Mozilla.svg

Dans la rue (Bruant)/Bonne Année

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Aristide Bruant (Volume Ip. 31-35).


BONNE ANNÉE


Moi, ça m’emmerde l’jour de l’an :
C’est des giri’s, c’est des magnières,
On dirait qu’on est des rosières
Qui va embrasser sa maman.


C’en est des fricassé’s d’museau :
Du p’tit môme à la trisaïeule,
Les gén’rations s’lich’nt la gueule…
En d’dans ça s’dit : Crèv’ donc, chameau !

Su’l’boul’vard on n’est pus chez soi :
Ya ’cor’ pus d’mond’ que les dimanches,
Autour d’un tas d’baraqu’ en planches,
Des magnièr’s de nich’ oùsqu’on voit :

Des poupé’s, des sing’s, des marrons
Glacés, des questions nouvelles,
Des dragé’s, des porichinelles,
J’te vas en fout’, moi, des bonbons !

Tas d’prop’ à rien, tas d’saligauds,
Avec vos môm’, avec vos grues,
Vous m’barrez l’trottoir et les rues,
J’peux pus ramasser mes mégots !

C’est qu’il a du mal, el’trottoir,
Pour caler les jou’ à son monde :
J’peux pus compter su’ ma gironde,
On me l’a ramassé’ l’aut’soir.


Et faudrait qu’j’ay’ el’cœur content ?
Ah ! nom de Dieu ! c’est rien de l’dire ;
J’étais ben pus chouett’ sous l’empire…
Ça m’emmerdait pas l’jour de l’an !