Rutebeuf - Œuvres complètes, 1839/Ci encoumence li diz de la voie de Tunes

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Texte établi par Achille Jubinal Chez Édouard Pannier (1pp. 136-142).

CI ENCOUMENCE


Li Diz de la Voie de Tunes [1].


Ms. 7633.


Séparateur



De corrouz et d’anui, de pleur et d’amistié
Est toute la matière dont je tras mon ditié :
Qui n’a pitié en soi bien at Dieu fors getié ;
Vers Dieu ne doit trouveir amour ne amistié.

Évangelistre, apostre, martyr et confesseur
Por Jhésu-Crit soffrirent de la mort le presseur :
Or vos i gardeiz bien, qui estes successeur,
C’on n’at pas paradyx cens martyre pluseur.

Onques en paradix n’entra n’uns fors par poinne,
Por c’est-il foulz cheitis qui por l’arme ne poinne.
Cuidiez que Jhésu-Cris en paradyx nos mainne
Por norrir en délices la char n’est pas sainne ?

Sainne n’est-ele pas, de ce ne dout-je point :
Or est chaude, or est froide, or est soeiz, or point.

Jà n’iert en .i. estat ne en un certain point ;
Qui sert Dieu de teil char n’aime-il bien s’arme à point.

A point la moinne-il bien à cele grant fornaize,
Qui est dou puis d’enfer où jà n’uns n’aura aise.
Bien se gart qui i vat, bien se gart qui i plaise,
Que Dieux ne morra plus por nule arme mauvaise.

Dieux dist en l’Évuangile : « Se li preudons séust
A queil heure li lerres son suel chavéir deust,
Il veillast por la criente que dou larron éust,
Si bien qu’à son pooir de rien ne li néust[2]. »

Ausi ne savons-nos quant Dieuz dira : « Veneiz ; »
Qui lors est mal garniz, mult iert mal aseneiz ;
Car Dieux li sera lors com lions forceneiz :
Vos ne vos preneiz garde, qui les respis preneiz.

Li Rois ne le prent pas, cui douce France est toute,
Qui tant par ainme l’arme que la mort n’en redoute,
Ainz va par meir requerre cele chiennaille gloute :
Jhésu-Chriz, par sa grace, si gart lui et sa route.

Prince, prélat, baron, por Dieu preneiz ci garde ;
France est si grace terre, n’estuet pas c’om la larde.
Or la vuet cil laissier qui la maintient et garde
Por l’amor de celui qui tout a en sa garde

Désormais se déust li preudons séjorneir
Et toute s’atendue à séjour atourneir :

Or vuet de douce France et partir et tornei :
Dieux le doint à Paris à joie retorneir !

Et li cuens de Poitiers, qui .i. pueple souztient,
Et qui en douce France si bien le sien leu lient
Que .xv. jors vaut miex li leux par où il vient,
Il s’en va outre meir, que riens ne le detient.

Plus ainme Dieu que home qui emprent teil voiage,
Qui est li souverains de tout pélerinage
Le cors mettre à essil et meir passer à nage
Por amor de celui qui le fist à s’ymage.

Et messires Phelipes[3] et li boens cuens d’Artois,
Qui sunt preu et cortois et li cuens de Nevers
Refont en lor venue à Dieu biau serventois :
Chevaliers qui ne suit ne pris pas .i. Nantois,

Li boens rois de Navarre[4], qui lait si bèle terre
Que ne sai où plus bele puisse-on troveir ne querre,
Mais hom doit tout laissier por l’amor Dieu conquerre :
Ciz voiages est cleis qui paradix desserre.

Ne prent pas garde à choze qu’il ait éu à faire ;
S’a-il asseiz éu et anui et contraire :
Mais si con Dieux trouva saint Andreu débonère,

Trueve-il le roi Thiebaut doulz et de boen afère[5].

Et li dui fil le Roi et lor couzins germains,
Ce est li cuens d’Artois, qui n’est mie dou mains,
Revont bien enz dézers laboreir de lor mains,
Quant par meir vont requerre Sarrazins et Coumains[6].

Tot soit qu’à moi bien fère soie tardiz et lans,
Si ai-je de pitié por eulz le cuer dolant ;
Mais ce me réconforte (qu’iroie-je celant ?)
Qu’en lor venues vont, en paradix volant.

Sains Jehans eschiva compaignie de gent,
En sa venue fist de sa char son serjant ;
Plus ama les désers que or fin ne argent,
Qu’orgueulz ne l’i alast sa vie damagent.

Bien doit ameir le cors qui en puet Dieu servir,
Qu’il en puet paradix et honeur déservir.
Trop par ainme son aise qui lait l’arme aservir
Qu’en enfer sera serve par son fol messervir.

Veiz-ci mult biau sermon : li Rois va outre-meir

Pour celui Roi servir où il n’a point d’ameir.
Qui ces .ij. rois vodra et servir et ameir,
Croize soi, voit après : mieulz ne puet-il semeir.

