Correspondance inédite/Lettre à Romain Rolland

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par J.-Wladimir BienstockE. Fasquelle (p. 209-228).

À MONSIEUR ROMAIN ROLLAND[1]


4 octobre 1887.

Cher frère !

J’ai reçu votre première lettre. Elle m’a touché le cœur. Je l’ai lue les larmes aux yeux. J’avais l’intention d’y répondre, mais je n’en ai pas eu le temps, et, d’autant plus, qu’outre les difficultés que j’éprouve à écrire en français, il m’aurait fallu écrire tres longuement pour répondre à vos questions, dont la plupart sont basées sur un malentendu. 210 CORRESPONDANCE INÉDITE Aux questions que vous faites: pourquoi le travail manuel s’imp0se a nous comme llune des conditions essentielles du vrai bonheur? Faut-il se priver volontairement de [activite intellectuelle, des sciences et des arts qui vous paraissent incompatibles avec le travail ma- nuel? [ A ces questions j'ai répondu commeje l’ai pu dans le livre intitulé Que faire? qui, à ce qu’on m’a dit, a été traduit en français. Je n’ai jamais envisagé letravail manuel comme un principe, mais comme l’application la plus ¤simple et naturelle du principe moral, celle qui se présente la première à tout homme sin- cere. Le travail manuel, dans notre société dé- pravée, — la société desgens dits civilisés,.- ·= s’impose à nous uniquement par la raison que le défaut principal de cette société a été, et est _§usqu’à présent, celui de se libérer de ce travail et, de proüter, sans lui rendre la pa- reille, du travail des classes pauvres, igtno—· rantes et malheureuses, qui sont esclaves, comme les esclaves du vieux monde. La premiere preuve de la sincérité des gens de cette société, qui professent des principes chrétiens, philosophiques ou humanitaires, est de tâcher de sortir autant que possible de cette- contradiction.

Le moyen le plus simple et qui est toujours sous main pour y parvenir est le travail manuel qui commence par les soins de sa propre personne. Je ne croirai jamais à la sincérité des convictions chrétiennes, philosophiques et humaines d'une personne qui fait vider son pot de chambre par une servante.

La formule morale- le plus simple et courte, cest de se faire servir par les autres aussi peu que possible, et de servir les autres autant que possible. D'exiger des autres le moins possible et de:leur donner le plus possible.

Cette formule, qui dîonene a notre existence un sens raisonnable,.et1e· bonheur qui s’ensuit, résoud; en; même temps toutes les difficultés, die-même que celle qui se pose devant vous : la part qui doit être faite à l’activite intellectuelle, la science, l’art.

Suivant ce principe, je ne suis heureux et content que quand, en agissant, j’ai la ferme conviction d’être utile aux autres. Le contentement de ceux pour lesquels j'agis est un extra, un surcroît de bonheur sur lequel je ne compte pas, et qui ne peut influer sur le choix de mes actions. —— Ma ferme conviction que ce que je fais n’est ni une chose inutile, ni un mal, mais un bien pour les autres, est, à cause de cela, la condition principale de mon bonheur.

