Cligès

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

CHRÉTIEN DE TROYES Cligés

Cil qui fist d'Erec et d'Enide,
Et les comandemanz d'Ovide
Et l'art d'amors an romans mist,
Et le mors de l'espaule fist,
Del roi Marc et d'Ysalt la blonde,
Et de la hupe et de l'aronde
Et del rossignol la muance,
.I. novel conte rancomance
D'un vaslet qui an Grece fu
Del linage le roi Artu.
Mes ainz que de lui rien vos die,
Orroiz de son pere la vie,
Dom il fu et de quel linage.
Tant fu preuz et de fier corage
Que por pris et por los conquerre
Ala de Grece an Engleterre,
Qui lors estoit Bretaigne dite.
Ceste estoire trovons escrite,
Que conter vos vuel et retraire,
En .i. des livres de l'aumaire
Monseignor saint Pere a Biauvez ;
De la fu li contes estrez
Qui tesmoingne l'estoire a voire,
Por ce fet ele mialz a croire.
Par les livres que nos avons
Les fez des anciens savons
Et del siegle qui fu jadis.
Ce nos ont nostre livre apris
Qu'an Grece ot de chevalerie
Le premier los et de clergie :
Puis vint chevalerie a Rome
Et de la clergie la some,
Qui or est an France venue.
Dex doint qu'ele i soit maintenue
Et que li leus li abelisse
Tant que ja mes de France n'isse
L'enors qui s'i est arestee.
Dex l'avoit as altres prestee,
Car des Grezois ne des Romains
Ne dit an mes ne plus ne mains,
Et estainte la vive brese.
Crestiens comance son conte,
Si con li livres nos reconte,
Qui trez fu d'un empereor
Puissant de richesce et d'enor,
Qui tint Grece et Costantinoble.
Empereriz ot cointe et noble,
Don l'emperere ot .ii. enfanz.
Mes ainz fu li premiers si granz
Que li autres nessance eüst
Que li premiers, se lui pleüst,
Poïst chevaliers devenir
Et tot l'empire maintenir.
Li premiers ot non Alixandres,
Alis fu apelez li mandres.
Alixandres ot non li pere
Et Tantalis ot non la mere.
De l'empereriz Tantalis,
De l'empereor et d'Alis
La parole a tant lesseron ;
D'Alixandre vos conteron,
Qui tant fu corageus et fiers
Que il [...] deigna chevaliers
Devenir an sa region.
Oï ot feire menssion
Del roi Artus qui lors reignoit
Et des barons que il tenoit
An sa conpaignie toz jorz,
Par qu'estoit dotee sa corz
Et renomee par le monde.
Comant que la fins l'an responde
Et comant que il l'en aveingne,
N'est riens nee qui le deteingne
El mont que n'an voist an Breteingne.
Mes ainz est droiz que congié preingne
A son pere que il s'an aille
An Bretaigne n'an Cornoaille.
Por congié prandre et demander
Va a l'empereor parler.
Alixandres li biax, li preuz,
Ja li dira quex est ses veuz
Et que il vialt feire et anprandre :
« Biau pere, por enor aprandre
Un don, fet il, querre vos os,
Que je vuel que vos me doingniez ;
Ne ja ne le me porloigniez
Se otroier le me devez. »
De ce ne cuide estre grevez
L'empereres ne po ne bien :
L'enor son fil sor tote rien
Doit il voloir et covoitier.
Mout cuideroit bien esploitier ;
Cuideroit ? et si feroit il,
S'il acroissoit l'enor son fil.
« Biax filz, fet il, je vos otroi
Vostre pleisir, et dites moi
Que vos volez que je vos doingne. »
Or a bien feite sa besoingne
Li vaslez, qui mout an fu liez
Qant li dons li fu otroiez
Qu'il tant desirroit a avoir.
« Sire, fet il, volez savoir
Que vos m'avez acreanté ?
Je vuel avoir a grant planté
De vostre or et de vostre argent,
Et conpaignons de vostre gent
Tex con je les voldrai eslire ;
Car issir vuel de vostre empire,
S'irai presanter mon servise
Au roi qui Bretaingne justise,
Por ce que chevalier me face.
Ja n'avrai armee la face
Ne hiaume el chief, jel vos plevis,
A nul jor que je soie vis,
Tant que li rois Artus me ceingne
L'espee, se feire le deingne,
Car d'autrui ne vuel armes prandre. »
L'empereres, sanz plus atandre,
Respont : « Biax filz, por Deu ne dites !
Cist païs est vostres toz quites,
Et Costantinoble la riche.
Ne me devez tenir por chiche,
Qant si bel don vos vuel doner.
Demain vos ferai coroner
Et chevaliers seroiz demain.
Tote Grece iert an vostre main
Et de noz barons recevrez,
Si con reçoivre les devez,
Les seiremanz et les homages.
Qui ce refuse il n'est pas sages. »
Li vaslez antant la promesse
Que l'andemain aprés la messe
Le vialt ses peres adober,
Et dit qu'il iert malvés ou ber
En autre païs que el suen.
« Se vos feire volez mon buen
De ce que je vos ai requis,
Or me donez et veir et gris
Et boens chevax et dras de soie ;
Car einçois que chevaliers soie,
Voldrai servir le roi Artu ;
N'ai pas ancor si grant vertu
Que je poïsse armes porter.
Nus ne m'an porroit retorner,
Par proiere ne par losange,
Que je n'aille an la terre estrange
Veoir le roi et ses barons,
De cui si granz est li renons
De corteisie et de proesce.
Maint haut home par lor peresce
Perdent grant los qu'avoir porroient
Se par la terre cheminoient.
Ne s'acordent pas bien ansanble
Repos et los, si con moi sanble,
Car de nule rien ne s'alose
Riches hom qui toz jorz repose,
Ensi sont contraire et divers.
Et cil est a son avoir sers
Qui toz jorz l'amasse et acroist.
Biau pere, tant con il me loist
Los conquerre se je tant vail,
I vuel metre poinne et travail. »
De ceste chose sanz dotance
L'emperere ot joie et pesance :
Joie a de ce que il antant
Que ses filz a proesce antant,
Et pesance, de l'autre part,
De ce que de lui se depart.
Mes por l'otroi qu'il en a fait,
Quelque pesance qu'il en ait,
Li covient son boen consantir,
Qu'ampereres ne doit mantir.
« Biax filz, fet il, lessier ne doi,
Puis qu'a enor tandre vos voi,
Que ne face vostre pleisir.
An mes tresors poez seisir
D'or et d'argent plainnes deus barges,
Mes mout covient que soiez larges. »
Or est li vaslez bien heitiez
Et cortois et bien afeitiez,
Qant ses peres tant li promet
Qu'a bandon ses tresors li met
Et si l'enore et li comande
Que largemant doint et despande,
Et si li dit reison por coi :
« Biax filz, fet il, de ce me croi
Que largesce est dame et reïne
Qui totes vertuz anlumine,
Ne n'est mie grief a prover.
A quel bien cil se puet torner,
Ja tant ne soit puissanz ne riches,
Ne soit honiz se il est chiches ?
Qui a tant d'autre bien sanz grace
Que largesce loer ne face ?
Par soi fet prodome largesce,
Ce que ne puet feire hautesce
Ne corteisie ne savoir
Ne gentillesce ne avoir
Ne force ne chevalerie
Ne proesce ne seignorie
Ne biautez ne nule autre chose ;
Mes tot ausi come la rose
Est plus que nule autre flors bele,
Qant ele neist fresche et novele,
Einsi la ou largesce avient,
Desor totes vertuz se tient
Et les bontez que ele trueve
An prodome qui bien se prueve
Fet a .v.c. dobles monter.
Tant a en largesce a conter
Que n'an diroie la mitié. »
Bien a li vaslez esploitié
De quanqu'il a quis et rové,
Car ses peres li a rové
Tot ce qu'il li vint a creante.
L'empereriz fut mout dolante,
Qant de la voie oï parler
Ou ses filz an devoit aler.
Mes qui qu'an ait duel ne pesance
Ne qui que li tort a enfance
Ne qui que li blasme ne lot,
Li vaslez au plus tost qu'il pot
Comande ses nes aprester,
Car il n'i vialt plus arester
An son païs plus longuemant.
Les nes par son comandemant
Furent chargiees cele nuit
De vin, de char et de bescuit.
Les nes sont chargiees an port
Et l'andemain a grant deport
Vint Alixandres el sablon,
Et avuec lui si conpaignon,
Qui lié estoient de la voie.
Li empereres les convoie
Et l'empereriz, cui mout poise.
Au port truevent lez la faloise
Les mariniers dedanz les nes.
L'orez fu peisible et soés,
Li vanz dolz et li airs serains.
Alixandres toz premerains
Qant de son pere fu partiz,
Au congié de l'empereriz,
Qui le cuer a dolant el vantre,
De la nef el batel s'an antre ;
Et si conpaignon avuec lui,
Ansanble quatre, troi et dui,
Tancent d'antrer sanz atandue.
Tantost fu la voile tandue
Et la barge desaencree.
Cil de terre, cui pas n'agree
Del vaslet que aler an voient,
Tant con il pueent les convoient
De la veüe de lor ialz ;
Et por ce que il puissent mialz
Et plus longuemant esgarder,
S'an vont tuit ansanble monter
Lez la marine an .i. haut pui.
D'iluec esgardent lor enui ;
Tant con il pueent plus veoir
Lor ami, l'esgardent por voir,
Que del vaslet mout lor enuie,
Et Dex a droit port le conduie
Sanz anconbrier et sanz peril !
En la mer furent tot avril
Et une partie de mai.
Sanz grant peril et sanz esmai
Vindrent au port desoz Hantone.
.I. jor antre vespres et none
Gietent encre, si ont port pris.
Li vaslet, qui n'orent apris
A sofrir meseise ne painne,
En mer, qui ne lor fu pas sainne,
Orent longuemant demoré,
Tant que tuit sont descoloré,
Et afebli furent et vain
Tuit li plus fort et li plus sain.
Et neporquant grant joie font
Qant de la mer eschapé sont
Et venu la ou il voloient.
Por ce que formant se doloient,
Desoz Hantone se remainnent
La nuit et grant joie demainnent
Et font demander et anquerre
Se li rois est an Eingleterre.
L'an lor dist qu'il est a Guincestre
Et que mout tost i porront estre
S'il vuelent lever par matin
Et s'il tienent le droit chemin.
Li vaslet par matin s'esvoillent,
Si s'atornent et aparoillent ;
Et quant il furent atorné,
De Hantone s'an sont torné,
Si ont le droit chemin tenu
Tant qu'a Guincestre sont venu,
Ou li rois estoit a sejor.
Einçois qu'il fust prime de jor,
Furent a cort venu li Gré.
Au pié descendent del degré ;
Li escuier et li cheval
Remestrent an la cort aval,
Et li vaslet montent amont
Devant le meillor roi del mont
Qui onques fust ne ja mes soit.
Et quant li rois Artus les voit,
Mout li pleisent et abelissent ;
Mes ainz que devant lui venissent,
Ostent les mantiax de lor cos,
Que l'an ne les tenist por fos.
Einsi trestuit desafublé
An sont devant le roi alé.
Tuit li baron les esgardoient,
Por ce que biax et genz les voient,
Car li vaslet mout lor pleisoient ;
Ne cuident pas que il ne soient
Tuit de contes et de roi fil,
Et por voir si estoient il.
Mout par sont bel de lor aage,
Gent et bien fet, de lonc corssage ;
Et les robes que il vestoient
D'un drap et d'une taille estoient,
D'un sanblant et d'une color.
Doze furent sanz lor seignor,
Dont je vos dirai tant sanz plus
Que miaudres de lui ne fu nus,
Mains sanz orguel et sanz desroi.
Desfublez fu devant le roi,
Qui mout fu biax et bien tailliez ;
Devant lui s'est agenoilliez
Et tuit li autre par amor
S'agenoillent lez lor seignor.
Alixandres le roi salue,
Qui la leingue avoit esmolue
A bien parler et sagemant.
« Rois, fet il, se de vos ne mant
Renomee qui vos renome,
Des que Dex fist le premier home,
Ne nasqui de vostre puissance
Rois qui an Deu eüst creance ;
Rois, li renons qui de vos cort
M'a amené a vostre cort
Por vos servir et enorer,
Et s'i voldrai tant demorer
Que chevaliers soie noviax,
Se mes servises vos est biax,
De vostre main, non de l'autrui ;
Car se de la vostre nel sui,
sur
Ne serai chevaliers clamez.
Se vos tant mon servise amez
Que chevalier me vuilliez faire,
Retenez moi, rois debonaire,
Et mes conpaignons qui ci sont. »
Li rois tot maintenant respont :
« Amis, fet il, ne refus mie
Ne vos ne vostre conpaignie,
Mes bien veignant soiez vos tuit,
Car bien sanblez, et je le cuit,
Que vos soiez fil de hauz homes.
Dom estes vos ? - De Grece somes.
-De Grece ? - Voire. - Qui est tes peres ?
-Par foi, sire, li empereres.
-Et comant as non, biax amis ?
-Alixandres me fu nons mis
La ou ge reçui sel et cresme
Et crestianté et baptesme.
-Alixandre, biax amis chiers,
Je vos retieng mout volantiers
Et mout me plest et mout me heite,
Car mout m'avez grant enor feite,
Qant venuz estes a ma cort.
Mout vuel que l'en vos i enort
Com franc vaslet et sage et dolz.
Trop avez esté a genolz :
Relevez sus, jel vos comant,
Et soiez des ore en avant
De ma cort et de mes privez,
Qu'a boen port estes arivez. »
Atant se lievent li Grezois ;
Lié sont, quant si les a li rois
Deboneiremant retenuz.
Bien est Alixandres venuz,
Car a rien qu'il vuelle ne faut,
N'an la cort n'a baron si haut
Qui bel ne l'apialt et acuelle.
Et cil, qui pas ne s'an orguelle
Ne plus n'an est nobles ne cointe,
A monseignor Gauvain s'acointe
Et as autres par un et un.
Mout se fet amer a chascun,
Nes messire Gauvains tant l'aimme
Qu'ami et conpaignon le claimme.

En la vile chiés .i. borjois
Orent pris ostel li Grezois,
Le meillor qu'il porent avoir.
Alixandres ot grant avoir
De Costantinoble aporté ;
A ce que li ot comandé
Li emperere et conseillié,
Que son cuer eüst esveillié
A bien doner et a despandre,
Voldra sor tote rien antendre.
Mout i antant et met grant painne,
Bele vie a son ostel mainne
Et largemant done et despant,
Si com a sa richesce apant
Et si con ses cuers l'en consoille.
Trestote la corz s'an mervoille
Ou ce que il despant est pris,
Qu'il done a toz chevax de pris
Que de sa terre ot amenez.
Tant s'est Alixandres penez
Et tant fet par son bel servise
Que mout l'aimme li rois et prise,
Et li baron et la reïne.
Li rois Artus an cel termine
S'an vost an Bretaigne passer.
Toz ses barons fist amasser
Por consoil querre et demander
A cui il porra comander
Eingleterre tant qu'il reveingne,
Qui an pes la gart et mainteingne.
Par le consoil de toz ansanble
Fu comandee, ce me sanble,
Au conte Angrés de Guinesores,
Car il ne cuidoient ancores
Qu'il eüst baron plus de foi
An tote la terre le roi.
Qant cil tint la terre an sa main,
Li rois Artus mut l'andemain,
La reïne et ses dameiseles.
An Bretaigne oent les noveles
Que li rois vient et si baron,
Mout font grant joie li Breton.
En la nef ou li rois passa
Vaslet ne pucele n'antra
Fors Alixandre seulemant ;
Et la reïne voiremant
I amena Soredamors,
Qui desdaigneuse estoit d'amors :
Onques n'avoit oï parler
D'ome qu'ele deignast amer,
Tant eüst biauté ne proesce,
Ne seignorie ne hautesce.
Et neporquant la dameisele
Estoit tant avenanz et bele
Que bien deüst d'amors aprandre
Se li pleüst a ce antandre,
Mes onques n'i volt metre antante.
Or la fera Amors dolante
Et mout se cuide bien vangier
Del grant orguel et del dangier
Qu'ele li a toz jorz menee .
Bien l'a Amors droit assenee :
El cuer l'a de son dart ferue.
Sovant palist, sovant tressue,
Et maugré suen amer l'estuet.
A grant poinne tenir se puet
Que vers Alixandre n'esgart ;
Mout li estuet qu'ele se gart
De monseignor Gauvain, son frere.
Chieremant achate et conpere
Son grant orguel et son desdaing.
Amors li a chaufé .i. baing
Qui mout l'eschaufe et mout li nuist.
Or li est boen et or li nuist,
Or le vialt et or le refuse ;
Ses ialz de traïson encuse
Et dit : « Oel, vos m'avez traïe ;
Par vos m'a mes cuers anhaïe,
Qui me soloit estre de foi.
Or me grieve ce que je voi.
Grieve ? Nel fet, ençois me siet,
Et se ge voi rien qui me griet,
Don n'ai ge mes ialz an baillie ?
Bien me seroit force faillie
Et po me devroie prisier,
Se nes pooie justisier
Et feire autre part esgarder.
Einsi me porrai bien garder

D'Amor, qui justisier me vialt,
Car cui ialz ne voit cuers ne dialt ;
Se je nel voi, rien ne m'an iert.
Ja ne me prie il ne requiert :
Amerai le ge s'il ne m'aimme ?
Se sa biautez mes ialz reclaimme
Et mi oel voient le reclaim,
Dirai ge por ce que ge l'aim ?
Nenil, car ce seroit mançonge.
Por ce n'a il an moi chalonge,
Ne plus ne mains n'i puet clamer :
L'an ne puet pas des ialz amer.
Et que m'ont donc forfet mi oel,
S'il esgardent ce que je voel ?
Quex corpes et quel tort ont il ?
Doi les an ge blasmer ? Nenil.
Cui donc ? Moi, qui les ai en garde.
Mi oel a nule rien n'esgarde
S'au cuer ne plest et atalante.
Chose qui me feïst dolante
Ne deüst mes cuers pas voloir.
Sa volentez me fet doloir.
Doloir ? Par foi, donc sui je fole,
Qant par lui voel ce qui m'afole.
Volantez don me vaigne enuis
Doi je bien oster, se je puis.
Se je puis ? Fole, qu'ai je dit ?
Donc porroie je mout petit,
Se de moi puissance n'avoie !
Cuide moi Amors metre an voie,
Qui les autres sialt desveier ?
Autrui li covient aveier,
Car je ne sui de rien a lui,
Ja n'i serai n'onques n'i fui,
Ne ja n'amerai s'acointance. »
Ensi a soi meïsmes tance,
Une ore aimme et autre het.
Tant se dote qu'ele ne set
Le quel li vaille mialz a prandre.
Vers Amors se cuide desfandre,
Mes ne li a mestier desfanse.
Dex, c'or ne set que vers li panse
Alixandres de l'autre part !
Amors igaumant lor depart
Tel livreison com il lor doit.
Mout li fet bien reison et droit,
Car li uns l'autre aimme et covoite.
Ceste amors est leax et droite.
Se li uns de l'autre seüst
Quel volanté chascuns eüst !
Mes cil ne set que cele vialt,
Ne cele de coi cil se dialt.
La reïne garde s'an prant,
Qui l'un et l'autre voit sovant
Descolorer et anpalir ;
Ne set don ce puet avenir
Ne ne set por coi il le font
Fors que por la mer ou il sont.
Espoir bien s'an aparceüst
Se la mers ne la deceüst ;
Mes la mers l'angingne et deçoit
Si qu'an la mer l'amor ne voit ;
An la mer sont, et d'amer vient,
Et d'amors vient li max ques tient.
Et de ces trois ne set blasmer
La reïne fors que la mer,
Car li dui le tierz li ancusent
Et por le tierz li dui s'escusent
Qui del forfet sont antechié.
Sovant conpere autrui pechié
Tex qui n'i a corpes ne tort.
Einsi la reïne mout fort
La mer ancorpe et si la blasme,
Mes a tort li met sus le blasme,
Car la mers n'i a rien forfet.
Mout a Soredamors mal tret,
Tant qu'a port est la nes venue.
Del roi est bien chose seüe,
Car li Breton grant joie an firent
Et mout volantiers le servirent
Come lor seignor droiturier.
Del roi Artus parler ne quier
A ceste foiz plus longuemant,
Einçois m'orroiz dire comant
Amors les .ii. amanz travaille
Vers cui il a prise bataille.
Alixandres aimme et desirre
Celi por cui amor sopire,
Mes il ne set ne ne savra
De si que maint mal en avra
Et maint enui por li soffert.
Por s'amor la reïne sert
Et les puceles de la chanbre,
Mes celi don plus li remanbre
N'ose aparler ne aresnier.
S'ele osast vers lui desresnier
Le droit que ele i cuide avoir,
Volantiers li feïst savoir ;
Mes ele n'ose ne ne doit.
Et ce que li uns l'autre voit,
Ne plus n'an puet dire ne feire,
Lor torne mout a grant contraire
Et l'amors acroist et alume ;
Mes de toz amanz est costume
Que volantiers peissent lor ialz
D'esgarder, s'il ne pueent mialz,
Et cuident, por ce qu'il lor plest
Ce dont amors acroist et nest,
Qu'aidier lor doie, si lor nuist :
Tot ausi con cil qui se cuist,
Qui au feu s'aproche et acoste,
Est cil qui arrieres s'an oste.
Adés croist l'amors et si monte ;
Mes li uns a de l'autre honte,
Si se cuevre et çoile chascuns,
Si qu' an n'an pert flame ne funs
Del charbon qui est soz la cendre.
Por ce n'est pas la chalors mandre,
Einçois dure la chalors plus
Desoz la cendre que desus.
Mout sont andui an grant engoisse,
Et por ce qu'an ne les conoisse
Ne lor conplainte n'aparçoive,
Estuet chascun que il deçoive
Par faus sanblant totes les genz.
Mes la nuit est la plainte granz,
Que chascuns fet a lui meïsmes.
D'Alixandre vos dirai primes
Comant il se plaint et demante.
Amors celi li represante
Por cui se sant si fort grevé,
Que de son cuer l'a eslevé
Ne nel lesse an lit reposer :
Tant li delite a remanbrer
La biauté et la contenance
Celi, ou n'a point d'esperance
Que ja biens l'an doie venir.
« Por fol, fet il, me puis tenir.
Por fol ? Voiremant sui ge fos,
Qant ce que je pans dire n'os,
Car tost me torneroit a pis.
An folie ai mon panser mis ;
Donc me covient il mialz panser
Que fol me feïsse apeler.
Ja n'iert seü ce que [...] vuel ?
Tant celerai ce don me duel,
Ne ne savrai de mes dolors
Aïde querre ne secors ?
Fos est qui sant anfermeté,
Qui n'an quiert aïde et santé
Se il la puet trover nul leu.
Mes tex cuide feire son preu
Et porquerre ce que il vialt,
Qui porchace dom il se dialt.
Et qui ne le cuide trover,
Por coi iroit consoil rover ?
Il se traveilleroit an vain.
Je sant le mien mal si grevain
Que ja n'an avrai garison
Par mecine, ne par poison
Ne par herbe ne par racine.
A chascun mal n'a pas mecine.
Li miens est si anracinez
Qu'il ne puet estre mecinez.
Ne puet ? Je cuit que j'ai manti.
Des que primes cest mal santi,
Se l'osasse mostrer et dire,
Poïsse je parler au mire,
Qui de tot me porroit eidier.
Mes mout m'est grief a empleidier,
Espoir n'i daigneroit antendre
Ne nul loier n'an voldroit prandre.
Donc n'est mervoille se m'esmai,
Car mout ai mal et si ne sai
Quex max ce est qui me justise,
Ne sai don la dolors m'est prise.
Nel sai ? Si faz. Jel cuit savoir :
Cest mal me fet Amors avoir.
Comant ? Set donc Amors mal faire ?
Don n'est il dolz et debonaire ?
Je cuidoie que il n'eüst
En Amor rien qui boen ne fust,
Mes je l'ai mout felon trové.
Nel set qui ne l'a esprové,
De quex jeus Amors s'antremet.
Fos est qui devers lui se met,
Qu'il vialt toz jorz grever les suens.
Par foi, ses geus n'est mie buens ;
Malvés joer se fet a lui,
Je cuit qu'il me fera enui.
Que ferai donc ? Retrerai m'an ?
Je cuit que je feroie san,
Mes ne sai comant je le face.
S'Amors me chastie et menace
Por aprandre et por anseignier,
Doi je mon mestre desdaignier ?
Fos est qui son mestre desdaingne ;
Ce qu'Amors m'aprant et ansaingne
Doi je garder et maintenir :
Granz biens m'an porroit avenir.
Mes trop me bat, ice m'esmaie.
Ja n'i pert il ne cop ne plaie,
Et si m'an plaing. Don n'ai ge tort ?
Nenil, qu'il m'a navré si fort
Que jusqu'au cuer m'a son dart trait,
Mes ne l'a pas a lui retrait.
Comant le t'a donc trait el cors
Qant la plaie ne pert defors ?
Ce me diras : savoir le vuel !
Comant le t'a il tret ? Par l'uel.
Par l'uel ? Si ne le t'a crevé ?
A l'uel ne m'a il [...] grevé,
Mes au cuer me grieve formant.
Or me di donc reison comant
Li darz est parmi l'uel passez,
Qu'il n'an est bleciez ne quassez.
Se li darz parmi l'uel i antre,
Li cuers por coi s'an dialt el vantre,
Que li ialz ausi ne s'an dialt,
Qui le premier cop an requialt ?
De ce sai ge bien reison randre :
Li ialz n'a soin de rien antandre
Ne rien ne puet feire a nul fuer,
Mes c'est li mereors au cuer,
Et par ce mireor trespasse,
Si qu'il ne blesce ne ne quasse,
Le san don li cuers est espris.
Donc est li cuers el vantre mis,
Ausi con la chandoile esprise
Est dedanz la lenterne mise.
Se la chandoile an departez,
Ja n'an istra nule clartez ;
Mes tant con la chandoile dure,
Ne est pas la lanterne oscure
Et la flame qui dedanz luist
Ne l'anpire ne ne li nuist.
Autresi est de la verrine :
Ja n'iert si forz ne anterine
Que li rais del soloil n'i past,
Sanz ce que de rien ne la quast ;
Ne ja li voirres si clers n'iert
Se autre clartez ne s'i fiert,
Que par le suen voie l'an mialz.
Ce meïsmes sachiez des ialz
Et del voirre et de la lanterne,
Car es ialz se fiert la luiserne
Ou li cuers se remire et voit
La lumiere, quex qu'ele soit ;
Si voit maintes oevres diverses,
Les unes verz, les autres perses,
L'une vermoille et l'autre bloe,
L'une blasme et l'autre loe,
L'une tient vil et l'autre chiere.
Mes tiex li mostre bele chiere
El mireor quant il l'esgarde,
Qui le traïst s'il ne s'i garde.
Moi et les miens m'ont deceü,
Car an lui a mes cuers veü
.I. rai don je sui anconbrez,
Qui dedanz lui s'est anombrez,
Et por lui m'est mes cuers failliz.
De mon ami sui malbailliz,
Qui por mon anemi m'oblie.
Reter le puis de felonie,
Car il a mout vers moi mespris.
Je cuidoie avoir trois amis,
Mon cuer et mes .ii. ialz ansanble ;
Mes il me heent, ce me sanble.
Ha, Dex, ou sont mes mi ami,
Qant cist .iii. sont mi anemi,
Qui de moi sont et si m'ocïent ?
Mi sergent an moi trop se fïent,
Qui tote lor volanté font
Et de la moie point ne font.
Or sai ge bien de verité
Par cez qui m'ont deserité
Qu'amors de boen seignor perist
Par malvés sergent qu'il norrist.
Qui malvés sergent aconpaigne
Ne puet faillir qu'il ne s'an plaigne,
Quanqu'il aveigne, tost ou tart.
Or vos reparlerai del dart
Qui m'est comandez et bailliez,
Comant il est fez et tailliez.
Mes je dot mout que ge n'i faille,
Car tant en est riche la taille
N'est mervoille se je i fail,
Et si metrai tot mon travail
A dire ce que moi an sanble.
La floiche et li penon ansanble
Sont si pres, qui bien les ravise,
Que il n'i a c'une devise
Ausi con d'une greve estroite ;
Mes ele est si polie et droite
Qu'an la rote sanz demander
N'a rien qui face a amander.
Li penon sont si coloré
Con s'il estoient tuit doré,
Mes doreüre n'i fet rien,
Car li penon, ce savez bien,
Estoient plus luisant ancores.
Li penon sont les treces sores
Que je vi l'autre jor an mer,
C'est li darz qui me fet amer.
Dex, con tres precieus avoir !
Qui tel tresor porroit avoir,
Por qu'avroit an tote sa vie
De nule autre richesce anvie ?
Androit de moi jurer porroie
Que rien plus ne desirreroie,
Que seul les penons et la floiche
Ne donroie por Antioiche.
Et quant ces .ii. choses an pris,
Qui porroit esligier le pris
De ce que vaut li remenanz,
Qui tant est biax et avenanz
Et tant boens et tant precieus,
Que desirranz et anvieus
Sui ancor de moi remirer
Le front que Dex a fet tant cler
Que nule rien n'i feroit glace,
Ne esmeraude ne topace ?
Mes an tot ce n'a riens a dire,
Qui la clarté des ialz remire ;
Car a toz ces qui les esgardent
Sanblent .ii. chandoiles qui ardent.
Et qui a boche si delivre,
Qui la face poïst descrivre,
Le nes bien fet et le cler vis,
Com la rose oscure le lis,
Einsi come li lis esface,
Por bien anluminer la face,
Et de la bochete riant
Que Dex fist tele a esciant,
Por ce que nus ne la veïst
Qui ne cuidast qu'ele reïst ?
Et quel sont li dant an la boche ?
Li uns de l'autre si pres toche
Qu'il sanble que il s'antretaingnent ;
Et por ce que mialz i avaingnent,
.I. fist Nature .i. petit d'uevre :
Qui verroit con la bochete oevre,
Ne diroit mie que li dant
Ne fussent d'ivoire ou d'argent.
Tant a a dire et a retraire
An chascune chose a portraire,
Et el manton et es oroilles,
Qu'il ne seroit pas granz mervoilles,
Se aucune chose i trespas.
