Mozilla.svg

Cours d’agriculture (Rozier)/BON-HENRI

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Hôtel Serpente (Tome secondp. 353-354).


BON-HENRI. (Voyez Planche 7, pag. 244) M. Tournefort le place dans la seconde section de la quinzième classe, qui comprend les fleurs apétales, à étamines, dont le pistil devient une semence enveloppée par le calice, & il l’appelle chenopodium folio triangulo ; M. von Linné le nomme chenopodium bonus Henricus, & le classe dans la pentandrie digynie.

Rozier - Cours d’agriculture, tome 2, pl. 7 bon-henri.png

Fleur. Le calice B tient lieu de corolle ; il est concave, découpé en cinq folioles concaves, ovales, membraneuses à leurs bords ; les étamines au nombre de cinq, sont alternativement placées avec les découpures du calice B, & le pistil D est divisé en deux.

Fruit. Semences E, en forme de rein, renfermées dans le calice C.

Feuilles, triangulaires, en fer de flèche, très-entières, lisses, portées sur de longs pétioles, élargis par le bas, & qui embrassent la tige.

Racine A, épaisse, jaunâtre, ligneuse.

Port. Les tiges d’un pied & demi de hauteur, quelquefois droites, quelquefois couchées, nombreuses, cannelées, creuses, un peu velues ; les fleurs naissent au sommet, disposées en espèce d’épi, & les feuilles sont alternativement placées sur ces tiges.

Lieu. Dans les champs incultes, dans les endroits escarpés ; fleurit en Mai, Juin, Juillet : la plante est vivace.

Propriétés. Plante fade, insipide au goût, rafraîchissante & délayante.

Usage. On emploie l’herbe en décoction, en lavemens, en fomentation. Dans les montagnes, on la mange au lieu d’épinards ; & M. von Linné dit qu’en Suède & dans le Nord on fait cuire ses tiges comme celles des asperges. Toutes ces préparations tiennent médiocrement le ventre libre & nourrissent peu. Elles relâchent les tégumens & calment sensiblement la chaleur, la dureté & la douleur des tumeurs inflammatoires circonscrites, & quelquefois les disposent à se convertir en abcès. Appliquées sur les hémorrhoïdes externes, elles passent pour diminuer la douleur & la démangeaison. On donne le suc exprimé des feuilles, depuis deux onces jusqu’à cinq, seul ou délayé dans partie égale d’eau pure. Les feuilles récentes, broyées jusqu’à consistance pulpeuse, sont employées en cataplasme.