À valider

Correspondance de Gustave Flaubert/Tome 1/0084

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Louis Conard (Volume 1p. 146-148).

84. AU MÊME.
[Fin janvier, début février 1844.]

Mon vieil Ernest, tu as manqué, sans t’en douter, faire le deuil de l’honnête homme qui t’écrit ces lignes. Oui, l’ancien ; oui, jeune homme ; j’ai failli aller voir Pluton, Rhadamante et Minos. Je suis encore au lit, avec un séton dans le cou, ce qui est un hausse-col moins pliant encore que celui d’un officier de la garde nationale, avec force pilules, tisanes, et surtout avec ce spectre, mille fois pire que toutes les maladies du monde, qu’on appelle régime. Sache donc, cher ami, que j’ai eu une congestion au cerveau[1], qui est à dire comme une attaque d’apoplexie en miniature, avec accompagnement de maux de nerfs que je garde encore parce que c’est bon genre. J’ai manqué péter dans les mains de ma famille (où j’étais venu passer deux ou trois jours pour me remettre des scènes horribles dont j’avais été témoin chez H***). On m’a fait trois saignées en même temps et enfin j’ai rouvert l’œil. Mon père veut me garder ici longtemps et me soigner avec attention, quoique le moral soit bon, parce que je ne sais pas ce que c’est que d’être troublé. Je suis dans un foutu état ; à la moindre sensation, tous mes nerfs tressaillent comme des cordes à violon, mes genoux, mes épaules et mon ventre tremblent comme la feuille. Enfin, c’est là la vie, sic est vita, such is life. Il est probable que je ne suis pas près de retourner à Paris, si ce n’est peut-être deux ou trois jours vers le mois d’avril, pour donner congé à mon propriétaire et régler quelques petites affaires. On me fera prendre de bonne heure cette année l’air de la mer, on me fera faire beaucoup d’exercice et surtout beaucoup de calme. Je dois joliment t’embêter, n’est-ce pas, avec le récit de mes douleurs ; mais que veux-tu ? si j’ai déjà les maladies des vieillards, il me sera bien permis de radoter comme eux.

Et toi, que deviens-tu ? Comment ça va ? Comment roules-tu ta bosse dans la nouvelle Athènes ? Écris-moi. Quand tu viendras aux Andelys, n’oublie pas de pousser jusqu’à Rouen. Adieu, mille compliments aux amis, aux sieurs Dumont et Coutil.

Adieu, vieux.

Jeudi matin.

  1. Première crise d’épilepsie, dont Flaubert eut à souffrir pendant quelques années.