De la boche ne di ge pas
Que vers li ne soit cristax trobles ;
Li cors est plus blans quatre dobles ;
Plus clere d'ivoire est la trece.
Tant con il a des la chevece
Jusqu'au fermail d'antroverture,
Vi del piz nu sanz coverture
Plus blanc que n'est la nois negiee.
Bien fust ma dolors alegiee
Se tot le dart veü eüsse.
Mout volantiers, se je seüsse,
Deïsse quex an est la floiche :
Ne la vi pas n'an moi ne poiche
Se la façon dire n'an sai
De chose que veüe n'ai.
Ne m'an mostra Amors adons
Fors que la coche et les penons,
Car la fleche ert el coivre mise :
C'est li bliauz et la chemise
Don la pucele estoit vestue.
Par foi, c'est li max qui me tue,
Ce est li darz, ce est li rais,
Don trop vilainnemant m'irais.
Mout sui vilains qui m'an corroz.
Ja mes festuz n'an sera roz
Par desfiance ne par guerre,
Que je doie vers Amor querre.
Or face de moi tot son buen,
Si com il doit feire del suen,
Car je le vuel et si me plest,
Je ne quier que cist max me lest.
Mialz vuel qu'ainsi toz jorz me teingne
Que de nelui santez me veingne,
Se de la ne vient la santez
Dont est venue l'anfertez. »
Granz est la conplainte Alixandre,
Mes cele ne rest mie mandre
Que la dameisele demainne.
Tote nuit est an si grand painne
Qu'ele ne dort ne ne repose ;
Amors li est el cuer anclose,
Une tançons et une rage
Qui mout li troble son corage,
Et qui l'angoisse et destraint
Que tote nuit plore et se plaint
Et se degiete et si tressaut
A po que li cuers ne li faut.
Et quant ele a tant traveillié,
Tant sangloti et baaillié
Et tressailli et sopiré,
Lors a en son cuer remiré
Qui cil estoit et de quel mors
Por cui la destraignoit Amors.
Et quant ele s'est bien refaite
De pansser quanque li anhaite,
Lors se restant et se retorne,
An panser a folie atorne
Tot son panser que ele a fet.
Si recomance .i. autre plet,
Et dit : « Fole, qu'ai je a feire,
Se cist vaslez est deboneire
Et larges et cortois et proz ?
Tot ce li est enors et proz.
Et de sa biauté moi que chaut ?
Sa biauté avoec lui s'an aut.
Si fera ele maugré mien,
Ja ne l'an voel je tolir rien.
Tolir ? Non voir ! Ce ne vuel mon.
S'il avoit le san Salemon
Et se Nature mis eüst
An lui tant que plus ne peüst
De biauté metre an cors humain,
Si m'eüst Dex mis an la main
Le pooir de tot depecier,
Ne l'an querroie correcier,
Mes volantiers, se je savoie,
Plus sage et plus bel le feroie.
Par foi, donc ne le hé je mie.
Et sui je por itant s'amie ?
Nenil, ne qu'a un autre sui.
Et por coi pans je donc a lui
Se plus d'un altre ne m'agree ?
Ne sai, tote an sui esgaree,
Car onques mes ne panssai tant
A nul home el siegle vivant,
Et mon vuel toz jorz le verroie,
Ja mes ialz partir n'an querroie,
Tant m'abelist, quant je le voi.
Est ce amors ? Oïl, ce croi.
Ja tant sovant nel remanbrasse
Se plus d'un autre ne l'amasse.
Or l'aim. Or soit acreanté.
Si an ferai ma volanté,
Voire, mes qu'il ne li desplaise.
Ceste volantez est malveise ;
Mes Amors m'a si anhaïe
Que fole an sui et esbahie,
Ne desfansse rien ne m'i vaut,
Si m'estuet sofrir son assaut.
Ja me sui ge si sagemant
Vers lui gardee longuemant,
Einz mes por lui ne vos rien faire ;
Mes or li sui trop deboneire.
Et quel gré m'an doit il savoir,
Qant par amor ne puet avoir
De moi servise ne bonté ?
Par force a mon orguel donté,
Si m'estuet a son pleisir estre.
Or vuel amer, or sui a mestre,
Or m'aprandra Amors... Et quoi ?
Confeitemant servir le doi.
De ce sui je mout bien aprise,
Mout sui sage de son servise,
Que nus ne m'an porroit reprandre :
Ja plus ne m'an covient aprandre.
Amors voldroit, et je le vuel,
Que sage fusse et sanz orguel
Et deboneire et acointable
Vers toz por .i. seul amiable.
Amerai les ge toz por un ?
Bel sanblant doi feire a chascun,
Mes Amors ne m'anseigne mie
Qu'a toz soie veraie amie.
Amors ne m'aprant se bien non.
Por neant n'ai ge pas cest non
Que Soredamors sui clamee.
Amer doi, si doi estre amee,
Si le vuel par mon non prover,
Qu'Amors doi an mon non trover.
Aucune chose senefie
Ce que la premiere partie
En mon non est de color d'or,
Et li meillor sont li plus sor.
Por ce tieng mon non a meillor
Qu'an mon non a de la color
A cui li miaudres ors s'acorde,
Et la fine Amors me recorde,
Car qui par mon droit non m'apele
Toz jorz amors me renovele ;
Et l'une mitiez l'autre dore
De doreüre clere et sore,
Et autant dit Soredamors
Come sororee d'Amors.
Doreüre d'or n'est si fine
Come ceste qui m'anlumine.
Mout m'a donc Amors enoree,
Qant il de lui m'a sororee,
Et je metrai an lui ma cure,
Que de lui soie doreüre,
Ne ja mes ne m'an clamerai.
Or aim et toz jorz amerai.
Cui ? Voir, ci a bele demande !
Cestui que Amors me comande,
Car ja autres m'amor n'avra.
Cui chaut, quant il ne le savra,
Se je meïsmes ne li di ?
Que feroie, se ne li pri ?
Qui de la chose a desirrier
Bien la doit requerre et proier.
Comant ? Proierai le je donques ?
Nenil. Por coi ? Ce n'avint onques
Que fame tel forfet feïst
Que d'amors home requeïst,
Se plus d'autre ne fu desvee.
Bien seroie fole provee,
Se je disoie de ma boche
Chose don j'eüsse reproche.
Qant de ma boche le savroit,
Je cuit que plus vil m'an avroit,
Si me reprocheroit sovant
Que je l'en ai proié avant.
Ja ne soit amors si vilainne
Que je pri cestui premerainne ;
Plus chiere m'an devroit avoir.
Dex, comant le porra savoir
Des que je ne l'an ferai cert ?
Ancor n'ai ge gaires soffert,
Por coi tant demanter me doive ;
J'atandrai tant qu'il s'aparçoive,
Car ja ne li ferai savoir.
Bien s'an savra aparcevoir,
S'il onques d'amors s'antremist
Ou s'il par parole en aprist.
Aprist ? Or ai ge dit oiseuse.
Amors n'est pas si gracieuse
Que par parole an soit nus sages
S'avoec n'i est li boens usages.
Par moi meïsmes le sai bien,
Car onques n'an poi savoir rien
Par losange ne par parole ;
S'an ai mout esté a escole
Et par mainte foiz losangiee,
Mes toz jorz m'an sui estrangiee,
Sel me fet si chier conparer
C'or an sai plus que bués d'arer.
Mes d'une chose me mervoil ,
Que cil n'ama onques espoir ;
Et s'il n'aimme ne n'a amé,
Donc ai ge en la mer semé,
Ou semance ne puet reprandre
Neant plus qu'el feroit an cendre.
Or del sofrir tant que je voie
Si jel porroie metre an voie
Par sanblant et par moz coverz.
Tant ferai qu'il an sera cerz
De m'amor, se requerre l'ose.
Or n'i a donc nule autre chose
Mes que je l'aim et soe sui.
S'il ne m'aimme, j'amerai lui. »
Ensi se plaint et cil et cele,
Et li uns vers l'autre se cele ;
Le jor ont mal et la nuit pis.
A tel dolor ont, ce m'est vis,
An Bretaigne lonc tans esté,
Tant que vint a la fin d'esté.
Tot droit a l'entree d'oitovre
Vint uns messages devers Dovre
De Londres et de Quantorbire
Au roi unes noveles dire
Qui mout li troblent son corage.
Cil li ont conté le message
Que trop puet an Bretaingne ester,
Car cil li voldra contrester
Cui sa terre avoit comandee,
Et s'avoit ja grant ost mandee
De sa terre et de ses amis,
Si s'estoit dedanz Londres mis
Por la cité contretenir
A l'ore que devroit venir.
Qant li rois oï la novele,
Trestoz ses barons en apele,
Iriez et plains de mautalant.
Et qu'il facent mialz son talant
De confondre le traïtor,
Lors dit que li blasmes est lor
De son tribol et de sa guerre,
Car par aus bailla il sa terre
Et mist an la main au felon
Qui pires est de Guenelon.
N'i a un seul qui bien n'otroit
Que li rois a reison et droit,
Car ce li conseillierent il ;
Mes il an iert mis an essil,
Et sache bien de verité
Que an chastel ne an cité
Ne porra garantir son cors
Qu'a force ne l'an traie fors.
Ensi le roi tuit aseürent
Et afïent formant et jurent
Que le traïtor li randront
Ou ja mes terre ne tandront.
Et li rois par tote Bretaingne
Fet crier que nus n'i remaingne,
Qui puisse armes porter en ost,
Que aprés lui ne veingne tost.
Tote Bretaigne est esmeüe :
Onques tex oz ne fu veüe
Con li rois Artus assanbla.
A l'esmovoir des nes sanbla
Qu'an la mer fust trestoz li mondes,
Car n'i paroient nes les ondes,
Si les orent les nes covertes.
Ceste guerre sera a certes.
An la mer sanble por la noise
Que tote Bretaigne s'an voise.
Ja sont les nes totes passees,
Et les genz qui sont amassees
Se vont logent lez le rivage.
Alixandre vint an corage
Que il aille le roi proier
Que il le face chevalier,
Car se ja mes doit los aquerre,
Il l'aquerra an ceste terre.
Ses conpaignons avoec lui prant,
Si con sa volantez le prant
De feire ce qu'a anpansé.
Au tref le roi an est alé.
Devant son tref s'estut li rois ;
Qant il vit venir les Grezois,
Ses a devant lui apelez.
« Seignor, fet il, nel me celez,
Quex besoinz vos amena ça ? »
Alixandres por toz parla,
Si li a dit son desirrier.
« Venuz, fet il, vos sui proier,
Si con mon seignor proier doi,
Por mes conpaignons et por moi,
Que vos nos façoiz chevaliers. »
Li rois respont : « Mout volantiers,
Que ja respiz n'an sera priz,
Puis que vos m'an avez requis. »
Lors comande a porter li rois
A .xiii. chevaliers hernois.
Fet est ce que li rois comande :
Chascuns le suen hernois demande,
Li rois baille a chascun le suen,
Beles armes et cheval buen.
Chascuns a le suen hernois pris.
Tuit li .xii. furent de pris,
Armes et robes et cheval.
Mes autant valut par igal
Li hernois au cors Alixandre,
Qui le volsist prisier ou vandre,
Con tuit li autre .xii. firent.
Droit sor la mer se desvestirent,
Si se laverent et baingnierent,
Car il ne vostrent ne daignierent
Qu'an lor chaufast eve an estuve :
De la mer firent baing et cuve.
La reïne la chose set,
Qui Alixandre pas ne het,
Einz l'aimme mout et loe et prise.
Feire li vialt .i. bel servise,
Mout est plus granz qu'ele ne cuide.
Trestoz ses escrins cerche et vuide,
Tant c'une chemise en a treite ;
De soie fu, blanche et bien feite,
Mout deliee et mout soutil.
Es costures n'avoit un fil
Ne fust d'or ou d'argent au mains.
Au queudre avoit mises les mains
Soredamors, de leus an leus ;
S'avoit antrecosu par leus
Lez l'or de son chief un chevol,
Et as .ii. manches et au col,
Por savoir et por escouter
Se ja porroit home trover
Qui l'un de l'autre devisast,
Tant cleremant i avisast,
Car autant ou plus con li ors
Estoit li chevox clers et sors.
Soredamors prant la chemise,
Si l'a Alixandre tramise.
Et, Dex ! con grant joie an eüst
Alixandres, s'il le seüst
Que la reïne li anvoie !
Mout an reüst cele grant joie
Qui son chevol i avoit mis,
S'ele seüst que ses amis
La deüst avoir ne porter.
Mout s'an deüst reconforter,
Car ele n'amast mie tant
De ses chevox le remenant
Come celui qu'Alixandre ot.
Mes cil ne cele ne le sot :
C'est granz enuiz que il nel sevent.
Au port ou li vaslet se levent
Vint li messages la reïne.
Le vaslet trueve an la marine,
S'a la chemise presantee
Celui cui ele mout agree,
Et por ce plus chiere la tint
Que devers la reïne vint.
Mes s'il seüst le soreplus,
Ancor l'amast il assez plus,
Car an eschange n'an preïst
Tot le monde, qui li meïst.
Alixandres plus ne demore
Qu'il ne se veste en icele ore.
Qant vestuz fu et atornez,
Au tref le roi s'an est alez,
Et tuit si conpaignon ansanble.
La reïne, si con moi sanble,
Fu au tref venue seoir
Por ce qu'ele voloit veoir
Les noviax chevaliers venir.
Por biax les poïst an tenir,
Mes de toz li plus biax estoit
Alixandres au cors adroit.
Chevalier sont, des or m'an tes ;
Del roi parlerai des or mes
Et de l'ost qui a Londres vint.
Li plus des genz a lui se tint,
Et contre lui an ra grant masse.
Li cuens Angrés ses genz amasse,
Quanque vers lui an pot torner
Por prometre ne por doner.
Qant il ot sa gent asanblee,
Par nuit s'an foï an enblee,
Car de plusors estoit haïz,
Si redotoit estre traïz.
Mes einçois que il s'an foïst,
Quanque il pot a Londres prist
De vitaille, d'or et d'argent,
Si departi tot a sa gent.
Au roi sont les noveles dites
Que foïz s'an est li traïtes,
Avoec lui tote sa bataille,
Et que tant avoit de vitaille
Et d'avoir pris an la cité
Qu'apovri et deserité
Sont li borjois et confondu.
Et li rois a tant respondu
Que ja reançon n'an prandra
Del traïtor, einz le pandra,
Se prendre ne tenir le puet.
Maintenant tote l'oz s'esmuet,
Tant qu'il vindrent a Guinesores.
A ce jor, comant qu'il soit ores,
Qui le chastel volsist desfandre,
Ne fust mie legiers a prandre,
Car li traïtres le ferma,
Des que la traïson soucha,
De dobles murs et de fossez,
Et s'avoit les murs adossez
De pex aguz et de darciere ,
Qu'il ne cheïssent par derriere .
Au fermer avoit mis grant coust.
Tot juing et juingnet et aoust
Mist au feire le roilleïz
Et fossez et pont torneïz,
Tranchiees et barres et lices
Et portes de fer coleïces
Et grant tor de pierre quarree.
Onques n'i ot porte fermee
Ne por peor ne por assaut.
Li chastiax sist en un pui haut
Et par desoz li cort Tamise.
Sor la riviere est l'oz asise,
Ne ce jor ne lor lut antendre
S'a logier non et as trez tandre.
L'oz est sor la pree logiee,
Tote Tamise est herbergiee
De paveillons viez et vermauz ;
Es colors se fiert li solauz,
Si reflanboie la riviere
Plus d'une grant liue pleniere.
Cil del chastel par le gravier
Furent venu esbanoier
Seulemant les lances es poinz,
Les escuz devant lor piz joinz,
Car plus d'armes n'i aporterent.
A ces defors sanblant mostrerent
Que gaires ne les redotoient
Qant desarmé venu estoient.
Alixandres, de l'autre part,
Des chevaliers se prist esgart
Qui devant aus vont cenbelant.
D'asanbler a aus a talant,
S'an apele ses conpaingnons
L'un aprés l'autre par lor nons :
Premiers Cornix, qu'il ama mout,
Aprés lui Acorde l'Estout
Et puis Nebunal de Micenes
Et Acoridomés d'Athenes
Et Ferolin de Salenique
Et Charquedon devers Aufrique,
Parmenidés de Franchegel,
Torni le Fort et Pinabel,
Neruis et Neriolis :
« Seignor, fet il, talanz m'est pris
Que de l'escu et de la lance
Aille a cez feire une acointance
Qui devant moi behorder vienent.
Bien voi que por mauvés me tienent
Et po nos prisent, ce m'est vis,
Qant behorder devant noz vis
Sont ci venu tuit desarmé.
De novel somes adobé,
Ancor n'avomes fet estrainne
A chevalier ne a quintainne.
Trop avons noz lances premieres
Longuemant gardees antieres.
Nostre escu por coi furent fet ?
Ancor ne sont troé ne fret.
C'est uns avoirs qui rien ne valt,
S'a estor non et a assalt.
Passons le gué, ses assaillons. »
Cil dïent : « Ne vos an faillons. »
Ce dit chascuns : « Se Dex me saut,
N'est vostre amis qui ci vos faut. »
Maintenant lor espees ceingnent,
Lor chevax ceinglent et estreingnent,
Montent et pranent lor escuz.
Qant les orent as cos panduz,
Les escuz et les lances prises,
De colors pointes par devises,
El gué a un frois tuit s'esleissent ;
Et cil de la les lances beissent,
Ses vont isnelemant ferir.
Mes cil lor sorent bien merir,
Qui nes espargnent ne refusent
Ne por aus plain pié ne reüsent,
Einz fiert chascuns si bien le suen
Qu'ainz n'i a chevalier si buen
N'estuisse vuidier les arçons.
Nes tindrent mie por garçons,
Por mauvés ne por esperduz.
N'ont pas lor premiers cos perduz,
Que .xiii. en ont deschevalez.
En l'ost en est li criz levez
De lor cos, de lor chapleïz.
Par tans fust boens li fereïz
Se cil les osassent atandre.
Par l'ost corent les armes prandre,
Si se fierent an l'ost a bruit :
Chascuns de ces de la s'an fuit,
Qui lor remenance n'i voient.
Et li Greu aprés les convoient,
Ferant de lances et d'espees.
Assez i ot testes colpees,
Mes Alixandre en ot le pris,
Car par son cors liez et pris
An mainne .iiii. chevaliers ;
Et li mort gisent estraiers,
Qu'asez i ot des decolez,
Des plaiez et des afolez.
Alixandres par corteisie
Sa premiere chevalerie
Done et presante la reïne ;
Ne vialt qu'autres en ait seisine,
Car tost les feïst li rois pandre.
La reïne les a fez prandre,
Et ses fist garder an prison
Come restez de traïson.
Mes li rois ne s'an geue pas ;
A la reïne en es le pas
Mande que a lui parler veigne
Ne ses traïtors ne deteigne,
Car a randre li covandra
Ou oltre son gré les tandra.
La reïne est au roi venue,
La parole ont antr'ax tenue
Des traïtors, si com il durent.
Et tuit li Grezois remés furent
El tref la reïne as puceles ;
Mout parolent li .xii. a eles,
Mes Alixandres mot ne dist.
Soredamors garde s'an prist,
Qui pres de lui se fu assise.
Delez sa cuisse a sa main mise
Et sanble que mout soit pansis.
Ensi ont mout longuemant sis,
Tant qu'a son braz et a son col
Vit Soredamors le chevol
Dom ele ot la costure feite.
.I. po plus pres de lui s'est treite,
Car ore a aucune acheison
Dont metre le puet a reison ;
Mes el ne set an quel meniere
Ele l'areisnera premiere,
S'an prant consoil a li meïsmes :
« Que dirai ge, fet ele, primes ?
Apelerai le par son non
Ou par ami ? Ami ? Je non.
Comant dons ? Par son non l'apele !
Dex, ja est la parole bele
Et tant dolce ami a nomer !
Se je l'osasse ami clamer...
Osasse ? Qui le me chalonge ?
Ce que je cuit dire mançonge.
Mançonge ? Ne sai que sera,
Mes se je mant, moi pesera.
Por ce fet bien a consantir,
Car je n'an querroie mantir.
Dex, ja ne mantiroit il mie,
S'il me clamoit sa dolce amie.
Et je mantiroie de lui ?
Bien devriens voir dire andui,
Et se je mant, suens iert li torz.
Mes por coi m'est ses nons si forz,
Car je li vuel voir sornon metre ?
Ce m'est avis, trop i a letre,
S'aresteroie tost enmi.
Mes se je l'apeloie ami,
Cest non diroie je bien tot.
Por ce qu'a l'autre faillir dot,
Voldroie avoir de mon sanc mis
Qu'il m'apelast "mes dolz amis" » .
An cest panssé tant se sejorne
Que la reïne s'an retorne
Del roi qui mandee l'avoit.
Alixandres venir la voit ;
Contre li vet, si li demande
Que li rois a feire comande
De ses prisons et qu'il en iert.
« Amis, fet ele, il me requiert
Que je li rande a sa devise,
Si l'an les feire sa justise.
De c'est li rois mout correciez
Que je ne li ai ja bailliez,
Si m'estuet que jes li anvoi,
Qu'il les veaust avoir devers soi. »
Ensi ont celui jor passé,
Et el demain sont amassé
Li boen chevalier, li leal,
Devant le paveillon real,
Por droit et por jugemant dire
A quel poinne et a quel martire
Li .iiii. traïtor morroient.
Li un dïent qu'escorchié soient,
Li autre qu'an les pande ou arde,
Et li rois meïsmes esgarde
Qu'an doit traïtor traïner.
Lors les comande a amener ;
Amené sont, lier les fet,
Et dit que il seront detret,
Tant qu'antor le chastel seront
Et que cil dedanz le verront.
Qant remese fu la parole,
Li rois, qui veaust qu'en les afole,
S'en vint ou grant palais ester ;
Alixandre fet demender,
Si apele son ami chier.
« Amis, dist il, mout vos vi hier
Bel assaillir et bel desfandre :
Le guerredon vos an doi randre ;
De .v.c. chevaliers galois
Vostre bataille vos acrois,
Et de mil sergenz de ma terre.
Qant j'avrai finee ma guerre,
Avoec ce que vos ai doné,
Ferai de vos roi coroné
Del meillor rëaume de Gales.
Bors et chastiax, citez et sales
Vos i donrai en atandue,
Tresqu'a tant que vos iert randue
La terre que tient vostre peres
Don vos devez estre empereres. »
Alixandres por cest otroi
Mercie boenemant le roi,
Et si conpaignon l'an mercïent.
Tuit li baron de la cort dïent
Qu'an Alixandre est bien assise
L'enors que li rois li devise.
Qant Alixandres voit ses genz,
Ses conpaignons et ses sergenz,
Tex con li rois li vialt doner,
Si comande gresles soner
Et buisines par tote l'ost.
Boens ne mauvés ne vos en ost
Que chascuns ses armes ne praingne,
Cil de Gales et de Bretaingne
Et d'Escoce et de Cornoaille,
Car de par tot sanz nule faille
Fu an l'ost grant force creüe.
Et Tamise fu descreüe,
Qu'il n'ot pleü de tot esté,
Einz ot granz secheresce esté,
Que li poisson i furent mort
Et les nes sechiees au port ;
Si poïst an passer a gué
La ou ele avoit le plus lé.
Outre Tamise est l'oz alee ;
Li un porprenent la valee
Et li autre montent l'angarde.
Cil del chastel s'an pranent garde
Et voient venir la mervoille
De l'ost, qui si fort s'aparoille
Por le chastel confondre et prandre ;
Cil se ratornent por desfandre.
Ençois que nul assaut i ait,
Li rois antor le chastel fait
Traïner a .iiii. chevax
Les traïtors parmi les vax
Et par tertres et par larriz.
Li cuens Angrés fu mout marriz
Por itant que traïner voit
Ces devant lui que chiers avoit.
Et li autre mout s'an esmaient,
Mes por esmai que il en aient
N'ont nul talant que il se randent.
Mestiers lor est qu'il se desfandent,
Car bien mostre li rois a toz
Son mautalant et son corroz,
Et bien voient, s'il les tenoit,
Qu'a honte morir les feroit.
Qant li autre traïné furent
Et li manbre par le chanp jurent,
Lors recomance li assauz.
Mes toz fu perduz li travauz :
Assez lor lut lancier et traire
A ces, mes rien n'i porent faire,
Et neporquant bien s'i essaient,
Espessemant lancent et traient
Quarriax et javeloz et darz.
Granz escrois font de totes parz
Les arbalestes et les fondes,
Saietes et pierres reondes
Volent ausi espés et mesle
Con fet la pluie avoec la gresle.
Ensi tote jor se travaillent :
Cil desfandent et cil assaillent,
Tant que la nuiz les an depart.
Et li rois de la soe part
Fet an l'ost crier et savoir
Quel don voldra de lui avoir
Cil par cui li chastiax iert pris :
« Une coupe de mon grant pris
Li donrai de .xv. mars d'or,
La plus riche de mon tresor. »
Mout iert boene et riche la cope,
Et qui delit avroit de cope,
Plus la devroit il tenir chiere
Por l'uevre que por la matiere :
Mout est boene la cope d'uevre.
Et qui la verité descuevre,
Mialz que l'uevre ne que li ors
Valent les pierres de defors.
S'il est sergenz, la cope avra
Par cui li chastiax pris sera.
Et s'il est pris par chevalier,
Il ne savra querre loier
Avoec la cope, qu'il ne l'ait,
Se el monde trover se lait.
Qant ceste chose fu finee,
N'ot pas sa costume oubliee
Alixandres, qui chascun soir
Aloit la reïne veoir.
A ce soir i refu alez.
Assis se furent lez a lez
Alixandres et la reïne.
Devant aus, prochiene veisine,
Soredamors seule seoit,
Qui si volantiers l'esgardoit
Qu'an paradis ne volsist estre.
La reïne par la main destre
Tint Alixandre et remira
Le fil d'or qui mout anpira ;
Et li chevox anbloïssoit,
Queque li filz d'or palissoit.
Si li sovint par avanture
Que feite avoit cele costure
Soredamors, et si s'an rist.
Alixandres garde s'an prist
Et li prie, s'il fet a dire,
Qu'el li die qui la fet rire.
La reïne au dire se tarde,
Et vers Soredamors regarde ;
Si l'a devant li apelee.
Cele i est volantiers alee,
Si s'agenoille devant li.
Alixandre mout abeli,
Qant si pres la vit aproichier
Que il la poïst atoichier,
Mes il n'a tant de hardemant
Qu'il l'ost regarder seulemant,
Einz li est toz li sans foïz,
Si que pres an est amuiz.
Et cele rest si esbaïe
Que de ses ialz n'a nule aïe,
Einz met an terre son esgart,
Si qu'el ne cingne nule part.
La reïne mout s'an mervoille ;
Or la vit pale et or vermoille,
Et panse bien an son corage
Et la contenance et l'usage
De chascun, et d'aus .ii. ansanble.
Bien aparçoit et voir li sanble
Par les muances des colors
Que ce sont accident d'amors ;
Mes ne lor an vialt feire angoisse,
Ne fet sanblant qu'ele conoisse
Rien nule de quanqu'ele voit.
Bien fist ce que ele devoit,
Que chiere ne sanblant n'an fist,
Fors tant qu'a la pucele dist :
« Dameisele, regardez ça,
Et dites, ne le celez ja,
Ou la chemise fu cousue
Que cist chevaliers a vestue. »
La pucele art d'ire et de honte,
Neporquant volantiers lor conte,
Car bien vialt que le voir en oie
Cil qui de l'oïr a tel joie,
Qant cele li conte et devise
La feiture de la chemise,
Que a grant poinne se retarde,
La ou le chevolet regarde,
Que il ne l'aore et ancline.
Si conpaignon et la reïne,
Qui leanz erent avoec lui,
Li font grant mal et grant enui,
Car por aus let que il n'en toche
Et a ses ialz et a sa boche,
Ou mout volantiers la meïst
S'il ne cuidast qu'an le veïst.
Liez est quant de s'amie a tant,
Car il ne cuide ne n'atant
Que ja mes autre bien en ait ;
Ses desirriers doter le fait,
Nequedant quant il est an eise,
Plus de .c.m. foiz la beise.
Mout an fet tote nuit grant joie,
Mes bien se garde qu'an nel voie.
Qant il est colchiez an son lit,
A ce ou n'a point de delit
Se delite, anvoise, et solace.
Tote nuit la chemise anbrace,
Et quant il le chevol remire,
De tot le mont cuide estre sire.
Bien fet Amors d'un sage fol,
Qant cil fet joie d'un chevol ;
Mes il changera cest deduit.
Ensi se delite et deduit.
Einz l'aube clere et le soloil,
Li traïtor sont a consoil
Qu'il porront feire et devenir ;
Lonc tans porront contretenir
Le chastel, c'est chose certainne,
S'au desfandre metent grant painne ;
Mes tant sevent de fier corage
Le roi qu'an trestot son aage
Tant qu'il iert pris n'an tornera :
Iluec morir les covandra.
Et se il le chastel ne randent,
Por ce nule merci n'atandent.
Ensi l'une et l'autre partie
Lor est malveisemant partie,
Mes a ce lor consauz repeire
Que demain, einz que li jorz peire,
Istront del chastel a celee,
Si troveront l'ost desarmee
Et les chevaliers andormiz,
Qui ancor girront an lor liz.
Einz que il soient esveillié,
Atorné ne apareillié,
Avront tele ocision feite
Que toz jorz mes sera retreite
L'ocisions de cele nuit.
A cest consoil se tienent tuit
Li traïtor par desfiance,
Car an lor vies n'ont fiance.
Desperance, comant qu'il aille,
Les anhardist de la bataille,
Qu'il ne voient lor garison
Fors que de mort ou de prison.
Tex garisons n'est mie sainne,
Ne au garir n'a mestier painne,
N'il ne voient ou il poïssent
Aus garir se il s'an foïssent,
Car la mers et lor enemi
Lor sont antor et il enmi.
Par lor consoil plus ne sejornent,
Maintenant s'arment et atornent,
Si s'an issent devers galerne
Par une anciene posterne.
Serré et rengié s'an issirent,
De lor gent .v. batailles firent,
Si ont .ii.m. sergenz sanz faille,
Bien apareilliez de bataille,
Et mil chevaliers an chascune.
