Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Texte établi par Édouard Laboulaye, Garnier (p. 198-211).


CHAPITRE XI.


1. DE SYLLA. — 2. DE POMPÉE ET CÉSAR.


Je supplie qu’on me permette de détourner les yeux des horreurs des guerres de Marius et de Sylla ; on en trouvera dans Appien l’épouvantable histoire. Outre la jalousie, l’ambition et la cruauté des deux chefs, chaque Romain était furieux ; les nouveaux citoyens et les anciens ne se regardaient plus comme les membres d’une même république[1], et l’on se faisait une guerre qui, par un caractère particulier, était en même temps civile et étrangère.

Sylla[2] fit des lois très propres à ôter la cause des désordres que l’on avait vus : elles augmentaient l’autorité du sénat, tempéraient le pouvoir du peuple, réglaient celui des tribuns. La fantaisie qui lui fit quitter la dictature sembla rendre la vie à la République ; mais, dans la fureur de ses succès, il avoit fait des choses qui mirent Rome dans l'impossibilité de conserver sa liberté.

Il ruina[3], dans son expédition d’Asie, toute la discipline militaire : il accoutuma son armée aux rapines[4] et lui donna des besoins qu’elle n’avait jamais eus. Il corrompit une fois des soldats, qui devaient dans la suite corrompre les capitaines.

Il entra dans Rome à main armée et enseigna aux généraux romains à violer l’asile de la liberté[5].

II donna les terres des citoyens aux soldats[6], et il les rendit avides pour jamais[7] ; car, dès ce moment, il n’y eut plus un homme de guerre qui n’attendît une occasion qui pût mettre les biens de ses concitoyens entre ses mains.

Il inventa les proscriptions et mit à prix la tête de tous ceux[8] qui n’étaient pas de son parti. Dès lors, il fut impossible de s’attacher davantage à la République ; car, parmi deux hommes ambitieux, et qui se disputaient la victoire, ceux qui étaient neutres et pour le parti de la liberté étaient sûrs d’être proscrits par celui des deux qui serait le vainqueur. II était donc de la prudence de s’attacher à l’un des deux.

Il vint après lui, dit Cicéron[9], un homme[10] qui, dans une cause impie et une victoire encore plus honteuse, ne confisqua pas seulement les biens des particuliers, mais enveloppa dans la même calamité des provinces entières[11].

Sylla, quittant la dictature[12], avait semblé ne vouloir vivre que sous la protection de ses lois mêmes. Mais cette action, qui marqua tant de modération, était elle-même une suite de ses violences. Il avait donné des établissements à quarante-sept légions dans divers endroits de l’Italie. Ces gens-là, dit Appien, regardant leur fortune comme attachée à sa vie, veillaient à sa sûreté et étaient toujours prêts à le secourir ou à le venger[13].

La République devant nécessairement périr, il n’était plus question que de savoir comment et par qui elle devait être abattue[14].

Deux hommes également ambitieux, excepté que l’un ne savait pas aller à son but si directement que l’autre, effacèrent par leur crédit, par leurs exploits, par leurs vertus, tous les autres citoyens : Pompée parut le premier, et César le suivit de près.

Pompée, pour s’attirer la faveur, fit casser les lois de Sylla qui bornaient le pouvoir du peuple, et, quand il eut fait à son ambition un sacrifice des lois les plus salutaires de sa patrie, il obtint tout ce qu’il voulut, et la témérité du peuple fut sans bornes à son égard.

Les lois de Rome avaient sagement divisé la puissance publique en un grand nombre de magistratures, qui se soutenaient, s’arrêtaient, et se tempéraient l’une l’autre ; et, comme elles n’avaient toutes qu’un pouvoir borné, chaque citoyen était bon pour y parvenir, et le peuple, voyant passer devant lui plusieurs personnages l’un après l’autre, ne s’accoutumait à aucun d’eux. Mais, dans ces temps-ci, le système de la République changea : les plus puissants se firent donner par le peuple des commissions extraordinaires ; ce qui anéantit l’autorité du peuple et des magistrats[15] et mit toutes les grandes affaires dans les mains d’un seul ou de peu de gens[16].

Fallut-il faire la guerre à Sertorius ? On en donna la commission à Pompée. Fallut-il la faire à Mithridate ? Tout le monde cria : « Pompée ». Eut-on besoin de faire venir des blés à Rome ? Le peuple croit être perdu si on n’en charge Pompée. Veut-on détruire les pirates ? Il n’y a que Pompée. Et, lorsque César menace d’envahir, le Sénat crie à son tour et n’espère plus qu’en Pompée[17].

