Cours d’agriculture (Rozier)/PÂQUERETTE ou PETITE MARGUERITE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome septièmep. 425).


PÂQUERETTE ou PETITE MARGUERITE. Tournefort la classe dans la troisième section de la quatorzième classe des fleurs radiées dont les semences n’ont ni aigrettes ni chapiteau de feuilles. Il l’appelle bellis sylvestris minor. Von-Linné la nomme bellis perennis, & la classe dans singénésie polygamie superflue.

Fleur ; radiée, composée de fleurons hermaphrodites dans le disque, & de demi-fleurons femelles à la circonférence ; le calice commun à toutes ces fleurs est presque rond, elles sont composées de plusieurs folioles disposées en deux rangs, égales&c en forme de lance.

Fruit ; toutes les semences sont solitaires, ovoïdes, aplaties, nues, renfermées dans le calice commun sur un réceptacle nu & conique.

Feuilles ; simples, très-entières, en forme de spatule ; celles des racines partent de leur collet, & celles des tiges les embrassent par leur base.

Racine ; fibreuse, rampante.

Port ; la tige est une hampe nue, au sommet de laquelle se trouve une seule fleur, haute de trois à quatre pouces : un seul pied fournit un grand nombre de fleurs.

Lieu ; les prés, les bords des bois, au pied des haies, &c. ; la plante est vivace & fleurit au premier printemps.

Propriétés. La racine a une saveur âcre, les feuilles inodores ont une saveur un peu salée. Les fleurs & les feuilles sont résolutives, détersives & vulnéraires : on se sert de leur décoction en gargarisme dans les ulcères scorbutiques de la bouche, afin de raffermir les gencives, & de répercuter les inflammations des amygdales & du voile du palais.