Correspondance 1812-1876, 5/1866/DCXII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


DCXII

À GUSTAVE FLAUBERT, À CROISSET


Nohant, 21 septembre 1866.


Je viens de courir pendant douze jours avec mes enfants, et, en arrivant chez nous, je trouve vos deux lettres ; ce qui, ajouté à la joie de retrouver mademoiselle Aurore fraîche et belle, me rend tout à fait heureuse. Et toi, mon bénédictin, tu es tout seul, dans ta ravissante chartreuse, travaillant et ne sortant jamais ? Ce que c’est que d’avoir trop sorti ! Il faut à monsieur des Syries, des déserts, des lacs Asphaltites, des dangers et des fatigues ! Et cependant on fait des Bovary où tous les petits recoins de la vie sont étudiés et peints en grand maître. Quel drôle de corps qui fait aussi le combat du Sphinx et de la Chimère ! Vous êtes un être très à part, très mystérieux, doux comme un mouton avec tout ça. J’ai eu de grandes envies de vous questionner, mais un trop grand respect de vous m’en a empêchée ; car je ne sais jouer qu’avec mes propres désastres, et ceux qu’un grand esprit a dû subir, pour être en état de produire, me paraissent choses sacrées qui ne se touchent pas brutalement ou légèrement.

Sainte-Beuve, qui vous aime pourtant, prétend que vous êtes affreusement vicieux. Mais peut-être qu’il voit avec des yeux un peu salis, comme ce savant botaniste qui prétend que la germandrée est d’un jaune sale. L’observation était si fausse, que je n’ai pas pu m’empêcher d’écrire en marge de son livre : C’est vous qui avez les yeux sales.

Moi, je présume que l’homme d’intelligence peut avoir de grandes curiosités. Je ne les ai pas eues, faute de courage. J’ai mieux aimé laisser mon esprit incomplet ; ça me regarde, et chacun est libre de s’embarquer sur un grand navire à toutes voiles ou sur une barque de pêcheur. L’artiste est un explorateur que rien ne doit arrêter et qui ne fait ni bien ni mal de marcher à droite ou à gauche : son but sanctifie tout. C’est à lui de savoir, après un peu d’expérience, quelles sont les conditions de santé de son âme. Moi, je crois que la vôtre est en bon état de grâce, puisque vous avez plaisir à travailler et à être seul malgré la pluie.

Savez-vous que, pendant que le déluge est partout, nous avons eu, sauf quelques averses, un beau soleil en Bretagne ? Du vent à décorner les bœufs sur les plages de l’Océan ; mais que c’était beau, la grande houle ! et comme la botanique des sables m’emportait ! et que Maurice et sa femme ont la passion des coquillages ! nous avons tout supporté gaiement. Pour le reste, c’est une fameuse balançoire que la Bretagne.

Nous nous sommes pourtant indigérés de dolmens et de menhirs, et nous sommes tombés dans des fêtes où nous avons vu tous les costumes qu’on dit supprimés et que les vieux portent toujours. Eh bien, c’est laid, ces hommes du passé, avec leurs culottes de toile, leurs longs cheveux, leurs vestes à poches sous les bras, leur air abruti, moitié pochard, moitié dévot. Et les débris celtiques, incontestablement curieux pour l’archéologue, ça n’a rien pour l’artiste, c’est mal encadré, mal composé, Carnac et Erdeven n’ont aucune physionomie. Bref, la Bretagne n’aura pas mes os ; j’aimerais mille fois mieux votre Normandie cossue ; ou, dans les jours où l’on a du drame dans la trompette, les vrais pays d’horreur et de désespoir. Il n’y a rien là où règne le prêtre et où le vandalisme catholique ait passé, rasant les monuments du vieux monde et semant les poux de l’avenir.

Vous dites nous, à propos de la féerie : je ne sais pas avec qui vous l’avez faite, mais je me figure toujours que cela devrait aller à l’Odéon actuel. Si je la connaissais, je saurais bien faire pour vous ce qu’on ne sait jamais faire pour soi-même, monter la tête aux directeurs. Une chose de vous doit être trop originale pour être comprise par ce gros Dumaine. Ayez donc une copie chez vous, et, le mois prochain, j’irai passer une journée avec vous, pour que vous me la lisiez. C’est si près de Palaiseau, le Croisset ! — et je suis dans une phase d’activité tranquille où j’aimerais bien à voir couler votre grand fleuve et à rêvasser dans votre verger, tranquille lui-même, tout en haut de la falaise. Mais je bavarde, et tu es en train de travailler. Il faut pardonner cette intempérance anormale à quelqu’un qui vient de voir des pierres, et qui n’a pas seulement aperçu une plume depuis douze jours.

Vous êtes ma première visite aux vivants, au sortir d’un ensevelissement complet de mon pauvre mot. Vivez ! voilà mon oremus et ma bénédiction. Et je t’embrasse de tout mon cœur.

G. SAND.