« Je crois bien, (disait Marcus[18] au peuple) au peuple, que Pompée, que les nobles attendent, aimera mieux assurer votre liberté que leur domination ; mais il y a eu un temps où chacun de vous avait la protection de plusieurs, et non pas tous la protection d’un seul, et où il était inouï qu’un mortel pût donner ou ôter de pareilles choses[19]. »

À Rome, faite pour s’agrandir, il avait fallu réunir dans les mêmes personnes les honneurs et la puissance ; ce qui, dans des temps de trouble, pouvait fixer l’administration du peuple sur un seul citoyen.

Quand on accorde des honneurs, on sait précisément ce que l’on donne ; mais, quand on y joint le pouvoir, on ne peut dire à quel point il pourra être porté.

Des préférences excessives données à un citoyen dans une république ont toujours des effets nécessaires :elles font naître l’envie du peuple, ou elles augmentent sans mesure son amour.

Deux fois Pompée, retournant à Rome, maître d’opprimer la République, eut la modération de congédier ses armées avant que d’y entrer, et d’y paraître en simple citoyen. Ces actions, qui le comblèrent de gloire, firent que, dans la suite, quelque chose qu’il eût faite au préjudice des lois, le Sénat se déclara toujours pour lui.

Pompée avait une ambition plus lente et plus douce que celle de César : celui-ci voulait aller à la souveraine puissance les armes à la main, comme Sylla. Cette façon d’opprimer ne plaisait point à Pompée : il aspirait à la dictature, mais par les suffrages du peuple ; il ne pouvait consentir à usurper la puissance, mais il aurait voulu qu’on la lui remît entre les mains[20].

Comme la faveur du peuple n’est jamais constante, il y eut des temps où Pompée vit diminuer son crédit[21] ; et, ce qui le toucha bien sensiblement, des gens qu’il méprisait augmentèrent le leur et s’en servirent contre lui.

Cela lui fit faire trois choses également funestes : il corrompit le peuple à force d’argent et mit dans les élections un prix aux suffrages de chaque citoyen.

De plus, il se servit de la plus vile populace pour troubler les magistrats dans leurs fonctions, espérant que les gens sages, lassés de vivre dans l’anarchie, le créeraient dictateur par désespoir.

Enfin, il s’unit d’intérêts avec César et Crassus. Caton disait que ce n’était pas leur inimitié qui avait perdu la République, mais leur union. En effet, Rome était en ce malheureux état[22] qu’elle était moins accablée par les guerres civiles que par la paix, qui, réunissant les vues et les intérêts des principaux, ne faisait plus qu’une tyrannie.

Pompée ne prêta pas proprement son crédit à César, mais, sans le savoir, il le lui sacrifia[23]. Bientôt César employa contre lui les forces qu’il lui avait données, et ses artifices même ; il troubla la ville par ses émissaires et se rendit maître des élections : consuls, prêteurs, tribuns, furent achetés au prix qu’ils mirent eux-mêmes[24].

Le Sénat, qui vit clairement les desseins de César, eut recours à Pompée : il le pria de prendre la défense de la République, si l’on pouvait appeler de ce nom un gouvernement qui demandait la protection d’un de ses citoyens.

Je crois que ce qui perdit surtout Pompée fut la honte qu’il eut de penser qu’en élevant César, comme il avait fait, il eût manqué de prévoyance. Il s’accoutuma le plus tard qu’il put à cette idée ; il ne se mettait point en défense, pour ne point avouer qu’il se fût mis en danger ; il soutenait, au Sénat, que César n’oserait faire la guerre, et, parce qu’il l’avait dit tant de fois, il le redisait toujours[25].

Il semble qu’une chose avait mis César en état de tout entreprendre ; c’est que, par une malheureuse conformité de noms, on avait joint à son gouvernement de la Gaule Cisalpine celui de la Gaule d’au-delà les Alpes.

La politique n’avait point permis qu’il y eût des armées auprès de Rome ; mais elle n’avait pas souffert non plus que l’Italie fût entièrement dégarnie de troupes. Cela fit qu’on tint des forces considérables dans la Gaule Cisalpine, c’est-à-dire dans le pays qui est depuis le Rubicon, petit fleuve de la Romagne, jusqu’aux Alpes. Mais, pour assurer la ville de Rome contre ces troupes, on fit le célèbre sénatus-consulte que l’on voit encore gravé sur le chemin de Rimini à Césène, par lequel on dévouait aux dieux infernaux, et l’on déclarait sacrilège et parricide quiconque, avec une légion, avec une armée ou avec une cohorte, passerait le Rubicon[26].