Cele nuit estoile ne lune
N'orent lor rais el ciel mostrez,
Mes ainz qu'il venissent as trez,
Comança la lune a lever ;
Et je cuit que por aus grever
Leva einz qu'ele ne soloit,
Et Dex, qui nuire lor voloit,
Enlumina la nuit oscure,
Car il n'avoit de lor ost cure,
Einz les haï por le pechié
Dom il estoient antechié.
Car traïtor et traïson
Het Dex plus qu'autre mesprison.
Si comanda la lune luire,
Por ce qu'ele lor deüst nuire.
Mout lor est la lune nuisanz,
Qui luist sor les escuz luisanz,
Et li hiaume mout lor renuisent,
Qui contre la lune reluisent,
Car les eschargaites les voient,
Qui l'ost eschargaitier devoient,
Si s'escrïent par tote l'ost :
« Sus, chevalier, sus, levez tost !
Prenez voz armes, armez vos !
Li traïtor vienent sor nos ! »
Par tote l'ost as armes saillent,
D'armer se painnent et travaillent,
Si com a tel besoing estut ;
Onques uns seus d'ax ne se mut
Tant qu'a leisir furent armé.
Tuit sont sor lor chevax monté.
Quequ'il s'arment, et cil esploitent
Qui la bataille mout covoitent,
Por ce que desarmez les truissent
Et si que sorprandre les puissent,
Voient venir par .v. parties
Lor genz qu'il orent departies.
Li un devers le bois se tindrent,
Li autre la riviere vindrent,
Li tierz se mistrent anz el gal,
La quarte furent an .i. val,
Et la quinte bataille broche
Lez la tranchiee d'une roche,
Qu'il se cuidoient de randon
Parmi les trez metre a bandon.
Mes il n'i ont trovee pas
La voie sainne ne le pas,
Car li real lor contredïent,
Qui mout fieremant les desfïent
Et la traïson lor repruichent.
As fers des lances s'antrapruichent ;
Autresi fieremant ou plus
Corent li un as autres sus
Con li lyon a proie corent,
Qui quanqu'il ateignent devorent.
D'anbedeus parz por verité
I ot mout grant mortalité
A cele premiere envaïe ;
Mes as traïtors croist aïe,
Qui mout fieremant se desfandent
Et chieremant lor vies vandent.
Qant plus ne se porent tenir,
De .iiii. parz voient venir
Lor batailles por aus secorre.
Et li real lor lessent corre,
Tant con porent esperoner ;
Sor les escuz lor vont doner
Tex cos que avoec les navrez
En ont plus de .v.c. versez.
Li Grezois nes espargnent mie
N'Alixandres pas ne s'oblie,
Car de bien ferir se travaille.
El plus espés de la bataille
Vet ensi ferir .i. gloton
Que ne li valut .i. boton
Ne li escuz ne li haubers,
Ne li valut .i. cendal pers.
Qant a celui ot trives prise,
A .i. autre offre son servise,
Ou pas ne le pert ne ne gaste ;
Si cruelmant le fiert an haste
Que l'ame de son cors li oste,
Et li ostex remest sanz oste.
Aprés ces .ii. au tierz s'acointe :
Un chevalier mout noble et cointe
Fiert si par anbedeus les flans
Que d'autre part an saut li sans
Et l'ame prant congié au cors,
Que cil l'a espiree fors.
Mout en ocit, mout en afole,
Car, ausi con foudre qui vole,
Envaïst toz ces qu'il requiert ;
Et tant vistemant les requiert
Nes garantist broigne ne targe.
Si conpaignon resont si large
De sanc et de cervele espandre,
Bien i sevent lor cos despandre.
Et li real tant an essartent
Qu'il les deronpent et departent
Come vix genz et esgarees.
Tant gist des morz par ces arees
Et tant a duré li estorz
Qu'ainçois grant piece qu'il fust jorz
Fu si la bataille derote
Que .v. liues dura la rote
Des morz contreval la riviere.
Li cuens Angrés let la baniere
An la bataille, si s'an anble,
Et de ses conpaignons ansanble
En a .vii. avoec lui menez.
Vers son chastel est retornez
Par une si coverte voie
Qu'il ne cuident que nus les voie ;
Mes Alixandres l'aparçoit,
Qui fors de l'ost foïr l'an voit,
Et panse, s'il s'an puet anbler,
Qu'il ira a aus asanbler,
Si que nus ne savra s'alee.
Mes ainz qu'il fust an la valee,
Vit aprés lui an une sante
Chevaliers venir jusqu'a trante,
Don li .vi. estoient Grezois
Et li .xxiiii. Galois,
Qui, tant que venist au besoing,
Le cuidoient siudre de loing.
Alixandres les aparçut,
Por aus atandre s'arestut
Et prant garde quel part cil tornent
Qui vers le chastel s'an retornent,
Tant que dedanz les vit antrer.
Lors se comance a porpanser
D'un hardemant mout perilleus
Et d'un vice mout merveilleus.
Et quant ot tot son pansé fet,
Lors s'est vers ses conpaignons tret,
Si lor a reconté et dit :
« Seignor, fet il, sanz contredit,
Se vos volez m'amor avoir,
Ou face folie ou savoir,
Creantez moi ma volanté. »
Et cil li ont acreanté
Que ja ne li seront contraire
De chose que il vuelle faire.
« Chanjons, fet il, noz conuissances,
Prenons les escuz et les lances
As traïtors que ci veons,
Ensi vers le chastel irons,
Si cuideront li traïtor
De nos que nos soiens des lor,
Et quiex que soient les dessertes,
Les portes nos seront overtes.
Et savez que nos lor randrons ?
Ou morz ou pris toz les prandrons,
Se Damedex le nos consant.
Et se nus de vos s'an repant,
Sachiez qu'an trestot mon aage
Ne l'amerai de boen corage. »
Tuit li otroient son pleisir.
Les escuz as morz vont seisir,
Si se metent an tel ator.
Et as desfanses de la tor
Les genz del chastel monté furent,
Et les escuz bien reconurent
Et cuident que de lor gent soient,
Car de l'aguet ne s'apansoient
Qui desoz les escuz se cuevre.
Et li portiers les portes oevre,
Si les a dedanz reçeüz.
De c'est gabez et deçeüz,
Car de rien ne les areisone,
Ne uns de cez mot ne li sone,
Et vont outre mu et teisant,
Et tel sanblant de duel feisant
Qu'aprés aus lor lances traïnent
Et desoz les escuz s'anclinent,
Et mout sanble que il se duellent.
Por ce vont quel part que il vuelent,
Tant que les .iii. murs ont passez.
Lessus truevent sergenz assez
Et chevaliers avoec le conte,
Don ne vos sai dire le conte.
Mes desarmé estoient tuit,
Fors que tant seulemant li huit
Qui de l'ost repeirié estoient.
Et cil meïsmes s'aprestoient
De lor armeüres oster,
Mes trop se pueent ja haster,
Car cil ne se celeront plus
Qui sor aus sont venu lessus,
Einz lessent corre les destriers,
Mout s'afichent sor les estriés,
Ses anvaïrent et requistrent,
Si qu'a mort .xxi. an mistrent
Ençois que desfiez les aient.
Li traïtor mout s'an esmaient,
Si s'escrïent : « Traï, traï ! » ,
Mes cil ne sont pas esbahi,
Car tant con desarmez les truevent,
Lor espees bien i espruevent ;
Car les .iii. en ont si charmez,
De ces qu'il troverent armez,
Qu'il n'an i ont que .v. lessiez.
Li cuens Angrés s'est eslessiez
Et vet sor son escu a or
Veant toz ferir Macedor,
Si que par terre mort le ruie ;
Alixandre mout en enuie,
Qant son conpaignon voit ocis ;
Par po que il n'anrage vis.
De mautalant li sans li troble,
Mes force et hardemanz li doble,
Et vet ferir de tel angoisse
Le conte que sa lance froisse,
Car volantiers, se il pooit,
La mort son ami vangeroit.
Mes de grant force estoit li cuens
Et chevaliers hardiz et buens,
Que el siegle meillor n'eüst,
Se fel et traïtres ne fust.
Cil li revet tel cop doner
Que sa lance fet estroner,
Si que trestote esclice et fant.
Mes li escuz ne se desmant,
Ne li uns l'autre ne esloche
Ne plus que feïst une roche.
Car mout erent anbedui fort.
Mes ce que li cuens avoit tort
Le grieve formant et anpire.
Li uns d'ax sor l'autre s'aïre,
S'ont andui lor espees traites,
Car il orent lor lances fraites.
N'i eüst mes nul recovrier,
Se longuemant cil dui ovrier
Volsissent l'estor maintenir ;
Maintenant covenist fenir,
Le quel que soit, a la parclose,
Mes li cuens remenoir n'i ose,
Qu'antor lui voit sa gent ocise,
Qui desarmee fu sorprise.
Et cil fieremant les anchaucent
Qui les reoignent et estaucent
Et detranchent et escervelent
Et traïtor le conte apelent.
Qant s'ot nomer de traïson,
Vers sa tor cort a garison
Et ses genz avoec lui s'an fuient,
Et lor anemi les conduient
Et fieremant aprés s'eslessent ;
Un seul d'aus eschaper n'an lessent
De trestoz ces que il ateingnent ;
Tant en ocïent et esteignent
Que ne cuit pas que plus de set
An soient venu a recet.
Qant an la tor furent antré,
A l'entree sont aresté,
Car cil qui venoient aprés
Les orent seüz de si pres
Que lor genz fust dedanz antree
Se delivre lor fust l'antree.
Li traïtor bien se desfandent,
Qui secors de lor gent atandent,
Qui s'armoient el borc aval.
Par le consoil de Nebunal
Fu contretenuz li passages
-.I. Grezois qui mout estoit sages -,
Si que a ces venir ne porent,
Car trop assez demoré orent
Par malvestié et par peresce.
Leissus an cele forteresce
N'avoit antree c'une seule ;
Se il estopent cele gueule,
N'avront garde que sor aus veingne
Force de que maus lor aveingne.
Nebunal lor dit et enorte
Que li .xx. aillent a la porte,
Por envaïr et por conbatre,
Car tost s'i porroient anbatre
Tex genz qui les domageroient
Se force ou pooir en avoient ;
Li .x. la porte fermer aillent,
Li dis devant la porte assaillent,
Que li cuens dedanz ne s'ancloe.
Fet est ce que Nebunal loe :
Li dis remainnent an l'estor
Devant la porte de la tor,
Et li .x. a la porte vont.
Par po que trop demoré n'ont,
Car venir voient une jaude,
De conbatre anflamee et chaude,
Ou mout avoit arbalestriers
Et sergenz de divers mestiers
Qui portoient diverses armes.
Li un aportoient jusarmes
Et li autre haches denoises,
Lances et espees turquoises,
Quarriax et darz et javeloz.
Ja fust trop grevains li escoz,
Car issir les an covenist,
Se ceste genz sor aus venist ;
Mes il n'i vindrent mie a tans.
Par le consoil et par le sans
Nebunal les adevancirent
Et defors remenoir les firent.
Qant il voient qu'il sont forclos,
Si se remainnent a repos,
Car par assaut, ce voient bien,
N'i porroient forfeire rien.
Lors comance uns diax et uns criz
De fames et d'anfanz petiz,
De veillarz et de jovanciax,
Si granz que, s'il tonast es ciax,
Cil del chastel rien n'an oïssent.
Li Grezois mout s'an esjoïssent,
Car or sevent tuit de seür
Que ja li cuens por nul eür
N'eschapera, que pris ne soit.
Li .iiii. d'aus vont a esploit
As desfansses des murs monter
Tant seulemant por esgarder
Que cil defors de nule part
Par nul engin ne par nul art
El chastel sor aus ne s'anbatent.
Avoec les .x. qui se conbatent
En sont li .xvi. retorné.
Ja fu cleremant ajorné,
Et ja orent tant fet li dis
Que an la tor se furent mis ;
Et li cuens atot une hache
Se fu mis delez une estache,
Ou mout fieremant se desfant ;
Cui il consiust, par mi le fant.
Et ses genz avoec lui se rangent
Au desreien jornel se vangent,
Si bien que de rien ne se faignent.
Les genz Alixandre s'an plaignent,
Car d'aus n'i avoit mes que .xiii.,
Qui ore estoient dis et .xvi..
Par po qu'Alixandres n'anrage,
Qant de sa gent voit tel domage,
Qui si est morte et afeblie.
Mes au vengier pas ne s'oblie :
Une barre longue et pesant
Avoit trovee an .i. pandant ;
S'an vet si ferir .i. gloton
Que ne li valut un boton
Ne li escuz ne li haubers
Qu'a terre ne le port anvers.
Aprés celui le conte anchauce,
Por bien ferir la barre hauce,
Qu'il li done tel esparree
De la barre qui fu quarree
Que la hache li chiet des mains,
Et fu si estordiz et vains
Que s'au mur ne se retenist,
N'eüst pié qui le sostenist.
A cel cop la bataille faut ;
Vers le conte Alixandres saut,
Sel prant, et cil ne se remut ;
Des autres rien dire n'estut,
Car de legier furent conquis
Qant il virent lor seignor pris.
Toz les pristrent avuec le conte,
Si les an mainnent a grant honte
Si con il desservi l'avoient.
De tot ice rien ne savoient
Lor genz, qui estoient defors,
Mes lor escuz antre les cors
Orent trovez la matinee,
Qant la bataille fu finee ;
Si feisoient .i. duel si fort
Por lor seignor li Greu a tort ;
Por son escu qu'il reconoissent
Trestuit de duel feire s'angoissent,
Si se pasment sor son escu
Et dïent que trop ont vescu.
Cornix et Nereüs se pasment,
Au revenir lor vies blasment
Corniex et Acoriundés ;
Des ialz lor coroient a ondes
Les lermes jusque sor les piz ;
Vie et joie lor est despiz,
Et Parmenidés desor toz
A ses chevols tirez et roz.
Cist .v. font duel de lor seignor,
Si grant qu'il ne porent graignor.
Mes por neant se desconfortent :
An leu de lui un autre an portent,
S'an cuident lor seignor porter.
Mout les refet desconforter
Li autre escu, par coi il croient
Que li cors lor conpaignons soient ;
Si se pasment sus et demantent,
Mes trestuit li escu lor mantent,
Que des lor n'i a c'un ocis
Qui avoit non Leriolis,
Et celui porté an eüssent
Se la verité an seüssent.
Mes ausi sont an grant enui
Des autres come de celui.
Ses ont toz aportez et pris,
Mes de toz fors d'un ont mespris ;
Mes autresi con cil qui songe,
Qui por verité croit mançonge,
Les boisent li escu boclé,
Car la mançonge font verté.
Par les escuz sont deceü.
A toz les cors sont esmeü,
Si s'an vindrent jusqu'a lor tantes,
Ou mout avoit de genz dolantes.
Mes au duel que li Greu feisoient
Trestuit li autre se teisoient ;
A lor duel ot grant aünee.
Or cuide et croit que mar fust nee
Soredamors, qui ot le cri
Et la plainte de son ami.
De la plainte et de la dolor
Pert fame morte a la color,
Et ce la grieve mout et blesce
Qu'ele n'ose de sa destrece
Demostrer sanblant en apert.
An son cuer a son duel covert,
Et se nus garde s'an preïst,
A sa contenance veïst
Con grant destrece avoit el cors
Au sanblant qui paroit defors.
Mes tant avoit chascuns a feire,
A la soe dolor retreire,
Que il ne li chaloit d'autrui.
Chascuns pleignoit le suen enui,
[...] Qui li est pesanz et amere.
La plore li filz sor le pere,
Plore li peres sor le fil ;
Sor son cosin se pasme cil,
Et cil autres sor son neveu ;
Einsi pleignent an chascun leu
Peres et freres et paranz.
Mes desor toz est aparanz
Li diax que li Grezois feisoient,
Don grant joie atendre pooient :
A grant joie tornera tost
Li graindres diax de tote l'ost.
Li Greu defors grant dolor mainnent,
Et cil dedanz formant se painnent
Comant il lor facent savoir
Don grant joie porront avoir.
Lor prisons desarment et lïent,
Et cil lor requierent et prïent
Que maintenant les chiés an praignent ;
Mes il ne vuelent ne ne daignent,
Einz dïent qu'il les garderont
Tant que au roi les bailleront,
Que cil lor randra les merites
De lor dessertes totes quites.
Qant desarmez les orent toz,
Por mostrer a lor gent desoz
Les ont as fenestres montez.
Mout lor desplest ceste bontez.
Qant lor seignor pris et lié
Voient, ne s'an font mie lié.
Alixandres, del mur amont,
Jure Deu et les sainz del mont
Que ja .i. seul n'an leira vivre,
Que toz nes ocie a delivre,
Se tuit au roi ne se vont randre,
Einçois que il les puissent prandre.
« Alez, fet il, jel vos comant,
A mon seignor isnelemant,
Si vos metez an sa merci.
Nus, fors le conte qui est ci,
De vos n'i a mort desservie.
Ja n'i perdroiz manbre ne vie
Se an sa merci vos metez.
Et de mort ne vos rescoez
Seulemant por merci crier,
Mout petit vos poez fier
En voz vies ne an voz cors.
Issiez tuit desarmé la fors
Encontre mon seignor le roi
Et si li dites de par moi
Qu'Alixandres vos i anvoie ;
Ne perdroiz mie vostre voie,
Car tot son mautalant et s'ire
Vos pardonra li rois mes sire,
Tant est il dolz et deboneire.
Et s'autremant le volez feire,
A morir vos i covendra,
Que ja pitiez ne m'an prendra. »
Tuit ansanble cest consoil croient,
Jusqu'au tref le roi ne recroient,
Si li sont tuit au pié cheü.
Ja est par tote l'ost seü
Ce que li ont dit et conté.
Li rois monte et tuit sont monté,
Si vienent au chastel poignant,
Que plus n'alerent porloignant.
Alixandres ist del chastel
Encontre le roi cui fu bel,
Si li a le conte randu.
Et li rois n'a plus atandu
Que lors n'an face sa justise,
Mes mout loe Alixandre et prise,
Et tuit li autre le conjoent
Et formant le prisent et loent.
N'i a nul qui joie ne maint.
Por la joie li diax remaint,
Que il demenoient einçois.
Mes a la joie des Grezois
Ne se pot autre joie prandre.
Li rois li fet la cope randre
De .xv. mars, qui mout fu riche,
Et si li dit bien et afiche
Qu'il n'a nule chose tant chiere,
Se il fet tant qu'il la requiere,
Fors la corone et la reïne,
Que il ne l'an face seisine.
Alixandres de ceste chose
Son desirrier dire n'en ose,
Et bien set qu'il n'i faudroit mie
Se il li requeroit s'amie.
Tant crient que il ne despleüst
Celi qui grant joie en eüst,
Que mout mialz se vialt il doloir
Que il l'eüst sor son voloir.
Por ce respit quiert et demande
Qu'il ne vialt feire sa demande
Tant qu'il an sache son pleisir ;
Mes a la cope d'or seisir
N'a respit n'atendue prise.
Qant Soredamor a aprise
D'Alixandre voire novele,
Mout li plot et mout li fu bele.
Qant cele sot que il est vis,
Tel joie en a qu'il li est vis
Que ja mes n'ait pesance une ore ;
Mes tot ce li sanble demore,
Que il ne vient si com il sialt.
Par tans avra ce qu'ele vialt,
Car anbedui par contançon
Sont d'une chose an grant tançon.
Mout estoit Alixandre tart
Que seulemant d'un dolz regart
Se poïst a leisir repestre.
Grant piece a que il volsist estre
El tref la reïne venuz
Se aillors ne fust detenuz.
La demore mout li desplot ;
Au plus tost que il onques pot
Vint a la reïne an son tref.
La reïne l'a encontré,
Qui de son pansé mout savoit,
Sanz ce que dit ne li avoit,
Mes bien s'an est aparceüe.
A l'antrer del tref le salue
Et de lui conjoïr se painne,
Bien set quiex acheisons le mainne.
Por ce qu'an gré servir le vialt,
Lez li Soredamors aquialt,
Et furent il troi seulemant,
Loing des autres a parlemant.
La reïne premiers comance,
Qui n'estoit de rien an dotance
Qu'il ne s'antreamassent andui,
Cil cele, et cele celui.
Bien le cuide de fi savoir
Et bien set que ne puet avoir
Soredamors meillor ami.
Antredeus fu assise enmi,
Si lor comance une reison
Qui vint an leu et an seison :
« Alixandre, fet la reïne,
Amors est pire que haïne,
Qui son ami grieve et confont.
Amant ne sevent que il font,
Qant li uns de l'autre se cuevre.
En amors a mout greveuse oevre
Et mout torne a confondemant ;
Qui ne comance hardemant
A poinne an puet venir a chief.
L'en dit que il n'i a si grief
Au trespasser come le suel.
D'amors andoctriner vos vuel,
Car bien voi qu'amors vos afole ;
Por ce vos vuel metre a escole,
Et gardez ne m'an celez rien,
Qu'aparceüe m'an sui bien
As contenances de chascun
Que de .ii. cuers avez fet un.
Ja vers moi ne vos an covrez !
De ce trop folemant ovrez
Que chascuns son panser ne dit,
Qu'au celer li uns l'autre ocit :
D'amors omecide serez.
Or vos lo que ja ne querez
Force ne volanté d'amor.
Par mariage et par enor
Vos antreaconpaigniez ansanble ;
Ensi porra, si com moi sanble,
Vostre amors longuemant durer.
Je vos os bien asseürer,
Se vos en avez boen corage,
J'asanblerai le mariage. »
Qant la reïne ot dit son buen,
Alixandres respont le suen :
« Dame, fet il, je ne m'escus
De rien que vos me metez sus,
Einz otroi bien ce que vos dites.
Ja d'Amor ne quier estre quites,
Que toz jorz n'i aie m'antante.
Ce me plest mout et atalante,
Vostre merci, que dit m'avez.
Qant vos ma volanté savez,
Ne sai por coi le vos celasse.
Mout a grant piece, se j'osasse,
Que l'eüsse reconeü,
Car mout m'a li celers neü ;
Mes puet cel estre an nul androit
Cele pucele ne voldroit
Que je suens fusse n'ele moie.
S'ele de li rien ne m'otroie,
Tote voies m'otroi a li. »
A cest mot cele tressailli,
Qui cest presant pas ne refuse.
Le voloir de son cuer ancuse,
Et par parole et par sanblant,
Car a lui s'otroie an tranblant,
Si que ja n'an metra defors
Ne volanté ne cuer ne cors,
Que tote ne soit anterine
A la volanté la reïne
Et trestot son pleisir n'an face.
La reïne an.ii. les anbrace
Et fet de l'un a l'autre don.
Ansimant dit : « Je t'abandon,
Alixandre, le cors t'amie ;
Bien sai qu'au cuer ne fauz tu mie.
Qui qu'an face chiere ne groing,
L'un de vos .ii. a l'autre doing.
Tien tu le tuen, et tu la toe. »
Cele a le suen, et cil la soe,
Cil li tote, cele lui tot.
A Guinesores sanz redot
Firent au los et a l'otroi
Monseignor Gauvain et le roi,
Le jor firent lor esposailles.
De la richesce et des vitailles
Et de la joie et del deduit
Ne savroit nus dire, ce cuit,
Tant qu'as noces plus n'en eüst.
Por tant qu'as plusors despleüst,
Ne vuel parole user ne perdre,
Qu'a mialz dire me vuel aerdre.
A Guinesores en un jor
Ot Alixandres tant d'enor
Et tant de joie con lui plot.
Trois joies et trois enors ot :
L'une fu del chastel qu'il prist,
L'autre de ce que li promist
Li rois Artus qu'il li donroit,
Qant sa guerre finee avroit,
Le meillor reiaume de Gales ;
Le jor l'en fist roi an ses sales.
La graindre joie fu la tierce,
De ce que s'amie fu fierce
De l'eschaquier don il fu rois.
Einz que fussent passé troi mois,
Soredamors se trova plainne
De semance d'ome et de grainne ;
Si la porta jusqu'a son terme.
Tant fu la semance an son germe
Que li fruiz vint an sa nature
D'anfant ; plus bele criature
Ne pot estre ne loing ne pres.
L'anfant apelerent Cligés.
Ce est Cligés an cui mimoire
Fu mise an romans ceste estoire.
De lui et de son vasselage,
Qant il iert venuz en aage
Que il devra en pris monter,
M'orroiz adés de lui conter.
Mes an la fin en Grece avint
Qu'a sa fin l'empereres vint
Qui Costantinoble tenoit.
Morz fu, morir le covenoit,
Qu'il ne pot son terme passer ;
Mes einz sa mort fist amasser
Toz les hauz barons de sa terre
Por Alixandre anvoier querre
An Bretaigne, ou il estoit,
Ou mout volantiers arestoit.
De Grece murent li message,
Por voir acuellent lor veage ;
Si les a pris une tormante
Qui lor nef et lor gent tormante.
En la mer furent tuit noié,
Fors un felon, un renoié,
Qui amoit Alis le menor
Plus qu'Alixandre le graignor.
Qant il fu de mer eschapez,
An Grece s'an est retornez,
Et dit qu'avoient tuit esté
Dedanz cele mer tenpesté,
Qant de Bretaigne revenoient
Et lor seignor en ramenoient ;
N'en est eschapez mes que il
De la tormante et del peril.
Cil fu creüz de sa mançonge :
Sanz contredit et sanz chalonge
Prenent Alis, si le coronent,
L'empire de Grece li donent.
Mes ne tarda mie granmant
Qu'Alixandres certainnemant
Sot qu'anperere estoit Alis.
Au roi Artus a congié pris,
Qu'il ne voldra mie sanz guerre
A son frere lessier sa terre.
Li rois de rien ne le destorbe,
Einçois li dit que si grant torbe
En maint avoec lui de Galois,
D'Escoz et de Cornoalois
Que ses frere atandre ne l'ost
Qant assanblee verra s'ost.
Alixandres, se lui pleüst,
Grant force menee en eüst ;
Mes n'a soing de sa gent confondre,
Se ses freres li vialt respondre
Que il li face son creante.
Chevaliers an mainne quarante,
Et Soredamors et son fil.
Ices .ii. lessier ne vost il,
Car mout feisoient a amer.
A Sorlan monterent sor mer
Au congié de tote la cort.
Boen vant orent, la nes s'an cort
Assez plus tost que cers qui fuit.
Einz que passast la nuiz, ce cuit,
Pristrent devant Athenes port,
Une cité mout riche et fort.
L'empereres an la cité
Ert a sejor por verité,
Et s'i avoit grant assanblee
Des hauz barons de la contree.
Tantost qu'il furent arivé,
Alixandres un suen privé
Envoie an la cité savoir
Se recet i porroit avoir
Ou s'il li voldront contredire
Qu'il ne soit lor droituriers sire.
De ceste chose fu messages
Uns chevaliers cortois et sages
Qu'on apeloit Acorionde,
Riches d'avoir et de faconde,
Et s'estoit mout bien del païs,
Car d'Athenes estoit naïs.
An la cité d'ancesserie
Avoit mout grande seignorie
Et ont si ancessor eüe.
Qant il a la chose seüe,
Qu'an la vile estoit l'emperere,
De par Alixandre son frere
Li vialt chalongier la corone,
Ne ce mie ne li pardone
Qu'il l'a tenue contre droit.
El palés est venuz tot droit
Et trueve assez qui le conjot,
Mes ne respont ne ne dit mot
A nul home qui le conjoie,
Einçois atant tant que il oie
Quel volanté et quel corage
Il ont vers lor droit seignorage.
Jusqu'a l'empereor ne fine,
Il nel salue ne ancline
Ne empereor ne l'apele.
« Alis, fet il, une novele
De par Alixandre t'aport,
Qui la defors est a ce port.
Antant que tes freres te mande :
La soe chose te demande
Ne contre reison rien ne quiert.
Soe doit bien estre et soe iert
Costantinoble que tu tiens.
Ce ne seroit reisons ne biens
Qu'antre vos .ii. eüst descorde.
Par mon consoil a lui t'acorde,
Si li rant la corone an pes,
Car bien est droiz que tu li les. »
Alis respont : « Biax dolz amis,
De folie t'iés antremis,
Qui cest message as aporté.
Ne m'as de rien reconforté,
Car bien sai que mes frere est morz,
Ne croi pas que il soit as porz.
S'il estoit vis et jel savoie,
Ja nel cresrai, tant que jel voie.
Morz est piece a, ce poise moi ;
Rien que tu dies je ne croi.
Et s'il est vis, por coi ne vient ?
Ja redoter ne li covient
Que assez terre ne li doigne.
Fos est, se il de moi s'esloigne,
Et s'il me sert, ja n'en iert pire.
De la corone et de l'empire
N'iert ja nus contre moi tenanz. »
Cil ot que n'est pas avenanz
La responsse l'empereor,
Ne lesse por nule peor
Que son talant ne li responde.
« Alis, fet il, Dex me confonde,
Se la chose remaint ensi.
De par ton frere te desfi,
Et de par lui, si con je doi,
Semoing toz ces que je ci voi
Qu'il te lessent et a lui veignent.
Reisons est que a lui se teignent,
De lui doivent lor seignor feire.
Qui leaus sera, or i peire. »
A cest mot de la cort se part ;
L'empereres de l'autre part
Apele cez ou plus se fie ;
De son frere qui le desfie
Lor quiert consoil et vialt savoir
S'il puet en aus fiance avoir,
Que ses frere a ceste anvaïe
N'ait par aus force ne aïe,
Et si vialt esprover chascun.
Mes il n'en i a neïs un
Qui de la guerre a lui se teingne ;
Tuit li dïent qu'il li soveingne
De la guerre Polinicés
Que il prist contre Etïoclés,
Qui estoit ses freres germains ;
Si s'antrocistrent a lor mains.
« Autel puet de vos avenir,
S'il vialt la guerre maintenir,
Et confondue en iert la terre. »
Por ce loent tel pes aquerre
Qui soit resnable et droituriere,
Et li uns l'autre ne sorquiere.
Or ot Alys, se il ne fet
A son frere resnable plet,
Que tuit si bani li faudront,
Et dit que ja plet ne movront
Qu'il ne face par avenant ;
Mes il met an son covenant
Que la corone li remaigne,
Comant que li afeires praigne.
