100%.png

Cours d’agriculture (Rozier)/ABAISSEMENT

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


ABAISSEMENT des Hanches et de la Croupe, (Art vétérinaire.) On est souvent embarrassé pour connoître si un cheval possède réellement la force et la vigueur dont sa taille et ses formes semblent être des garans certains. L’inspection de son premier mouvement suffit à un homme exercé pour l’apprécier. Au moment où un cheval bien constitué passe du repos à l’exercice, il allège son avant-main, en renvoyant une partie de la masse de son corps sur le train de derrière ; ce mouvement produit dans la croupe des animaux vigoureux et bien constitués un abaissement de trois ou quatre travers de doigt. Il est un signe non équivoque de leur force. Il est produit par la flexion des articulations inférieures, c’est-à-dire des jarrets, et principalement du tibia et du fémur. La direction différente de ces parties forme des angles dont le resserrement raccourcit le membre, décharge le devant, et donne au cheval la faculté de s’élever aisément et de se mouvoir avec grâce. De la franchise de cette action qui accompagne tous ses mouvemens dépendent toutes celles qui suivent, et elles ne sont parfaites que parce que celle-ci se détermine et se renouvelle efficacement à chaque pas. Ce mouvement étant seulement naturel dans les chevaux de première qualité, l’art tâche de le produire, suivant des lois, dans les animaux qui lui sont soumis. Pour en juger sûrement, le cheval doit être tenu par un simple bridon dont les rênes soient saisies par la main de son conducteur, à six ou huit pouces de la bouche ; il doit être placé sur un terrain plat, de manière à ce qu’à la première invitation il puisse franchement entamer son allure et partir au trot. On doit observer l’abaissement de sa croupe au moment qui précède la détente de ses jarrets. Plus il est considérable, plus il donne un indice avantageux de la force et de l’intégrité des moyens de l’animal. Cet examen doit suivre, pour tout acquéreur attentif, celui des formes d’un cheval qu’on veut apprécier.

(Chabert et Fromage.)