Et c’est cela qui pousse involontairement un homme moral et sincere à préférer, aux travaux scientiliques et artistiques, le travail manuel: l’ouvrage que _i’écris, pour lequel j’ai besoin du travail des imprimeurs; la symphonie que je compose, pour laquelle j’ai besoin des musiciens; les expériences que je fais, pour lesquels j’ai besoin du travail de ceux qui font les instruments de nos laboratoires; le tableau que je peins, pour lequel j’ai besoin de ceux qui font les couleurs et la toile; — tous ces travaux peuvent ètre des choses utiles aux hommes, mais peuvent être aussi, comme elles le-sont pour la plupart, — des ` LETTRE A M. ROMAIN ROLLAND 213 choses complètement inutiles et même nuisi- bles., Et voilà ique pendant que je fais toutes ces choses dont l'utilité est fort douteuse, et pour produire lesquelles je dois encore faire travailler les autres, fai devant et autour de moi des choses a faire sans fin, et qui toutes sont indubitablement utiles aux autres, et pour produire lesquelles je n’ai besoin de per- sonne:` -— un fardeau a porter, pour celui qui est fatigué; un champ à labourer pour un pro- priétaire qui est malade; une blessure à panser; mais sans parler de ces milliers de choses à faire qui nous entourent, qui n’ont besoin de l`aide de personne, qui produisent · un contentement immédiat dans ceux pour le bien desquels vous le faites: - planter un arbre, élever un veau, nettoyer un puits, — sont des actions indubitablement utiles aux au- tres, et qui ne peuvent ne pas être préférées par un homme sincère aux occupations dou- teuses qui, dans notre monde, sont prêchées comme la vocation la plus haute et la plus noble de l’homme. La vocation d’un prophète est une vocation haute et noble. Mais nous savons ce que sont les prêtres qui se croient prophètes, uniquement parce que c`est‘ leur avantage, et qu’ils ont la possibilité de se faire passer pour tels. Un prophète n’est pas celui qui reçoit l’éducation d’un prophète, mais- celui qui a la conviction intime de-ce qu`il est et doit, et ne peut ne pas etre. Cette conviction est rare, et ne peut être éprouvée que par les sacrifices qu'un homme fait à sa vocation.

De même pour la vraiescience et l`art véritable. Un Lulli qui, à ses risques et périls-, quitte le service de la cuisine pour jouer du violon, par les= sacrifices qu’ il fait, fait preuve de sa vocation. Mais Ueiève d’un conservatoire, un étudiant, dont le seul devoir est d’etudier ce qu’on: leur enseigne, ne sont même pas en état de faire preuve de leur vocation: ils profitent simplement dîune position. qui leur paraît avantageuse.

Le travail manuel est un devoir et un bonheur pour tous ; l'activité intellectuelle est une activité exceptionnelle, qui ne devient un devoir et une bonheur que pour ceux qui ont LETTRE A M, ROMAIN ROLLAND 2l5 cette vocation. La vocation une peutêtre connue et prouvée que par le sacrifice que fait le sa- vant ou l’artiste de son repos et de son biens être pour suivre ·sa vocation. Un homme qui continue a remplir —son devoir, celui de sou- tenir sa vie par le travail de ses mains, et, malgré cela, prend sur les heures de son repos et de son sommeil pour penser et produire »dan—s la sphère intellectuelle, fait preuve de sa . vacation. Celui qui se libère du devoir moral de chaque homme, et, sous le prétexte de son goût pour les sciences et les arts, s'arrange une ·vie de parasite, ·ne produira jamais ·que de la fausse science et du faux art. i Les produits de la vraie science et du vrai' art sont les produits du sacrilice, mais pas·de certains avantages materiels. Mais que deviennent les sciences et les arts? —— Que de fois j’ai entendu cette question, faite par des gens qui ne se souciaient ni des sciences ni des arts, et niavaient même pas une idée un peu claire de ce ·que c’étuit que ·_ q lesseiences-e‘t leseuts`! ()n~cti·rai·t que ces gens ,nïont¤vien·ta11tiù eœnrtque le bien de t’huma· 2l6 COHRESPONDANCE [NÉDITE nité qui, d`après leur croyance, ne peut être produit que par le développement de ce qu’ils appellent des sciences et des arts. Mais comment se trouve-t—il qu`il y ait des ge11s assez fous pour contester _l°utililé des sciences et des arts? Il y a des ouvriers ma- _ nuels, des ouvriers agriculteurs. Personne 118 s’est jamais avisé de contester leur utilité; et jamais ouvrier ne se mettra e11 tête de prouver l'utilité de son travail. Il produit; son produit est nécessaire et un bien pour les au- tres. On en prolite et personne ne doute de son utilité. Et encore moins, personne ne la prouve. Les ouvriers des arts et des sciences sont dans les mêmes conditions. Comment se I trouve-t-il qu`il y ait des gens qui s’et`forcent de tout leu1· pouvoir de prouver leur utilité? La raison est que les véritables ouvriers des sciences et des arts ne s’arrogent aucuns droits; ils donnent les produits de leur travail; ces produits sont utites, et ils n’on·t aucun besoin ` de droits et de preuves a leurs droits. Mais la grande majorité de ceux qui se disent savants l.ET'l`ltE A M ROMAIN HOLLAND 2lT et artistes savent fort bie11 que ce qu'ils` pro- duisent ne vaut pas ce qu'ils consomment, et ce n’est qu’à cause de cela qu`ils se donnent tant de peines, comme les prêtres de tous les temps, pour prouver que leur activité est in- dispensable au bien de l’l1umanité. La science véritable et l`art véritable ont toujours existé et existeront toujours comme tous les autres modes de l`activite humaine, et il est impossible et inutile de les contester ou de les prouver. Le fauxlrôle que jouent dans notre société les sciences et les arts provient de ce que les gens soi-disant civilisés, ayant a leur côté les savants et les artistes, sont une caste privilé- ifgiée comme les prêtres. Et cette caste a tous " les défauts de toutes les castes. Elle a le défaut de dégrader et de rabaisser le principe en vertu duquel elle s’organise. Au lieu d’une vraie religion, une fausse. Au lieu d`une vraie science, une fausse. De même pour l'art. Elle a le défaut de peser sur les masses, et, par- dessus cela, de les priver, de ce qu’on prétend propager. Et le plus grand défaut, celui de la 19 contradiction consolante du principe qu`ils professent avec leur manière d`agir.