Por feire ferme pes estable
Alys par un suen conestable
Mande Alixandre qu'a lui veigne
Et tote la terre mainteigne,
Mes que tant li face d'enor
Qu'il lest le non d'empereor
Et la corone avoec li lest ;
Einsi puet estre, se lui plest,
Entr'aus .ii. la chose bien feite.
Et quant la chose fu retreite
Et Alixandre recontee,
Avoec lui est sa genz montee,
Si sont a Athenes venu ;
A joie furent reçeü,
Mes Alixandre ne plest mie,
Qant il ot la parole oïe,
Que ses freres ait la corone,
Se sa fiance ne li done
Que ja fame n'esposera,
Mes aprés lui Cligés sera
De Costantinoble emperere.
Ensi sont acordé li frere.
Alixandres li eschevist,
Et cil li otroie et plevist
Que ja en trestot son aage
N'avra fame par mariage.
Acordé sont, ami remainnent ;
Li baron grant joie demainnent ;
Alis por empereor tienent,
Mes devant Alixandre vienent
Li grant afeire et li petit ;
Fet est ce qu'Alixandres dit
Et po fet an se por lui non.
Alys n'i a fors que le non,
Qui empereres est clamez ;
Mes cil est serviz et amez,
Et qui ne le sert par amor,
Servir li covient par peor.
Par l'un et par l'autre justise
Tote la terre a sa devise.
Mes cele qu'an apele Mort
N'espargne home foible ne fort,
Que toz ne les ocie et tut.
Alixandre morir estut,
C'uns max l'a mis an sa prison,
Don ne puet avoir garison.
Mes ainz que morz le sorpreïst,
Son fil manda et si li dist :
« Biax filz Cligés, ja ne savras
Conuistre con bien tu vaudras
De proesce ne de vertu
Se a la cort le roi Artu
Ne te vas esprover einçois
Et as Bretons et as Einglois.
Se avanture la te mainne,
Ensi te contien et demainne
Que tu n'i soies coneüz,
Jusqu'a tant qu'as plus esleüz
De la cort esprovez te soies.
De ce te lo que tu me croies,
Et s'an leu viens, ja ne t'esmaies
Que a ton oncle ne t'essaies,
Monseignor Gauvain, ce te pri,
Que tu nel metes en obli. »
Aprés cest amonestemant
Ne vesqui gaires longuemant.
Soredamors tel duel en ot
Que aprés lui vivre ne pot ;
De duel fu morte avoeques lui.
Alys et Clygés anbedui
En firent duel si com il durent ;
Mes de duel feire se recrurent :
Mauvés est diax a maintenir,
Car nus biens n'an puet avenir.
A neant est li diax venuz,
Et l'empereres s'est tenuz
Lonc tans aprés de fame prandre,
Car a leauté voloit tandre ;
Mes il n'a cort an tot le monde
Qui de mauvés consoil soit monde.
Par le mauvés consoil qu'il croient
Li baron sovant se desvoient,
Si que leauté ne maintienent.
Sovant a l'empereor vienent
Si home qui consoil li donent ;
De prandre fame le semonent,
Si li enortent et anpressent
Et chascun jor tant l'en apressent
Que par lor grant engresseté
L'ont de sa fiance gité
Et lor voloir lor acreante ;
Mes mout estuet qu'ele soit gente
Et sage et bele et cointe et noble,
Qui dame iert de Costantinoble.
Lors li dïent si conseillier
Qu'il se vuelent apareillier,
S'an iront an tiesche terre
La fille l'empereor querre.
Celi li loent que il praigne,
Car l'empereres d'Alemaigne
Est mout riches et mout puissanz,
Et sa fille tant avenanz
C'onques an la crestianté
N'ot pucele de sa biauté.
L'empereres tot lor otroie,
Et cil se metent a la voie,
Si come gent bien atornees,
Et chevauchent par lor jornees
Tant que l'empereor troverent
A Reneborc ; la li roverent
Que il sa fille la greignor
Doint a Alis l'empereor.
Mout fu liez de cest mandemant
L'empereres, mout lieemant
Lor a otroiee sa fille,
Car il de neant ne s'aville
Ne de rien s'enor n'apetise.
Mes il dit qu'il l'avoit promise
Au duc de Sessoigne a doner ;
Si ne l'an porroient mener
Se l'empereres n'i venoit
Et s'il grant force n'amenoit,
Que li dus ne li poïst feire
Honte ne enui au repeire.
Qant li message ont antandu
Que l'enperere a respondu,
Congié prenent, si s'an revont.
A l'empereor venu sont,
Si li ont la response dite.
Et l'enperere a gent eslite,
Chevaliers les mialz esprovez,
Les plus hardiz qu'il a trovez,
Et mainne avoec lui son neveu,
Por cui il avoit fet tel veu
Que ja n'avra fame an sa vie ;
Mes cest veu ne tandra il mie
Se venir puet jusqu'a Coloigne.
A un jor de Grece s'esloigne
Et vers Alemaigne s'aproche,
Que por blasme ne por reproche
Fame a panre ne lessera,
Mes s'anors [...] abeissera.
Devant Coloigne ne s'areste,
Ou l'emperere a une feste
D'Alemaigne mout grant tenue.
Or est a Coloigne venue
La conpaignie des Grezois ;
Tant i ot Grex et tant Tiois
Qu'il an estut fors de la vile
Logier plus de .xl. mile.
Granz fu l'asanblee des genz
Et formant fu la joie granz
Que li dui empereor firent,
Qui mout volantiers s'antrevirent.
El palés qui mout estoit lons
Fu l'asanblee des barons.
Et l'empereres maintenant
Manda sa fille isnelemant.
La pucele ne tarda pas,
El palés vint en es le pas,
Et fu si bele et si bien feite
Con Dex meïsmes l'eüst feite,
Qui mout i pot a traveillier
Por la gent feire merveillier.
Onques Dex qui la façona
Parole a home ne dona
Qui de biauté dire seüst
Tant que cele plus n'an eüst.
Fenyce ot la pucele a non ;
Ce ne fu mie sanz reison,
Car si con fenix li oisiax
Est sor toz les autres plus biax
Ne estre n'an pot c'uns ansanble,
Ice Fenyce me resanble :
N'ot de biauté nule paroille.
Ce fu miracles et mervoille
C'onques a sa paroille ovrer
Ne pot Nature recovrer.
Por ce que g'en diroie mains,
Ne braz ne cors ne chief ne mains
Ne vuel par parole descrivre,
Car se mil anz avoie a vivre
Et chascun jor doblast mes sans,
Si perdroie gié mon porpans
Einçois que le voir an deïsse.
Bien sai, se m'an antremeïsse
Et tot mon san i anpleasse,
Que tote ma poinne i gastasse,
Et ce seroit poinne gastee.
Tant s'est la pucele hastee
Que ele est el palés venue,
Chief descovert et face nue,
Et la luors de sa biauté
Rant el palés plus grant clarté
Ne feïssent quatre escharboncle.
Devant l'empereor son oncle
Estoit Clygés desafublez.
Un po fu li jorz enublez,
Mes tant estoient bel andui,
Antre la pucele et celui,
C'uns rais de lor biauté issoit,
Don li palés resplandissoit
Tot autresi con li solauz
Qui nest mout clers et mout vermauz.
Por la biauté Clygés retreire
Vuel une description feire,
Don mout sera briés li passages.
En la flor estoit ses aages,
Car ja avoit pres de .xv. anz ;
Mes tant ert biax et avenanz
Que Narcissus, qui desoz l'orme
Vit an la fontainne sa forme,
Si l'ama tant, si com an dit,
Qu'il an fu morz, quant il la vit,
Por tant qu'il ne la pot avoir.
Mout ot biauté et po savoir,
Mes Clygés en ot plus grant masse,
Tant con li ors le cuivre passe
Et plus que je ne di encor.
Si chevol resanbloient d'or
Et sa face rose novele ;
Nes ot bien fet et boche bele,
Et fu de si boene estature
Con mialz le sot feire Nature,
Que an lui mist trestot a un
Ce que par parz done a chascun.
En lui fu Nature si large
Que trestot mist en une charge,
Si li dona quanque ele ot.
Ce fu Cligés, qui an lui ot
San et biauté, largesce et force.
Si ot le fust atot l'escorce,
Si sot plus d'escremie et d' art
Que Tristanz, li niés le roi Marc,
Et plus d'oisiax et plus de chiens.
En Cligés ne failli nus biens.
Clygés, si biax com il estoit,
Devant le roi son oncle estoit,
Et cil qui ne le conoissoient
De lui esgarder s'angoissoient ;
Et ausi li autre s'angoissent,
Qui la pucele ne conoissent,
Qu'a mervoilles l'esgardent tuit.
Mes Clygés par amors conduit
Vers li ses ialz covertemant
Et ramainne si sagemant
Que a l'aler ne au venir
Ne l'an puet an por fol tenir,
Mes deboneiremant l'esgarde,
Et de ce ne se prenent garde
Que la pucele a droit li change.
Par boene amor, non par losange,
Ses ialz li baille et prant les suens.
Mout li sanble cist changes buens,
Et miaudres li sanblast a estre,
S'ele seüst point de son estre ;
N'an set plus mes que bel le voit,
Et s'ele rien amer devoit
Por biauté qu'an home veïst,
N'est droiz qu'aillors son cuer meïst.
Ses ialz et son cuer i a mis,
Et cil li ra son cuer promis.
Promis ? Qui done quitemant !
Doné ? Ne l'a, par foi, je mant,
Que nus son cuer doner ne puet ;
Autremant dire le m'estuet.
Ne dirai pas si com cil dïent
Qui an un cors .ii. cuers alïent,
Qu'il n'est voirs n'estre ne le sanble
Qu'an .i. cors ait .ii. cuers ansanble ;
Et s'il pooient assanbler,
Ne porroit il voir resanbler.
Mes s'il vos pleisoit a entandre,
Bien vos ferai le voir antandre,
Comant dui cuer a un se tienent
Sanz ce qu'ansanble ne parvienent.
Seul de tant se tienent a un
Que la volanté de chascun
De l'un a l'autre s'an trespasse ;
Si vuelent une chose a masse,
Et por tant c'une chose vuelent,
I a de tiex qui dire suelent
Que chascuns a le cuer as deus ;
Mes uns cuers n'est pas an deus leus.
Bien pueent lor voloir estre uns,
Et s'a adés son cuer chascuns,
Ausi con maint home divers
Pueent an chançons et an vers
Chanter a une concordance.
Si vos pruis par ceste sanblance
C'uns cors ne puet .ii. cuers avoir,
Ce sachiez vos trestot de voir ;
Ne por ce que se li uns set
Quanqu'il covoite et quanqu'il het,
Ne plus que les voiz qui assanblent
Si que tote une chose sanblent,
Et si ne pueent estre a un,
Ne puet cors avoir cuer que un.
Mes ci nen a mestier demore,
Qu'autre besoigne me cort sore.
De la pucele et de Clygés
M'estuet parler des ore mes.
Si orroiz del duc de Sessoigne,
Qui a envoié a Coloigne
.I. suen neveu, vaslet mout juevre,
Qui a l'empereor descuevre
Que ses oncles li dus li mande
Qu'a lui pes ne trives n'atande
Se sa fille ne li envoie.
Et cil ne se fit an la voie
Qui avoec lui mener l'an cuide,
Qu'il ne la trovera pas vuide,
Einz li iert mout bien desfandue,
Se ele ne li est randue.
Bien fist li vaslez son message,
Tot sanz orguel et sanz oltrage ;
Mes ne trueve respondeor,
Ne chevalier n'enpereor ;
Et quant vit que tuit se teisoient
Et par desdaing ice feisoient,
De cort se part par desfiance.
Mes jovenetez et anfance
Li firent Cligés anhatir
De behorder au departir.
Por behorder es chevax montent,
D'andeus parz a .iii. [...] se content,
Si furent par igal de nonbre.
Et la sale vuide et desconbre,
Il n'i remest ne cil ne cele,
Ne chevaliers ne dameisele
Qui tuit n'aillent monter as estres,
As batailles et as fenestres
Por veoir et por esgarder
Ces qui devoient behorder.
Nes la pucele i est montee,
Cele qui d'Amors iert dontee
Et a sa volanté conquise.
A une fenestre est assise
Ou mout se delite asseoir,
Por ce que d'iluec pot veoir
Celui qui son cuer a repost,
N'ele n'a talant que l'en ost,
Ne ja n'amera se lui non.
Mes ne set comant il a non
Ne qui il est ne de quel gent,
N'a demander ne li est gent,
Si li est tart que ele en oie
Chose de coi ses cuers ait joie.
Par la fenestre esgarde hors
Les escuz ou reluist li ors
Et cez qui a lor cos les portent,
Qui au behorder se deportent.
Mes son pansé et son esgart
A trestot mis a une part,
Qu'an nul autre leu n'est pansive ;
A Clygés esgarder estrive,
Sel siust des ialz, quel part qu'il aille.
Et cil por li se retravaille
Del behorder apertemant,
Por ce qu'ele oie seulemant
Que il [...] preuz et bien adroiz ;
Car tote voies sera droiz
Que ele le lot de proesce.
Vers le neveu le duc s'adresce,
Qui mout aloit lances brisant
Et les Grezois desconfisant ;
Mes Cligés, cui formant enuie,
Es estriés s'afiche et apuie,
Sel vet ferir toz esleissiez,
Si que maugré suen a leissiez
Les arçons de la sele vuiz ;
Au relever fu granz li bruiz.
Li vaslez relieve, si monte
Et cuide bien vangier sa honte ;
Mes tiex cuide, se il li loist,
Vangier sa honte qui l'accroist.
Li vaslez vers Clygés s'esleisse,
Et cil vers lui sa lance beise ,
Sel vet si duremant requerre
Que de rechief le porte a terre.
Or a cil sa honte doblee,
S'an est sa genz tote troblee,
Qui bien voient que par enor
N'en istront huimés de l'estor ;
Car d'aus n'i a nul si vaillant,
Se Clygés le vient consivant,
Qu'es arçons devant lui remaingne.
S'an sont mout lié cil d'Alemaingne
Et cil de Grece, quant il voient
Que li lor les autres convoient,
Si s'an vont come desconfit.
Et cil les chacent par afit,
Tant qu'a une eve les ataignent ;
Assez en i plungent et baignent.
Cligés el plus parfont del gué
A le neveu le duc versé
Et tant des autres avoec lui
Qu'a lor honte et a lor enui
S'an vont fuiant, dolant et morne.
Et Cligés a joie retorne ;
De .ii. parz le pris en aporte
Et vint tot droit a une porte
Qui estoit veisine a l'estage,
Ou cele estoit qui le passage
A l'entrer de la porte prant
D'un dolz regart, et cil le part ,
Que des ialz se sont ancontré ;
Ensi a li uns l'autre outré.
Mes n'i a Tyois n'Alemant,
Qui sache parler seulemant,
Qui ne die : « Dex, qui est cist
An cui si granz biautez florist ?
Dex, don li est tot ce venu
Que si grant pris a retenu ? »
Ensi demande cist et cil :
« Qui est cist anfes, qui est il ? » ,
Tant que par tote la cité
An sevent tuit la verité,
Et le suen non et le son pere
Et le covant que l'emperere
Li avoit fet et otroié.
S'est ja tant dit et puepleié
Que neïs cele dire l'ot
Qui an son cuer grant joie en ot,
Por ce c'or ne puet ele mie
Dire qu'Amors l'ait eschernie
Ne de rien ne se puet clamer,
Car le plus bel li fet amer,
Le plus cortois et le plus preu
Que l'en poïst trover nul leu.
Mes par force avoir li estuet
Celui qui pleire ne li puet ;
S'an est angoisseuse et destroite,
Car de celui qu'ele covoite
Ne se set a cui conseillier,
S'a panser non et a veillier.
Et ces .ii. choses si la ceingnent
Que mout la plessent et ateingnent,
Qu'ele voit bien tot en apert
A la color que ele pert
Qu'el n'a mie ce qu'ele vialt,
Car moins jeue qu'ele ne sialt
Et moins rit et moins s'esbanoie ;
Mes bien le çoile et bien le noie
Se nus li demande qu'ele a.
Sa mestre avoit non Thessala,
Qui l'avoit norrie en anfance,
Si savoit mout de nigromance.
Por ce fu Thessala clamee
Qu'ele fu de Tessalle nee,
Ou sont feites les deablies,
Anseigniees et establies.
Les fames qui el païs sont
Et charmes et charaies font.
Thessala voit tainte et palie
Celi qu'Amors a en baillie,
Si l'a a consoil aresniee.
« Dex, fet ele, estes vos fesniee,
Ma dolce dameisele chiere,
Qui si avez tainte la chiere ?
Mout me mervoil que vos avez.
Dites le moi, qui le savez,
An quel leu cist max vos tient plus ;
Car se garir vos an doit nus,
A moi vos an poez atandre,
Car bien vos savrai santé randre.
Je sai bien garir d'itropique,
Si sai garir de l'arcetique,
De quinancie et de cuerpous ;
Tant sai d'orines et de pous
Que ja mar avroiz autre mire ;
Et sai, se je l'osoie dire,
D'anchantemanz et de charaies
Bien esprovees et veraies
Plus c'onques Medea n'an sot,
N'onques mes n'an vos dire mot,
Si vos ai jusque ci norrie.
Mes ne m'an encusez vos mie,
Car ja rien ne vos an deïsse,
Devant que certemant veïsse
Que tex max vos a envaïe
Que mestier avez de m'aïe.
Dameisele, vostre malage
Me dites, si feroiz que sage,
Einçois que il plus vos sorpraingne.
Por ce que de vos garde praigne,
M'a a vos l'enpereres mise,
Et je m'an sui si antremise
Que mout vos ai gardee sainne.
Or avrai gastee ma painne
Se de cest mal ne vos respas.
Or gardez, nel me celez pas,
Se ce est max ou autre chose. »
La pucele apertemant n'ose
Descovrir sa volanté tote,
Por ce que formant se redote
Qu'ele ne li blasme ou deslot.
Et por ce qu'ele antant et ot
Que mout se vante et mout se prise
Et d'anchantemant est aprise,
De charaies et d' acheisons ,
Li dira quele est s'acheisons
Por coi a pale et taint le vis ;
Mes ainz li a en covant mis
Qu'ele toz jorz l'en celera
Et ja ne li desloera.
« Mestre, fet ele, sanz mantir,
Nul mal ne cuidoie santir,
Mes je le cuiderai par tans.
Ce seulemant que je i pans
Me fet grant mal et si m'esmaie.
Mes comant set qui ne l'essaie
Que puet estre ne max ne biens ?
De toz max est divers li miens,
Car se voir dire vos an vuel,
Mout m'abelist, et si m'an duel,
Et me delit an ma meseise.
Et se max puet estre qui pleise,
Mes enuiz est ma volantez
Et ma dolors est ma santez,
Ne ne sai de coi je me plaigne,
Car rien ne sant don max me vaingne,
Se de ma volanté ne vient.
Mes voloirs est max, se devient,
Mes tant ai d'aise an mon voloir
Que dolcemant me fet doloir,
Et tant de joie an mon enui
Que dolcemant malade sui.
Tessala mestre, car me dites,
Cist max, don n'est il ipocrites,
Qui dolz me sanble, et si m'angoisse ?
Je ne sai comant jel conoisse,
Se c'est anfermetez ou non.
Mestre, car m'an dites le non
Et la meniere et la nature.
Mes sachiez bien que je n'ai cure
De garir an nule meniere,
Car je ai mout la dolor chiere. »
Thessala, qui mout estoit sage
D'amor et de tot son usage,
Set et antant par sa parole
Que d'amor est ce qui l'afole ;
Por ce que dolz l'apele et claimme
Est certainne chose qu'ele aimme,
Car tuit autre mal sont amer
Fors seulemant celui d'amer,
Mes cil retorne s'amertume
En dolçor et an soatume
Et sovant retorne a contraire.
Mes cele qui bien sot l'afaire
Li respont : « Ja ne dotez rien,
De vostre mal vos dirai bien
La nature et le non ansanble.
Vos m'avez dit, si con moi sanble,
Que la dolors que vos santez
Vos sanble estre joie et santez :
De tel nature est max d'amors,
Qu'il vient de joie et de dolçors.
Donc amez vos, si le vos pruis,
Car an dolçor nul mal ne truis
S'en amor non tant seulemant.
Tuit autre mal comunemant
Sont toz jorz felon et orrible,
Mes amors est dolce et peisible.
Vos amez, tote an sui certainne,
Ne vos an tieng pas a vileinne ;
Mes ce tandrai a vilenie
Se par peresce ou par folie
Vostre corage me celez.
-Dame, voir de neant parlez,
Qant serai certainne et seüre
Que vos ja par nule avanture
N'en parleroiz a rien vivant.
-Dameisele, certes li vant
An parleront einçois que gié,
Se vos ne m'an donez congié ;
Et ancor vos fiancerai
Que je vos en avancerai
Si que certainnemant savrez
Que j'en ferai voz volantez.
-Mestre, mout m'avriez garie,
Mes l'empereres me marie,
Don je sui iriee et dolante,
Por ce que cil qui m'atalante
Est niés celui que prendre doi.
Et se cil a joie de moi,
Donc ai ge la moie perdue,
Ne je n'i ai nule atandue.
Mialz voldroie estre desmanbree
Que de nos .ii. fust remanbree
L'amors d'Ysolt et de Tristan,
Don mainte folie dit an,
Et honte en est a reconter.
Ja ne m'i porroie acorder
A la vie qu'Isolz mena.
Amors en li trop vilena,
Que ses cuers fu a un entiers
Et ses cors fu a .ii. rentiers.
Ensi tote sa vie usa
N'onques les .ii. ne refusa.
Ceste amors ne fu pas resnable,
Mes la moie iert toz jorz estable,
Car de mon cors et de mon cuer
N'iert ja fet partie a nul fuer.
Ja mes cors n'iert voir garçoniers
N'il n'i avra .ii. parçoniers.
Qui a le cuer, cil a le cors,
Toz les autres an met defors.
Mes ce ne puis je pas savoir
Comant puisse le cors avoir
Cil a cui mes cuers s'abandone,
Qant mes peres autrui me done
Ne je ne li os contredire.
Et quant il est de mon cors sire,
S'il an fet chose que ne vuelle,
N'est pas droiz c'un autre i acuelle.
Ne cil ne puet fame espouser
Sanz sa fiance trespasser,
Einz avra, s'an ne li fet tort,
Cligés l'empire aprés sa mort.
Mes se vos tant saviez d'art
Que ja cil an moi n'eüst part
Cui je sui donee et plevie,
Mout m'avriez an gré servie.
Mestre, car i metez antante
Que cil sa fiance ne mante
Qui au pere Clygés plevi,
Si con il meïsme eschevi,
Que ja n'avroit fame esposee.
Sa fiance en iert reüsee,
Car adés m'espousera il.
Mes je n'ai pas Cligés si vil
Que mialz ne vuelle estre anterree
Que ja par moi perde danree
De l'enor qui soe doit estre.
Ja de moi ne puisse anfes nestre
Par cui il soit desheritez.
Mestre, or vos an entremetez,
Por ce que toz jorz vostre soie. »
Lors li dit sa mestre et otroie
Que tant fera conjuremanz
Et poisons et anchantemanz
Que ja de cest empereor
Mar avra garde ne peor,
Et si girront ansanble andui,
Mes ja tant n'iert ansanble o lui
Qu'ausi ne puisse estre aseür
Con s'antre aus .ii. avoit un mur ;
Mes seul itant ne li enuit
Qu'il a en dormant son deduit,
Car quant il dormira formant
De li avra joie a talant
Et cuidera tot antresait
Que an veillant sa joie en ait,
Et ja rien n'en tenra a songe,
A losange ne a mançonge.
Einsi toz jorz de lui sera :
An dormant joer cuidera. »
La pucele ainme et loe et prise
Ceste bonté et cest servise.
En boene esperance la met
Sa mestre, qui ce li promet
Et se li fiance a tenir,
Car par ce cuidera venir
A sa joie, que que il tart,
Que ja tant n'iert de male part
Cligés, s'il set que ele l'aint,
Que por li grant joie ne maint
-Garder cuide son pucelage
Por lui sauver son heritage -,
Qu'il aucune pitié n'en ait,
S'a boene nature retrait
Et s'il est tex com estre doit.
La pucele sa mestre croit
Et mout s'i fie et aseüre ;
L'une a l'autre fiance et jure
Que cist consauz iert si teüz
Que ja n'iert en avant seüz.
Si est la parole finee,
Et quant vint a la matinee,
L'empereres sa fille mande.
Cele vint, quant il le comande.
Que vos iroie tot contant ?
Lor afeire vont apruichant
Li dui empereor ansanble,
Que li mariages asanble,
Et la joie el palés comance.
Mes n'i voel feire demorance
De parler de chascune chose ;
A Thesala, qui ne repose
Des poisons feire et atranprer,
Voel ma parole retorner.
Thessala tranpre sa poison,
Espices i met a foison
Por adolcir et atranprer ;
Bien les fet batre et destranprer,
Et cole tant que toz est clers
Ne rien n'i est aigres n'amers,
Car les espices qui i sont
Dolces et de boene oldor sont.
Qant la poisons fu atornee,
S'ot li jorz feite sa jornee
Et por soper furent assises
Les tables et les napes mises ;
Mes le souper met an respit.
Thessala covient qu'ele espit
Par quel engin, par quel message
Ele anvoiera son message .
Au mangier furent tuit assis,
Mes orent eüz plus de dis,
Et Clygés son oncle servoit.
Thessala, qui servir le voit,
Panse que son servise pert,
Qu'a son deseritemant sert ;
S'il l'en enuie mout et poise,
Puis s'apanse come cortoise
Del boivre : servir an fera
Celui cui joie et preuz sera.
Por Cligés mande Thessala,
Et cil maintenant i ala ;
Si li a quis et demandé
Por coi Thessala l'a mandé.
« Amis, dist ele, a cest mangier
Voel l'empereor losangier
D'un boivre qu'il avra mout chier ;
Si vos di bien, par saint Richier,
Ne vuel qu'enuit mes d'autre boive.
Je cuit que mout amer le doive,
C'onques de si boen ne gosta
Ne nus boivres tant ne costa.
Et gardez bien, jel vos acoint,
Que nus autres n'an boive point,
Por ce que trop en i a po.
Et ce meïsmes vos relo
Que ja ne sache dom il vint,
Fors que par aventure avint
Qu'antre les presanz le trovastes,
Et por ce que vos esprovastes
Et santistes au vant de l'air
Des boenes espices le flair,
Et por ce que cler le veïstes,
Le vin an sa coupe meïstes.
Se par avanture l'enquiert,
Sachiez que atant peis en iert.
Mes por chose que vos ai dite,
N'en aiez ja male souspite,
Car li boivres est clers et sains
Et de boenes espices plains,
Et puet cel estre an aucun tans
Vos fera lié, si con je pans. »
Qant cil ot que biens l'en vandra,
La poison prant, si l'en porta,
Verse an la cope de cristal,
Car ne set qu'il i ait nul mal ;
Devant l'empereor l'a mise.
L'emperere a la cope prise,
Qui an son neveu mout se croit ;
De la poison .i. grant tret boit,
Et maintenant la force sant
Qui del chief el cors li descent
Et del cors li remonte el chief
Et le cerche de chief an chief ;
Tot le cerche sanz rien grever.
Et quant vint as napes lever,
S'ot l'empereres tant beü
Del boivre qui li ot pleü,
Par nuit sera en dormant ivres
Ne ja mes n'an sera delivres,
Einz le fera tant traveillier
Qu'an dormant le fera veillier.
Or est l'empereres gabez.
Mout ot evesques et abez
Au lit seignier et beneïr.
Qant ore fu d'aler gesir,
L'empereres, si com il dut,
La nuit avoec sa fame jut.
Si com il dut ? Ai ge manti,
Qu'il ne la beisa ne santi ;
Mes an .i. lit jurent ansanble.
La pucele de peor tranble,
Qui mout se dote et mout s'esmaie
Que la poisons ne soit veraie.
Mes ele l'a si anchanté
Que ja mes n'avra volanté
De li ne d'autre, s'il ne dort,
Et lors en avra tel deport
Con l'an puet an songent avoir,
Et si tendra le songe a voir.
Neporquant cele le resoingne :
Premieremant de lui s'esloigne,
Ne cil apruichier ne la puet
Qu'araumant dormir li estuet.
Il dort et songe, et veillier cuide,
S'est an grant poinne et an estuide
De la pucele losangier.
Et ele li feisoit dongier,
Et se desfant come pucele,
Et cil la prie, et si l'apele
Mout dolcemant sa dolce amie ;
Tenir la cuide, n'an tient mie,
Mes de neant est a grant eise,
Car neant tient et neant beise,
Neant tient, a neant parole,
Neant voit et neant acole,
A neant tance, a neant luite.
Mout fu la poisons bien confite
Qui si le travaille et demainne.
De neant est an si grant painne,
Car por voir cuide, et si s'an prise,
Qu'il ait la forteresce prise,
Et devient lassez et recroit,
Einsi le cuide, einsi le croit.
A une foiz vos ait tot dit,
C'onques n'en ot autre delit.
Ensi l'estovra demener
Toz jorz mes, s'il l'en puet mener.
Mes ainz qu'a salveté la teigne,
Criem que granz anconbriers li veigne,
Car quant il s'an retornera,
Li dus pas ne sejornera
Cui el fu premerains donee.
Grant force a o lui amenee,
S'a totes les marches garnies,
Et a la cort sont les espies
Qui li font savoir chascun jor
Tot le covine et tot l'ator,
Et conbien il sejorneront
Et quant il s'an retorneront,
Par quel leu et par quel trespas.
L'empereres ne tarda pas
Aprés ses noces longuemant ;
De Coloigne part lieemant,
Et l'empereres d'Alemaingne
Le conduist a riche conpaingne,
Por ce que mout crient et ressoigne
La force le duc de Sessoigne.
Li dui empereor ne finent,
Tresc'outre Reneborc cheminent,
Et furent par une vespree
Logié soz Dunoe an la pree.
Li Grezois furent an lor trez
Delez Noire Forest es prez,
Et d'autre part logié estoient
Li Sessoignois qui les gueitoient.
Li niés le duc en une angarde
S'an fu alez por prandre garde
S'il porroit feire nul guehaing
Sor ces de la ne nul mehaing.
