Congés (Adam de la Halle)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Adam de la Halle Congés

XIIIe siècle


 

C'est li congiés Adan.


I


Comment que men tans aie usé,
M'a me conscienche acusé
Et toudis loé le meilleur;
Et tant le m'a dit et rusé
Que j'ai tout soulas refusé
Pour tendre a venir a honnour.
Mais le tans que j'ai perdu plour,
Las! dont j'ai despendu le fleur
Au siecle qui m'a amusé.
Mais ch'a fait forche de signeur,
Dont chascuns amans de l'erreur
Me doit tenir pour escusé.


II


Arras, Arras! vile de plait
Et de haïne et de detrait,
Qui soliés estre si nobile,
On va disant c'on vous refait!
Mais se Diex le bien n'i ratrait,
Je ne voi qui vous reconcile.
On i aime trop crois et pile,
Chascuns fu Berte en ceste vile
Au point c'on estoit a le mait.
Adieu de fois plus de .c. mile!
Ailleurs vois oïr l'Evangile,
Car chi fors mentir on ne fait.


III


Encor soit Arras fourmenés,
Si [i] a il des bons remés
A cui je voeil prendre congiet,
Qui mains grans reviaus ont menés
Et souvent biaus mengiers donnés,
Dont li usages bien dechiet;
Car on i a si pres faukiet
C'on leur a tout caupé le piet
Seur coi leur deduis ert fondés.
Chil ont fait grant mortel pechiet,
Qui tant ont a rive sakiet
Que tes viviers est esseués.


IV


Puis que che vient au congié prendre,
Je doi premierement descendre
A cheus que plus a envis lais.
Aler voeil mon tans miex despendre,
Nature n'est mais en moi tendre
Pour faire cans ne sons ne lais.
Li an acourchent mes eslais;
De che feroie bien relais
Que je soloie plus chier vendre.
Trop ai esté entre les lais,
Dont mes damages i est lais:
Miex vient avoir apris c'aprendre.


V


Adieu, Amours! tres douche vie,
Li plus joieuse et li plus lie
Qui puist estre fors paradis!
Vous m'avés bien fait en partie.
Se vous m'ostastes de cle[r]gie,
Je l'ai par vous ore repris;
Car j'ai en vous le voloir pris
Que je racate los et pris
Que par vous perdu je n'ai mie,
Ains ai en vo serviche apris,
Car j'estoie nus et despris
Avant, de toute courtesie.


VI


Bele, tres douche amie chiere !
Je ne puis faire bele chiere,
Car plus dolans de vous me part
Que de rien que je laisse arriere.
De mon cuer serés tresoriere
Et li cors ira d'autre part
Aprendre et querre engien et art
De miex, valoir; s'i arés part:
Que miex vaurrai, mieudres vus iere.
Pour miex fructefiier plus tart,
De si au tierc an ou au quart
Laist on bien se terre a gaskiere.


VII


Congié demant de cuer dolant
Au milleur et au plus vaillant
D'Arras et tout le plus loial,
Symon Esturion, avant,
Sage, debonnaire et souffrant,
Large en ostel, preu au cheval,
Compaignon liet et liberal,
Sans mesdit sans fiel et sans mal,
Biau parlier, honneste et riant;
Et si aime d'amour coral:
Je ne sai homme chi aval
Que femes doivent amer tant.


VIII


Bien doi avoir en ramenbranche
.II. freres en cui j'ai fianche,
Signeur Baude et signeur Robert
Le Nommant; car il m'ont d'enfanche
Nourri et fait mainte honnestanche;
Et se li cors ne le dessert,
Li cuers a tel cose s'aert
Que, se Dieu plaist, meri leur iert
Se Diex adreche m'esperanche.
Leur huis m'ont esté bien ouvert:
Cuers qui tel compaignie pert
Doit bien plourer le dessevranche.


IX

 
Bien est drois, puis que je m'en vois,
Que congié prengne as Pouchinois:
Nommeement a l'aisné frere,
C'est signeur Iakemon, ançois,
Qui ne sanle mie bourgois
A se tavle, mais emperere:
Je l'ai trouvé au besoing pere,
Car il mut parole et materre
C'on m'aidast au partir d'Artois.
Or pren cuer en le gent avere!
J'ai esté vers, au primes pere:
Dou fruit n'aront fors li courtois.


X


Sires Pierres Pouchins, biaus sire!
Je ne doi mie estre sans ire
Quant de vous partir me couvient,
Tant m'avés fait! Diex le vous mire,
C'au departir mes cuers souspire
Toutes les fois qu'il m'en souvient.
La Vile est bien alee a nient,
De coi Cités bonne devient
Par vo venue, bien l'os dire,
Plus que pour home qui s'i tient.
Pour avoir chascun qui la vient,
Faites vo serjant estre au Pire.


XI


Puis c'aler doi hors de men lieu,
Hauiel, Robert Nasart, adieu!
Gilles Li Peres, Jehans Joie,
Au jouster n'estes mie eskieu:
De bos avés fait maint alieu
Et maint biau drap d'or et de soie
Mis en feste. Las! or est coie
Le bonne vile ou je veoie
Chascun d'onneur faire taskieu.
Encor me sanle il que je voie
Que li airs arde et reflamboie
De vos festes et de vo gieu.


XII

 
Bien doi parler entre les bo[i]ns
De Colart Nasart qui est joins,
Bons et nes, courtois et gentiex.
Seur tous jones grasce li doins,
Encor ne li soit il besoins,
Car s'il estoit aplus des chiex,
Si sanle il estre d'un roy fiex
Et vient si bien qu'il ne puet miex.
Pour estre de valeur au loins,
Emploiier son tans li doinst Diex
Si bien qu'il en soit prisiés viex:
Du jour est li vespre tesmoins.
 

XIII

 
A tous ceus d'Arras en le fin
Pren congié pour che que mains fin
Ne me cuident de cuer vers eux.
Mais il i a maint faus devin
Qui ont parlé de men couvin,
Dont je ferai chascun hontex;
Car je ne serai mie tex
Qu'il m'ont jugié a leur osteux
Quant il parloient aprés vin,
Ains cueillerai cuer despiteus
Et serai fors et vertueus
Et drois, quant il gerront souvin!

Chi fine li congiés Adan.


Portail:Littérature de langue picarde