Cours d’agriculture (Rozier)/ENCASTELURE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Hôtel Serpente (Tome quatrièmep. 206).


ENCASTELURE, Médecine vétérinaire. Ce n’est autre chose qu’un resserrement de la partie supérieure de la muraille du sabot du cheval, du côté des talons, de manière que l’articulation de l’os de la couronne avec l’os du paturon, semble surpasser en diamètre la terminaison de la peau à la muraille.

Nous distinguons deux sortes d’encastelures ; la naturelle & l’accidentelle. L’une vient de conformation, tandis que l’autre vient communément de ce que le maréchal a trop paré la sole de corne, détruit les arcs-boutans, rapé souvent la muraille, sur-tout à l’endroit de la couronne, près de la terminaison du poil. Cette partie étant naturellement humide, ne peut que s’altérer par une pareille opération.

Nous pouvons joindre à toutes ces causes, la fourbure, (voyez Fourbure) un effort de l’os de la couronne avec l’os du pied, la dessolure trop fréquente, & sur-tout les raies de feu appliquées trop profondément par les maréchaux de la campagne.

L’encastelure de la première espèce est incurable ; mais quant à l’accidentelle, on parvient à la guérir, en tenant continuellement le pied humecté avec des cataplasmes émoliens, de la terre glaise mouillée, ou avec des emmiellures, en ne parant jamais le pied. M. T.