Correspondance 1812-1876, 5/1864/DLXVII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


DLXVII

À M. NOËL PARFAIT, À PARIS


Palaiseau, vendredi, juillet 1864.


Eh bien, mon cher parrain[1], avez-vous lu le roman terrible[2] ? Puis-je savoir votre avis ?

Viendrez-vous en causer avec moi, en acceptant mon petit dîner de Palaiseau ; ou, si vous n’avez pas le temps, irai-je Paris le jour que vous m’indiquerez ? Je voudrais bien connaître votre jugement, ô juge impeccable, et pouvoir m’y appuyer.

Pardonnez-moi mon impatience, et comprenez-la.

À vous de cœur.

GEORGE SAND.
  1. Noël Parfait et Alexandre Dumas fils avaient été les parrains de George Sand, lors de son admission dans la Société des auteurs dramatiques.
  2. Raoul de la Chastre, roman de Maurice Sand, que la Revue des Deux-Mondes refusait de publier sous prétexte d’immoralité.