Dans la rue (Bruant)/Chant d’Apaches

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ernest Flammarion (Volume IIIp. 93-98).


CHANT D’APACHES



\relative c'' {
  \clef treble
  \key bes \major
  \time 3/4
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
  \autoBeamOff
  \tempo "Moderato"
\partial 4.
bes8 bes c \bar "||" | d bes d ees d bes
d4 (d8) bes bes c | d bes d ees bes c | c4 r8 f f ees
d bes d bes d ees | d4 (d8) d d f | e c d c e c
\time 2/4 f4\fermata r8\fermata r16 f,^\markup { \italic REFRAIN }
  \bar "||" d'4 f8. f16 | d4 (d8) r16 f, | d'4 f8. f16 | d4 (d8) r16 d
f8. d16 f8. ees16 | d4 d8 r16 d | f8. d16 f8. ees16 | d4 bes8. c16
bes8. d16 f8. d16 | c4~ c8 r\fermata | c4 d8. f16 | d8. bes16 d8. f16
  \time 4/4 d2 (c)
  \time 2/4 bes4 r
}

\addlyrics {
Chez un bis -- tro du quar -- tier d’la Vil -- "tou - se,"
Les bar -- bil -- lons trin -- quaient à la san -- té
D’un d’leurs po -- teaux qui dé -- car -- rait d’cen -- "trou - se,"
Et l’on chan -- "tait :" Vi -- ve la li -- ber -- "té !"
O -- "hé !" les a -- "pa - ches !"
À nous les eus -- "ta - ches,"
Les lin -- gues à vi -- ro -- les,
Les lon -- ges d’as -- sas -- sins
Pour le bi -- don des rous -- sins
Et pour le ven -- tre des cass’ -- ro -- les.
}

\layout {
  \context {
    \Score
    \remove "Bar_number_engraver"
  }
    \set fontSize = #-1
}


Chez un bistro du quartier d’la Viltouse,
Les barbillons trinquaient à la santé
D’un d’leurs poteaux qui décarrait d’centrouse,
Et l’on chantait : Vive la liberté !

            Ohé ! les apaches !
            À nous les eustaches,
            Les lingues à viroles,
            Les longes d’assassins
            Pour le bidon des roussins
            Et pour le ventre des cass’roles.

Tant pis pour vous, Messieurs de la raclette,
Tant pis pour vous, Messieurs les collégiens,
Faut pas chercher les garçons d’la Villette,
Car leurs couteaux sont pas faits pour les chiens.

            Ohé ! les apaches !
            À nous les eustaches,
            Les lingues à viroles,
            Les longes d’assassins
            Pour le bidon des roussins
            Et pour le ventre des cass’roles.


Quand les flicards veul’nt nous ceinturer d’rifle,
Nous fabriquer, nous conduire à la tour,
Marrons su’ l’tas, ces jours-là ya d’la r’biffe :
On leur-z-y met son vingt-deux dans l’tambour.

            Ohé ! les apaches !
            À nous les eustaches,
            Les lingues à viroles,
            Les longes d’assassins
            Pour le bidon des roussins
            Et pour le ventre des cass’roles.

Faut pas non pus aller s’frotter derrière
Nos p’tit’s bergèr’s qui s’ballad’ icigo…
Ou ben, sans ça, gare à la boutonnière !
Gare au coup d’scion dans l’lidonbem du go !

            Ohé ! les apaches !
            À nous les eustaches,
            Les lingues à viroles,
            Les longes d’assassins
            Pour le bidon des roussins
            Et pour le ventre des cass’roles.


D’abord nous aut’ on fait pas d’politique,
On vot’ toujours pour el’ gouvernement,
On s’ fout du roi comme ed’ la république,
Pourvu qu’on puiss’ travailler tranquill’ment.
Ohé ! les apaches !

            Ohé ! les apaches !
            À nous les eustaches,
            Les lingues à viroles,
            Les longes d’assassins
            Pour le bidon des roussins
            Et pour le ventre des cass’roles.