Correspondance de Voltaire/1745/Lettre 1770

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Correspondance : année 1745
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 36p. 402).
1770. — À M. LE MARQUIS D’ARGENSON,
ministre des affaires étrangères.
À Champs, ce 23 octobre.

Vraiment, monseigneur, ce que je vous ai proposé n’est que dans la supposition que vous crussiez que je pusse apprendre, par le chevalier Falkener, des circonstances que vous eussiez besoin de savoir. Je vous ai dit que ce digne chevalier a des sentiments pacifique, mais je n’en conclus rien. Je me bornais seulement à vous demander si vous pensiez qu’on pût tirer quelque fruit de ses entretiens, et être plus au fait de ce qui se passe voilà tout.

Si vous ne pensez pas que ce voyage puisse être utile, n’en parlez point. J’ai cru seulement devoir vous rendre compte de ma liaison avec le secrétaire du duc de Cumberland. J’aimerais mieux d’ailleurs travailler paisiblement ici à mon Histoire que de courir aux nouvelles.

Il se peut faire de plus que le roi trouve en moi trop d’empressement. Je lui ai pourtant rendu quelque service en Prusse ; mais croyez que je ne prétends point me faire de fête. Encore une fois, ce voyage proposé n’est que dans l’idée que vous voulussiez avoir quelque notion par ce canal. Or c’est une curiosité dont vous n’avez pas besoin. Ce que me dirait le chevalier Falkener n’empêchera le Prétendant d’être battant ni d’être battu ; par conséquent, voyage inutile : donc je crois qu’il n’en faut point effaroucher les oreilles du maître, sauf votre meilleur avis. J’aurai mille fois plus de plaisir à vous faire ma cour à Fontainebleau qu’à voir des Anglais. Je compte y retourner quand M. de Richelieu aura disposé de moi pour ses fêtes.

Est-il possible que ce soit Mme de Pompadour qui, à vingt-deux ans, déteste le cavagnole, et que ce soit Mme du Châtelet-Newton qui l’aime[1] !

Mme du Châtelet a plus d’envie de vous voir que vous n’en avez de causer avec elle. Nous vous sommes attachés solidairement.

Je vous fais mon compliment sur le héros[2] d’Écosse.

  1. Marie Leczinska aimait beaucoup le cavagnole, et Longchamp raconte, dans ses Mémoires, comment Mme du Châtelet, jouant au jeu de la reine avec des fripons de qualité, perdit quatre-vingt-quatre mille francs à Fontainebleau, dans une soirée. (Cl.)
  2. Le Prétendant, victorieux, le 2 octobre, à Preston-Pans.