Ce dit cil qui por nos out asseiz honte et lait :
« N’est pas dignes de moi qui por moi tot ne lait.
« Qu’après moi vuet venir, croize soi, ne délait ;
« Qui après Dieux n’ira mal fu norriz de lait. »

Vauvaseur, bacheleir plain de grant non-savoir,
Cuidiez-vos par desà pris ne honeur avoir ?
Vous vous laireiz morir et porrir vostre avoir,
Et ce vos vos moréiz, Diex nou quiert jà s’avoir.

Dites, aveiz-vos plèges[7] de vivre longuement ?
Je voi aucun riche home faire maisonnement ;
Quant il a assouvi trestout entièrement
Se li fait-on .i. autre de petit coustement[8].

Jà coars n’enterra en paradyx célestre,
Si n’est n’uns si coars qui bien n’i vouxist estre,
Mais tant doutent mesaize et à guerpir lor estre,
Qu’il en adossent Dieu et metent à sénestre.

Dès lors que li hons naît a-il petit à vivre ;
Quant il a .xl. ans, or en a mains on livre.

Quant il doit servir Dieu si s’aboivre et enyvre :
Jà ne se prendra garde tant que mors le délivre.

Or est mors, qu’a-il fait qu’au siècle a tant estei ?
Il a destruiz les biens que Dieux li a prestei :
De Dieu ne li souvint ne yver ne estei ;
Il aura paradix, ce il l’a conquestei.

Foulz est qui contre mort cuide troveir deffence ;
Des biaux, des fors, des sages fait la mort sa despance ;
La mors mort Absalon et Salomon et Sance[9] ;
De légier despit tout qu’adès à morir pance.

Et vos à quoi penceiz qui n’aveiz nul demain,
Et qui à nul bien faire ne voleiz metre main ?
Se hom va au moustier vos dites : « Je remain ; »
A Dieu servir dou vostre iestes-vos droit Romain.

Se hom, va au moustier là n’aveiz-vos que faire ;
N’est pas touz d’une pièce, tost vos porroit maufaire ;
A ceux qui i vont dites qu’ailleurs aveiz à faire :
Sans oïr messe sunt maint biau serf embiaire.

Vous vous moqueiz de Dieu tant que vient à la mort ;
Si li crieiz merci lors que li mors vos mort
Et une consciance vos reprent et remort :
Si n’en souvient nelui tant que la mors le mort.

Gardeiz dont vos venistes et où vous revandroiz :
Diex ne fait nelui tort, n’est n’uns juges si droiz.

 Il est sires de loiz et c’est maîtres de droiz ;
Toz jors le trovereiz droit juge en toz endroiz.

Li besoins est venuz qu’il a mestier d’amis ;
Il ne quiert que le cuer de quanque en vos a mis.
Qui le cuer li aura et donei et promis,
De resouvoir son reigne c’eirt mult bien entremis.

Li mauvais demorront, ne’s convient pas eslire,
Et c’il sunt hui mauvais il seront demain pire ;
De jour en jour iront de roiaume en empire [10],
Se nos ne’s retrouvons si n’en ferons que rire.

Li Rois qui les trois rois en Belléem conduit,
Conduie touz croisiez qui à mouvoir sunt duit,
Qu’osteir au soudant puissent et joie et déduit,
Si que bonnes en soient et notes et conduit !


Explicit.

  1. Cette pièce, ainsi que son titre l’indique, est relative à la seconde croisade de saint Louis. Elle a dû être composée, comme le prouvent les strophes elles-mêmes, avant le départ du roi, ou du moins aux approches de ce départ.
  2. Néust, nuisit.
  3. Philippe, surnommé depuis le Hardy, fils de saint Louis, Robert, comte d’Artois, frère du roi, et Tristan, comte de Nevers, frère de Philippe. Le poëte présente leur départ comme un hommage, comme un hymne à Dieu.
  4. Thibaut V. (Voyez la pièce intitulée La Complainte au roi de Navarre.)
  5. Il paraît qu’on avait pour saint André, au 13e siècle, la plus grande dévotion : Rutebeuf le site souvent, et les autres trouvères font de même.
  6. Rutebeuf commet ici une omission. Louis IX n’emmena pas seulement avec lui deux de ses fils, Philippe et Tristan, nommés plus haut, il emmena encore le troisième, Pierre d’Alençon. (Voyez pour ce fait, à la fin du volume, la note Q, sur La Desputizons dou croisié et dou descroizié.) Ce que le poëte dit au reste du comte d’Artois est fort exact : ce prince était en effet cousin-germain de Philippe et de Tristan puisqu’il était fils de Robert, comte d’Artois, frère de saint Louis, tué dès le début de la première croisade au combat de la Massoure.
  7. Voyez page 121, note 1.
  8. M. de Lamartine a dit :

    « Il est là, sous trois pas un enfant le mesure, »

    et Montaigne : « Il n’y a pas d’homme si grand que six pieds de terre ne lui fassent raison. »
  9. Sance, Samson.
  10. Voyez pape 21, note 4.