À un gouvernement si important, qui tenait la ville en échec, on en joignit un autre plus considérable encore : c’était celui de la Gaule Transalpine, qui comprenait les pays du Midi de la France ; qui, ayant donné à César l’occasion de faire la guerre, pendant plusieurs années, à tous les peuples qu’il voulut, fit que ses soldats vieillirent avec lui, et qu’il ne les conquit pas moins que les Barbares. Si César n’avait point eu le gouvernement de la Gaule Transalpine, il n’aurait pas corrompu ses soldats, ni fait respecter son nom par tant de victoires. S’il n’avait pas eu celui de la Gaule Cisalpine, Pompée aurait pu l’arrêter au passage des Alpes ; au lieu que, dès le commencement de la guerre, il fut obligé d’abandonner l’Italie ; ce qui fit perdre à son parti la réputation, qui, dans les guerres civiles, est la puissance même.

La même frayeur qu’Annibal porta dans Rome après la bataille de Cannes, César l’y répandit lorsqu’il passa le Rubicon. Pompée, éperdu, ne vit, dans les premiers moments de la guerre, de parti à prendre que celui qui reste dans les affaires désespérées : il ne sut que céder et que fuir ; il sortit de Rome, y laissa le trésor public ; il ne put nulle part retarder le vainqueur ; il abandonna une partie de ses troupes, toute l’Italie, et passa la mer.

On parle beaucoup de la fortune de César. Mais cet homme extraordinaire avait tant de grandes qualités, sans pas un défaut, quoiqu’il eût bien des vices, qu’il eût été bien difficile que, quelque armée qu’il eût commandée, il n’eût été vainqueur ; et qu’en quelque république qu’il fût né, il ne l’eût gouvernée.

César, après avoir défait les lieutenants de Pompée en Espagne, alla en Grèce le chercher lui-même. Pompée, qui avait la côte de la mer et des forces supérieures, était sur le point de voir l’armée de César détruite par la misère et la faim. Mais, comme il avait souverainement le faible de vouloir être approuvé, il ne pouvait s’empêcher de prêter l’oreille aux vains discours de ses gens[27], qui le rail-rail rail-laient ou l’accusaient sans cesse[28]. — Il veut, disait l’un, se perpétuer dans le commandement et être, comme Agamemnon, le roi des rois. — « Je vous avertis, disait un autre, que nous ne mangerons pas encore cette année des figues de Tusculum. — Quelques succès particuliers qu’il eut achevèrent de tourner la tête à cette troupe sénatoriale. Ainsi, pour n’être pas blâmé, il fit une chose que la postérité blâmera toujours, de sacrifier tant d’avantages pour aller avec des troupes nouvelles combattre une armée qui avait vaincu tant de fois.

Lorsque les restes de Pharsale se furent retirés en Afrique, Scipion, qui les commandait, ne voulut jamais suivre l’avis de Caton, de traîner la guerre en longueur : enflé de quelques avantages, il risqua tout et perdit tout ; et, lorsque Brutus et Cassius rétablirent ce parti, la même précipitation perdit la République une troisième fois[29].

Vous remarquerez que, dans ces guerres civiles qui durèrent si longtemps, la puissance de Rome s’accrut sans cesse au-dehors : sous Marius, Sylla, Pompée, César, Antoine, Auguste, Rome, toujours plus terrible, acheva de détruire tous les rois qui restaient encore.

