Cours d’agriculture (Rozier)/TOURNESOL ou SOLEIL

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome neuvièmep. 440-441).


TOURNESOL ou SOLEIL. Von-Linné le classe dans la singénésie-polygamie fustranée, & le nomme helianthus annuus. Tournefort le place dans la seconde section de la quatorzième classe des herbes à fleur en rayon, dont les semences sont ornées d’un chapiteau de feuilles. Il l’appelle corona folis.

Fleur. Radiée, composée d’un grand nombre de fleurons hermaphrodites dans le disque… Dans la circonférence de quelques demi-fleurons femelles qui sont stériles, les fleurons cylindriques sont plus courts que le calice commun, renflés à leur base, divisés en cinq. Les demi-fleurons sont à languette, entiers, très-longs.

Fruit. Semences oblongues, obtuses, à quatre angles opposés, couronnées par les calices propres de chaque fleuron qui tombent dans leur maturité. Elles sont toutes contenues par le calice commun, sur un large réceptacle, garni de lames aiguës.

Feuilles. Simples, très-entières, en forme de cœur renversé, pointues au sommet, rudes au toucher ; leurs nervures s’unissent à leur base.

Racine. Rameuse, très-fibreuse & chevelue.

Port. Tige unique, haute quelquefois de dix à douze pieds suivant le terrain, droite, rude au toucher, rameuse, remplie d’une moelle blanche ; chaque rameau de la tige porte une fleur à son sommet. Les feuilles supérieures sont alternativement placées, les inférieures sont opposées. La position des fleurs suit la direction du soleil.

Lieu. Originaire du Pérou ; cultivée dans les jardins, la plante est vivace & fleurit pendant tout l’été.

Propriétés. Les médicinales sont inconnues. Il n’en est pas ainsi des économiques. Les feuilles sont recherchées par les vaches, & on dit qu’elles augmentent la quantité de leur lait. Les tiges desséchées peuvent servir à ramer des poids, des haricots. Elles brûlent très-bien. La moelle contient beaucoup de nitre. Lorsqu’on y met le feu par un bout, il se propage jusqu’à l’autre extrémité, & on voit très-clairement le nitre décrépiter. Sous les deux coques qui forment l’extérieur de la graine, est renfermée une amende, dont la saveur approche celle de la noisette, & dont par expression on retire une huile douce & qui brûle très-bien. Une seule plante qui réussit très-bien, peut donner jusqu’à dix mille graines. Les perroquets, les merles, les poules, &c. en sont très-friands, & elle les nourrit très-bien. On dit, mais je ne l’ai pas essayé, que la graine torréfiée, a l’odeur du café, & que l’infusion qu’on en fait est assez agréable… Ceux qui s’occupent des nitrières artificielles, feront très-bien de faire pourrir les tiges. Les lessives détacheront ensuite une assez grande quantité de nitre. Malgré ces avantages réunis, je ne conseillerai jamais la culture en grand de cette plante, à moins que l’on n’habite un pays où les engrais sont peu coûteux & très-abondans. Par ses racines chevelues & multipliées, elle effrite singulièrement la terre. Le tournesol figuré très-bien dans les vastes plate-bandes d’un grand jardin.

Le topinambour nommé taratouf, est une espèce de tournesol, très-distincte de la première. Tournefort l’appelle corona solis parvo flore, radice tuberosâ. Von-Linné la nomme helianthus tuberosus.

Fleur & fruit. Absolument semblables aux précédens, mais beaucoup plus petits.

Feuilles. Ovales, en forme de cœur, dentées à leurs bords, rudes au toucher, se prolongeant sur le pétiole. Les nervures réunies sur le corps de la feuille.

Racine. Tubéreuse, approchant pour la forme, de celle de la pomme de terre, mais plus alongée.

Port Semblable à celui du tournesol ; mais toutes les parties sont plus petites. Plusieurs tiges s’élèvent de la même racine.

Lieu. Originaire du Brésil ; cultivé dans les jardins, la plante est vivace par ses racines & non par ses tiges. Elle fleurit pendant les mois de juillet & d’août.

Propriétés. Celles des tiges, des graines & des feuilles, les mêmes que les précédentes. Les tubercules des racines sont adoucissantes, nourrissantes, venteuses ; cuites, leur saveur approche plus de celle du cul de l’artichaud que de la pomme de terre.

Si le sol est bon & surtout bien fumé, chaque pied fournit une assez grande quantité de tubercules ; mais il vaudroit beaucoup mieux cultiver la bonne espèce de pomme de terre ordinaire.