
Certains vivres soit compasseiz.
Manjue et boif et si t’enyvre,
Que mauvais est de pou lasseiz ;
Tuit sont .i., saches à délivre,
Et vie d’oume et oez quasseiz.

« Laz ! ti dolant ! la mors te chace,
Qui tost t’aura lassei et pris ;
Desus ta teste tien sa mace :
Viex et jones prent à .i. pris.
Tantost at fait de pié eschace,
Et tu as tant vers Dieu mespris !
Au moins enxui .i. pou la trace
Par quoi li boen ont los et pris. »

— « Sire croiziez, merveilles voi ;
Mult vont outre meir gent menue,
Sage, large, de grant aroi,
De bien metable convenue,
Et bien i font, si com je croi,

Dont l’arme est por meilleur tenue :
Si ne valent ne ce ne quoi
Quant ce vient à la revenue[10].

« Se Diex est nule part el monde,
Il est en France, c’et sens doute ;
Ne cuidiez pas qu’il se reponde
Entre gent qui ne l’aimment goute.
Et vostre meir est si parfonde
Qu’il est bien droiz que la redoute ;
J’aing mieux fontaine qui soronde
Que cele qu’en estei s’esgoute. »

— « Tu ne redoutes pas la mort,
Si seiz que morir te convient,
Et tu diz que la mers t’amort !…
Si faite folie dont vient ?
La mauvistiez qu’en toi s’amort
Te tient à l’osteil se devient ;
Que feras se la mort te mort

Que ne ceiz que li tenz devient ?

« Li mauvais desà demorront
Que jà n’uns boens n’i demorra ;
Com vaches en lor lit morront
Buer iert neiz qui de lai morra,
Jamais recovreir ne porront :
Fasse chacuns mieux qu’il porrat ;
Lor peresce en la fin plorront,
Et c’il muerent n’uns n’es plorra.

« Ausi com par ci le me taille,
Cuides foïr d’enfer la flame
Et acroire, et metre à la taille,
Et faire de la char ta dame.
A moi ne chaut coument qu’il aille,
Mais que li cors puist sauver l’âme,
Ne de prison ne de bataille,
Ne de laissier enfant ne fame[11]. »

— « Biaux sire chiers, que que dit aie,
Vos m’aveiz vaincu et maltei.
A vos m’acort, à vos m’apaie,
Que vos ne m’aveiz pas flatei.
La croix preing sans nule délaie,
Si doing à Dieu cors et chatei ;

Car qui faudra à cele paie
Mauvaisement aura gratei.

« En non dou haut Roi glorieux
Qui de sa fille fist sa meire,
Qui par son sanc esprécieux
Nos osta de la mort ameire,
Sui de moi croizier curieux
Por venir à la joie cleire ;
Car qui à s’ame est oblieux
Bien est raisons qu’il le compeire[12]. »


Explicit
.

