Correspondance 1812-1876, 5/1864/DLIII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


DLIII

À MADAME AUGUSTINE DE BERTHOLDI,
À DECIZE


Nohant, 31 mars 1864.


Ma chère enfant,

Puisque Duvernet t’a dit que je quittais Nohant, il aurait pu te dire aussi, puisque je le lui ai écrit, que je ne le quittais pas d’une manière absolue, mais que je prenais seulement des arrangements pour passer, ainsi que Maurice et Lina, une partie de l’année à Paris. Le succès de Villemer me permet de recouvrer un peu de liberté dont j’étais privée tout à fait à Nohant dans ces dernières années, grâce aux bons Berrichons, qui, depuis les gardes champêtres de tout le pays jusqu’aux amis de mes amis, et Dieu sait s’ils en ont ! voulaient être placés par mon grand crédit. Je passais ma vie en correspondances inutiles et en complaisances oiseuses. Avec cela les visiteurs qui n’ont jamais voulu comprendre que le soir était mon moment de liberté et le jour mon heure de travail ! j’en étais arrivée à n’avoir plus que la nuit pour travailler et je n’en pouvais plus. Et puis trop de dépense à Nohant, à moins de continuer ce travail écrasant. Je change ce genre de vie ; je m’en réjouis, et je trouve drôle qu’on me plaigne. Mes enfants s’en trouveront bien aussi, puisqu’ils étaient claquemurés aussi par les visites de Paris et que nous nous arrangerons pour être tout près les uns des autres à Paris, et pour revenir ensemble à Nohant quand il nous plaira d’y passer quelque temps. On a fait sur tout cela je ne sais quels cancans, et on me fait rire quand on me dit : « Vous allez donc nous quitter ? Comment ferez-vous pour vivre sans nous ? »

Ces bons Berrichons ! Il y a assez longtemps qu’ils vivent de moi. Duvernet sait bien tout cela, et je m’étonne qu’il s’étonne.