La ou il ert an son esgart,
Vit Cligés chevalchier soi quart
De vaslez qui se deportoient
Et escuz et lances portoient
Por behorder et por deduire.
Ja lor voldra grever et nuire
Li niés le duc, s'il onques puet.
Atot .ii. conpaignons s'esmuet,
Si se sont mis tot a celee
Lez le bois en une valee,
Si c'onques li Grezois nes virent,
Tant que de la valee issirent
Et que li niés le duc s'adrece,
Si fiert Cligés que il le blece
.I. petitet desus l'eschine.
Cligés se beisse, si s'ancline
Si que la lance outre s'an passe ;
Neporquant .i. petit le quasse.
Qant Cligés sant qu'il est bleciez,
Vers le vaslet s'est adreciez,
Sel vet ferir de tel randon
Que parmi le cors a bandon
Li met la lance, mort le ruie.
Lors se metent tost a la fuie
Li Sesne, qui mout le redotent ;
Parmi la forest se desrotent.
Et Cligés, qui ne set l'aguet,
Hardemant et folie fet,
Qui de ses conpaignons se part ;
Si les anchauce cele part
Ou la force le duc estoit,
Et ja tote l'oz s'aparçoit
De feire as Grex une anvaïe ;
Toz seus les chace sanz aïe
Et li vaslet, tuit esperdu
De lor seignor qu'il ont perdu,
Vienent devant le duc corrant,
Si li ont conté an plorant
Le domage de son neveu.
Li dus ne le tient mie a jeu,
Mes Deu et toz les sainz an jure
Que joie ne boene aventure
En tote sa vie n'avra
Tant con celui vivant savra
Qui son neveu li a ocis,
Et dit que mout iert ses amis
Et mout le reconfortera
Qui le chief l'en aportera.
Lors s'est uns chevaliers vantez
Que par lui li iert presantez
Li chiés Cligés, s'il l'atant tant .
Cligés les vaslez chaça tant
Que sus les Sesnes s'anbati,
Et cil le voit qui s'anhati
Qu'il en aportera la teste.
Or s'en vet, que plus n'i areste.
Et Cligés s'est el retor mis
Por esloignier ses anemis,
Si revint la toz eslessiez
Ou ses conpaignons ot lessiez,
Mes n'en i a .i. seul trové,
Qu'as trez s'an furent retorné
Por lor aventure conter.
Et l'emperere ot fet monter
Grex et Tiois comunemant.
Par tote l'ost isnelemant
S'arment et montent li baron.
Et cil a tant a esperon
Tote voies Cligés chacié,
Toz armez, son hiaume lacié.
Qant Cligés le voit seul venir,
Qui ainz ne vost apartenir
A recreant ne a failli,
De parole l'a assailli.
Li chevaliers premieremant
Garçon l'apele estoutemant,
Qui ne puet celer son corage.
« Garz, fet il, ça leiroiz le gage
De monseignor que tu as mort.
Se ton chief avoec moi n'en port,
Donc ne me pris un faus besant.
Au duc en vuel feire presant,
Ja autre gage n'en prendrai ;
Por son neveu toi li rendrai,
S'en avra bien eü l'eschange. »
Cligés ot que cil le leidange,
Come fos et mal afeitiez.
« Vasax, fet il, or vos gueitiez,
Que ma teste vos chaloing gié,
Ne l'avroiz mie sanz congié. »
Atant li uns l'autre requiert,
Cil a failli, et Cligés fiert
Si fort que lui et son destrier
A fet en .i. mont trebuchier.
Li destriers chiet sor lui envers
Si roidemant que an travers
L'une des janbes li peçoie.
Cligés sor l'erbe qui verdoie
Descent a pié, lors le desarme.
Qant desarmé l'ot, si s'en arme
Et la teste li a colpee
De la soe meïsme espee.
Qant la teste li a tranchiee,
Si l'a en la lance fichiee
Et dit qu'il an fera servise
Au duc, cui il avoit promise
La soe teste a presanter,
S'an estor le puet ancontrer.
Lors avoit an son chief assis
Cligés le hiaume, et l'escu pris,
Non pas le suen, mes le celui
Qui s'estoit conbatuz a lui,
Et remontez estoit lors primes
Sor le destrier celui meïsmes,
Et leisse le suen estraier
Por les Grezois feire esmaier,
Qant il vit plus de cent banieres
Et batailles granz et plenieres
De Tyois ansanble et de Grex,
Mout felenesses et cruex.
Lués que Cligés venir les voit,
Vers les Sesnes s'an vet tot droit,
Et cil de lui chacier s'angoissent,
Qui por les armes nel conoissent,
Et ses oncles s'an desconforte
Por la teste que il an porte
Anson sa lance, et cuide et croit
Que la teste son neveu soit ;
N'est mervoille s'il en a dote.
Tote l'oz aprés lui s'arote,
Et Clygés se fet tant chacier
Por la meslee comancier
Que li Sesne venir le voient ;
Mes les armes toz les desvoient,
Dom il est armez et garniz.
Gabez les a et escharniz,
Car li dus et trestuit li autre,
Si com il vient lance sor fautre,
Dïent : « Nostre chevaliers vient !
Anson sa lance que il tient
Aporte la teste Clygés,
Et li Greu le chacent aprés.
Or as chevax por lui secorre ! »
Lors leissent tuit les chevax corre,
Et Clygés vers les Sesnes point,
Desoz l'escu se clot et joint,
Lance droite, la teste anson,
Ne n'a mie cuer de Sanson :
N'estoit pas plus d'un autre forz.
D'anbes parz cuident qu'il soit morz
Et Sesne et Greu et Alemant ;
S'an sont cil lié, et cil dolant.
Mes par tans iert li voirs seüz,
Car Cligés ne s'est pas teüz :
Criant s'eslesse vers .i. Sesne,
Sel fiert d'une lance de fresne
Atot le chief, enmi le piz,
Si que les estriés a guerpiz,
Puis s'escrie : « Baron, ferez !
Je sui Cligés que vos querez.
Or ça, franc chevalier hardi !
N'en i ait nul acoardi,
Nostre en est la premiere joste,
Coarz hom de tel mes ne goste. »
L'empereres mout s'esjoï,
Qant son neveu Cligés oï,
Qui si les semont et enorte ;
Mout se resbaudist et conforte,
Et li dus est mout esbahiz,
C'or set il bien qu'il est traïz
Se la soe force n'est graindre.
Ses genz fet serrer et estraindre ;
Et li Greu serré et rangié
Ne se sont pas d'aus estrangié,
Car duremant broichent et poignent.
D'en.ii. parz les lances anpoignent,
Si s'antracointent et reçoivent,
Si com a tel besoigne doivent.
As premerienes acointances
Percent escuz et froissent lances,
Ronpent cengles, tranchent estriés ;
Vuiz i ont lessiez mainz destriers
De cez qui gisent an la place.
Mes comant que chascuns le face,
Cligés et li dus s'antrevienent,
Les lances esloingniees tienent
Et fierent de si grant vertu
Li uns l'autre sor son escu
Que les lances volent an clices,
Qui forz estoient et feitices.
Cligés ert el cheval adroiz,
En la sele remest toz droiz,
Qu'il n'anbrunche ne ne chancele.
Li dus a vuidiee la sele
Et maugré suen les estriés vuide.
Cligés prandre et mener l'en cuide
Et mout s'an travaille et esforce,
Mes n'est mie soe la force,
Car li Sesne assanblent antor,
Qui li rescoent par estor.
Cligés neporquant sanz mehaing
Part de l'estor atot guehaing ;
Car le destrier au duc an mainne,
Qui plus ert blans que nule lainne
Et valoit a oes un prodome
L'avoir Othevien de Rome ;
Li destriers ert arrabiois.
Mout an sont lié Greu et Tyois
Qant Cligés voient sus monté,
Car la valor et la bonté
De l'arrabi veü avoient ;
Mes d'un agait rien ne savoient,
Dom il ja ne s'aparcevront,
Tant que grant perte i recevront.
Une espie est au duc venue,
Don grant joie li est creüe.
« Sire, dist il, il n'a es tres
As Grezois .i. tot seul remés
Qui se puisse nes point desfandre.
Or puez feire la fille prandre
L'empereor, se tu me croiz,
Tant con les Grex antendre voiz
A l'estor et a la bataille.
Et de tes chevaliers me baille,
Car je lor baillerai t'amie.
Par une viez voie enhermie
Les conduirai si salvemant
Que de Tyois ne d'Alemant
Ne seront veü n'ancontré,
Tant que la pucele an son tré
Porront prandre et mener si quite
Que ja ne lor iert contredite. »
De ceste chose est liez li dus ;
Cent chevaliers senez et plus
Avuec l'espie a envoiez,
Et cil les a si avoiez
Que la pucele en mainnent prise,
N'il n'i ont pas grant force mise,
Car de legier mener l'en porent.
Qant des trez esloigniee l'orent,
Par .xii. d'aus l'en anvoierent,
Ne gaires loing nes convoierent.
Li .xii. an mainnent la pucele,
Li autre ont dite la novele
Au duc, que bien ont esploitié.
Li dus n'avoit d'el covoitié,
Si prant trives tot main a main
As Grezois jusqu'a l'andemain.
Trives ont prises et donees.
Les genz le duc sont retornees
Et li Grezois sanz plus d'atente
Repeirent chascuns a sa tente.
Mes Cligés seus en une engarde
Remest, que nus ne s'an prant garde,
Tant que les .xii. qui aloient
Vit, et celi qu'il an menoient
Tot le grant cors et les galos.
Cligés, qui vialt aquerre los,
Vers aus s'esleisse en es le pas,
Car por neant ne fuient pas,
Ce se pansse et li cuers li dit.
Tot maintenant que il les vit
S'esleisse aprés ces, qui le voient
Venir ; si cuident bien et croient
Que ce soit li dus qui les sit.
« Contratendons le un petit,
Il s'est toz seus partiz de l'ost,
Et si vient aprés nos mout tost. »
N'i a celui qui ne le cuit ;
Contre lui voelent aler tuit,
Mes seus i vialt chascuns aler.
Cligés covient a avaler
Un grant val entre .ii. montaingnes.
Ja mes d'ax ne seüst ansaignes,
Se cil contre lui ne venissent,
Ou il ne le contreatendissent.
Li .vi. li vienent a l'encontre.
Mes par un et un les ancontre ;
Avoec la pucele remainnent
Li autre, qui soef l'en mainent
Le petit pas et l'anbleüre.
Et li .vi. vont grant aleüre,
Poingnant vienent parmi .i. val.
Cil qui ot plus isnel cheval
Vint devant toz criant en haut :
« Dus de Sessoigne, Dex te saut !
Dus, recovree avons t'amie.
Or n'an manront li Grezois mie,
Car ja t'iert bailliee et randue. »
Qant la parole a entandue
Cligés, que cil li vet criant,
N'en a mie son cuer riant,
Einz est mervoille qu'il n'enrage.
Onques nule beste salvage,
Lieparz ne huivres ne lieons,
S'ele vit perdre ses feons,
Ne fu si ardanz n'enragiee
Ne de conbatre ancoragiee
Con fu Clygés, car lui ne chaut
De vivre se s'amie faut.
Mialz vialt morir qu'il ne la rait.
Mout a grant ire an son deshait
Et mout grant hardemant li done.
L'arrabi broche et esperone
Et vet desor la targe pointe
Au Sesne doner tele anpointe,
De tel vertu, tot sanz mantir,
Qu'al cuer li fet le fer santir.
Cist a Cligés aseüré.
Plus d'un arpant tot mesuré
A l'arrabi point et brochié,
Einçois que l'autre ait aprochié,
Car tuit venoient desroté.
Ne l'un ne l'autre n'a doté,
Car seul a seul joste a chascun ;
Ses ancontre par un et un,
Ne li uns a l'autre n'aïe.
Au secont fet une anvaïe,
Qui li cuidoit de son contraire
Noveles dire et joie faire,
Si con li premiers avoit fet.
Mes Cligés n'a cure de plet
Ne de sa parole escouter.
Sa lance el cors li vet bouter,
Au retreire li sans en vole,
Qu'il li tost l'ame et la parole.
Aprés ces .ii. au tierz s'acople,
Qui mout le cuidoit trover sople
Et lié feire de son enui.
Le destrier broche ancontre lui,
Mes einz que mot dire li loise,
Cligés de sa lance une toise
Parmi le cors li a colee.
Au quart redone tel colee
Qu'enmi le chanp pasmé le lesse.
Aprés le quart au quint s'eslesse
Et puis au siste aprés le quint.
De cez nus ne se contretint ;
Toz les lesse teisanz et muz.
Moins en a les autres cremuz
Et plus hardiemant requis,
Puis qu'il n'ot garde de ces sis.
Qant de cez fu asseürez,
De honte et de maleürtez
Vet presant feire au remenant,
Qui la pucele an vont menant.
Atainz les a, si les assaut,
Come lous qui a proie saut,
Fameilleus et esgeünez.
Or li est vis que buer soit nez,
Qant il puet feire apertemant
Chevalerie et hardemant
Devant celi qui le fet ivre.
Or est morz s'il ne la delivre,
Et cele rest autresi morte,
Qui por lui mout se desconforte,
Mes nel set pas si pres de li.
.I. poindre qui li abeli
A fet Cligés, lance sor fautre,
Si fiert .i. Sesne et puis .i. autre,
Si qu'anbedeus a un seul poindre
Les a fez contre terre joindre,
Et sa lance de fresne froisse,
Et cil chieent par tel angoisse
Qu'il n'ont pooir de relever,
Por lui mal feire ne grever,
Car des cors furent anpirié.
Li autre .iiii. tuit irié
Vont Cligés ferir tuit ansanble,
Mes il n'enbrunche ne ne tranble,
N'il ne li ont estrié tolu.
L'espee o le branc esmolu
Fors del fuerre isnelemant sache,
Et por ce que boen gré l'en sache
Celi a cui d'amors s'atant,
Vet ancontre .i. Sesne batant,
Sel fiert de l'espee esmolue
Que il li a del bu tolue
La teste et del col la mitié,
C'onques n'en ot autre pitié.
Fenice qui l'esgarde et voit
Ne set pas que ce Cligés soit ;
Ele voldroit que ce fust il,
Mes por ce qu'il i a peril
Dit qu'ele ne le voldroit mie ;
De .ii. parz li est boene amie,
Car sa mort crient et s'enor vialt.
Et Cligés a l'espee aquialt
Les .iii. qui fier estor li randent,
Son escu li troent et fandent,
Mes n'ont pooir de lui baillier
Ne de son hauberc desmaillier.
Et quanque Cligés en ataint
Devant son cop rien ne remaint
Que tot ne confonde et deronpe ;
S'est plus tornanz que n'est la tronpe
Que l'escorgiee mainne et chace.
Proesce et l'amors qui le lace
Le font hardi et conbatant ;
Les Sesnes a traveilliez tant
Que toz les a morz et conquis,
Cez afolez et cez ocis.
Mes c'un seul an leisse eschaper,
Por ce qu'il erent per a per,
Et por ce que par lui seüst
Li dus sa honte et duel eüst.
Qant li dus sot sa mescheance,
S'en ot grant ire et grant pesance.
Et Cligés Fenice an remainne,
Qui d'amors le travaille et painne.
Mes s'or ne prant a li confesse,
Lonc tans li iert amors angresse,
Et a celi, s'ele se test,
Que ne die ce que li plest,
C'or puet bien dire en audiance
L'uns a l'autre sa conciance.
Mes tant criement le refuser
Qu'il n'osent lor cuers ancuser.
Cil crient que cele nel refust,
Cele ancusee se refust
S'ele ne dotast la refuse.
Et neporquant des ialz ancuse
Li uns a l'autre son panser,
S'il s'an seüssent apanser.
Des ialz parolent par esgart,
Mes des boches sont si coart
Que de l'amor qui les justise
N'osent parler an nule guise.
Se cele comancier ne l'ose,
N'est mervoille, car sinple chose
Doit estre pucele et coarde.
Mes il, qu'atant, de coi se tarde,
Qui por li est par tot hardiz,
S'est vers li seule acoardiz ?
Dex, ceste criemme don li vient,
C'une pucele seule tient ,
Sinple et coarde, foible et quoie ?
A ce me sanble que je voie
Les chiens foïr devant le lievre,
Et la turtre chacier le bievre,
L'aignel le lou, li colons l'aigle,
Et si fuit li vilains sa maigle,
Dom il vit et dom il s'ahane,
Et si fuit li faucons por l'ane,
Et li gripons por le heiron,
Et li luz fuit por le veiron,
Et le lyon chace li cers,
Si vont les choses a envers.
Mes volantez an moi s'aüne
Que je die reison aucune
Por coi ç'avient a fins amanz
Que sens lor faut et hardemanz
A dire ce qu'il ont an pans,
Qant il ont eise et leu et tans.
Vos qui d'amors vos feites sage
Et les costumes et l'usage
De sa cort maintenez a foi
N'onques ne faussastes sa loi,
Que qu'il vos an doie cheoir,
Dites se l'en puet nes veoir
Rien qui por amor abelisse,
Que l'en n'an tressaille ou palisse.
Ja de ce contre moi n'iert nus,
Que je ne l'en rande confus,
Car qui n'en palist et tressaut,
Et sans et mimoires li faut,
En larrecin porchace et quiert
Ce que par droit ne li afiert.
Sergenz qui son seignor ne dote
Ne doit pas aler an sa rote
N'il ne doit feire son servise.
Seignor ne crient qui ne le prise,
Et qui nel prise ne l'a chier,
Einz se painne de lui trichier
Et de la soe chose anbler.
De peor doit sergenz tranbler
Qant ses sires l'apele ou mande ;
Et qui a Amor se comande
Son mestre et son seignor an feit :
S'est droiz qu'an remanbrance l'eit
Et qu'il le serve et qu'il l'enort
S'il vialt bien estre de sa cort.
Amors sanz criemme et sanz peor
Est feus ardanz et sanz chalor,
Jorz sanz soloil, cire sanz miel,
Estez sanz flor, yvers sanz giel,
Ciax sanz lune, livres sanz letre.
Et s'a neant le volez metre,
Que la ou criemme se dessoivre,
N'i fet Amors a ramantoivre.
Qui amer vialt, crienbre l'estuet,
Ou autremant amer ne puet ;
Mes seul celi qu'il aimme dot
Et por li soit hardiz par tot.
Donc ne fausse ne mesprant mie
Cligés s'il redote s'amie.
Mes por ce ne leissast il pas
Qu'il ne l'eüst en es le pas
D'amors aresniee et requise,
Comant que la chose an fust prise,
S'ele ne fust fame son oncle.
Por ce sa plaie li reoncle
Et plus li grieve et plus li dialt,
Qu'il n'ose dire ce qu'il vialt.
Einsi vers lor gent s'an revienent,
Et s'il de rien parole tienent,
N'i ot chose don lor chausist.
Chascuns sor un boen cheval sist,
Et chevalchent a grant esploit
Vers l'ost ou mout grant duel avoit.
Par tote l'ost de duel forssenent,
Mes a nul voir dire n'asenent,
Qu'il dïent que Cligés est morz.
De c'est li diax et granz et forz,
Et por Fenice se resmaient,
Ne cuident que ja mes la raient.
S'est por celi et por celui
Tote l'oz an mout grant enui.
Mes cil ne tarderont mes gueires,
Si changera toz li afeires,
Car ja sont an l'ost retorné,
S'ont le duel a joie torné.
Joie revient et diax s'an fuit,
A l'encontre lor vienent tuit,
Si que tote l'oz s'i assanble.
Li dui empereor ansanble,
Qant il oïrent la novele
De Cligés et de la pucele,
Ancontre vont a mout grant joie.
A chascun est tart que il oie
Comant Cligés avoit trovee
L'empereriz et recovree.
Cligés lor conte, et cil qui l'oent
Mout s'an mervoillent et mout loent
Sa proesce et son vasselage.
Et d'autre part li dus enrage,
Qui jure et afiche et propose
Que seul a seul, se Cligés ose,
Iert d'aus .ii. la bataille prise ;
Si la fera par tel devise
Que, se Cligés vaint la bataille,
L'empereres seürs s'an aille
Et sa pucele o lui an maint ;
Et se Cligés ocit ou vaint,
Qui grant domage li a fait,
Por ce trives ne pes n'i ait,
Qu'aprés chascuns son mialz ne face.
Ceste chose li dus porchace
Et fet par un suen druguemant,
Qui greu savoit et alemant,
As .ii. empereors savoir
Qu'ainsi vialt la bataille avoir.
Li messagiers dit son message
En l'un et en l'autre lengage,
Si que [...] l'entandirent tuit.
Tote l'oz an fremist et bruit,
Et dïent que ja Deu ne place
Que Cligés la bataille face ;
Et andui li empereor
An sont en mout grant esfreor.
Mes Cligés as piez lor an chiet
Et prie lor que ne lor griet,
Mes s'ainz fist rien qui lor pleüst,
Que il ceste bataille eüst
En guerredon et an merite ;
Et s'ele li est contredite,
Ja mes n'iert a son oncle un jor
Ne por son boen ne por s'enor.
L'empereres, qui tant avoit
Son neveu chier com il devoit,
Par la main contremont l'an lieve
Et dist : « Biax niés, formant me grieve
Ce que tant vos sai conbatant,
Qu'aprés joie duel en atant.
Lié m'avez fet, nel puis noier,
Mes mout me grieve a otroier
Qu'a la bataille vos envoi,
Por ce que trop enfant vos voi.
Mes tant vos resai de haut cuer
Que je n'os desdire a nul fuer
Rien qui vos pleise a demander,
Car seulemant por comander
Seroit il fet, ce sachiez bien.
Mes se proiere i valoit rien,
Ja cest fes n'enchargeriez.
-Sire, de neant pleidiez,
Fet Cligés, car Dex me confonde
Se j'en prenoie tot le monde
Que la bataille n'en preïsse.
Ne sai por coi vos i queïsse
Lonc respit ne longue demore. »
L'empereres de pitié plore,
Qant la bataille li otroie,
Et Cligés an plore de joie.
La ot ploree mainte lerme.
Il n'i ot pris respit ne terme :
Einçois qu'il fust ore de prime,
Par le suen message meïsme
Fu la bataille au duc mandee
Si com il l'avoit demandee.
Li dus cuide et croit bien et pansse
Que Cligés n'ait vers lui desfansse
Que lués mort ou conquis ne l'ait ;
Isnelemant armer se fait.
Cligés, cui la bataille tarde,
De tot ce ne cuide avoir garde,
Que bien vers lui ne se desfande.
A l'emperere armes demande,
Qu'il vialt que chevalier le face ;
Et l'empereres par sa grace
Li done armes, et cil les prant,
Cui li cuers de bataille esprant
Et mout la desirre et covoite ;
De lui armer formant s'esploite.
Qant armez fu de chief an chief,
L'empereres, cui mout fu grief,
Li va l'espee ceindre au flanc.
Cligés desor l'arrabi blanc
S'an monte armez de totes armes ;
A son col pant par les enarmes
.I. escu d'un os d'olifant,
Tel qui ne peçoie ne fant
Ne n'i ot color ne pointure.
Tote fu blanche s'armeüre,
Et li destriers et li hernois
Si fu plus blans que nule nois.
Cligés et li dus sont monté,
S'a li uns a l'autre mandé
Qu'a la mivoie assanbleroient
Et de .ii. parz lor genz seroient
Tuit sanz espees et sanz lances,
Par sairemanz et par fiances
Que ja tant hardi n'i avra,
Tant con la bataille durra,
Qui s'ost movoir por nul mal faire
Ne plus qu'il s'oseroit l'uel traire.
Par cest consoil sont asanblé,
S'a a chascun mout tart sanblé
Que il avoir doie la gloire
Et la joie de la victoire.
Mes ainz que cop feru i ait,
L'empereriz mener s'i fait,
Que por Cligés est trespanssee.
Mes de ce s'est bien apanssé
Que, se il muert, ele morra ;
Ja nus eidier ne li porra
Qu'avuec lui morir ne se lest,
Car sanz lui vie ne li plest.
Qant el chanp furent tuit venu,
Haut et bas et juene et chenu,
Et les gardes i furent mises,
Lors ont andui lor lances prises,
Si s'antrevienent sanz feintise
Que chascuns d'ax sa lance brise
Et des chevax a terre vienent,
Que as seles ne se retienent.
Mes tost resont an piez drecié,
Car de rien ne furent blecié,
Si s'antrevienent sanz delai ;
As espees notent un lai
Sor les hiaumes qui retantissent,
Si que lor genz s'an esbaïssent.
Il sanble a ces qui les esgardent
Que li hiaume espraignent et ardent,
Car quant les espees resaillent,
Estanceles ardanz an saillent
Ausi come de fer qui fume,
Que li fevres bat sor l'anclume
Qant il le tret de la faunarge.
Mout sont andui li vasal large
De cos doner a grant planté,
S'a chascuns boene volanté
De tost randre ce qu'il acroit,
Ne cil ne cist ne s'an recroit
Que tot sanz conte et sanz mesure
Ne rande chetel et ousure
Li uns a l'autre sanz respit.
Mes au duc vient a grant despit
Et mout an est iriez et chauz
Qant il as primerains assauz
N'avoit Cligés conquis et mort.
.I. grant cop mervelleus et fort
Li done, tel que a ses piez
Est d'un genoil agenoilliez.
Por le cop don Cligés cheï
L'empereres mout s'esbahi
N'onques moins esperduz n'en fu
Que se il fust desoz l'escu,
Que qu'il l'en deüst avenir.
Mes ne se pot mie tenir
Fenyce, tant fu esbahie,
Qu'el ne criast : « Sainte Marie ! »
Au plus fort que ele onques pot.
Mes ele ne cria c'un mot,
Car atant li failli la voiz
Et si cheï pasmee an croiz,
Si qu'el vis est un po bleciee.
Li haut baron l'ont redreciee,
Qui l'ont tant sor ses piez tenue
Que an son san fu revenue.
Mes onques nus qui la veïst,
Quel sanblant que ele feïst,
Ne set por coi el se pasma.
Onques uns seus ne l'an blasma,
Einçois l'en ont loee tuit,
Car n'i a .i. seul qui ne cuit
Qu'ele feïst ausi por lui
Se il fust an leu de celui ;
Mes de tot ce neant n'i a.
Clygés, quant Fenice cria,
L'oï mout bien et antendi ;
Sa voiz force et cuer li randi ;
Si resaut sus isnelemant
Et vint au duc irieemant.
Si le requiert et envaïst,
Que li dus toz s'an esbaïst,
Car plus le trueve bateillant,
Fort et legier et conbatant,
Que il n'avoit fet, ce li sanble,
Qant il vindrent premiers ansanble.
Et por ce qu'il crient son assaut,
Li dist : « Vaslez, se Dex me saut,
Mout te voi corageus et preu,
Et se ne fust por mon neveu,
Que je n'oblierai ja mes,
Volantiers feïsse a toi pes
Et la querele te lessasse
Ne ja mes plus ne m'an lassasse.
-Dus, fet Cligés, que vos an plest ?
Don ne covient que son droit lest
Cil qui recovrer ne le puet ?
De .ii. max, quant feire l'estuet,
Doit an le moins malvés eslire.
Qant a moi prist corroz et ire
Vostre niés, ne fist pas savoir.
Autretel poez or savoir
Que de vos ferai s'onques puis,
Se boene pes an vos ne truis. »
Li dus, cui sanble que Cligés
Creüst an force tot adés,
Panse que mialz li vient assez,
Einz que il fust del tot lassez,
Qu'il enmi son chemin recroie
Qu'il n'aut del tot a male voie
Et qu'il isse de male rote.
Nequedant ne li dit pas tote
La verité si en apert.
« Vallez, fet il, gent et apert
Te voi mout et de fier corage,
Mes trop par iés de juene aage.
Por ce me pans et sai de fi
Que, se je te vainc ou oci,
Que los ne pris n'i aquerroie,
Ne ja prodome ne verroie
Ne gent cui regehir deüsse
Que a toi conbatuz me fusse,
Qu'ennor te feroie et moi honte.
Mes se tu sez que enors monte,
Granz enors te sera toz jorz
Ce que seulemant .ii. estorz
T'iés anvers moi contretenuz.
Or m'est cuers et talanz venuz
Que la querele te guerpisse
Et que plus a toi ne chanpisse.
Dus, fet Cligés, ne vos i valt.
Oiant toz le diroiz en halt
Ne ja n'iert dit ne reconté
Que vos m'an aiez fet bonté
Einz que de vos aie merci.
Oiant trestoz ces qui sont ci
Le vos covandra recorder
S'a moi vos volez acorder. »
Li dus oiant toz le recorde.
Ensi ont fet peis et acorde.
Mes comant que li plez soit pris,
Cligés en ot et los et pris,
Et li Grezois grant joie en orent.
Mes li Sesne rire n'en porent,
Car bien orent trestuit veü
Lor seignor las et recreü,
Ne ne fet mie a demander,
Car s'il le poïst amander,
Ja ceste acorde ne fust feite,
Einz eüst Cligés l'ame treite
Del cors se il le poïst feire.
Li dus an Sessoigne repeire
Dolanz, mornes et vergondeus,
Car de ses homes n'i a deus
Qui nel teingnent a mescheant,
A failli et a recreant.
Li Sesne a tote lor vergoigne
S'an sont retorné an Sessoigne,
Et li Grezois plus ne sejornent,
Vers Costantinoble retornent
A grant joie et a grant leesce,
Car bien lor a par sa proesce
Cligés aquitee la voie.
Or ne les siust plus ne convoie
Li empereres d'Alemaigne.
Au congié de la gent grifaigne
Et de sa fille et de Cligés
Et de l'empereor aprés,
Est en Alemaigne remés ;
Et li empereres des Grés
S'an vet mout bauz et mout heitiez.
Cligés li preuz, li afeitiez,
Panse au comandemant son pere.
Se ses oncles li emperere
Le congié li vialt otroier,
Requerre l'ira et proier
Qu'an Bretaigne le lest aler
A son oncle et au roi parler,
Car conoistre et veoir les vialt.
Devant l'empereor s'aquialt,
Et si li prie, se lui plest,
Que an Bretaigne aler le lest
Veoir son oncle et ses amis.
Mout sagemant l'en a requis,
Mes ses oncles l'en escondit
Qant il sa requeste et son dit
Ot tote oïe et escoutee.
« Biax niés, fet il, pas ne m'agree
Ce que partir volez de moi.
