Cozza et Borgia

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Derniers Poèmes, Texte établi par (José-Maria de Heredia ; le Vicomte de Guerne), Alphonse Lemerre, éditeurL’Apollonide. La Passion. Les Poètes contemporains. Discours sur Victor Hugo (p. 47-56).



FRAGMENT DES
ÉTATS DU DIABLE


____



LE DIABLE, JEAN XXIII, ALEXANDRE VI.


· · · · · · · · · · · · · · · · ·



LE DIABLE.


Sang de Dieu ! Balthazar, cette harangue est forte,
Et Votre Sainteté n’y va pas de main morte.
Par mes cornes, ma queue et mes griffes ! Le vieux
Démosthènes, au Pnix, ne dégoisait pas mieux,
Ni le bon Tullius sur les Rostres de Rome.
Je suis émerveillé de pied en cap, cher homme !
Tant le discours est vif, nerveux, précis, net, clair,
Et siffle droit au but, tel qu’un trait d’arc dans l’air.
Ah ! Compère, au beau temps de vos jeunes années,
Sur l’espale à treillis des nefs vermillonnées,

Les yeux luisants au fond du capuce marin,
La masse au poing, la cotte au dos, l’épée au rein,
Avec la courte hache et la miséricorde,
Dans l’âpre bruit du vent qui rompt antenne et corde,
Vous haranguiez ainsi vos joyeux compagnons,
Calabrais, Provençaux nourris d’ail et d’oignons,
Aragonais, Pisans, Génois, Grecs et Dalmates,
Hâlés, séchés, tannés, tatoués des stigmates
Du fouet et du carcan familiers aux meilleurs,
Mais réservant la part des Saints, pieux d’ailleurs.
La rage les mordait au ventre, et, dagues hautes,
Ils se ruaient comme un orage sur les côtes,
Bondissant à travers l’écume du ressac,
Mettant ville et faubourg, chaume et palais à sac,
Faisant flamber l’église avec le feu des cierges,
Forçant les celliers clos, les coffres et les vierges,
Et buvant à longs traits, pour être plus dispos,
Dans les ciboires d’or les vins épiscopaux.
En ce temps, Balthazar, maître en rêve du monde,
La Tiare étincelait dans votre âme profonde
Comme un astre au plus noir de l’épaisseur des cieux ;
Et vous battiez alors, ô bel ambitieux,
Durant les sombres nuits, l’onde mélancolique
Pour enfler le futur trésor Apostolique.
J’en atteste la rouille aux clefs du Paradis !
J’ai toujours eu pour vous, entre tous les maudits,
Un vif attrait non moins qu’une très haute estime ;
Vous aviez l’heureux flair du gain illégitime,
Le mépris naturel de l’antique vertu,
Le goût de la traîtrise et du chemin tortu,

L’esprit prompt et subtil, l’œil perçant, la main croche,
L’amour sacré de l’or, le cœur dur comme roche,
Et ne mettiez de trêve à vos extorsions
Que pour sacrifier aux tendres passions.
Dès que la Simonie, au grand jour insolente,
Eut mis l’Anneau mystique à votre main sanglante,
On vît bien, par le meurtre et le vol éhonté,
Que vous aviez conquis l’infaillibilité :
L’ancien pirate avait façonné le Saint-Père,
Et vous fîtes du Siège Unique un vrai repaire,
Un Pandémonium rare et complet, un lieu
D’édification parfaite. Ah ! Sang de Dieu !
Ce fut un joyeux temps pour la vieille Nacelle !
Vous coupiez à la fois la gorge et l’escarcelle,
Vous vendiez l’Esprit-Saint, tant la part, tant le lot,
Pour le revendre encor. L’intarissable flot
Des écus ruisselait dans vos coffres avides
Si larges et si creux qu’ils semblaient toujours vides ;
Et je m’ébahissais de voir ainsi les gens
Au sortir de vos mains nus comme des Saints-Jeans,
Émaciés, raclés, desséchés, sans haleine,
Et la peau s’en étant allée avec la laine
De l’agneau, comme avec le poil du maigre ânon,
Par l’Acte, le Décret, la Bulle et le Canon.
Mais vos félicités, Balthazar, furent brèves.
Telles les douces nuits que hantent les beaux rêves
Et que l’aube dissipe avec un long soupir.
Ce fut une heure amère. Il fallut déguerpir
De la Ville éternelle et de la Chaire unique,
Rendre gorge et subir l’arrêt Œcuménique.

