Cours d’agriculture (Rozier)/RICIN ou PALME DE CHRIST

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome huitièmep. 608-609).


Rozier - Cours d’agriculture, tome 8, pl. 39, ricin.png

RICIN ou PALME DE CHRIST. Tournefort le place dans la cinquième section de la quinzième classe, qui comprend les herbes à fleurs à étamines, séparées des fruits sur le même pied, & il le nomme Ricinus, vulgó Parma christi. Von-Linné l’appelle Ricinus communis, & le classe dans la monoécie monadelphie.

Fleurs mâles, séparées des femelles, mais sur le même pied ; les mâles portent un grand nombre d’étamines réunies par leurs filets B, attachées au fond du calice D, qui est divisé en cinq segmens, & porté par un pédicule court… Les fleurs femelles terminent la grappe ; elles ne consistent qu’en un ovaire & le pistil C, qui a trois stiles & trois stigmates fourchus.

Fruit ; l’ovaire est divisé en trois loges & autant de valvules ; il devient un fruit épineux E, dont les loges F sont sillonnées extérieurement. Lorsqu’il est mûr, ces loges, dont on a montré l’intérieur G, s’ouvrent, & les graines H s’échappent avec impétuosité. Les graines & les valves sont rassemblées autour du pivot I, qui fait l’office de placenta.

Feuilles, simples, portées par des pétioles ; palmées ; les découpures pointues & dentées en manière de scie.

Racine A, en forme de fuseau, dure, fibreuse.

Port ; tige de la hauteur d’un homme, rougeâtre, herbacée, rameuse, cylindrique, fistuleuse, lisse ; les fleurs sont à l’extrémité des rameaux disposées en grappes ; les feuilles placées alternativement sur les tiges avec de longs pétioles, sur lesquels on trouve ordinairement trois glandes.

Lieu ; les Indes, l’Afrique, où la plante est bienne ; elle le seroit également dans nos jardins où on la cultive, si on la préservoit des gelées ; elle y fleurit en juin & en juillet.

Propriétés ; la semence est sans odeur, très-âcre, purgative, drastique, inflammatoire ; elle est vermifuge appliquée sur l’estomac.

Usages ; il est peu prudent de se servir intérieurement de ce purgatif. On tire de ses graines une huile par pression, très-bonne à brûler. Chomel la recommande en embrocations, mêlée avec partie égale d’huile d’amandes douces, sur la région ombilicale des enfans ; elle les purge efficacement. Les feuilles récentes appliquées sur la peau y produisent l’effet d’un vésicatoire.

Un auteur a conseillé de cultiver en grand le ricin, uniquement pour retirer l’huile de ses graines. Cette spéculation est très-bonne dans le cabinet, mais le produit ne dédommageroit pas de la dépense dans la réalité, sans compter que le sol seroit singulièrement épuisé par une semblable récolte.

Il vaut beaucoup mieux conserver cette plante pour la décoration dans les grandes plate-bandes de nos jardins, où elle figure parfaitement à cause de sa couleur & de son port singulier.