Ja cest congié ne cest otroi
N'avroiz de moi, qu'il ne me griet,
Car mout me plest et mout me siet
Que vos soiez conpainz et sire
Avoec moi de tot mon empire. »
Or n'ot pas chose qui li siee
Cligés quant ses oncles li viee
Ce qu'il li demande et requiert.
« Sire, fet il, a moi n'afiert,
Ne tant preuz ne sages ne sui
Que avoec moi n'avoec autrui
Ceste conpaignie reçoive
Ne qu'ampire maintenir doive.
Trop sui anfes et petit sai.
Por ce toche an l'or a l'essai
Que l'an conoisse s'il est fins.
Ausi voel je, c'en est la fins,
Moi essaier et esprover
La ou je cuit l'essai trover.
An Bretaigne, se je sui preuz,
Me porrai tochier a la queuz
Et a l'essai fin et verai
O ma proesce esproverai,
Qu'an Bretaigne sont li prodome
Qu'enors et proesce renome.
Et qui enor vialt gueaignier
A ces se doit aconpaignier :
Enor i a, et si gueaigne
Qui a prodome s'aconpaingne.
Por ce le congié vos demant,
Et sachiez bien certenemant
Que, se vos ne m'an envoiez
Et le don ne m'an otroiez,
Que g'irai sanz vostre congié
- Biax niés, einçois le vos doing gié,
Qant je vos voi de tel meniere
Que par force ne par proiere
Ne vos porroie retenir.
Or vos doint Dex del revenir
Corage et volenté par tans.
Des que proiere ne desfans
Ne force n'i avroit mestier,
D'or et d'argent plain .i. setier
Voel que vos an faciez porter,
Et chevax por vos deporter
Vos donrai tot a vostre eslite. »
N'ot pas bien la parole dite
Qant Cligés l'en ot mercié.
Tot quanque li a destiné
Li empereres et promis
Li a maintenant devant mis.
Cligés tant con lui plot et sist
D'avoir et de conpaignons prist,
Mes a oes le suen cors demainne
.IIII. divers destriers an mainne,
Un sor, .i. fauve, un blanc, un noir.
Mes trespassé vos dui avoir
Ce qu'a trespasser ne fet mie.
Cligés a Fenice s'amie
Vet congié querre et demander,
Qu'a Deu la voldra comander.
Devant li vient, si s'agenoille
Plorant, que de ses lermes moille
Tot son bliaut et son hermine
Et vers terre ses ialz ancline,
Que de droit esgarder ne l'ose ;
Einsi come d'aucune chose
Ait vers li mespris et forfeit,
Si sanble que vergoigne en eit.
Et Fenyce, qui le regarde,
Come foible chose et coarde,
Ne set quele acoisons le mainne.
Si li a dit a quelque painne :
« Amis, biax frere, levez sus !
Seez lez moi, ne plorez plus
Et dites moi vostre pleisir.
-Dame, que dire ? que teisir ?
Congié vos quier et congié proi,
Car an Bretaigne aler en doi.
-Donc me dites por quel besoigne,
Einçois que le congié vos doigne.
-Dame, mes peres me pria,
Qant il morut et devia,
Que por rien nule ne leissasse
Que je an Bretaigne n'alasse,
Tantost con chevaliers seroie ;
Et por rien nule ne voldroie
Son comandemant trespasser.
Ne m'estovra gueires lasser
A aler des ci jusque la.
En Grece trop longue voie a,
Et se an Grece m'an aloie,
Trop me seroit longue la voie
De Costantinoble an Bretaigne.
Mes droiz est qu'a vos congié praigne
Com a celi cui ge sui toz. »
Mout ot fez sopirs et sangloz
Au partir, celez et coverz,
Que uns n'ot tant les ialz overz
Ne tant i regart cleremant
Q'au departir certenemant
De verité savoir peüst
Que antr'aus .ii. amor eüst.
Cligés, ja soit ce qu'il li poist,
S'an part tantost con il li loist ;
Pansis s'an vet, pansis remaint
L'empereres et autre maint.
Mes Fenice est sor toz pansive ;
Ele ne trueve fonz ne rive
El panser dom ele est emplie,
Tant i entant et monteplie.
Pansive est an Grece venue ;
A grant enor i fu tenue
Come dame et empereriz ;
Et ses cuers et ses esperiz
Est a Cligés, quel part qu'il tort,
Ne ja ne quiert qu'a li retort
Ses cuers se cil ne li aporte
Qui muert del mal don il l'a morte ;
Et s'il garist, ele garra,
Ne ja cil ne le conparra
Qu'ele autresi ne le conpert.
En sa face ses max apert,
Car mout est palie et changiee.
Mout est de sa face estrangiee
La color fresche, clere et pure
Que assise i avoit Nature.
Sovant plore, sovant sopire,
Mout li est po de son empire
Et de la grant enor qu'ele a.
Lores que Cligés s'en ala,
Et le congié qu'il prist a li,
Com il chanja, com il pali,
Les lermes et la contenance
A toz jorz an sa remanbrance,
Com il vint devant li plorer
Con s'il la deüst aorer,
Humbles et sinples, a genolz.
Tot ce li est pleisanz et dolz
A reconter et a retreire.
Aprés, por boene boche feire,
Met sor sa leingue .i. po d'espece :
Que ele por trestote Grece,
An celui san qu'ele le prist,
Ne voldroit que cil qui le dist
L'eüst ja pansé par faintié,
Qu'ele ne vit d'autre daintié
Ne autre chose ne li plest.
Cil seus moz la sostient et pest
Et toz ses max li asoage.
D'autre mes ne d'autre bevrage
Ne se quiert pestre n'abevrer,
Car quant ce vint au dessevrer,
Dist Cligés qu'il estoit toz suens.
Cist moz li est pleisanz et buens,
Que de la leingue au cuer li toche,
Sel met el cuer et an la boche
Por ce que mialz en est seüre.
Desoz nule autre serreüre
N'ose cest tresor estoier ;
Nel porroit si bien envoier
En autre leu com an son cuer.
Ja nel metra fors a nul fuer,
Tant crient larrons et robeors ;
Mes de neant li vient peors
Et por neant crient les escobles,
Car cist avoirs n'est mie mobles,
Einz est ausi com edefiz
Qui ne puet estre desconfiz
Ne par deluge ne par feu,
Ne ja nel movera d'un leu.
Mes ele n'an est pas certainne,
Por ce i met et cure et painne
A encerchier et a aprandre
A quoi ele s'an porra prandre ;
En plusors menieres l'espont.
A li seule opose et respont,
Et fet tele oposition :
« Cligés par quele entancion
"Je sui toz vostres "me deïst,
S'Amors dire ne li feïst ?
De quoi le puis je justisier ?
Par qu'il me doie tant prisier
Que dame me face de lui ?
N'est il plus biax que je ne sui,
Et mout plus gentix hom de moi ?
Nule rien fors Amors ne voi
Qui cest don me poïst franchir.
Par moi qui ne li puis ganchir
Proverai, se il ne m'amast,
Que por miens ne se reclamast ;
Ne plus que je soe ne fusse
Tote, ne dire nel deüsse,
S'Amors ne m'eüst a lui mise ;
Ne ne deüst an nule guise
Cligés dire qu'il fust toz miens,
S'Amors ne l'a en ses liens.
Car s'il ne m'aimme, il ne me dote.
Amors, qui me done a lui tote,
Espoir le me ra doné tot ;
Mes ce me resmaie de bot
Que c'est une parole usee,
Si repuis bien estre amusee,
Car tiex i a qui par losange
Dïent nes a la gent estrange
"Je sui vostres, et quanque j'ai ",
Si sont plus jeingleor que jai.
Don ne me sai au quel tenir,
Car ce porroit tost avenir
Qu'il le dist por moi losangier.
Mes je li vi color changier
Et plorer mout piteusemant.
Les lermes, au mien jugemant,
Et la chiere piteuse et mate
Ne vindrent mie de barate,
N'i ot barat ne tricherie.
Li oel ne me mantirent mie
Don je vi les lermes cheoir.
Asez i poi sanblanz veoir
D'amor, se je neant en sai.
Oïl, tant que mal i panssai ;
Mar l'ai apris et retenu,
Car trop m'en est mesavenu.
Mesavenu ? Voire, par foi,
Morte sui quant celui ne voi
Qui de mon cuer m'a desrobee,
Tant m'a losengiee et gabee.
Par sa lobe et par sa losenge
Mes cuers de son ostel s'estrenge
Ne ne vialt o moi remenoir,
Tant [...] et moi et mon menoir.
Par foi, donc m'a cil maubaillie
Qui mon cuer a en sa baillie.
Ne m'aimme pas, ce sai je bien,
Qui me desrobe et tost le mien.
Jel sai ? Por coi ploroit il dons ?
Por coi ? Ne fu mie an pardons,
Asez i ot reison de quoi.
N'en doi neant prandre sor moi,
Car de gent qu'an aimme et conoisse
Se part an a mout grant angoisse.
Qant il leissa sa conoissance,
Si en ot enui et pesance,
Et s'il plora, ne m'an mervoil.
Mes qui li dona cest consoil,
Qu'an Bretaigne alast demorer,
Ne me poïst mialz acorer.
Acorez est qui son cuer pert.
Mal doit avoir qui le suen pert,
Mes je ne le desservi onques.
Ha, dolante, por coi m'a donques
Cligés morte sanz nul forfet ?
Mes de neant le met an plet,
Car je n'i ai nule reison.
Ja Cligés an nule seison
Ne deignast, ce cuit je tres bien,
Que ses cuers fust parauz au mien.
Mes parauz, fet ele , n'est il mie.
Et s'a li miens pris conpaingnie
Au suen ne ja n'en partira,
Ja li suens sanz le mien n'ira,
Car li miens le siust en anblee,
Tel conpaignie ont assanblee.
Car a la verité retraire,
Il sont mout divers et contraire.
Comant sont contraire et divers ?
Li suens est sire et li miens sers,
Et li sers maleoit [...] suen
Doit feire au seignor tot son buen
Et lessier toz autres afeires.
A moi en chaut, lui n'en chalt gueires,
De mon cuer ne de mon servise.
Mout me poise ceste devise
Que li uns est sires des deus.
Por coi ne puet li miens toz seus
Autant come li suens par lui ?
Si fussent d'un pooir andui.
Pris est mes cuers, qui ne se puet
Movoir quant li suens ne se muet.
Et se li suens erre ou sejorne,
Li miens s'aparoille et atorne
De lui siudre et d'aler aprés.
Dex, que ne sont li cors si pres
Que je par aucune meniere
Ramenasse mon cuer arriere !
Ramenasse ? Fole mauveise,
Si l'osteroie de son eise,
Einsi le porroie tuer.
La soit ! Ja nel quier remuer,
Einz voel qu'a son seignor remaingne
Tant que de lui pitiez li praigne,
Qu'ainçois devra il la que ci
De son sergent avoir merci,
Por ce qu'il sont an terre estrenge.
S'or set bien servir de losenge
Si com an doit servir a cort,
Mout iert riches einz qu'il s'an tort.
Qui vialt de son seignor bien estre
Et delez lui seoir a destre,
Si com il est us et costume,
Del chief li doit oster la plume,
Neïs quant il n'en i a point.
Mes ici a un malvés point,
Car il aplaigne par defors
Et se il a dedanz le cors
Ne malvestié ne vilenie,
Ja n'iert tant cortois qu'il li die,
Einz fera cuidier et antendre
Qu'a lui ne se porroit nus prandre
De proesce ne de savoir.
Si cuide cil qu'il die voir,
Car quant il est fel et enrievres,
Malvés et coarz come lievres,
Chiches et fos et contrefez
Et vilains an diz et an fez,
Le prise par devant et loe
Tiex qui derriers li fet la moe ;
Mes einsi le loe oiant lui
Que il en parole a autrui,
Et si fet quainses que il n'ot
De quanqu'antr'aus .ii. dïent mot ;
Mes s'il cuidoit qu'an ne l'oïst,
Ja ne diroit don cil joïst ;
Et se ses sires vialt mantir,
Cil est prez del tot consantir.
Qui les corz et les seignors onge
Servir le covient de mançonge.
Autel covient que mes cuers face
S'avoir vialt de son seignor grace ;
Loberres soit et losengiers.
Mes Cligés est tex chevaliers,
Si biax, si frans et si leax
Que ja n'iert mançongiers ne fax
Vers moi, tant le sache lober,
Qu'an lui n'a riens que amander.
Por ce voel que mes cuers le serve,
Car li vilains dit an sa verve :
"Qui a prodome se comande
Malvés est se de lui n'amande ".
Einsi travaille Amors Fenice,
Mes cist travauz li est delice,
Qu'ele ne puet estre lassee.
Et Cligés a la mer passee,
S'est an Galinguefort venuz ;
La s'est richemant contenuz
A bel ostel, a grant despanse.
Mes toz jorz a Fenice panse,
Que il ne l'entroblie une ore.
La ou il sejorne et demore,
S'ont tant enquis et demandé
Ses genz, cui il l'ot comandé,
Que dit et reconté lor fu
Que li baron le roi Artu
Et li cors meïsmes le roi
Avoient anpris .i. tornoi.
Es plains devers Osenefort,
Qui pres ert de Galinguefort,
Ensi ert anpris li estorz
Qui devoit durer .iiii. jorz.
Mes ainz porroit mout sejorner
Cligés, por son cors atorner,
Se rien li faut endemantiers,
Car plus de .xv. jorz antiers
Avoit jusqu'au tornoiemant.
A Londres fet isnelemant
III de ses escuiers aler.
Si lor comande a aporter
Trois peires d'armes desparoilles,
Unes noires, autres vermoilles,
Les tierces verz, mes au repeire
Comande que chascune peire
Fust coverte de toile nueve,
Que, se nus an chemin les trueve,
Ne savra de quel taint seront
Les armes qu'il aporteront.
Li escuier maintenant muevent,
A Londres vienent et si truevent
Apareillié quanque il quierent.
Tost orent fet, tost repeirierent ;
Revenu sont plus tost qu'il porent.
Les armes qu'aportees orent
Mostrent Cligés, qui mout les loe.
Avoec celes que sor Dunoe
Li empereres li dona
Qant a chevalier l'adoba,
Les a fet repondre et celer.
Qui ci me voldroit apeler
Por quel chose il les fist repondre,
Ne l'en voldroie ore respondre,
Car bien vos iert dit et conté
Qant es chevax seront monté
Tuit li haut baron de la terre
Qui i vienent por los aquerre.
Au jor qui fu nomez et pris
Assanblent li baron de pris.
Li rois Artus avoec les suens,
Qu'esleüz ot avoec les buens,
Devers Obsenefort se tint.
Devers Galinguefort revint
Li plus de la chevalerie.
Cuidiez vos or que je vos die
Por feire demorer mon conte :
« Cil roi i furent et cil conte,
Et cil et cil et cil i furent » ?
Qant li baron asanbler durent,
Si con costume ert a cel tens,
S'an vint poignant entre .ii. rens
Uns chevaliers de grant vertu,
De la mesniee au roi Artu,
Por le tornoi tost comancier.
Mes nus ne s'an ose avancier
Qui por joster contre lui veigne,
N'i a nul qui coiz ne se teigne.
Et si a de tiex qui demandent :
« Cil chevalier a quant atandent,
Que des rens ne s'an part aucuns ?
Adés comancera li uns. »
Et li plusor dïent ancontre :
« Don ne veez vos quele ancontre
Nos ont envoiez cil de la ?
Bien sache qui seü ne l'a
Que des .iiii. meillors qu'an sache
Est cist li uns qu'est en la place.
-Qui est il donc ? - Si nel veez ?
C'est Sagremors li Desreez.
-C'est il ? - Voire, sanz nule dote. »
Cligés, qui ce ot et escote,
Sist sor Morel, s'ot armeüre
Plus noire que more meüre ;
Noire fu s'armeüre tote.
Del ranc aus autres se desrote
Et point Morel qui se desroie,
Mes n'i a .i. seul qui le voie,
Qui ne dïent l'uns d'ax a l'autre :
« Cist s'an vet bien lance sor fautre,
Ci a chevalier mout adroit,
Mout porte ses armes a droit,
Mout li siet li escuz au col.
Mes an le puet tenir por fol
De la joste qu'il a enprise
Vers .i. des meillors a devise
Que l'en sache an tost cest païs.
Mes cist dom est ? Dont est naïs ?
Qui le conuist ? - Ne gié. - Ne gié.
Mes il n'a pas sor lui negié. »
Einsi entandent au parler,
Et cil lessent chevax aler,
Que plus ne se vont atardant,
Car plus sont engrés et ardant
De l'asanblee et de la joste.
Cligés fiert, si qu'il li ajoste
L'escu au braz, le braz au cors.
Toz estanduz chiet Sagremors ;
Sagremors prison li fiance.
Maintenant li estors comance,
Si s'antrevienent qui ainz ainz.
Cligés s'est an l'estor anpainz
Et vet querant joste et ancontre.
Chevalier devant lui n'encontre
Que il ne le praingne et abate.
D'anbedeus parz le pris achate,
La ou il s'esmuet au joster
Fet le tornoi tot arester.
Ne cil n'est pas sanz grant proesce
Qui por joster vers lui s'adresce,
Einz a plus los de lui atandre
Que d'un autre chevalier prandre,
Et se Cligés l'en mainne pris,
De ce seulemant a grant pris
Que a joste atendre l'osa.
Cligés le pris et le los a
De trestot le tornoiemant.
Au departir celeemant
Est revenuz a son ostel,
Por ce que nus ne d'un ne d'el
En parole ne le meïst ;
Et por ce que, se nus feïst
L'ostel as noires armes querre,
En une chanbre les anserre,
Que nus nes truisse ne ne voie,
Et fet a l'uis devers la voie
Les armes verz metre an presant,
Si les verront li trespassant.
Et se nus le demande et quiert,
Ne savront ou ses ostex iert.
Einsi Cligés est an la vile,
Si se çoile par itel guile ;
Et cil qui si prison estoient
De chief an chief la vile aloient,
Demandent le noir chevalier,
Mes nus ne lor set anseignier.
Et meïsmes li rois Artus
L'envoie querre et sus et jus ;
Mes tuit dïent : « Nos nel veïmes
Puis que nos del tornoi partimes,
Ne ne savomes qu'il devint. »
Vaslet le quierent plus de vint,
Que li rois i a envoiez.
Mes Cligés s'est si desvoiez
Qu'il n'en truevent nule antresaigne.
Del chevalier li rois se saigne,
Qant reconté li fu et dit
Qu'an ne trovoit grant ne petit
Qui sache anseignier son repaire,
Ne plus que s'il fust an Cesaire
Ou a Tolete ou a Quandie.
« Par foi, fet il, ne sai qu'an die,
Mes a grant mervoille me tient.
Ce fu fantosme, se devient,
Qui antre nos a conversé.
Maint chevalier a hui versé
Et des meillors les foiz an porte,
Qui ne verront ouan sa porte
Ne son païs ne sa contree ;
S'avra chascuns sa foi outree. »
Einsi dist li rois son pleisir,
Dont il se poïst bien teisir.
Mout ont parlé li baron tuit
Del noir chevalier cele nuit,
C'onques d'el parole ne tindrent.
L'andemain as armes revindrent
Tuit sanz semonse et sanz proiere.
Por feire la joste premiere
Est Lanceloz del Lac sailliz,
Qui n'est mie del cuer failliz.
Lanceloz premerains atant :
Et Cligés est venuz atant,
Plus verz que n'est erbe de pré,
Sor .i. fauve destrier comé.
La ou Cligés vint sor le fauve,
N'i ot ne chevelu ne chauve
Qui a mervoilles ne l'esgart,
Et de l'une et de l'autre part
Dïent : « Cist est an toz endroiz
Plus genz assez et plus adroiz
De celui d'ier as noires armes,
Tant con pins est plus biax que charmes
Et li loriers plus del seü.
Mes ancor n'avons nos seü
Qui cil d'ier fu ; mes de cestui
Savromes nos qui il est hui.
Qui le conoist, si le nos die. »
Chascuns dit qu'il nel conoist mie
N'ainz mes nel vit au suen cuidier ;
Mes plus est biax de celui d'ier,
Et plus de Lancelot del Lac.
Se cist estoit vestuz d'un sac
Et Lancelot d'argent ou d'or,
Si seroit il plus biax ancor.
Et trestuit a Cligés se tienent,
Et cil dui poingnant s'antrevienent
Quanqu'il porent esperoner.
Cligés li vet tel cop doner
Sor l'escu d'or a lyon point
Que jus de la sele l'enpoint
Et vint sor lui por la foi prandre.
Lanceloz ne se pot desfandre,
Si li a prison fiancié.
Ez vos le tornoi comancié
Et li bruiz et l'escrois des lances.
An Cligés ont tuit lor fiances
Cil qui sont devers sa partie ;
Car cui il fiert par anhatie,
Ja n'iert tant forz ne li coveingne
Que del destrier a terre veingne.
Cligés cel jor si bien le fist
Et tant en abatié et prist
Que .ii. tanz a aus suens pleü
Et .ii. tanz i a pris eü
Que l'autre jor devant n'i ot.
A l'avesprer, plus tost qu'il pot,
Est revenuz a son repeire,
Et fet isnelemant fors treire
L'escu vermoil et l'autre ator.
Et celes qu'il porta le jor
Comanda que fussent repostes ;
Repostes les a bien ses ostes.
Asez le ront cele nuit quis
Li chevalier que il ot pris,
Mes nule novele n'en oent.
As ostex le prisent et loent
Li plusor qui parole an tienent.
L'andemain as armes revienent
Li chevalier delivre et fort.
Des rens devers Obsenefort
Part uns vasax de grant renon,
Percevax li Galois ot non.
Lués que Cligés le vit movoir
Et de son non oï le voir,
Que Perceval l'oï nomer,
Mout desirre a lui asanbler.
Cligés ist des rens demanois
Sor .i. destrier sor espanois,
Et s'armeüre fu vermoille.
Lors l'esgarderent a mervoille
Trestuit, plus c'onques mes ne firent,
Et dïent c'onques mes ne virent
.I. chevalier si avenant ;
Et cil poignent tot maintenant,
Que demoree n'i a point.
Et li uns et li autres point
Tant qu'es escuz granz cos se donent ;
Les lances ploient et arçonent,
Qui cortes et grosses estoient.
Veant trestoz cez qui les voient
A feru Cligés Perceval,
Si qu'il l'abat jus del cheval
Et prison fiancier le fet
Sanz grant parole et sanz grant plet.
Qant Percevax ot fiancié,
Lors ont le tornoi comancié,
Si s'antrevienent tuit ansanble.
Cligés a chevalier n'asanble
Qu'il nel face a terre cheoir.
Icel jor nel pot an veoir
Une seule ore sanz estor.
Ausi come sor une tor
I fierent tuit an cel tornoi ;
N'i fierent pas ne dui ne troi,
Car donc n'estoit us ne costume.
De son escu a fet anclume,
Car tuit i forgent et martelent,
Si le fandent et esquartelent ;
Mes nus n'i fiert qu'il ne li soille,
Si qu'estriers et sele li toille,
Ne nus qui n'en volsist mantir
Ne poïst dire au departir
Que tot n'eüst cel jor vaincu
Li chevaliers au roge escu.
Et li meillor et li plus cointe
Volsissent estre si acointe,
Mes ne puet pas estre si tost,
Car il s'an parti an repost
Qant resconser voit le soloil.
Si a fet son escu vermoil
Et tot l'autre hernois oster,
Et fet les armes aporter
Dom il fu noviax chevaliers,
Et les armes et li destriers
Furent mises a l'uis devant.
Mes or se vont aparcevant
Que par un seul ont tuit esté
Desconfit et desbareté ;
Mes chascun jor se desfigure
Et de cheval et d'armeüre,
Si sanble autre que lui meïsmes.
Aparceü s'an sont or primes,
Et messire Gauvains a dit
Que tel josteor mes ne vit,
Et por ce qu'il voldroit avoir
S'acointance et son non savoir,
Dit qu'il iert, l'andemain, premiers
A l'asanbler des chevaliers.
Mes il ne se vante de rien,
Einçois panse et si cuide bien
Que tot le mialz et les vantences
Avra cil au ferir des lences,
Mes a l'espee, puet cel estre,
Ne sera il mie ses mestre,
C'onques ne pot mestre trover.
Or se revoldra esprover
Demain au chevalier estrange,
Qui chascun jor ses armes change
Et cheval et hernois remue.
Par tans sera de .iiii. mue
Se il chascun jor par costume
Oste et remet novele plume.
Ensi ostoit et remetoit,
Et l'andemain revenir voit
Cligés plus blanc que flor de lis,
L'escu par les enarmes pris,
Si con la nuit ot atorné,
Sor l'arrabi blanc sejorné.
Gauvains li preuz, li alosez,
N'est gaires el chanp arestez,
Einz broche et point, si s'avencist,
Et quanque il pot s'agencist
De bien joster s'il trueve a cui.
Par tans seront el chanp andui,
Car Cligés n'ot d'arester cure,
Qui ot entandu la murmure
De cez qui dïent : « C'est Gauvains,
Qui n'est a cheval n'a pié vains,
C'est cil a cui nus ne se prant. »
Cligés, qui la parole entant,
Enmi le chanp vers lui se lance ;
Li uns et li autres s'avance,
Si s'antrevienent d'un eslais
Plus tost que cers qui ot le glais
Des chiens qui aprés lui glatissent.
Les lances es escuz flatissent
Et li cop donent tel esfrois
Que totes desques es camois
Esclicent et fandent et froissent,
Et li arçon derriers esloissent,
Et ronpent ceingles et peitral.
A terre vienent par igal,
S'ont treites les espees nues.
Environ sont les genz venues
Por la bataille regarder ;
Por departir et acorder
Vint li rois Artus devant toz.
Mes mout orent einçois deroz
Les blans haubers et desmailliez,
Et porfanduz et detailliez
Les escuz, et les hiaumes fraiz,
Que parole fust de la paiz.
Qant li rois esgardez les ot
Une piece tant con lui plot
Et des autres maint qui disoient
Que de neant moins ne prisoient
Le blanc chevalier tot de plain
D'armes de mon seignor Gauvain,
N'encore ne savoit nus dire
Quiex ert miaudres ne li quiex pire
Ne li quieus l'autre oltrer deüst
Se tant conbatre lor leüst
Que la bataille fust finee ;
Mes le roi Artus pas n'agree
Que plus an facent qu'il ont fet.
Por departir avant se tret,
Si lor dit : « Traiez vos ansus !
Mar i avra cop feru plus,
Mes feites pes, soiez ami !
Biax niés Gauvain, je vos an pri,
Car sanz querele ne haïne
N'afiert bataille n'enhatine
A nul prodome a maintenir.
Mes s'a ma cort voloit venir
Cist chevaliers o nos deduire,
Ne li devroit grever ne nuire.
Proiez li, niés. - Volentiers, sire. »
Cligés ne s'an quiert escondire,
Bien otroie qu'il i ira
Qant li tornoiz departira,
Car bien a le comandemant
Son pere fet oltreemant.
Mes li rois dit que il n'a cure
De tornoiemant qui trop dure,
Bien le pueent a tant lessier.
Departi sont li chevalier,
Car li rois le vialt et comande.
Cligés por tot [...] hernois mande,
Car le roi siudre li covient ;
Au plus tost qu'il puet a cort vient,
Mes bien fu atornez einçois,
Vestuz a guise de François.
Maintenant que il vint a cort,
Chascuns encontre lui acort,
Que uns ne autres n'i areste,
Einz ont fet tel joie et tel feste
Com il onques pueent greignor ;
Et tuit cil l'apelent seignor
Qu'il avoit pris au tornoier,
Mes il lor vialt a toz noier
Et dit que trestuit quite soient
De lor foiz s'il cuident et croient
Que ce fust il qui les preïst.
N'i a .i. seul qui ne deïst :
« Ce fustes vos, bien le savons.
Vostre acointance chiere avons,
Et mout vos devriens amer
Et prisier et seignor clamer,
Qu'a vos n'est nus de nos parauz.
Tot autresi con li solauz
Estaint les estoiles menues,
Que la clartez n'an pert es nues,
La ou li rai del soloil nessent,
Ausi estaignent et abessent
Noz proesces contre les voz,
Si soloient estre les noz
Mout renomees par le monde. »
Cligés ne set qu'il lor responde,
Car plus le loent tuit ansanble
Que il ne voldroit, ce li sanble ;
Mes bel li est, si en a honte,
Li sans an la face li monte
Si que tot vergoignier le voient.
Parmi la sale le convoient,
Si l'ont devant le roi conduit ;
Mes la parole leissent tuit
De lui loer et losengier.
Ja fu droite ore de mangier,
Si corrurent les tables metre
Cil qui s'an durent antremetre.
Les tables sont el palés mises ;
Li un ont les toailles prises,
Et li autre les bacins tienent,
Si donent l'eve a cez qui vienent,
Tuit ont lavé, si sont assis.
Et li rois a par la main pris
Cligés, si l'asist devant lui,
Car mout voldra savoir ancui
De son estre s'il onques puet.
Del mangier a parler n'estuet,
Car si furent li mes plenier
Con s'an eüst buef a denier.
Qant toz lor mes orent eüz,
Lors ne s'est plus li rois teüz.
« Amis, fet il, aprendre vuel
Se vos lessastes par orguel
Qu'a ma cort venir ne deignastes
Tantost qu'an cest païs antrastes,
Et por coi si vos estrangiez
De nos et voz armes changiez.
Et vostre non me raprenez
Et de quel gent vos estes nez. »
Cligés respont : « Ja celez n'iert. »
Tot ce que li rois li requiert
Si l'a dit et reconeü.
Et quant li rois l'a coneü,
Lors l'acole, lors li fet joie,
N'i a celui qui nel conjoie,
Et messire Gauvains le sot,
Qui desor toz l'acole et jot ;
Trestuit l'acolent et conjoient,
Et tuit cil qui de lui parloient
Dïent que mout est biax et preuz.
Plus que nus de toz ses neveuz
L'aimme li rois et plus l'enore.
Cligés avoec le roi demore
Desi qu'au novel tans d'esté,
S'a par tote Bretaingne esté
Et par France et par Normandie,
S'a fet mainte chevalerie,
Tant que bien s'i est essaiez ;
Mes l'amor don il est plaiez
Ne [...] aliege n'asoage ;
La volanté de son corage
Toz jorz en volenté le tient :
De Fenice li resovient,
Qui loing de lui se retravaille.