L’eussiez-vous dit ? Hélas ! Ce que c’est que de nous !
Quand à travers les flots de la plèbe à genoux,
Au cliquetis joyeux des mules espagnoles,
Vous en tête, Saint-Père, et neuf cents vierges folles
En croupes, Cardinaux, Évêques gallicans
Ou romains, Abbés d’ordre et Docteurs éloquents,
Bohémiens et Hongrois, de Saxe et de Sicile,
Lumières de l’Église et du sacré Concile,
Prêtres, moines, soudards, princes et chevaliers
Dans la vieille Constance entrèrent par milliers,
Eussiez-vous cru, Cozza, que l’heure était prochaine
Où vous en sortiriez comme un ours à la chaîne,
Où l’on vous nommerait interminablement :
Hérétique, larron, meurtrier, excrément,
Simoniaque, intrus, chardon, ciguë, ortie,
Adultère, relaps, empoisonneur d’hostie,
Chien enragé, lion rugissant, loup hurleur,
Reptile variant sa ruse et sa couleur,
Caïn, Coré, Judas, sorcier, spectre effroyable,
Pape de l’Antéchrist, vomissement du Diable,
Et cætera, le tout en très mauvais latin ?
Sans compter que, dès l’aube, et du soir au matin,
On vous lut l’anathème et ses souhaits moroses.
Vous n’étiez pas, mon bon, sur des lys et des roses,
Et vous fûtes maudit des pieds au sinciput
Aussi complètement que l’Esprit-Saint le put,
Dans la tête, les reins, le ventre, les narines,
Debout, couché, mangeant, et jusques aux latrines !
La chose n’était pas folâtre, Triple-Dieu !
Blême, sans le plus mince écu, sans feu ni lieu,

Par un trou dans le mur rampant à quatre pattes,
Du cachot synodal, mon fils, vous décampâtes
Au moment opportun, car, le cas échéant,
Il était fort possible et même fort séant,
Tant un païen qu’on brûle exhale un doux arome,
Que vous fussiez rôti comme Huss et Jérôme.
Mais l’anguille est glissante et le mulet têtu ;
On n’est pas assommé pour être un peu battu ;
De sorte qu’on vous vit bientôt, plus blanc que neige,
Doyen des Cardinaux dans le Sacré-Collège,
Mangeant chaud, buvant frais, gorgé d’or, gai, dodu,
Et goûtant le repos qui vous était bien dû.
Ô roi des loups de mer et des grands hypocrites.
Certes, je n’entends point restreindre vos mérites ;
J’ai connu rarement un homme plus complet,
Plus rongeur d’os jusqu’à la moelle, plus valet
Du fort, plus dur au faible, insolent et féroce
Lorsque vous brandissiez ou la hache ou la crosse,
Ni plus vil et rampant quand vous étiez traqué.
Celui qui vous a fait ne vous a pas manqué,
Balthazar ! Et l’Enfer lui doit une chandelle
Da taille et d’épaisseur, qui fera parler d’elle.
Pourtant, mon éloquent ami, votre moyen
Est piètre, étant donné le siècle, et ne vaut rien.
Donc, quant à pratiquer vos intentions pies,
Non pas ! Les nations crieraient comme des pies ;
Ce serait un haro sans fin, universel,
Et tout nous manquerait, l’eau, la terre et le sel.
Or, veuillez réfléchir précisément, mon maître,
Que la Foi Catholique étant ma raison d’être,

Sa mort serait ma mort. Je ne rimerais plus
À rien. Mes chauds brasiers deviendraient superflus ;
Et le Dieu d’Augustin, n’ayant plus son vieux Diable,
Finirait comme moi de façon pitoyable.
Non, non ! Pousser à bout ainsi les bonnes gens,
C’est risquer de les rendre un jour intelligents.
La force est bonne en soi, mais il est authentique
Qu’on en use fort mal étant paralytique.
Qu’en pense Borgia ?


ALEXANDRE VI.

                                          Seigneur, assurément,
Vous parlez d’or, voilà quel est mon sentiment.
Agir de violence est au moins inutile ;
Et si je rends hommage à la vigueur du style,
Comme aux vertus de mon sacré Prédécesseur,
J’incline nonobstant aux moyens de douceur.
Pour ses enfants rétifs, l’Église, en bonne mère,
Dissimulant le goût de la liqueur amère,
Enduit de miel les bords de la coupe. Il lui plaît
De prendre, comme on dit, les mouches dans du lait.
On ne peut pas toujours, tant la grâce est tarie.
Faire un apostolat de la piraterie,
Voler de petits Juifs pour les vendre au bazar.
Vous viviez en un temps, messire Balthazar,
Si j’ose dire, un peu farouche et ridicule,
Où chacun se donnait des torsions d’hercule
En levant des fétus de paille à bras tendus.
Je n’oublierai jamais quels respects vous sont dus ;

Mais dans la conjoncture où nous sommes, Saint-Père,
Il m’est avis qu’un âne et vous faites la paire,
Et je suais à vous ouïr, sur mon honneur !


JEAN XXIII.

Corbacque ! que nous veut ce vieil empoisonneur ?
Que j’aie en proue assaut de vent et de marée,
Que je sois hissé court à l’antenne carrée,
Si je laisse hâbler cet onagre espagnol
Qui brait en se donnant des airs de rossignol !
Allons ! vil trafiquant de capes écarlates,
Tu n’hériteras pas du Diable que tu flattes,
Tu ne drogueras pas son hanap ! Or, bandit,
Géniteur de bâtards et de gueuses, c’est dit :
Parle mieux, ou, sinon, d’un revers sur ta face,
Ainsi que Colonna souffleta Boniface,
J’écrase ta mâchoire aux crochets vipérins,
Et d’un estoc pointu je te pique les reins !


