Mozilla.svg

Cycle/Le Talisman

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
CycleAlphonse Lemerre, éditeur4 (p. 255).


Le Talisman


Du fleuve, en approchant, m’arrivaient les murmures,
La senteur s’exhalait des taillis frais et verts.,
Un couple de ramiers chantait sous les ramures :

Bonheurs de mon printemps, après bien des hivers,
Je vais vous ressaisir ! Pensers des saisons mûres,
Fuyez ! Aux purs instincts, mes sens, soyez ouverts ! —

Et j’arrive, et, penché sur le cristal de l’onde,
J’y lave dans ses flots puisés avec ma main
Mon visage hâlé par le feu du chemin :
Heureux, je vois encor ma chevelure blonde ;

Mais, puisqu’il faut quitter cette eau claire et profonde,
Hélas ! pour se mêler au sombre fleuve humain,
J’emporte un caillou blanc tout veiné de carmin :
Pensers du sol natal, guidez-moi par le monde !


Au Pont-Kerlô.