Il n’y a point d’État qui menace si fort les autres d’une conquête que celui qui est dans les horreurs de la guerre civile : tout le monde, noble, bourgeois, artisan, laboureur, y devient soldat ; et, lorsque, par la paix, les forces sont réunies, cet État a de grands avantages sur les autres, qui n’ont guère que des citoyens. D’ailleurs, dans les guerres civiles, il se forme souvent[30] de grands hommes, parce que, dans la confusion, ceux qui ont du mérite se font jour, chacun se place et se met à son rang ; au lieu que, dans les autres temps, on est placé, et on l’est presque toujours[31] tout de travers. Et, pour passer de l’exemple des Romains à d’autres plus récents, les Français n’ont jamais été si redoutables au-dehors qu’après les querelles des maisons de Bourgogne et d’Orléans, après les troubles de la Ligue, après les guerres civiles de la minorité de Louis XIII et celle de Louis XIV. L’Angleterre n’a jamais été si respectée que sous Cromwell, après les guerres du Long Parlement. Les Allemands n’ont pris la supériorité sur les Turcs qu’après les guerres civiles d’Allemagne. Les Espagnols, sous Philippe V, d’abord après les guerres civiles pour la Succession, ont montré en Sicile une force qui a étonné l’Europe. Et nous voyons aujourd’hui la Perse renaître des cendres de la guerre civile et humilier les Turcs.

Enfin, la République fut opprimée, et il n’en faut pas accuser l’ambition de quelques particuliers ; il en faut accuser l’homme, toujours plus avide du pouvoir à mesure qu’il en a davantage, et qui ne désire tout que parce qu’il possède beaucoup.

Si César et Pompée avaient pensé comme Caton, d’autres auraient pensé comme firent César et Pompée, et la République, destinée à périr, aurait été entraînée au précipice par une autre main.

César pardonna à tout le monde. Mais il me semble que la modération que l’on montre après qu’on a tout usurpé ne mérite pas de grandes louanges.

Quoi que l’on ait dit de sa diligence après Pharsale, Cicéron l’accuse de lenteur avec raison : il dit à Cassius qu’ils n’auraient jamais cru que le parti de Pompée se fût ainsi relevé en Espagne et en Afrique, et que, s’ils avaient pu prévoir que César se fût amusé à sa guerre d’Alexandrie, ils n’auraient pas fait leur paix, et qu’ils se seraient retirés[32] avec Scipion et Caton en Afrique[33]. Ainsi un fol amour[34]lui fit essuyer quatre guerres, et, en ne prévenant pas les deux dernières, il remit en question ce qui avait été décidé à Pharsale.

César gouverna d’abord sous des titres de magistrature ; car les hommes ne sont guère touchés que des noms. Et, comme les peuples d’Asie abhorraient ceux de consul et de proconsul, les peuples d’Europe détestaient celui de roi ; de sorte que, dans ces temps-là, ces noms faisaient le bonheur ou le désespoir de toute la terre[35]. César ne laissa pas de tenter de se faire mettre le diadème sur la tête[36] ; mais, voyant que le peuple cessait ses acclamations, il le rejeta. Il fit encore d’autres tentatives[37], et je ne puis comprendre qu’il pût croire que les Romains, pour le souffrir tyran, aimassent pour cela la tyrannie ou crussent avoir fait ce qu’ils avaient fait.

Un jour que le Sénat lui déférait de certains honneurs, il négligea de se lever, et, pour lors, les plus graves de ce corps achevèrent de perdre patience.

On n’offense jamais plus les hommes que lorsqu’on choque leurs cérémonies et leurs usages. Cherchez à les opprimer, c’est quelquefois une preuve de l’estime que vous en faites. Choquez leurs coutumes, c’est toujours une marque de mépris.

César, de tout temps ennemi du sénat, ne put cacher le mépris qu’il conçut pour ce corps, qui était devenu presque ridicule depuis qu’il n’avait plus de puissance. Par là, sa clémence même fut insultante. On regarda qu’il ne pardonnait pas, mais qu’il dédaignait de punir.

Il porta le mépris jusqu’à faire lui-même les sénatus-consultes : il les souscrivait du nom des premiers sénateurs qui lui venaient dans l’esprit. « J’apprends quelquefois, dit Cicéron[38], qu’un sénatus-consulte passé à mon avis a été porté en Syrie et en Arménie avant que j’aie su qu’il ait été fait, et plusieurs princes m’ont écrit des lettres de remerciements sur ce que j’avais été d’avis qu’on leur donnât le titre de rois, que non seulement je ne savais pas être rois, mais même qu’ils fussent au monde[39]. »

On peut voir dans les lettres de quelques grands hommes de ce temps-là[40], qu’on a mises sous le nom de Cicéron parce que la plupart sont de lui, l’abattement et le désespoir des premiers hommes de la République à cette révolution subite, qui les priva de leurs honneurs et de leurs occupations mêmes, lorsque, le sénat étant sans fonctions, ce crédit qu’ils avaient eu par toute la terre, ils ne purent plus l’espérer que dans le cabinet d’un seul ; et cela se voit bien mieux dans ces lettres que dans les discours des historiens : elles sont le chef-d’œuvre de la naïveté de gens unis par une douleur commune et d’un siècle où la fausse politesse n’avait pas mis le mensonge partout ; enfin, on n’y voit point, comme dans la plupart de nos lettres modernes, des gens qui veulent se tromper, mais des amis malheureux qui cherchent à se tout dire.

