Colibri

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Œuvres complètes de BérangerH. Fournier3 (pp. 71-73).
◄  Gotton


COLIBRI


Air : Garde à vous ! (de la Fiancée)


Mes amis,
J’ai soumis
L’enfer à ma puissance.
De son obéissance
J’ai pour gage certain
Un lutin. (bis.)
Sous forme d’oiseau-mouche
À mon chevet il couche.
Lutin doux et chéri,
Baisez-moi, Colibri,
Colibri ! (ter.)

S’éveillant,
Babillant,
Au jour qui naît et brille,
Son petit corps scintille
D’émeraude et d’azur
Et d’or pur.
Fleur qui cherche sa tige,
Le voilà qui voltige :
L’aurore en a souri.
Baisez-moi, Colibri,
Colibri !


Je le vois,
À ma voix,
Voler vers qui m’implore.
Ses ailes font éclore
Richesse, honneurs, amours
Et beaux jours.
Quelque soif qui m’embrase,
Il peut remplir le vase
Que ma bouche a tari.
Baisez-moi, Colibri,
Colibri !

Je puis voir
Son pouvoir
Franchir l’espace et l’onde,
Du Pérou, de Golconde
M’apporter, dans nos ports,
Les trésors.
Mais, non ; point d’opulence,
Quand un peuple en silence
Souffre et meurt sans abri.
Baisez-moi, Colibri,
Colibri !

Je puis voir
Son pouvoir
Me donner des couronnes,
Des palais à colonnes,
Des gardes et l’amour
D’une cour.
Mais, non ; j’en sais l’histoire :
Le monde, à tant de gloire,

De douleur pousse un cri.
Baisez-moi, Colibri,
Colibri !

Demandons,
Pour seuls dons,
Simple toit, portes closes,
Des chants, du vin, des roses,
Et la paix d’un reclus,
Rien de plus.
Mon paradis s’arrange,
Dieux ! et l’oiseau se change
En piquante houri.
Baisez-moi, Colibri,
Colibri !