  1. Cette pièce de Rutebeuf a acquis une assez grande célébrité. Legrand d’Aussy en a donné dans ses fabliaux une imitation en prose, malheureusement beaucoup trop éloignée de l’original. La Société de l’Histoire de France a bien voulu l’insérer dans son Bulletin (année 1835), avec une traduction de moi ; et M. Paul Tiby, auquel nous devons une élégante et fidèle version de l’Histoire des croisades de Mills (Paris, 1835, chez Depélafol), a reproduit dans les notes de son 3e volume le texte et la traduction. (Voyez, pour les considérations sur cette pièce, la note Q, à la fin du volume.)
  2. Agrumi, pressé, en détresse, en danger.
  3. Voici une observation de Legrand d’Aussy qui peut être placée ici : « Cette pièce est remarquable par sa forme, étant composée de trente-deux couplets, chacun de huit vers, sur deux rimes croisées qui sont alternativement, excepté dans quatre strophes, masculine et féminine. Les cinq premiers couplets se trouvent employés pour l’exposition ; les vingt-cinq autres sont prononcés par les deux interlocuteurs, qui tour à tour en disent chacun un ou chacun deux. »
  4. La soudée était un fonds de terre qui rendait un sou de rente. — Ce passage fait allusion aux cessions de biens qu’étaient obligés de faire à vil prix ceux qui partaient pour les croisades. Je rappellerai à ce sujet que Godefroi de Bouillon vendit avant de quitter ses états la majeure partie de ses biens au clergé, qu’en 1096 Baudouin, comte de Hainaut, imita cet exemple, et qu’en 1239 Baudouin, comte de Namur, le suivit également. Les croisades furent donc en grande partie la source des richesses du clergé.
  5. Asturie. — « Apparemment qu’il y avait alors dans cette province un pèlerinage célèbre qui n’est plus connu aujourd’hui, ou peut-être que le fablier, par une ignorance trop commune aux poëtes de son temps, aura placé dans les Asturies Saint-Jacques de Compostelle, qui est en Galice. »
    (Legrand d’Aussy.)
  6. Baesse ne sergent, servante ni serviteur.
  7. Sayx, çà, ici, par opposition à lays, là-bas, qu’on lit dans la même strophe ; ou peut-être encore sain, sanus, bien portant, sans se rendre malade. — On sent en lisant ces vers qu’on est déjà loin du siècle qui vit naître les croisades : l’enthousiasme a besoin d’être éveillé. Les paroles de Rutebeuf rappellent involontairement cette impiété de l’empereur Frédéric qui, au retour de l’expédition à laquelle il avait été contraint par le pape, disait quelquefois : « Si Dieu avait connu le royaume de Naples, il ne lui aurait pas préféré les rochers stériles de la Judée. »
  8. Poingne, combat, lutte ; pugna.
  9. Voyez la note Q, à la fin du volume, pour l’explication de ce passage.
  10. La plupart de nos historiens confirment le reproche que contient ce passage ; les Chroniqueurs font un affreux tableau des vices qui souillaient le royaume de Jérusalem. Des pèlerins qui en se faisant soldats croyaient échapper à toute espèce de joug ne devaient pas être des modèles de vertu. « Je ne suis pas surpris, disait Saladin, que les chrétiens soient vaincus : Dieu ne peut accorder la victoire à des hommes si vicieux. » On peut également rapprocher de ce passage de Rutebeuf la strophe suivante d’une pièce de vers qui se trouve dans le Ms. 1830 Saint-Germain, où elle est intitulée Des proverbes et du vilains :
    La voie d’outre-mer
    Voi à maint hom amer :
    A l’aler gabe et huie ;
    Quant vient au revenir
    Ne puet soi soutenir,
    A un baston s’apuie :
    « Las boef, soef marche, »
    Ce dit li vilains.
  11. La croyance qu’on pouvait se sauver en allant en Terre-Sainte et que la croisade effaçait tous les péchés amena de singuliers raisonnements : il y avait des coupables qui disaient, selon l’abbé Usperg, lequel cite à ce propos le meurtre d’Engelbert, évêque de Cologne : « Je commettrai des crimes, puisqu’en prenant la croix je deviendrai innocent, et je satisferai même pour les crimes des autres. » (Voyez Fleury, Hist. eccl., t. XVI, p. 589, édit. in-4o, 1719.)
  12. Je terminerai mes annotations sur cette pièce en rectifiant plusieurs assertions que Legrand d’Aussy a mises en note de La Desputizons du croisié dans ses Fabliaux. « Rutebeuf, dit-il, paraît avoir voulu montrer au roi les inconvénients de la croisade ; il s’y prend d’une manière fort ingénieuse pour son temps en supposant deux interlocuteurs qui, disputant sur les croisades, étalent ainsi ce qu’on pouvait dire de mieux alors pour ou contre ; mais tandis que l’un n’allègue jamais en leur faveur que des motifs de dévotion, l’autre, déployant contre elles le sarcasme, le ridicule et la plaisanterie, les attaque avec des raisons excellentes. Le dénoûment surtout, le poëte fait prendre la croix au second chevalier, me semble une chose assez adroite : il ne pouvait ménager avec plus de respect la conduite de son souverain ni se mettre plus sûrement lui-même hors de toute atteinte ; mais cette conversion subite, qui d’ailleurs ne détruit pas une seule raison, vient si brusquement, et même elle est énoncée dans l’original d’une manière si burlesque, que, loin de produire quelque impression sur le lecteur, elle ne peut que le révolter.

    « Rutebeuf, quand il vit le monarque rester inébranlable dans sa résolution, changea de ton sans doute pour lui plaire, car j’ai vu de lui quelques pièces où il exhorte très-sérieusement aux croisades. Cette basse flatterie n’eut aucun succès : il paraît par plusieurs endroits de ses poésies qu’il vécut pauvre et miserable. »

    Il y a un peu de légèreté, selon moi, dans les réflexions de Legrand d’Aussy, et la basse flatterie dont il parle est une phrase qui sent un peu son 18e siècle. D’abord je ne crois pas que Rutebeuf ait voulu faire de sa pièce une ironie : elle est sérieuse d’un bout à l’autre ; et penser autrement serait prêter à notre trouvère un système philosophique qu’il ne pouvait pas avoir. Remarquons en effet une chose : c’est qu’il ne raille jamais les croisades elles-mêmes ; il prend seulement prétexte de leurs inconvénients pour injurier, et encore au profit de la Terre-Sainte, les moines et les prélats, dont il paraît qu’il était l’ennemi intime. Alors en effet on n’attaquait pas encore le dogme, ni le fait en résultant, ni le Dieu ; on critiquait tout simplement le ministre, parce qu’on pressentait instinctivement et sans s’en rendre compte que c’était là miner les prémisses. Quel motif d’ailleurs plus puissant que la dévotion pouvait invoquer le poëte ? quelles invocations plus pressantes pouvait-il adresser aux dévots en un temps de croyance et de foi ? J’avoue enfin que je ne vois guère les raisons irréfutables que, selon Legrand d’Aussy, le descroisié donne à son interlocuteur : le croisié, ce me semble, lui répond fort sensément.

    Je me demande également où Legrand d’Aussy a pu rencontrer dans les huit vers qui composent chacune des deux dernières strophes quelque chose de burlesque et qui révolte le lecteur. Je ne crois pas non plus que Rutebeuf ait changé de ton pour plaire à saint Louis : selon moi, il n’en avait pas besoin puisque, loin d’aller contre les désirs de ce prince, il les favorisait de sa parole et de ses exhortations.