En exceptant ceux qui soutiennent le principe inepte de la science pour la science et de l’art pour l’art, les partisans de la civilisation sont obligés d’alfirmer que la science et l’art sont un grand bien pour lhumanité.

En quoi consiste ce bien ? Quels sont les signes par lesquels on puisse distinguer le bien du mal ? Les partisans de la science et de l’art [n’] ont garde de répondre à ces questions. Ils prétendent même que la définition du bien et du beau est impossible. « Le bien en général, disent-ils, le bien, le beau, peut être défini. » Mais ils mentent.

De tout temps, l'humanité n`a pas fait autre chose dans son progrès que de définir le bien et le beau. Mais cette définition ne leur convient pas; elle démasque la futilité, si ce n’est les effets nuisibles, contraires au bien et au beau, de ce qu’ils appellent leurs sciences et leurs arts ; Le bien et le beau est défini depuis des siècles. Les Brahmanes, les sages des Bouddhistes, les sages des Chinois, des .I.E'l`THE A M. HUMAIN ROLLAND 219 Hébreux, des Égyptiens, les stoïciens grecs l`ont défini, et I’Évangile ]`a défini dela manière la plus précise. Tom ee qui rëzmit les hommes est le bien et le beau, lon! ee gui les sépare est le mal et le laid. Tout le monde connaît cette formule. Elle est écrite dans notre cœur. Le bien et le beau pour l`humanité est ce qui unit les hommes. Eh bie11, si les partisans des sciences et des arts avaient en effet pour motif le bien de l’humanifé, ils n’auraient pas ignoré le bien de l’h0mme, et, 116 l’ignorant pas, ils n’auraient cultivé que les sciences et les arts qui mènent à ce but. Il n’y aurait pas de sciences _iur—idiques, de science militaire, · de science d’économic politique, 11i de finan? ces, qui n’ont d`autre but que le bien—etre de certaines nations au détriment des au tres. Si le bien avait été, en effet, le critérium de la science et des arts, jamais les recherches des sciences positives, complètement futiles par rapport au véritable bien de l’humanité, Ifauraient acquis l’importance qu’elles ont, ni 220 CORRESPONDANCE lNÉt)l'l`E surtout les produits de nos arts, bons pour tout au plus désennuyer les oisifs. La sagesse humaine 11e consiste point dans le savoir des choses. Car il y a une inlinité de choses qu`on peut savoir, et connaître le plus de choses possible ne constitue pas la sagesse. La sagesse humaine consiste à connaître l'ordre des choses qu’il est bon de savoir, con- siste à savoir ranger ses connaissances d`après leur importance. Or, de toutes les sciences que l’homme peut et doit_ savoir, la principale, c'est la science de vivre de manière à faire le moins de mal et le plus de bien possible, et, de tous les arts, celui de savoir éviter le mal et produire le bien avec le moins d’etTorts possible. Et voila qu’il se trouve que parmi tous les arts et les sciences qui prétendent servir au bien de l’humanité, la première [des sciences et le premier des arts · par leur importance non seulement n’existe11t . pas, mais sont exclus de la liste des sciences et des arts. I _ Ce qu`on appelle dans notre monde les sciences et les arts ne sont qu’un immense LETTRE A M. ROMAIN ROLLAND 221 hum/mg, une grande superstition dans laquelle nous tombons ordinairement des que nous nous affranchissons de la vieille superstition de l'Égl.ise. Pour voir clair la route