Correspondance de Voltaire/1749/Lettre 1943

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Correspondance : année 1749
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 36p. 561-562).

1943. – À M. LE COMTE D’ARGENTAL,
à paris.
À Cirey, le 21 janvier.

Ô anges ! j’aimerais mieux me jeter dans ce tombeau que de faire tournoyer Assur alentour, que de faire donner de faux avis, que de replâtrer une conspiration et de la manquer, que de faire venir Assur enchaîné, que de prévenir la catastrophe et de la noyer dans un détail de faits, la plupart forcés, nullement intéressants, et dont l’exposé serait le comble de l’ennui. Un vraisemblable froid et glaçant ne vaut pas un colin-maillard vif et terrible. J’ai fait humainement tout ce que j’ai pu ; et, quand on est arrivé aux bornes de son talent, il faut s’en tenir là. Le public s’accoutumera bien vite au colin-maillard du tombeau, quand il sera touché du reste. Voilà une très-petite partie de mes raisons ; je remets le reste au bienheureux moment où je serai dans votre ciel.

Je ne sais pas quelles sont les choses essentielles dont il faut que je parle à M. de Richelieu ; il nous mande qu’il a proscrit pour jamais les parodies. Je ne sais rien de plus essentiel pour le bon goût. Je voudrais bien être arrivé avec la petite caisse de Bar ; mais il faut que Mme du Châtelet règle ses affaires avec son fermier, et que ses forges[1] passent devant Sémiramis.

À l’égard des Slodtz, il vaut mieux leur parler, le 1er février, que de leur envoyer des plans de décorations ; et pour vous, mes anges, je voudrais déjà être à vos pieds.

Mme du Châtelet vous fait les plus tendres compliments ; elle vient d’achever une préface[2] de son Newton, qui est un chef-d’œuvre. Il n’y a personne à l’académie des sciences qui eût pu faire mieux. Cela fait honneur à son sexe et à la France. En vérité, je suis saisi d’admiration.

Valete, angeli.

  1. Celles qui dépendaient du château de Cirey, et qui en sont voisines.
  2. Principes mathématiques de la philosophie naturelle ; voyez tome XXIII, page 515.