Cours d’agriculture (Rozier)/CHAT SAUVAGE ou CHAT HARRÊT

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


CHAT SAUVAGE ou CHAT HARRÊT, (Chasse.) Voyez la description de cet animal à l’article Chat du Cours. Outre le chat sauvage proprement dit, l’on trouve encore dans les bois, particulièrement dans ceux qui avoisinent les lieux, habités, des chats ordinaires qui ont quitté la vie domestique, pour se retirer dans les forêts où la chasse leur procure une nourriture abondante ; ceux-ci se sont multipliés dans les contrées occidentales de la France, par l’effet de la guerre civile qui a détruit beaucoup d’habitations rurales. Tous ces chats établissent leurs repaires dans les endroits de la forêt les plus fourrés ; lorsqu’ils sont attaqués par des chiens courans, ils se jettent dessus, leur mettent le museau et la tête en sang à coups de griffes et souvent leur crèvent les yeux ; en sorte qu’ils sont une fâcheuse rencontre pour les chiens de chasse. Si les chiens les serrent de trop près, ils quittent prestement la partie et grimpent sur un arbre où il est facile au chasseur de les tuer à coups de fusil. On les prend aux pièges, tels que le Traquenard. (Voyez ce mot).

La race du chat sauvage est devenue rare en France ; les chasseurs lui ont déclaré une guerre très-active, parce qu’ils la regardent comme l’ennemi le plus cruel du gibier. Mais ces chats des forêts dévorent aussi les mulots, et les autres bêtes du même genre qui nuisent au repeuplement des bois, par la quantité de glands et de faînes qui servent à leur subsistance. C’est ainsi que pour éviter un mal, on s’expose souvent à un mal plus grand. (S.).