Il était bien difficile que César pût défendre sa vie la plupart des conjurés[41] étaient de son parti ou avaient été par lui comblés de bienfaits. Et la raison en est bien naturelle : ils avaient trouvé de grands avantages dans sa victoire ; mais plus leur fortune devenait meilleure, plus ils commençaient à avoir part au malheur commun[42], car, à un homme qui n’a rien, il importe assez peu, à certains égards, en quel gouvernement il vive.

De plus, il y avait un certain droit des gens, une opinion établie dans toutes les républiques de Grèce et d’Italie, qui faisait regarder comme un homme vertueux l’assassin de celui qui avait usurpé la souveraine puissance. À Rome, surtout depuis l’expulsion des Rois, la loi était précise, les exemples reçus : la République armait le bras de chaque citoyen, le faisait magistrat pour le moment, et l’avouait pour sa défense[43].

Brutus[44] ose bien dire à ses amis que, quand son père reviendrait sur la terre, il le tuerait tout de même ; et, quoique, par la continuation de la tyrannie, cet esprit de liberté se perdît peu à peu, les conjurations, au commencement du règne d’Auguste, renaissaient toujours.

C’était un amour dominant pour la patrie qui, sortant des règles ordinaires des crimes et des vertus, n’écoutait que lui seul et ne voyait ni citoyen, ni ami, ni bienfaiteur, ni père : la vertu semblait s’oublier pour se surpasser elle-même, et, l’action qu’on ne pouvait d’abord approuver parce qu’elle était atroce, elle la faisait admirer comme divine.

En effet, le crime de César, qui vivait dans un gouvernement libre, n’était-il pas hors d’état[45] d’être puni autrement que par un assassinat ? Et demander pourquoi on ne l’avait pas poursuivi par la force ouverte ou par les lois, n’était-ce pas demander raison de ses crimes ?


