Correspondance 1812-1876, 6/1875/CMXLV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Texte établi par Calmann-Lévy,  (Correspondance Tome 6 : 1870-1876p. 362).


CMXLV

À M. EDMOND PLAUCHUT, À PARIS


Nohant, 8 novembre 1875.


Je ne t’écris guère, mon gros enfant. Je suis si souvent et si cruellement souffrante, à présent ! Enfin ça finira par la mort ou la guérison. En ce monde, rien ne dure, que l’amitié, et je t’aime et t’aimerai toujours.

Tu ferais bien d’acheter nos cadeaux d’étrennes dès à présent : tu les payerais la moitié moins cher que dans un mois.

Tu m’apporteras des bibelots chinois ou autres à ton idée, pour deux cents francs, et, pour Lolo, une papeterie formant écritoire, pupitre, et garnie de tous les bibelots habituels. Quelque chose de joli, dans les cinquante francs.

Je te bige bien ; viens donc bientôt.

G. S.