Correspondance 1812-1876, 5/1864/DLXXI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


DLXXI

À M. CHARLES PONCY, À TOULON


Palaiseau, 26 août 1864.


Cher ami,

Pendant que vous étiez dans la fatigue et dans l’angoisse, nous étions dans le désespoir. Nous avons perdu notre cher petit Marc, si joli, si gai, si vivant, et qui venait d’atteindre son premier anniversaire ! — Maurice et sa femme avaient été voir mon mari, près de Nérac. L’enfant y a été pris de la dyssenterie, et il y est mort après douze jours de souffrances atroces. Je le croyais sauvé ; j’avais tous les jours un télégramme et je ne m’inquiétais plus, quand la nouvelle du plus mal est arrivée. Je suis partie pour Nérac. Nous sommes arrivés pour ensevelir notre pauvre enfant, emmener les parents désolés et leur rendre un peu de courage. Ils ont été, en effet, depuis, passer quelques jours près de Chambéry, chez M. Buloz. Maintenant, ils sont à Paris, occupés d’acheter, non loin de moi, une maisonnette, pour être à portée des occupations de Paris, sans habiter Paris même.

Moi, j’habite décidément Palaiseau, où je me trouve très bien et parfaitement tranquille. C’est un Tamaris à climat doux, aussi retiré, mais à deux pas de la civilisation. Je n’ai à me plaindre de rien. Mais quel fonds de tristesse à savourer !… Cet enfant était tout mon rêve et mon bien. — Encore, passe que je souffre de sa perte ; mais mon pauvre Maurice et sa femme ! Leur douleur est amère et profonde. Ils l’avaient si bien soigné !

Enfin, ne parlons plus de cela. Vous voilà triomphant d’avoir sauvé votre chère fille. Embrassez-la bien pour moi et pour nous tous.

Nous allons courir ce mois prochain, avec Maurice et Lina, un peu partout, avant de prendre nos quartiers d’hiver. Mais, comme nous n’allons pas loin, si vous venez à Paris, j’espère bien que nous le saurons à temps pour nous rencontrer. Il faudra vous informer de nous, rue des Feuillantines, 97, où nous avons un petit pied-à-terre.

Merci de votre bon souvenir pour Marie. Elle est à Nohant en attendant que Maurice et sa femme s’installent par ici. C’est à eux qu’en ce moment elle est nécessaire.

Bonsoir, chers enfants. Que le malheur s’arrête donc et que la santé, le courage et l’affection soient avec vous.

À vous de cœur.