Cours d’agriculture (Rozier)/PALIURE ou PORTE-CHAPEAU

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome septièmep. 393-394).


PALIURE ou PORTE-CHAPEAU. Tournefort le place dans la troisième section de la vingt-unième classe des arbres à fleur en rose, dont le pistil devient un fruit à plusieurs capsules, & il l’appelle paliurus : von-Linné le classe dans la pentandrie monogynie, & le nomme rhamnus paliurus.

Fleur ; d’une seule pièce ; la corolle tient lieu de calice, elle est en forme d’entonnoir, colorée en dedans & divisée en quatre sur ses bords.

Fruit ; baie divisée en trois loges qui contiennent trois semences : cette baie est bordée à l’extérieur, d’une membrane assez large, disposée en rond ; ce qui lui donne la forme d’un chapeau dont les ailes sont rabattues, & d’où il a pris son nom.

Feuilles ; portées sur des pétioles, ovales, entières, presque dentées, marquées en dessous par trois nervures, d’un vert clair.

Racine  ; ligneuse, rameuse.

Port ; arbrisseau armé d’épines inégales, droites ou crochues ; les fleurs portées sur des pédoncules solitaires, disposées le long des rameaux à l’aisselle des feuilles qui sont alternativement placées sur les tiges.

Lieu ; les bords des chemins d’Italie, de Provence, de Languedoc, & fleurit en juin & juillet.

Propriétés. Les semences passent pour diurétiques ; la racine, la tige & les feuilles sont astringentes. Toute la plante (le fruit excepté) pilée & appliquée en cataplasme, est recommandée contre les clous, les furoncles & autres tumeurs de ce genre qui s’élèvent à la superficie de la peau.

On est embarrassé, dans les provinces du midi à trouver des arbrisseaux propres à la clôture des champs, & dont les feuilles & les pousses ne soient pas dévorées par les troupeaux. Le porte-chapeau offre une ressource assurée, il ne demande qu’à être multiplié par graines, & ensuite par couches & par marcottes. La haie qu’il fournira ne sera pas bien haute, il est vrai, mais elle sera impénétrable.