Correspondance de Voltaire/1720/Lettre 42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Correspondance : année 1720
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 33p. 55).
◄  Lettre 41
Lettre 43  ►

42. — À M. THIERIOT[1]

1720.

Je vous confie, mon cher ami, ce que j’ai de plus cher au monde. Vous trouverez les six premiers chants[2] copiés, et les trois derniers de ma main. Je vous supplie de faire copier le tout exactement pour M. le Régent, et les trois derniers chants pour moi. Vous recevrez incessamment vos instructions, de Richelieu ; je vous donnerai des lettres pour M. de Fargès[3]. Adieu, mon cher ami, je vous embrasse mille fois. Je n’oublierai de ma vie l’obligation que je vous ai de vouloir bien vous charger de tout cela. Adieu.

  1. Voyez, sur Thieriot, la note 1 de la pape 59.
  2. De la Henriade.
  3. Conseiller d’État.