Talanz li prant que il s'an aille,
Car trop a fet grant consirre
De veoir la plus desirree
C'onques nus puisse desirrer,
Ne s'an voldra plus consirrer.
De raler an Grece s'atorne,
Congié a pris, si s'an retorne.
Mes mout pesa, si con je croi,
Monseignor Gauvain et le roi,
Qant plus nel pueent retenir.
Tart li est qu'il puisse venir
A celi qu'il aimme et covoite,
Et par terre et par mer esploite ;
Si li est mout longue la voie,
Mout li tarde que celi voie
Qui son cuer li fortret et tolt.
Mes bien li rant et bien li solt
Et bien li restore sa toste
Qant ele li restore [...] soste
Le suen, qu'ele n'aimme pas mains.
Mes il n'en est mie certeins,
N'onques n'en ot plet ne covant,
Si se demante duremant.
Et ele ausi se redemante,
Cui amors ocit et tormante,
Ne riens qu'ele poïst veoir
Ne li pot pleire ne seoir
Puis icele ore que nel vit ;
N'ele ne set pas se il vit,
Don granz dolors au cuer li toche.
Mes Cligés duremant aproche,
Et de ce li rest bien cheü
Que sanz tormant a vant eü,
S'a pris a joie et a deport
Devant Costantinoble port.
En la cité vint la novele ;
S'ele fu l'empereor bele
Et l'empereriz cent tanz plus,
De ce mar dotera ja nus.
Cligés, il et sa conpaingnie,
Sont repeirié an Grifonie,
Droit au port de Costantinoble.
Tuit li plus haut et li plus noble
Li vienent au port a l'encontre.
Et quant l'enpereres l'ancontre,
Qui devant toz i fu alez,
Et l'empereriz lez a lez,
Devant toz le cort acoler
L' empereriz et saluer.
Et quant Fenice le salue,
Li uns por l'autre color mue,
Et mervoille est se il se tienent,
La ou pres a pres s'antrevienent,
Qu'il ne s'antracolent et beisent
D'icez beisiers qui Amor pleisent ;
Mes folie fust et forsens.
Les genz acorent de toz sens,
Qui a lui veoir se deduient ;
Parmi la cité le conduient
Tuit, et a pié et a cheval,
Jusqu'au palés emperial.
De la joie qui ci fu feite
N'iert ore parole retreite,
Car ses oncles li abandone
Tot quanqu'il a, fors la corone ;
Bien vialt qu'il praingne a son pleisir
Quanqu'il voldra por lui servir,
Ou soit d'argent ou de tresor ;
Mes il n'a soing d'argent ne d'or
Qant son panser descovrir n'ose
A celi por cui ne repose,
Et boene eise a a li del dire
S'il ne dotast de l'escondire ;
Car tote jor la puet veoir
Et seul a seul lez li seoir,
Sanz contredit et sanz desfanse,
Car nus n'i entant mal ne panse.
Grant piece aprés ce qu'il revint,
Un jor seus an la chanbre vint
Celi qui n'ert pas s'anemie,
Et bien sachiez, ne li fu mie
Li huis a l'encontre botez.
Delez li se fu acotez,
Et tuit se furent trait ensus,
Si que pres d'ax ne se sist nus
Qui lor paroles entandist.
Fenice a parole l'en mist
De Bretaigne premieremant ;
Del san et de l'afeitemant
Monseignor Gauvain li anquiert,
Tant qu'an la parole se fiert
De ce dom ele se cremoit :
Demanda li se il amoit
Dame ne pucele el païs.
A ce ne fu mie restis
Clygés ne lanz de bien respondre ;
Isnelemant li sot espondre,
Des que ele l'en apela.
« Dame, fet il, j'amai de la,
Mes n'amai rien qui de la fust.
Ausi con escorce sanz fust
Fu mes cors sanz cuer an Bretaingne.
Puis que je parti d'Alemaingne,
Ne soi que mes cuers se devint,
Mes que ça aprés moi s'an vint.
Ça fu mes cuers et la mes cors.
N'estoie pas de Grece fors,
Car mes cuers i estoit venuz,
Por cui je sui ça revenuz.
Mes il ne vient ne ne repeire,
Ne je nel puis a moi retreire,
Ne nel quier certes ne ne puis.
Et vos comant a esté puis
Qu'an cest païs fustes venue ?
Quel joie i avez puis eüe ?
Plest vos la gent, plest vos la terre ?
Je ne vos doi de plus requerre,
Fors tant se li païs vos plest.
-Einz ne me plot, mes or me nest
Une joie et une pleisance.
Por proiere ne por pleisance
Sachiez ne la voldroie perdre,
Car mon cuer n'en puis desaerdre
Ne je ne l'en ferai ja force.
En moi n'a mes fors que l'escorce,
Car sanz cuer vif et sanz cuer sui.
N'onques an Bretaigne ne fui,
Si a mes cuers lonc sejor fet ;
Ne sai s'il a bien ou mal fet.
-Dame, quant fu vostre cuers la,
Dites moi quant il i ala,
An quel tans et an quel seison,
Se c'est chose que par reison
Doiez dire moi ne autrui,
S'il i fu lors quant je i fui.
-Oïl, mes ne le coneüstes.
Il i fu lors quant vos i fustes,
Et avoec vos s'an departi.
-Dex, je ne l'i soi ne ne vi.
Dex, que nel soi ? Se le seüsse,
Certes, dame, je li eüsse
Boene conpaingnie porté.
-Mout m'eüst or reconforté.
Amis, bien le deüssiez feire,
Car je fusse mout deboneire
A vostre cuer se lui pleüst
A venir la ou me seüst.
-Dame, certes, o vos vint il.
-O moi ? N'ot il pas trop d'essil,
Qu'ausi rala li miens o vos.
-Dame, don sont ci avoec nos
Endui li cuer, si con vos dites ;
Car li miens est vostres toz quites.
-Amis, et vos ravez le mien,
Si nos antravenomes bien.
Et sachiez bien, se Dex me gart,
Qu'ainz vostre oncles n'ot en moi part,
Car moi ne plot ne lui ne lut.
Onques ancor ne me conut
Si com Adanz conut sa fame.
A tort sui apelee dame,
Mes bien sai qui dame m'apele
Ne set que je soie pucele,
Neïs vostre oncles nel set mie,
Qu'il a beü de l'endormie,
Et veillier cuide quant il dort,
Si li sanble que son deport
Ait de moi tot a sa devise,
Ausi con s'antre mes braz gise ;
Mes bien l'en ai mis au defors.
Vostre est mes cuers, vostre est mes cors,
Ne ja nus par mon essanplaire
N'aprendra vilenie a faire,
Car quant mes cuers an vos se mist,
Le cors vos dona et promist
Si qu'autres ja part n'i avra.
Amors por vos si me navra
Que ja mes ne cuidai garir,
Si m'avez fet maint mal sofrir.
Se je vos aim et vos m'amez,
Ja n'en seroiz Tristanz clamez
Ne je n'an serai ja Yseuz,
Car puis ne seroit l'amors preuz,
Qu'il i avroit blasme ne vice.
Ja de mon cors n'avroiz delice
Autre que vos or en avez
Se apanser ne vos poez
Comant je poïsse estre anblee
A vostre oncle et desasanblee,
Si que ja mes ne me retruisse
Ne moi ne vos blasmer ne puisse,
Ne ja ne s'an sache a cui prandre.
Enuit vos i covient antendre,
Et demain dire me savrez
Le mialz que pansé en avrez,
Et je ausi i pensserai.
Demain, quant levee serai,
Venez matin a moi parler,
Et dira chascuns son pensser
Et ferons a oevre venir
Celui que mialz voldrons tenir. »
Qant Cligés ot sa volanté,
Si li a tot acreanté,
Et dist que mout sera bien fet.
Liee la leisse et liez s'an vet,
Et la nuit chascuns an son lit
Voille, et est chascuns an delit
De panser ce qui boen li sanble.
L'andemain revienent ansanble,
Maintenant qu'il furent levé,
Et furent a consoil privé,
Si com il lor estoit mestiers.
Cligés dit et conte premiers
Ce qu'il avoit pansé la nuit.
« Dame, fet il, je croi et cuit
Que mialz feire ne porriens
Que s'an Bretaingne en aliens ;
La ai pansé que vos an maingne.
Or gardez qu'an vos ne remaingne,
C'onques ne fu a si grant joie
Eleinne reçeüe a Troie
Qant Paris l'i ot amenee,
Que plus n'en soit de vos menee
Par tote la terre le roi,
Mon oncle, de vos et de moi.
Et se ce bien ne vos agree,
Dites moi la vostre pansee,
Car je sui prez, que qu'an aveingne,
Que a vostre consoil me teigne. »
Cele respont : « Et je dirai,
Ja avoec vos ensi n'irai,
Car lors seroit par tot le monde
Ausi come d'Ysolt la Blonde
Et de Tristant de nos parlé.
Qant nos an seriens alé,
Et ci et la totes et tuit
Blasmeroient nostre deduit.
Nus ne diroit ne devroit croirre
La chose si com ele est voire.
De vostre oncle qui crerroit dons
Que je si li fusse an pardons
Pucele estorse et eschapee ?
Por trop baude et trop estapee
Me tendroit l'en, et vos por fol.
Mes le comandemant saint Pol
Fet boen garder et retenir :
Qui chaste ne se vialt tenir,
Sainz Pos a feire bien anseingne
Si sagemant que il n'an preingne
Ne cri ne blasme ne reproche.
Boen estoper fet male boche,
Et de ce, s'il ne vos est grief,
Puis je mout bien venir a chief,
Car je me voldrai feire morte,
Si com mes pansez le m'aporte.
Malade me ferai par tens,
Et vos resoiez an porpens
De porveoir ma sepouture.
A ce metez antente et cure
Que feite soit an tel meniere
Et la sepouture et la biere
Que je n'i muire ne estaingne,
Ne ja nus garde ne s'an praingne,
Et si me querez tel repeire,
La nuit, quant vos m'an voldroiz treire,
Que ja nus fors vos ne me voie
Ne nule riens ne me porvoie
Dont j'aie mestier ne besoing
Fors vos, cui je m'otroi et doing.
Ja mes an trestote ma vie
Ne quier d'autre home estre servie.
Mes amis, mes sergenz serez ;
Boen m'iert quanque vos me ferez
Ne ja mes ne serai d'empire
Dame, se vos n'en estes sire.
Uns povres leus oscurs et pales
M'iert plus clers que totes ces sales.
Et se la chose est par san feite,
Ja en mal ne sera retreite,
Car ja nus n'en porra mesdire :
Qu'an cuidera par tot l'empire
Que je soie an terre porrie.
Et Tessala, qui m'a norrie,
Ma mestre an cui je mout me croi,
M'en eidera en boene foi,
Car mout est sage, et mout m'i fi. »
Cligés, quant s'amie entandi,
Respont : « Dame, se il puet estre,
Et vos cuidiez que vostre mestre
Vos an doie a droit conseillier,
N'i a fors de l'apareillier
Et del feire hastivemant ;
Mes se nel feisons sagemant,
Alé somes sanz recovrier.
.I. mestre ai que j'en vuel proier,
Qui mervoilles taille et deboisse.
N'est terre ou l'en ne le conoisse
Par les oevres que il a feites
Et deboissiees et portreites.
Jehanz a non, et s'est mes sers.
N'est nus mestiers, tant soit divers,
Se Jehanz i voloit entandre,
Que a lui se poïst nus prandre,
Car anvers lui sont tuit novice
Con anfes qui est a norrice.
As soes oevres contrefeire
Ont apris quanqu'il sevent feire
Cil d'Antioche et cil de Rome ;
Mes an ne set plus leal home.
Mes or le voldrai esprover,
Et se je i puis foi trover,
Lui et ses oirs toz franchirai,
Ne ja vers lui n'en tricherai
Que vostre consoil ne li die
Se il ce me jure et afie
Que leaumant m'an eidera
Ne ja ne m'an descoverra. »
Cele respont : « Or soit ensi ! »
Atant Cligés fors s'en issi
Par son gré et si s'en ala.
Et cele mande Tessala,
Sa mestre qu'ele ot amenee
De sa terre dom el fu nee ;
Et Tessala vint en es l'ore
Qu'ele ne tarde ne demore,
Mes el ne set por coi la mande.
A privé consoil li demande
Que ele vialt et que li plest.
Cele ne li çoile ne test
De son panser nes une rien.
« Mestre, fet ele, je sai bien
Que chose que je ci vos die
N'iert ja par vos avant oïe,
Car mout vos ai bien esprovee
Et mout vos ai sage trovee.
Tant m'avez fet que mout vos aim.
De toz mes max a vos me claim,
Ne je n'an praing aillors consoil.
Vos savez bien por coi je voil
Et que je pans et que je voel.
Rien ne pueent veoir mi oel,
Fors une chose, qui me pleise ;
Mes je n'en avrai ja mon eise
S'ainçois mout chier ne le conper.
Et si ai ja trové mon per,
Car se jel vuel, il me revialt ;
Se je me duel, il se redialt
De ma dolor et de m'angoisse.
Or m'estuet que vos reconoisse
Mon penser et mon parlemant
A coi nos dui tant seulemant
Nos somes pris et acordé. »
Lors li a dit et recordé
Qu'ele se vialt malade faindre,
Et dit que tant se voldra plaindre
Qu'an la fin morte se fera
Et la nuit Cligés l'anblera,
« Si serons mes toz jorz ansanble. »
En autre guise, ce li sanble,
Ne porroient avoir duree,
Mes s'ele estoit aseüree
Que ele l'en volsist eidier,
Ausi come por sohaidier
Devroit feire ceste besoingne ;
« Mes trop me tarde et trop m'esloingne
Ma joie et ma boene aventure. »
Et sa mestre li aseüre
Qu'ele l'en eidera del tot,
Ja n'en ait crieme ne redot,
Et dit que tel poinne i metra,
Puis qu'ele s'an entremetra,
Que ja n'iert uns seus qui la voie
Que tot certainnemant ne croie
Que l'ame soit del cors sevree
Puis qu'ele l'avra abevree
D'un boivre qui la fera froide,
Descoloree, pale et roide
Et sanz parole et sanz alainne,
Et si estera vive et sainne,
Ne bien ne mal ne sentira
Ne ja rien ne li grevera
D'un jor ne d'une nuit antiere,
N'en sepolture ne an biere.
Qant Fenice ot tot entandu,
Si li a dit et respondu :
« Dame, del tot an vos me met,
De moi sor vos ne m'antremet.
Je sui a vos, pansez de moi
Et dites as genz que ci voi
Que nul n'i ait qui ne s'an voise.
Malade sui, si me font noise. »
Cele lor dit com afeitiee :
« Seignor, ma dame est desheitiee,
Si dit et vialt que en ailliez,
Car trop parlez et trop noisiez,
Et la noise li est malveise.
Ele n'avra repos ne eise
Tant con seroiz an ceste chanbre.
Onques mes, dom il me remanbre,
N'ot mal don je l'oïsse plaindre,
Et de tant est ma dolors graindre.
Alez vos an, ne vos enuit,
Ne parleroiz a li enuit. »
Vont s'an, lués que l'ot comandé.
Et Cligés a Jehan mandé
A son ostel priveemant,
Si li a dit celeemant :
« Johan, sez tu que te voel dire ?
Tu es mes sers, je sui tes sire,
Car je te puis doner ou vandre,
Et ton cors et ton avoir prandre
Come la chose qui est moie.
Mes s'an toi fier me pooie
D'un mien afeire a coi je pans,
A toz jorz mes seroies frans
Et li oir qui de toi seront. »
Et Jehanz maintenant respont,
Qui mout desirre la franchise :
« Sire, fet il, tot a devise
N'est chose que je ne feïsse,
Mes que par tant franc me veïsse,
Et ma fame et mes anfanz quites.
Vostre comandemant me dites :
Ja n'iert la chose si grevainne
Que il me soit travauz ne painne,
Ne ja ne me grevera rien.
Et sanz ce, maleoit gré mien,
Le me covandroit il a feire
Et leissier tot le mien afeire.
-Voire, Jehan, mes c'est tex chose
Que ma boche dire ne toche ,
Se tu ne me plevis et jures
Et del tot ne m'an aseüres
Que tu a foi m'an eideras
Ne ja ne m'an descoverras.
-Volantiers, sire, dit Jehanz,
Ja mar an seroiz mescreanz,
Car je vos jur bien et plevis
Que ja jor que je soie vis
Ne dirai chose que je cuit
Qui vos griet ne qui vos enuit.
-Jehan, nes por sosfrir martire,
N'est hom cui je l'osasse dire
Ce don consoil querre te vuel,
Einz me leiroie crever l'uel.
Bien feras, ce cuit, mon pleisir,
Et de l'eidier et del teisir.
-Voire, sire, se Dex m'aït ! »
Atant Cligés li conte et dit
La verité tot en apert.
Et quant il li a descovert
Le voir, si con vos le savez,
Car oï dire le m'avez,
Lors dit Jehanz qu'il l'aseüre
De bien feire la sepolture
Au mialz qu'il s'an savra pener ;
Et dit qu'il le voldra mener
Veoir une soe meison,
Et ce c'onques mes ne vit om
Ne fame ne anfant qu'il ait.
Mosterra li ce qu'il a fait,
Se lui plest que avoec lui aille
La ou il oevre et point et taille,
Tot seul a seul, sanz plus de gent.
Lou plus beau leu et lou plus gent
Li mosterra qu'il veïst onques.
Cligés respont : « Alons i donques ! »
Desoz la vile, en .i. destor
Avoit Jehanz feite une tor,
S'i ot par mout grant san pené.
La a Cligés Jehanz mené,
Si le mainne par les estages,
Qui estoient point a ymages,
Beles et bien anluminees.
Les chanbres et les cheminees
Li mostre, et sus et jus le mainne.
Cligés voit la meison sostainne,
Que nus n'i maint ne ne converse.
D'une chanbre en autre traverse,
Tant que tot cuide avoir veü ;
Si li a mout le jor pleü,
Et dit que mout est boene et bele.
Bien i sera sa dameisele
Toz les jorz que ele vivra,
Que ja nus hon ne l'i savra.
« Non voir, sire, ja n'iert seüe.
Or cuidiez vos avoir veüe
Tote ma tor et mes deduiz ?
Encor i a de tex reduiz
Que nus hom ne porroit trover,
Et se vos i loist esprover
Au mialz que vos porroiz cerchier,
Ja n'i savroiz tant reverchier,
Ne nus, tant soit soutix et sages,
Que plus trovast ceanz estages
S'ainçois ne li mostre mout bien.
Sachiez, il n'i faut nule rien,
Ne chose qu'a dame coveingne.
Or n'i a plus mes que ça veingne,
Car mout est bele et aeisiee,
Et s'est par desoz esleisiee
Ceste torz, si con vos verrez,
Ne ja l'uis trover n'i porrez
Ne antree de nule part.
Par tel engin et par tel art
Est fez li huis de pierre dure
Que ja n'i troveroiz jointure.
-Or oi mervoille, fet Cligés,
Alez avant, et je aprés,
Car mout m'est tart que je ce voie. »
Lors s'est Jehanz mis a la voie,
Si mainne Cligés par la main
Jusqu'a .i. huis poli et plain,
Qui toz est poinz et colorez.
Au mur s'est Johanz acostez
Et tint Cligés par la main destre.
« Sire, fet il, huis ne fenestre
N'est hom qui an cest mur seüst.
Et cuidiez vos que l'en peüst
An nule guise trespasser
Sanz anpirier et sanz quasser ? »
Cligés respont que il nel croit
Ne nel crerra ja s'il nel voit.
Lors dit Jehanz qu'il le verra
Et l'uis del mur li overra.
Jehanz, qui avoit feite l'uevre,
L'uis del mur li desserre et oevre,
Si ne le malmet ne ne quasse.
Li uns avant l'autre trespasse,
Et descendent par une viz
Parmi .i. estage vostiz,
Ou Jehanz ses oevres feisoit,
Qant riens a feire li pleisoit.
« Sire, fet il, ci ou nos somes,
N'ot onques de trestoz les homes
Que Dex a fez fors que nos deus,
Et s'est si aeisiez cist leus
Con vos verroiz jusqu'a n'a gaires.
An cest leu soit vostre repaires,
Et vostre amie i soit reposte.
Tex ostex est boens a tel oste,
Qu'il i a chanbres et estuves
Et eve chaude par les cuves,
Qui vient par conduit desoz terre.
Qui voldroit leu aeisié querre
Por s'amie metre et celer,
Mout li covandroit loing aler
Einz qu'il trovast si covenable.
Mout le tanroiz a delitable,
Qant vos avroiz par tot esté. »
Si li a Jehanz tot mostré.
Lors dist Cligés : « Jehan amis,
Vos et trestoz voz oirs franchis,
Et sui vostres trestot sanz bole.
Ceanz vuel que soit tote sole
M'amie, mes nel sache nus
Fors vos et moi et li sanz plus. »
Jehanz respont : « Vostre merci !
Or avons asez esté ci,
N'i avons ore plus que feire,
Si nos metons tost el repeire.
-Bien avez dit, Cligés respont,
Alons nos an. » Lors s'an revont,
Si sont issu fors de la tor.
En la vile oent el retor
Que li uns a l'autre consoille :
« Vos ne savez con grant mervoille
De ma dame l'empereriz ?
Santé li doint Sainz Esperiz,
A la boene dame, a la sage ;
Ele gist an mout grant malage. »
Qant Cligés antant le murmure,
A la cort vint grant aleüre,
Mes n'i ot joie ne deduit,
Car triste et mat estoient tuit
Por l'empererriz qui se faint,
Car li max dont ele se plaint
Ne li grieve ne ne se dialt.
S'a dit a toz qu'ele ne vialt
Que nus hom an sa chanbre veingne
Tant con cist max si fort la teingne
Don li cuers li dialt et li chiés,
Se li rois n'est, il ou ses niés :
Ces .ii. n'en ose ele escondire ;
Mes se l'empereres, ses sire,
Ne vient a li, ne l'en chaut il.
A grant tort et a grant peril
Por Cligés metre la covient,
De ce li poise qu'il ne vient,
Car rien fors lui veoir ne quiert.
Cligés par tans devant li iert,
Tant qu'il li avra reconté
Ce qu'il a veü et trové.
Devant li vint, si li a dit,
Mes mout i demora petit,
Car Fenice, por ce qu'an cuit
Que ce que li plest li enuit,
A dit an haut : « Fuiez, fuiez !
Trop me grevez et enuiez,
Car si sui de mal agrevee,
Ja n'en serai sainne levee. »
Cligés cui cist moz atalante
S'an vet feisant chiere dolante,
Qu'ainz si dolante ne veïstes.
Mout puet estre par defors tristes,
Mes ses cuers est si liez dedanz,
Car a sa joie est atendanz.
L'empererriz, sanz mal qu'ele ait,
Se plaint et malade se fait,
Et l'empereres qui la croit
De duel feire ne se recroit
Et mires querre li envoie,
Mes el ne vialt que nus la voie,
Ne les leisse a li adeser.
Ce puet l'empereor peser
Qu'ele dit que ja n'i avra
Mire fors .i. qui li savra
Legieremant doner santé
Qant lui vendra a volanté.
Cil la fera morir ou vivre,
An celui se met a delivre
Et de santé et de sa vie.
De Deu cuident que ele die,
Mes mout a male entancion,
Qu'ele n'antant s'a Cligés non :
C'est ses dex qui la puet garir
Et qui la puet feire morir.
Ensi l'empererriz se garde,
Que nus mires ne s'an prant garde,
N'ele ne vialt mangier ne boivre,
Por l'empereor mialz deçoivre,
Tant que tote est et pale et perse.
Et sa mestre antor li converse,
Qui par mout merveilleuse guile
A quis par trestote la vile,
Celeemant, que nus nel sot,
De son entouchement plein pot *,
De mortel mal sanz garison.
Por mialz feire la traïson,
L'aloit visiter mout sovant
Et si li metoit an covant
Qu'ele la garroit de son mal.
A chascun jor un orinal
Li portoit por veoir s'orine
Tant qu'ele vit que medecine
Ja mes eidier ne li porroit
Et meïsmes ce jor morroit.
Cele a l'orine raportee,
Si l'a estroitemant gardee
Tant que l'empereres leva.
Maintenant devant lui s'an va,
Si li dist : « Se vos comandez,
Sire, toz voz mires mandez,
Car ma dame a s'orine feite,
Qui de cest mal mout se desheite ;
Si vialt que li mire la voient,
Mes que ja devant li ne soient. »
Li mire vindrent an la sale,
L'orine voient pesme et male,
Si dit chascuns ce que lui sanble
Tant qu'a ce s'acordent ansanble
Que ja mes ne respassera
Ne ja none ne passera,
Et se tant vit, dont au plus tart
Ne prandra Dex l'ame a sa part.
Ce ont a consoil murmuré.
Lors lor a dit et conjuré
L'enpereres que voir an dïent.
Cil responent qu'il ne se fïent
De neant an son respasser,
Ne ne porra none passer
Qu'el n'ait einçois l'ame rendue.
Qant la parole a entandue
L'emperere, a poinnes se tient
Que pasmez a terre ne vient,
Et maint des autres qui l'oïrent.
Onques mes gent tel duel ne firent
Con lors ot par tot le palais.
La parole del duel vos lais ;
Savez que Tessala porchace,
Qui la poison destranpre et brace.
Destrempree l'a et batue ;
De loing se fu aparceüe
De tot quanque ele savoit
Qu'a la poison mestier avoit.
.I. petit einz l'ore de none
La poison a boivre li done.
Et lors des qu'ele l'ot beüe,
Li est troblee la veüe
Et a le vis si pale et blanc
Con s'ele eüst perdu le sanc,
Ne pié ne main ne remeüst,
Qui vive escorchier la deüst,
N'el ne se crosle ne dit mot,
Et s'antant ele bien et ot
Le duel que l'empereres mainne
Et le cri don la sale est plainne.
Et par tote la vile crïent
Les genz qui plorent et qui dïent :
« Dex, quel enui et quel contraire
Nos a fet la morz deputaire !
Morz, trop es male et covoiteuse
Et sorprenanz et envieuse,
Qui ne puez estre saoulee.
Onques mes si male golee
Ne poïs tu doner au monde.
Morz, qu'as tu fet ? Dex te confonde,
Qui as tote biauté estainte.
La meillor chose et la plus sainte
As ocise, s'ele durast,
Que onques [...] a feire andurast.
Trop est Dex de grant pacience
Qant il te done avoir puissance
Des soes choses depecier.
Or se deüst Dex correcier
Et gitier hors de ta bataille,
Car trop as fet grant anviaille
Et grant orguel et grant oltrage. »
Ensi toz li pueples enrage,
Tordent lor poinz, batent lor paumes,
Et li clerc an lisent lor saumes,
Et prïent por la boene dame
Que Dex merci li face a l'ame.
Entre les lermes et les criz,
Si con tesmoingne li escriz,
Sont venu troi fisicien
De Salerne, mout ancien,
Ou longuemant orent esté ;
Por le duel se sont aresté,
Si demandent et si anquierent
Don li cri et les lermes ierent,
Por cui s'afolent et confondent.
Cil lor dïent qui lor respondent :
« Dex, seignor, don nel savez vos ?
De ce devroit ansanble o nos
Desirrer toz li mondes a tire
S'il savoit lo grant duel et l'ire
Et le domage et la grant perte
Qu'an cest jor nos est avenu .
Dex, dom estes vos donc venu,
Qui ne savez qu'est avenu
Or endroit an ceste cité ?
Nos vos dirons la verité,
Car aconpaignier vos volons
Au duel, de coi nos nos dolons.
Ne savez de la mort destroite,
Qui tot desirre et tot covoite
Et en toz leus le mialz agaite,
Quel felenie a ele or faite,
Si com ele an est costumiere ?
D'une clarté, d'une lumiere
Avoit Dex le mont alumé.
Ce que Morz a acostumé
Ne puet müer qu'ele ne face :
Toz jorz a son pooir esface
Le mialz que ele puet trover.
Or vialt son pooir esprover,
S'a pris plus de bien en un cors
Qu'ele n'en a lessié defors ;
S'ele eüst tot le monde pris,
N'eüst ele mie fet pis.
Biauté, corteisie et savoir
Et quanque dame puet avoir
Qu'apartenir doie a bonté
Nos a tolu et mesconté
La morz, qui toz biens a periz
En ma dame l'empererriz ;
Ensi nos a la morz tuez.
-Ha, Dex, font li mire, tu hez
Ceste cité, bien le savomes,
Qant grant pieç'a venu n'i somes.
Se nos fussiens venu des hier,
Mout se poïst la morz prisier,
Se a force rien nos tolsist.
-Seignor, ma dame ne volsist
Por rien que vos la veïssiez
Ne qu'a li poinne meïssiez.
Des boens mires assez i ot,
Mes onques ma dame ne plot
Que uns ne autres la veïst
Ne de son mal s'antremeïst.
Non, par foi, ce ne fist el mon. »
Lors lor sovint de Salemon,
Que sa fame tant le haï
Que come morte le trahi.
Espoir autel a ceste fet,
Mes se il pueent par nul plet
Feire tant que il la santissent,
Il n'est hom nez por qu'an mantissent
Se barat i pueent veoir,
Que il n'en dïent tot le voir.
Vers la tor s'an vont maintenant,
Ou l'en n'oïst pas Deu tonant,
Tel noise et tel cri i avoit.
Li mestres d'ax, qui plus savoit,
Est droit a la biere aprochiez.
Nus ne li dist : « N'i atochiez » ,
Ne nus arriere ne l'en oste.
Et sor le piz et sor la coste
Li met la main et sant sanz dote
Que ele a el cors l'ame tote ;
Bien le set et bien l'aparçoit.
L'empereor devant lui voit,
Qui de duel s'afole et ocit ;
En haut s'escrie, si li dit :
« Empereres, conforte toi,
Je sai certainnemant et voi
Que ceste dame n'est pas morte.
Leisse ton duel, si te conforte,
Car se vive ne la te rant,
Ou tu m'oci ou tu me pant. »
Maintenant abeisse et acoise
Par le palés tote la noise,
Et l'empereres dit au mire
C'or li loist comander et dire
Sa volanté tot a delivre ;
Se l'empererriz fet revivre,
Sor lui iert sire et comanderres ;
Mes panduz sera come lerres,
Se il li a manti de rien.
