Mozilla.svg

Cycle/Les Songes de l’Ellé

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
CycleAlphonse Lemerre, éditeur4 (p. 264).


Les Songes de l’Ellé


Cette nuit, sommeillant sur les bords de l’Ellé,
J’entendais les flots noirs, soulevés par les pierres,
Bruire, et le doux bruit vint clore mes paupières.
 
Bonheurs des premiers jours ! Voici qu’un songe ailé
Dans les bois me ramène, aux sources je m’abreuve,
À travers les glaïeuls je nage dans le fleuve ;

Puis une enfant debout sur un tertre isolé
Chante ! — Est-ce vous, Marie ? — Ah ! cette voix sonore
M’éveille… Le beau fleuve, il murmurait encore.