que nous devons suivre, il faut commencer par le commence- ment, —— il faut relever le capuchon qui me tient chaud, mais qui me couvre la vue. La tentation est grande. Nous naissons, ou bien par le travail, ou plutôt par une certaine adresse intellectuelle, nous nous hissons sur les marches de l’échelle, ct nous nous trouvons parmi ·les privilégiés, les prêtres de la civili- sation, de·l.a Kultur, comme disent les Alle- mands, et il faut, »comme pour un prêtre brahmane ou catholique, beaucoup de sincé- rité et un grand amour du vrai et du bien pour mettre en doute les principes qui vous donnent cette position avantageuse. Mais pour un homme sérieux qui, comme vous, se pose la question de la vie, —— it n’y a pas de choix. Pour commencer a voir clair, il faut qu’il satfrancbisse de la superstition dans laquelle il se trouve, quoiqu’elle lui soit avantageuse- 49 222 C()llltESPONUANCE INÉDITE C’est une condition sine qua mm. ll est inutile de discuter avec un homme qui tient à une certaine croyance, ne l`ùt—ce que sur un seul point. Si le champ du raisonnement n’est pas complètement libre, il aura beau discuter, il aura beau raisonner, il n’approchera pas d'un pas de la vérité. Son point fixe arrêtera tous les raisonnements et les faussera tous. Il y a la foi religieuse, il y a la foi de notre civilisation. Elles sont tout à fait analogues. Un catholique se dit : « Je puis raisonner', mais pas au dela de ce que m’enseigne notre Écriture et notre tradition, qui possèdent la vérité entière, immuable. » Un croyant de la civilisation dit : « Mon raisonnement s'arrête devant les don- nées de la civilisation, la science et l'art. Notre science, c’est la totalité du vrai savoir de l’homme. Si ell.e ne possède pas encore toute la vérité, elle la possédera. Notre art avec ses traditions cl.assiques est le seul art véritable. » Les catholiques disent : « Il existe hors de l’homme une chose en soi, comme disent les Allemands : c’est l’Église. » Les ens de notre monde disent: « Il existe hors de l’homme une chose en soi : la civilisation. » Il nous est facile de voir les fautes de raisonnement des superstitions religieuses, parce que nous ne les partageons pas. Mais un croyant religieux, un catholique même, est pleinement convaincu qu`il. n’y a qu`une seule vraie religion, la sienne; et il lui paraît même que la vérité de sa religion se prouve par le raisonnement. De même pour nous, les croyants de la civilisation : nous sommes pleinement convaincus qu’il n’existe qu’une seule vraie civilisation, la nôtre; et il nous est presque impossible de voir le manque de logique de tous nos raisonnements, qui ne tendent qu’à prouver que de tous les âges et de tous les peuples, il n’y a que notre age et les quelques millions d’hommes, habitant la péninsule qu’on appell.e l’Europe, qui se trouvent en possession de la vraie civilisation, qui se compose de vraies sciences et de vrais arts.

Pour connaître la vérité de la vie qui est tellement simple, il ne faut`pas quelque chose de positif: -· ·une philosophie, une science prolonde; L- il ne faut qu`une qualité négative: — ne pas avoir de superstition.

Il faut se mettre dans l`état d`un enfant, ou d’un Descartes, se dire : — Je ne sais rien,je ne crois rien, et ne veux pas autre chose que connaître la vérité de la vie, que je suis obligé de vivre.

