Dédicaces/À Gustave Lerouge

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes - Tome IIIVaniervolume III (p. 179).

LXXX

À GUSTAVE LEROUGE


La vie est vraiment si stupide que, ma foi !
J’ai, devant cette perspective plus que bête,
Résolu de n’être absolument qu’un poète
Sans plus, et de vieillir ainsi, ne sachant quoi

Que ce soit, que d’aimer au hasard devant moi.
Aimer pour ne haïr, aimer d’amour honnête
Ou non, d’estime ou d’intérêt, en proxénète
À moins qu’en martyr, et n’ayant plus d’autre émoi !

Lerouge ! El vous ? Tout cœur et toute flamme vive,
Qu’allez-vous faire en notre exil ainsi qu’il est,
Vous, une si belle âme en un monde si laid ?

Bah ! faites comme moi, dussent trouver naïve
Votre ample expansion ceux forts que fallait
Aimer sans fin ni loi. Et qui m’aime me suive !


Broussais, décembre 1891.