  1. Comme Marius, pour se faire donner la commission de la guerre contre Mithridate au préjudice de Sylla, avait, par le secours du tribun Sulpicius, répandu les huit nouvelles tribus des peuples d’Italie dans les anciennes, ce qui rendait les Italiens maîtres des suffrages, ils étaient la plupart du parti de Marius, pendant que le sénat et les anciens citoyens étaient du parti de Sylla. (M.)
  2. A. Sylla fit d'assez bonnes lois ; il diminua la puissance des tribuns ; et la modération ou la fantaisie qui lui fit quitter la dictature rétablit pour un temps le sénat ; mais, dans la fureur de ses succès, il avoit fait deux choses qui, dans la suite, mirent Rome dans l'impossibilité de conserver sa liberté.
  3. Ce paragraphe et le suivant ne sont point dans A.
  4. Voyez, dans la Conjuration de Catilina, ch. XI et XII, le portrait que Salluste nous fait de cette armée. (M.)
  5. Fugatis Marii copiis, primus urbem Romam cum armis ingressus est. Fragment de Jean d’Antioche, dans l’Extrait des vertus et des vices. (M.)
  6. On distribua bien au commencement une partie des terres des ennemis vaincus ; mais Sylla donnait les terres des citoyens. (M.)
  7. A. Et par là il les corrompit pour jamais.
  8. A. B. De tous ceux.
  9. Offices, liv. II, ch. VIII. (M.) — Secutus est, qui in causa impia, victoria etiam fædiore, non singulorum civium bona publicaret, sed universas provincias regionesque uno calamitatis jure comprehenderet.
  10. Jules César.
  11. Ce paragraphe, traduit de Cicéron, est en note dans A.
  12. Ce paragraphe n’est point dans A.
  13. On peut voir ce qui arriva après la mort de César. (M.) Inf. ch. XL.
  14. Lettres de Cicéron à Atticus, VII, 5.
  15. A : Ce qui anéantit l'autorité des magistrats.
  16. Plebis opes immunitæ, paucorum potentia crevit. Salluste, De Conjurat. Catil. (M.)
  17. Il n'y a qu'à être à la mode dans le monde, avoir le bonheur de plaire et avoir fait quelque action d'éblouir. Mais le malheur est que les modes passent, et que personne ne peut se vanter d'avoir joui longtemps de ce préalable. (Frédéric II.)
  18. Marcus Lepidus, tribun du peuple.
  19. Fragment de l’Histoire de Salluste. (M.) — Mihi quidem satis spectatum est, Pompeium tantæ gloriæ adolescentem malle principem volentibus vobis esse, quam illis dominationis socium ; auctoremque in primis fore tribunitiæ potestatis. Verum, quirites, antea singuli cives in pluribus, non in uno cuncti præsidia habebatis : neque mortalium quisquam dare aut eripere talia unus poterat. Le livre III de ces fragments renferme le discours de Marcus Lépidus, tribun du peuple.
  20. Lettre de Cicéron à Quintius, III, VIII
  21. Voyez Plutarque, Vie de Pompée, ch. XLVI et XLVII. (M.)
  22. En effet, elle étoit en ce malheureux état, etc.
  23. Lettres de Cicéron à Atticus, VIII, III
  24. Ibid, VII, III.
  25. Voilà une expression naturelle et véritable de moeurs. Combien de gens capricieux se précipitent plutôt dans l’infortune que d’avouer leur tort. Combien de Pompée ne voit-on pas de nos jours ne soutenir une opinion que parce qu’ils l’ont avancée auparavant. (Frédéric II.)
  26. Ce sénatus-consulte est une invention de quelque faussaire. Il suffit de le lire pour juger qu’il est apocryphe. Le voici : Jussu mandatu que P. B. cos. imp. mili. tyro comilito manipularis ve cent. turmœve legionariæ armat. quisquis es hic sistito vexilum sinito, nec citra hunc amnem Rubiconem, signa, arma, ductum, comeatum, exercitum traductio. Si quis hujusce jussionis ergo adversus ierit, ferceritve, adjuticatus est hostia P. R. ac si contra patriam arma tulerit, sacros que penates e pentrabilus asportaverit. Sancito plebisci. senatus ve consulti ultra hos fines arma proferre liceat nemini. — S. P. Q. R.
  27. Ses partisans, ses lieutenants.
  28. Voyez Plutarque, Vie de Pompée. (M.)
  29. Cela est bien expliqué dans Appien, De la Guerre civile, liv. IV, ch. CVIII et suiv. L’armée d’Octave et d’Antoine aurait péri de faim si l’on n’avait pas donné la bataille. (M.)
  30. A. dit : « Il se forme toujours de grands hommes » ; mais l’erratum remplace toujours par souvent.
  31. L’erratum de A veut qu’on lise : souvent, au lieu de presque toujours.
  32. A. Ils auroient suivi Scipion, etc.
  33. Épîtres familières, liv. XV, lettre 15. (M.)
  34. Pour Cléopâtre, reine D’Égypte. Suet., in Julio, ch. LII.
  35. A. B. De toute la terre.
  36. Par Antoine, pendant les fêtes lupercales. Suet., in Julio, ch. LXXXIX.
  37. Il cassa les tribuns du peuple. (M.)
  38. Lettres familières, liv. IX, lettre 15. (M.) — Ante audio senatusconsultum in Armeniam et Syriam esse perlatum, quod in meam sententiam factum esse dicatur, quam omnino mentionem ullam de ea re esse factam. Atque nolim me jocari putes. Nam mihi scito jam a regibus ultimis allatas esse litteras, quibus mihi gratias agant, quod se mea sententia reges appellaverim : quos ego non modo reges appellatos, sed omnino natos nesciebam. (Epist. XV.)
  39. Ce paragraphe est en note dans A.
  40. Voyez les lettres de Cicéron et de Sulpicius. (M.)
  41. Décimus Brutus, Caius Casca, Trébonius, Tullius Cimber, Minutius Basillus, étaient amis de César. Appien, De Bello civili, liv. II, ch. CVIII. (M.)
  42. Je ne parle pas des satellites d’un tyran, qui seraient perdus après lui, mais de ses compagnons, dans un gouvernement libre, [M].
  43. Cic. ad. Att., XIX, IV, VI, XII, XIII, XIV. XV, III. Tyrannum, jure optimo, cœsum.
  44. Lettres de Brutus, dans le recueil de celles de Cicéron. (M.) Lettre XVI.
  45. A. N’étoit-il pas de s’être mis hors d’état puni autrement que par un assassinat ?