Et la réponse est toute donnée depuis des siècles, et est simple et claire.

Mon sentiment intérieur me dit qu’il me faut le bien, le bonheur pour moi, pour moi seul. La raison me dit : tous les hommes, tous les êtres désirent la même chose. Tous les êtres qui sont comme moi à la recherche du bonheur individuel vont m`écraser: —· c’est clair, je ne peux pas posséder le bonheur que je désire; mais la recherche du bonheur, c’est ma vie. Ne pouvant posséder le bonheur, ne pas y tendre, ce n’est pas vivre.

Le raisonnement me dit que dans l’ordre du monde où tous les êtres. ne désirent que leur bien à eux, moi, un être désirant la même _ chose, ne peux avoir de bien ; je ne peux vivre. — Mais malgré ce raisonnement si clair, nous vivons et nous cherchons le bonheur. Nous nous disons : je n’aurais pu avoir le bien, être heureux, que dans le cas où tous les autres êtres m’aimeraient plus qu’ils ne s’aiment eux-mêmes. C’est une chose impossible. Mais malgré cela, nous vivons tous ; et toute notre activité, notre recherche de la fortune, de la gloire, du pouvoir, ne sont que des tentatives de se faire aimer par les autres plus qu’ils ne s’aiment eux-mêmes. La fortune, la gloire, le ` pouvoir nous donnent des semblants de cet état de choses ; et nous sommes presque contents, nous oublions par moments que ce n’est qu’un semblant, mais non la réalité. Tous les êtres s’aiment eux-mêmes plus qu’ils ne nous aiment et le bonheur est impossible. Il y a des gens —— et leur nombre augmente de jour en jour — qui, ne pouvant résoudre cette difficulté, se brûlent la cervelle, en se disant que la vie n’est qu’une tromperie.

Et cependant, la solution du problème est plus que simple, et s’impose de soi-même. Je ne peux être heureux que s’il existe dans ce monde un ordre tel que tous les êtres aiment les autres plus qu’ils ne s’aiment eux—mêmes- Le monde entier serait heureux, si les êtres ne s`aimaient pas eux—mêmes, mais aimaient les autres.

Je suis un être humain, et la raison me donne la loi du bonheur de tous les etres. Il faut gue je suive la [oi de ma raison, -— que faime les autres plus que je nfaime moi-méme.

L'homme n’a qu`à faire ce raisonnement pour que la vie se présente à lui tout d`un coup sous un tout autre aspect qu’elle ne se présentait auparavant. Les êtres se détruisent; mais les êtres s’aiment et s’entr’aident. La vie n’est pas soutenue par la destruction, mais par la réciprocité des êtres qui se traduit dans mon cœur par le sentiment de l’amour. Depuis que j’ai pu entrevoir la marche du monde, je vois que ce n’est que le principe de la réciprocité qui produit le progrès de l’humanîté. Toute l’histoire n`est autre chose que la conception de plus en plus claire et l’applica.tion de cet unique principe de la solidarité de tous les êtres. Le raisonnement se trouve corroboré par l`expérience de l’histoire et par l’expérience personnelle. Mais outre le raisonnement, l'hommme trouve la preuve la plus convaincante de la vérité de ce raisonnement dans son sentiment intime. Le plus grand bonheur que l’homme connaisse, l`état le plus libre, le plus heureux, est celui de l'abnégation et de l'amour. La raison découvre à l`homme la seule voie du bonheur possible, et le sentiment l’y pousse.

Si les idées que je tâche de vous communiquer ne vous paraissent pas claires, ne les jugez pas trop sévèrement. J’espère que vous les lirez un jour exposées d’une manière plus claire et plus précise. J ’ai voulu seulement vous donner une idée de ma manière de voir.

L. Tolstoî.

  1. Cette lettre fut publiée dans les Cahiers de quinzaine, 9e cahier de la 3e série, 1902. Nous adressons nos vifs remerciements à MM. Romain Rolland et Charles Peguy qui nous ont gracieusement autorisé à reproduire cette lettre, écrite en français par Tolstoï.