Et cil respont : « Je l'otroi bien,
Ne ja de moi n'aiez merci
S'a vos parler ne la faz ci,
Tot sanz panser et sanz cuidier.
Faites moi cest palés vuidier,
Que uns ne autres n'i remaingne.
Le mal qui la dame mehaingne
M'estuet veoir priveemant.
Cist dui mire tant seulemant
Avoec moi ici remandront,
Car de ma conpaignie sont,
Et tuit li autre fors s'an issent. »
Ceste chose contredeïssent
Cligés, Jehanz et Tessala,
Mes tuit cil qui estoient la
Le poïssent a mal torner
S'il le volsissent trestorner ;
Por ce se teisent et si loent
Ce que as autres loer oent ;
Si sont fors del palés issu.
Et li troi mire ont descosu
Le suaire la dame a force,
Onques n'i ot costel ne force ;
Puis li dïent : « Dame, n'aiez
Peor ne ne vos esmaiez,
Mes parlez tot seüremant.
Nos savons bien certainnemant
Que tote estes sainne et heitiee ;
Mes soiez sage et afeitiee
Ne de rien ne vos desperez,
Car se consoil nos requerez,
Tuit troi vos asseürerons
Qu'a noz pooirs vos eiderons.
Nel devez mie refuser. »
Ensi la cuident amuser
Et descovrir, mes ne lor valt,
Qu'el n'en a soing ne li n'an chalt
Del servise qu'il li prometent ;
De grant oiseuse s'antremetent.
Et quant li fisicien voient
Que vers li rien n'esploiteroient
Par losenge ne par proiere,
Lors la gietent fors de la biere
Et dïent, s'ele ne parole,
Qu'el se tanra ancui por fole,
Que il feront tele mervoille
De li qu'ainz ne fu la paroille
De nul cors de fame cheitive.
« Bien savons que vos estes vive
Ne parler a nos ne daigniez ;
Bien savons que vos vos faigniez,
Si traïssiez l'empereor.
N'aiez mie de nos peor.
Mes se nus vos a correciee,
Einçois que vos aiens bleciee,
Vostre pleisir nos descovrez,
Car trop vilenemant ovrez ;
Et nos vos serons en aïe,
Ou de savoir, ou de folie. »
Ne puet estre, rien ne lor vialt.
Lors li donerent .i. assalt
Parmi le dos de lor corroies,
S'an perent contreval les roies,
Et tant li batent sa char tendre
Que il an font le sanc espendre.
Qant des corroies l'ont batue
Tant que la char li ont ronpue
Et li sans contreval li cort,
Qui parmi les plaies li sort,
N'en porent il ancor rien faire,
Ne sopir ne parole traire,
N'ele ne se crosle ne muet.
Lors dïent que il lor estuet
Feu et plonc querre, qu'il fondront,
Qu'es paumes gitier li voldront
Einçois que parler ne la facent.
Feu et plonc quierent et porchacent,
Le feu alument et plonc fondent.
Ensi afolent et confondent
La dame li felon ribaut,
Qui le plonc tot boillant et chaut,
Si com il l'ont del feu osté,
Li ont anz es paumes colé.
N'encor ne lor est pas assez
De ce que li plons est passez
Parmi les paumes d'outre en outre,
Einz dïent li cuivert avoutre
Que, s'ele ne parole tost,
Or endroit la metront an rost
Tant que ele iert tote greslie.
Cele se test ne ne lor vie
Sa char a batre n'a malmetre.
Ja la voloient el feu metre
Por rostir et por graïllier,
Qant des dames plus d'un millier
Des genz se partent et desvoient.
A la porte vienent, si voient
Par un petit de roverture
L'angoisse et la malaventure
Que cil feisoient a la dame,
Qui au charbon et a la flame
Li feisoient sosfrir martire.
Por l'uis brisier et desconfire
Aportent coigniees et mauz.
Granz fu la noise et li assauz
A la porte brisier et fraindre.
S'or pueent les mires ataindre,
Ja lor sera sanz atandue
Tote lor desserte rendue.
Les dames antrent el paleis,
Totes ansanble a un esleis,
Et Tessala est an la presse,
Qui de rien nule n'est angresse
Fors qu'a sa dame soit venue.
Au feu la trueve tote nue,
Mout anpiriee et mout malmise ;
Arriere an la biere l'a mise
Et desoz lo paile coverte.
Et les dames vont lor desserte
As .iii. mires doner et rendre ;
N'i vostrent mandre ne atendre
N'empereor ne seneschal ;
Par les fenestres contre val
Les ont enmi la cort lanciez,
Si que tuit troi ont peçoiez
Cos et costez et braz et janbes.
Einz mialz nel firent nules dames.
Or ont eü mout malemant
Li troi mire lor paiemant,
Car les dames les ont paiez.
Mes Cligés est mout esmaiez
Et grant duel a quant il ot dire
La grant angoisse et le martire
Que s'amie a por lui sosfert ;
Par un po que le san ne pert,
Car il crient mout, et si a droit,
Qu'afolee ou morte ne soit
Por le tormant que fet li ont
Li troi mire qui venu sont ;
Si s'an despoire et desconforte.
Et Tessala vient, qui aporte
.I. mout precieus oignemant,
Dont ele a oint mout dolcemant
Les cos et les plaies celi.
La ou en la renseveli,
En un blanc paile de Sulie
L'ont les dames ransevelie,
Mes le vis descovert li leissent ;
N'onques la nuit lor criz n'abeissent
Ne ne cessent ne fin ne prenent.
Par tote la vile forssenent
Et haut et bas et povre et riche.
Si sanble que chascuns s'afiche
Qu'il vaintra tot de feire duel
Ne ja nel leissera son vuel.
Tote nuit est li criz mout granz.
L'andemain vint a cort Jehanz,
Et li empereres le mande,
Si li dit et prie et comande :
« Jehan, s'onques feïs boene oevre,
Or i met ton san et descuevre
En une sepolture ovrer,
Tele qu'an ne puisse trover
Si bele ne si bien portreite. »
Et Jehanz, qui l'avoit ja feite,
Dit qu'il en a apareilliee
Une mout bele et bien tailliee ;
Mes onques n'ot antencion
Qu'an i meïst se cors sainz non
Qant il la comança a faire,
Qu'an n'i meïst fors saintuaire.
« L'empererriz i est anclose,
Qu'ele est, ce cuit, mout sainte chose.
-Bien avez dit, fet l'emperere.
Au mostier monseignor saint Pere
Iert anfoïe la defors,
Ou l'en anfuet les autres cors,
Car einçois que ele morist,
Le me pria mout et requist
Que je la la feïsse metre.
Or vos en alez antremetre ;
Seelez vostre sepolture,
Si con reisons est et droiture,
El plus bel leu del cemetire. »
Jehanz respont : « Volentiers, sire. »
Et Jehanz maintenant s'an torne,
La sepolture bien atorne
Et de ce fist que bien apris :
.I. lit de plume a dedanz mis
Por la pierre qui estoit dure,
Et plus encor por la froidure,
Et por ce que soef li oelle,
Espant desus et flors et fuelle ;
Mes por ce le fist ancor plus
Que la coute ne veïst nus,
Qu'il avoit en la fosse mise.
Ja ot en fet tot le servise
As eglises et as barroches,
Et sonoit an adés les cloches,
Si con l'en doit feire por mort.
Le cors comande qu'an aport,
S'iert an la sepolture mis,
Don Jehanz s'est tant entremis,
Car mout l'a feite riche et noble.
An trestote Costantinoble
N'a remés ne petit ne grant
Qui n'aut aprés le cors plorant ;
Si maudïent la mort et blasment,
Chevalier et vaslet se pasment,
Et les dames et les puceles
Batent lor piz et lor memeles,
S'ont a la mort prise tançon.
« Morz, fet chascune, reançon
De ma dame que ne preïs ?
Certes, petit gahaing feïs,
Car a nostre oes sont granz les pertes. »
Mes Cligés an fet duel a certes,
Tel qu'il s'an afole et confont
Plus que tuit li autre ne font,
Et mervoille est qu'il ne s'ocit,
Mes ancor le met an respit
Tant que l'ore et li termes veingne
Qu'il la desfuee et qu'il la teingne
Et savra s'ele est vive ou non.
Sor la fosse sont li baron,
Qui le cors i colchent et metent,
Mes sor Jehan ne s'antremetent
De la sepolture aseoir,
Qu'il ne la porent nes veoir,
Einz sont trestuit pasmé cheü ;
S'a Jehanz boen leisir eü
De feire quanque il i fist.
La sepolture si assist
Que nule autre chose n'i ot ;
Bien la seele et joint et clot.
Et lors se poïst bien prisier
Qui sanz malmetre et sanz brisier
Ovrir ne desjoindre seüst
Rien que Jehanz fet i eüst.
Fenice est an la sepolture,
Tant que vint a la nuit oscure,
Mes .xxx. chevalier la gardent,
Si i a .x. cierges qui ardent,
Grant clarté et grant luminaire.
Enuié furent de mal traire
Li chevalier et recreü ;
S'ont la nuit mangié et beü
Tant que tuit s'andorment ansanble.
A l'anuitier de cort s'en anble
Cligés et de tote la gent ;
N'i ot chevalier ne sergent
Qui seüst pas que il devint.
Ne fina tant qu'a Jehan vint,
Qui de quanqu'il puet le consoille.
Unes armes li aparoille,
Qui ja mestier ne li avront.
Au cemetire andui s'an vont,
Armé, a coite d'esperon,
Mes clos estoit tot anviron
Li cemetires de haut mur ;
Si cuidoient estre aseür
Li chevalier qui se dormoient,
Et la porte fermee avoient
Par dedanz, que nus n'i entrast.
Cligés ne voit comant i past,
Car par la porte antrer n'i puet
Et por voir antrer li estuet :
Amors li enorte et semont.
Au mur se prant et ranpe amont,
Car mout estoit preuz et legiers.
La dedanz estoit uns vergiers
Ou avoit arbres a planté.
Pres del mur en ot .i. planté,
Ensi que au mur se tenoit.
Or a Cligés quanqu'il voloit,
Car par cel arbre jus se mist.
La premiere chose qu'il fist,
Ala Jehan la porte ovrir.
Les chevaliers voit toz dormir,
Si a le luminaire estaint,
Que nule clartez n'i remaint.
Et Jehanz maintenant descuevre
La fosse et la sepolture oevre,
Si que de rien ne la malmet.
Cligés an la fosse se met,
S'en a s'amie fors portee,
Qui mout est vainne et amortee,
Si l'acole et beise et anbrace,
Ne set se duel ou joie face :
El ne se muet ne ne dit mot.
Et Jehanz, au plus tost qu'il pot,
A la sepolture reclose,
Si qu'il ne pert a nule chose
Que l'an i eüst atochié.
De la tor se sont aprochié
Au plus tost que il onques porent.
Et quant en la tor mise l'orent,
Es chanbres qui soz terre estoient,
Adonc la dessevelissoient ;
Et Cligés qui rien ne savoit
De la poison que ele avoit
Dedanz le cors, qui la fet mue
Et tele qu'el ne se remue,
Por ce cuide qu'ele soit morte ;
Si s'an despoire et desconforte
Et sopire formant et plore.
Mes par tans iert venue l'ore
Que la poisons perdra sa force.
Et mout se travaille et esforce
Fenice, qui l'ot regreter,
Qu'ele le puisse conforter
Ou de parole ou de regart.
A po que li cuers ne li part
Del duel qu'ele ot que il demainne.
« Ha ! fet il, Morz, com es vilainne
Qant tu espargnes et respites
Les vix choses et les despites,
Celes leiz tu durer et vivre.
Morz, tu es forssenee et ivre
Qant m'amie as morte por moi.
Ce est mervoille que je voi :
M'amie est morte et je sui vis.
Ha ! dolce amie, vostre amis
Por coi vit et morte vos voit ?
Or porroit an dire par droit,
Qant morte estes par mon servise,
Que je vos ai morte et ocise.
Amie, don sui je la morz,
Qui morte vos ai - n'est ce torz ? -,
Qui m' amie vos ai tolue,
Si ai la vostre retenue.
Dont n'ert ma joie, dolce amie,
Vostre santez et vostre vie ?
Et don n'estoit vostre la moie ?
Car nule rien fors vos n'amoie,
Une chose estiens andui.
Or ai ge fet ce que je dui !
Car la vostre gart an mon cors
Et la moie est del vostre fors,
Et l'une a l'autre, ou qu'ele fust,
Conpaingnie porter deüst
Ne riens nes deüst departir. »
Atant cele giete un sopir
Et dit foiblement et an bas :
« Amis, amis, je ne sui pas
Del tot morte, mes po an faut.
De ma vie mes ne me chaut.
Je me cuidai gaber et faindre,
Mes or estuet a certes plaindre,
Car la morz n'a soing de mon gab.
Mervoille iert se vive an eschap,
Car trop m'ont li mire bleciee,
Ma char ronpue et depeciee,
Et neporquant, s'il poïst estre
Qu'avoec moi fust ceanz ma mestre,
Cele me feïst tote sainne
Se rien i deüst valoir painne.
-Amie, donc ne vos enuit,
Fet Cligés, car encore enuit
La vos amanrai je ceanz.
-Amis, einz i ira Jehanz. »
Jehanz i vet, si l'a tant quise
Qu'il la trova, si li devise
Comant il vialt qu'ele s'an veingne
Ne essoines ne la deteigne,
Car Fenice et Cligés la mandent
En une tor ou il l'atandent ;
Car Fenice est mout malbaillie :
S'estuet qu'ele veigne garnie
D'oignemant et de letuaire ;
Morte iert, s'ele demore gaire,
S'isnelemant ne la secort.
Et Thessala maintenant cort
Et prant oignemant [...] entrait
Et leituaire qu'ele ot fait ;
Si est a Jehan asanblee.
De la vile issent a celee
Tant qu'a la tor vienent tot droit.
Qant Fenice sa mestre voit,
Lors cuide estre tote garie,
Tant l'aimme et croit et tant s'i fie.
Cligés l'acole et la salue,
Et dist : « Bien soiez vos venue,
Mestre, je vous aim tant et pris !
Car me dites, que vos est vis
Del mal a ceste dameisele ?
Que vos sanble ? Garra en ele ?
-Oïl, sire, n'en dotez pas
Que je tote ne la respas.
Ja n'iert passee la quinzainne
Que je si ne la face sainne
Qu'ele ne fu nule foiee
Plus sainne ne plus anvoisiee. »
Thessala panse a li garir,
Et Jehanz vet la tor seisir
De tot ce que il i covient.
Cligés va en la tor et vient
Hardiemant, tot a veüe,
C'un ostor i a mis en mue,
Si dit que il le vet veoir,
Ne nus ne puet aparcevoir
Qu'il i voist por nule acheison
Se por l'ostor seulemant non.
Mout i demore nuit et jor,
Et Jehanz fet garder la tor,
Que nus n'i antre qu'il ne vuelle.
Fenice n'a mal don se duelle,
Car bien l'a Tessala garie.
S'or fust Cligés dus d'Aumarie
Ou de Marroc ou de Tudele,
Ne prisast il une cenele
Avers la joie que il a.
Certes, de rien ne s'avilla
Amors, quant il les mist ansanble ;
Car a l'un et a l'autre sanble,
Qant li uns l'autre acole et beise,
Que de lor joie et de lor eise
Soit toz li mondes amandez ;
Ne ja plus ne m'an demandez.
Tot cel an et de l'autre assez,
Trois mois, ce croi, et plus assez,
A Fenice an la tor esté.
Au renovelemant d'esté,
Que flors et fuelles d'arbres issent,
Et cil oisel si s'esjoïssent
Qu'il font lor joie an lor latin,
Avint que Fenice .i. matin
Oï chanter le rossignol.
Le braz au flanc et l'autre au col
La tenoit Cligés dolcemant,
Et ele lui tot maintenant ;
Si li a dit : « Biax amis chiers,
Grant bien me feïst uns vergiers
Ou je me poïsse deduire.
Ne vi lune ne soloil luire
Plus a de .xv. mois antiers.
S'estre poïst, mout volentiers
M'an istroie la fors au jor,
Qu'anclose sui an ceste tor ;
Et se ci pres avoit vergier
Ou je m'alasse esbanoier,
Mout me feroit grant bien sovant. »
Lors li met Cligés an covant
Qu'a Jehan consoil an querra
Tot maintenant qu'il le verra.
Et maintenant est avenu
Que Jehanz est leanz venu,
Car sovant venir i soloit.
De ce que Fenice voloit
L'a Cligés a parole mis.
« Tot est apareillié et quis,
Fet Jehanz, quanqu'ele comande.
De ce qu'ele vialt et demande
Est ceste corz bien aeisiee. »
Lors se fet Fenice mout liee
Et dit a Jehan qu'il l'i maint.
Cil respont : « An moi ne remaint. »
Lors vet Jehanz ovrir un huis
Tel que je ne sai ne ne puis
La façon dire ne retraire.
Nus fors Jehan nel poïst faire,
Ne ja nus dire ne seüst
Que huis ne fenestre i eüst
Tant con li huis ne fust overz,
Si estoit celez et coverz.
Qant Fenice vit l'uis ovrir
Et le soloil leanz ferir,
Qu'ele n'avoit pieç'a veü,
De joie a tot le san meü,
Et dit c'or ne quiert ele plus,
Qant el puet issir de reclus,
N'aillors ne se quiert herbergier.
Puis est antree an un vergier,
Qui mout li plest et atalante.
Enmi le vergier ot une ante
De flors chargiee et bien foillue
Et par dedesoz estandue.
Ensi estoient li rain duit
Que par terre pandoient tuit
Et pres de la terre baissoient,
Fors la cime dom il nessoient.
La cime aloit contremont droite.
Fenice autre leu ne covoite.
Et desoz l'ante ert li praiax,
Mout delitables et mout biax,
Ne ja n'iert tant li solauz chauz
An esté, quant il est plus hauz,
Que ja rais i puisse passer,
Si le sot Jehanz conpasser
Et les branches mener et duire.
La se va Fenice deduire,
Si a fet soz l'ante son lit ;
La sont a joie et a delit.
Et li vergiers ert clos antor
De haut mur qui tient a la tor,
Si que riens nule n'i montast
Se par la tor sus n'i entrast.
Or est Fenice mout a eise,
N'est riens nule qui li despleise
Qant sor les flors ne sor la fuelle
Ne li faut riens que ele vuelle :
Son ami li loist anbracier.
El tans que l'en vet an gibier
De l'esprevier et del brachet
Qui quiert l'aloe et le maslet,
Et la quaille et la perdriz trace,
Avint c'uns chevaliers de Trace,
Bachelers, juenes, anvoisiez,
De chevalerie prisiez,
Fu un jor an gibiers alez
Vers cele tor tot lez a lez.
Bertranz ot non li chevaliers.
Essorez fu ses espreviers,
Qu'a une aloete a failli.
Or se tandra por malbailli
Bertranz s'il pert son esprevier.
Desoz la tor, anz el vergier
Le vit descendre et aseoir,
Et ce li plot mout a veoir :
Or ne le cuide mie perdre.
Tantost se vet au mur aerdre
Et fet tant que oltre s'an passe.
Soz l'ante vit dormir a masse
Fenice et Cligés nu a nu.
« Dex, fet il, que m'est avenu !
Quiex mervoille est ce que je voi ?
N'est ce Cligés ? Oïl, par foi.
N'est ce l'empererriz ansanble ?
Nenil, mes ceste la resanble,
Que riens autre si ne sanbla.
Tel nes, tel boche, tel front a
Con l'empererriz ma dame ot.
Onques mes Nature ne sot
Feire .ii. choses d'un sanblant.
An cesti ne voi je neant
Que an ma dame ne veïsse.
S'ele fust vive, je deïsse
Veraiemant que ce fust ele. »
Atant une poire destele,
Si chiet Fenice sor l'oroille ;
Ele tressaut et si s'esvoille
Et voit Bertran, si crie fort :
« Amis, amis, nos somes mort.
Vez ci Bertran ! S'il nos eschape,
Cheü somes an male trace :
Il dira qu'il nos a veüz. »
Lors s'est Bertranz aparceüz
Que c'est l'empererriz sanz faille.
Mestiers li est que il s'an aille,
Car Cligés avoit aportee
El vergier avuec lui s'espee,
Si l'avoit de devant aus mise.
Il saut sus, s'a l'espee prise,
Et Bertranz fuit isnelemant,
Plus tost qu'il pot au mur se prant,
Et oltre estoit ja a bien pres
Qant Cligés li vint si de pres,
Et maintenant hauce l'espee,
Sel fiert si qu'il li a colpee
La janbe desor le genoil,
Ausi con .i. raim de fenoil.
Neporquant s'an est eschapez
Bertranz, malmis et esclopez.
Qant les genz d'autre part le voient,
Par po que de duel ne desvoient,
Qant si le voient afolé.
Maintenant li ont demandé
Qui est qui ce li avoit fet.
« Ne me metez, fet il, an plet,
Mes sor mon cheval me montez.
Ja cist afeires n'iert contez
Jusque devant l'empereor.
Ne doit pas estre sanz peor
Qui ce m'a fet, voir non est il,
Car pres est de mortel peril. »
Lors l'ont mis sor son palefroi,
Si l'en mainnent a grant esfroi,
Lor duel feisant aval la vile.
Aprés aus vont plus de XX mile,
Qui s'an vindrent droit a la cort,
Et toz li pueples i acort,
Et uns et autres, qui ainz ainz.
Ja s'est Bertranz clamez et plainz
Oiant toz a l'empereor,
Mes an le tient a jeingleor
De ce qu'il dit qu'il a veüe
L'enpererriz trestote nue,
Avoec Cligés le chevalier,
Desoz une ante, en un vergier.
Li un le tienent a folie,
La vile an est tote esbolie
De la novele quant il l'oent.
Li autre consoillent et loent
L'empereor qu'a la tor voise.
Mout est granz li criz et la noise
Des genz qui aprés lui s'esmuevent ;
Mes an la tor neant ne truevent,
Car Fenice et Cligés s'an vont,
Et Tessala menee an ont,
Qui les conforte et aseüre
Et dit que se par aventure
Voient genz aprés aus venir
Qui veignent por ax retenir,
Por neant peor en avront,
Car ja ne les aparcevront
Por mal ne por anconbrier faire,
De tant loing con l'en porroit traire
D'une fort arbaleste a tor.
Et l'emperere est an la tor,
Qui fet Jehan querre et mander.
Lier le comande et garder,
Et dit que il le fera pendre
Et ardoir et vanter la cendre,
Por la honte qu'il a sosferte ;
Randue l'en iert la desserte,
Mes ce iert desserte sanz preu,
Car an la tor a son neveu
Avuec sa fame receté.
« Par foi, vos dites verité,
Fet Jehanz, ja n'en mantirai
Ne ja por vos nel celerai ;
Et se g'en ai de rien mespris,
Bien est droiz que je soie pris ;
Et se je muir por lui a tort,
S'il vit, il vengera ma mort.
Et feites an mialz que porrez,
Que se g'en muir, vos en morrez. »
L'enpereres d'ire tressue
Qant la parole a entandue
Et set bien que Jehanz a dit.
« Jehan, fet il, tant de respit
Avras que tes sire iert trovez,
Qui malveisemant s'est provez
Vers moi, qui mout l'avoie chier
Ne ne li pansoie trichier ;
Mes an prison seras tenuz.
Se tu sez qu'il est devenuz,
Di le tost et je le comant. »
Jehanz respont : « Et je comant
Feroie si grant felenie ?
Por treire fors del cors la vie,
Certes ne vos anseigneroie
Mon seignor, se je le savoie,
Anteimes ce, se Dex me gart,
Que je ne sai dire quel part
Il sont alé, ne plus que vos.
Mes de neant estes jalos.
Vostre corroz tant ne redot
Ne le vos die tot de bot
-Et si n'en serai ja creüz -
Comant vos estes deceüz :
Par .i. boivre que vos beüstes
Engigniez et deceüz fustes
Le jor que voz noces feïstes.
Onques puis, se vos ne dormistes
Ou an songent ne vos avint,
De li joie ne vos avint,
Mes la nuit songier vos feisoit
Et li songes tant vos pleisoit
Con s'an veillant vos avenist
Qu'ele antre ses braz vos tenist,
N'autres biens ne vos an venoit.
Ses cuers a Cligés se tenoit
Tant que por lui morte se fist ;
Si me crut tant qu'il le me dist,
Et si la mist en ma meison,
Dont il est sires par reison.
Ne vos an devez a moi prendre :
L'en me deüst ardoir ou pendre
Se je mon seignor refusasse
Et de son voloir l'encusasse. »
Qant l'emperere ot ramentoivre
La poison qui li plot a boivre,
Par coi Tessala le deçut,
Lors primes sot et aparçut
C'onques de sa fame n'avoit
Eü joie, bien le savoit,
Se il ne li avint par songe ;
Mes ce fu joie de mançonge,
Et dit, se il n'en prant vengence
De la honte et de la viltence
Que li traïtes li a faite,
Qui sa fame li a fortraite,
Ja mes n'avra joie an sa vie.
« Or tost, fet il, jusqu'a Pavie,
Et de ça jusqu'an Alemaigne,
Chastel ne vile n'i remaigne
Ne cité ou il ne soit quis.
Qui an.ii. les amanra pris,
Plus l'avrai que nul home chier.
Or del bien querre et del cerchier
Et sus et jus et pres et loing. »
Tuit s'esmuevent com a besoing,
S'ont au querre tot le jor mis ;
Mes Cligés a de tex amis
Qui einçois, se il le trovoient,
A sauveté le conduiroient
Qu'il le ramenassent arriere.
Trestote la quinzainne antiere
Les ont chaciez a quelque painne.
Mes Tessala, qui les an mainne,
Les conduist si seüremant
Par art et par anchantemant
Que il n'ont crieme ne peor
De tot l'esforz l'empereor.
N'en vile n'an cité ne gisent,
Et si ont quanque il devisent,
Autresi ou mialz qu'il ne suelent,
Car Tessala quanque il vuelent
Lor aporte et quiert et porchace ;
Ne nus nes silt mes ne ne chace,
Car tuit se sont mis el retor.
Mes Cligés n'est mie a sejor :
Au roi Artus son oncle en va ;
Tant le quist que il le trova,
S'a a lui fet plainte et clamor
De son oncle l'empereor,
Qui por son desheritemant
Avoit prise desleaumant
Fame, que prandre ne devoit,
Qu'a son pere plevi avoit
Que ja n'avroit fame en sa vie.
Et li rois dit que a navie
Devant Costantinoble ira
Et de chevaliers emplira
Mil nes et de sergenz trois mile,
Tex que citez ne bors ne vile
Ne chastiax, tant soit forz ne hauz,
Ne porra sosfrir lor assauz.
Et Cligés n'a pas oblié
Que lors n'ait le roi mercié
De s'aïde qu'il li otroie.
Li rois querre et semondre anvoie
Toz les hauz barons de sa terre
Et fet apareillier et querre
Nes et dromonz, galies, barges.
D'escuz, de lances et de targes
Et d'armeüre a chevalier
Fet ces nes emplir et chargier.
Por ostoier fet aparoil
Li rois, si grant que le paroil
N'ot ne Cesar ne Alixandres.
Tote Eingleterre et tote Flandres,
Normandie, France et Bretaigne
Et tot desi qu'as porz d'Espaigne
A fet semondre et amasser.
Ja devoient la mer passer
Qant de Grece vindrent message
Qui respitierent le passage
Et le roi et ses genz retindrent.
Avoec les messagiers qui vindrent
Fu Jehanz, qui bien fist a croire,
Car de chose qui ne fust voire
Et que il de fi ne seüst
Tesmoinz ne messagiers ne fust.
Li message haut home estoient
De Grece, qui Cligés queroient.
Tant le quistrent qu'il le troverent
Et mout grant joie an demenerent ;
Si li ont dit : « Dex vos saut, sire,
De par toz ces de vostre empire.
Grece vos est abandonee
Et Costantinoble donee
Por le droit que vos i avez.
Morz est, mes vos ne le savez,
Vostre oncles del duel que il ot
Por ce que trover ne vos pot.
Tel duel ot que le san chanja,
Onques ne but ne ne manja,
Si morut con huem forssenez.
Biax sire, or vos an revenez,
Car tuit vostre baron vos mandent,
Mout vos desirrent et demandent,
Empereor vos voelent feire. »
Tel l'oent qui de cest afeire
Furent lié, s'en i ot de tex
Qui esloignassent lor ostex
Volantiers et mout lor pleüst
Que l'oz vers Grece s'esmeüst.
Mes remeise est del tot la voie,
Car li rois ses genz en envoie,
Si s'en depart l'oz et atorne .
Et Cligés se haste et atorne,
Qu'an Grece s'en vialt retorner,
N'a cure de plus sejorner.
Atornez s'est, congié a pris
Au roi et a toz ses amis.
Fenice an mainne, si s'en vont ;
Ne finent tant qu'an Grece sont,
Et a grant joie le reçurent,
Si con lor seignor feire durent,
Et s'amie a fame li donent,
En.ii. ansanble les coronent.
De s'amie a feite sa dame,
Car il l'apele amie et dame,
Et por ce ne pert ele mie
Que il ne l'aint come s'amie,
Et ele lui tot autresi
Con l'en doit amer son ami.
Et chascun jor lor amors crut,
Onques cil de li ne mescrut,
Ne querela de nule chose ;
N'onques ne fu tenue anclose
Si com ont puis esté tenues
Celes qu'aprés li sont venues ;
Einz puis n'i ot empereor
N'eüst de sa fame peor
Qu'ele nel deüst decevoir,
Se il oï ramantevoir
Comant Fenice Alis deçut,
Primes par la poison qu'il but,
Et puis par l'autre traïson.
Por ce einsi com an prison
Est gardee an Costantinoble,
Ja n'iert tant haute ne tant noble,
L'empererriz, quex qu'ele soit :
L'empereres point ne s'i croit,
Tant con de celi li remanbre ;
Toz jorz la fet garder en chanbre
Plus por peor que por le hasle,
Ne ja avoec li n'avra masle
Qui ne soit chastrez en anfance.
De ce n'est criemme ne dotance
Qu'Amors les lit an son lien.
Ci fenist l'uevre Crestien.