Correspondance de Voltaire/1761/Lettre 4545

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Correspondance : année 1761
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 41p. 297-298).

4545. — À M. LE COMTE DE KAYSERLING,
à vienne.
Aux Délices, prés Genève, 14 mai.

Monsieur, voici un essai de ce que vous m’avez demandé ; je vous prie de le lire, et de l’envoyer à M, Schouvalow. Vous vous apercevez que j’ai travaillé sur des mémoires que je me suis procurés. C’est à M. de Schouvalow à décider si ces mémoires de ministres oculaires, qui sont très-véridiques, doivent être employés ou non. Comme je ne suis dans mon travail que le secrétaire de M. de Schouvalow, je ne veux rien dire qui ne soit conforme à ses vues et au juste ménagement qu’il doit garder.

Si j’avais plus de santé et moins d’affaires, je le servirais mieux ; mais je lui donne du moins les témoignages du zèle le plus empressé, et de la plus grande envie de lui plaire. Regardez-moi comme un ami pénétré de votre mérite, qui vous chérit et qui vous respecte.


Voltaire.