LE DIABLE.

Jean ! Moins de violence et moins de promptitude,
Et soyez plus poli pour sa Béatitude.
Vous avez des façons d’écumeur, mon ami,
Tudieu ! qui ne sont pas féroces à demi.
Que Diable ! — Je me prends à témoin, faute d’autre, —
Il n’a rien dit que de très vrai, le bon apôtre.
D’ailleurs, de tels propos sont des plus hasardeux.
Veuillez considérer qui vous étiez tous deux ;
Que, si Vos Saintetés conversent ainsi d’elles,

Vous épanouirez la rate aux infidèles ;
Que chacun, pour le mieux, doit user de ses dons,
Et qu’il s’agit en fait de garder ses dindons.
Borgia, n’ayez point cet air penaud et blême.
Jean vingt-trois, je l’avoue, est un peu vif ; il aime,
Par coutume et par goût, le massacre et l’argent,
Mais, pour un vieux pirate, il est intelligent.
En somme, songez-y, vertueux Alexandre,
Vos âmes et vos corps sont ombre vaine et cendre.
Et jamais plus le fer, la corde et les poisons
Subtils n’interrompront le cours de vos saisons.
Rassurez-vous, parlez.


ALEXANDRE VI.

                                          Ô délices ! ô gloire !
Ô plats d’or qui luisiez sur les tables d’ivoire !
Marsala, Syracuse, Alicante et Muscat !
Ô soupers bienheureux de mon pontificat,
Coupes, flambeaux, richesse étincelante ! Ô joie !
Ô beaux corps enlacés sur les tapis de soie,
Murmures des baisers pleuvant sur les seins nus,
Rêves du Paradis, qu’êtes-vous devenus ?
Qu’il était doux, couché dans la pourpre Romaine,
De jouir amplement de la bêtise humaine,
De partager le monde après boire, octroyant
Pour deux cents mares d’or fin, l’Occident, l’Orient,
Îles et terre ferme, hommes, femmes, épices,
Aux Rois, mes argentiers, pillant sous mes auspices,
Et de voir, en goûtant le frais des chênes verts,

Haleter au soleil le stupide univers !
Quel rêve ! Ô merveilleux enchaînement des choses,
Qui dans l’âcre parfum des femmes et des roses,
Et du sang, sous l’éclat des torches allumant
Mes tentures de pourpre et d’or, au grondement
De la foudre impuissante, au chant des voix serviles,
Dans la prostration des multitudes viles,
Nuits et jours, ramenant les grands songes anciens,
Me rendais la splendeur des temps Césariens !
Et toi, vivante fleur de la chaude Italie,
Éclatante du sang qui nous brûle et nous lie,
En un moment d’ivresse éclose au clair matin
Pour parfumer ma couche et le beau ciel Latin !
Ô toi qui me versais du regard et des lèvres
Le flot des voluptés et des divines fièvres,
Pour qui mon fils César, le pâle Cardinal,
Occit le Gandia la nuit du Carnaval,
Afin que, consumé du désir qui l’enivre,
Il mourût des baisers dont il eût voulu vivre,
Ma fille, que mon sein plein de flamme couvait !…


LE DIABLE.

Mon féal ! Vous feriez rougir, s’il se pouvait,
De vos débordements, Madame Marozie.
Sa mère vénérable en est toute saisie ;
Balthazar en devient très rose, plus vermeil
Que l’aube ou qu’une vierge au sortir du sommeil ;
Et Madame Lucrèce, en personne bien née,
Entre nous, Très Saint-Père, en est un peu gênée.

Refrénez votre langue et n’en dites pas plus ;
Ces souvenirs charmants sont ici superflus.
Aussi bien, tenez-le pour certain et notoire,
C’est au Diable qu’il sied de narrer votre histoire.
Dût le jeune Benoît, qui vendit les deux clefs
À Gratien, pour deux mille écus déjà volés.
Et qui fut plus méchant que vous, comme il s’en pique,
Sécher de jalousie à ce récit épique ;
Dût le bétail humain, imbécile et poltron,
Fait pour le bât, le fouet, la bride et l’éperon,
S’épouvanter de voir de quelle boue immonde
Le Porc pontifical éclaboussa le monde,
Sans que les peuples vils, saturés de dégoût,
Aient balayé l’ordure effroyable à l’égout,
Et, purifiant l’air que tout homme respire,
Brûlé le siège où le scélérat devient pire ;
La chose sera dite et marquée à mon sceau,
Et vous serez content de ce petit morceau.
Mais revenons à nos moutons qu’il nous faut tondre,
Balthazar a parlé, c’est à vous de répondre.
Donc, au fait, chien mitré, vieux drôle au cœur de fer,
Et ne révolte pas la pudeur de l’Enfer !

· · · · · · · · · · · · · · · · ·