Dans la rue (Bruant)/Ma Rosse de Gosse

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ernest Flammarion (Volume IIIp. 183-187).


MA ROSSE DE GOSSE


                Ma rosse
                De gosse !…
Y a déjà pas mal de temps,
Quand aile avait sept ou huit ans,
A d’meurait su’ la plac’ du Tertre,
Tout là-haut, là-haut, à Montmertre,
A s’épanouissait, en sautant,
Au pied du Sacré-Palpitant…


                Ma rosse
                De gosse !…
A bazardait aussi des fleurs
Qu’étaient moins fraîch’s que ses couleurs
Des boutons d’rose et d’la violette,
Autour du moulin d’la galette ;
A faisait du plat aux garçons
Et du châsse aux vieux polissons…

                Ma rosse
                De gosse !…
Alle allait quéqu’ fois aux fortifs,
Avec un ruban dans ses tifs
Et des faveurs à sa liquette ;
All’ tait déjà vache et coquette…
A garçonnait dans les fossés,
Alle en avait jamais assez…

                Ma rosse
                De gosse !…
On la rencontrait, en passant,
Dans les coins d’la ru’ Saint-Vincent ;
Mais, de saut d’mouton en culbute,
Alle a dégringolé d’la butte.
Et, du Rochechouart à Clichy,
A fait son truc et son chichi…


                Ma rosse
                De gosse !…
Tous les matins a prend son bain,
A dit, comm’ ça, qu’pour le turbin
I’ vaut mieux avoir la gueul’ fraîche,
Et les pieds blancs, et la peau d’pêche…
On la lich’rait comme un bonbon.
Tant qu’alle est prope et qu’a sent bon…

                Ma rosse
                De gosse !…
Oui… faut voir les michets qu’alle a !…
Et du pèze en veux-tu n’en v’là !…
Qu’a soye en peau, qu’a soye en robe,
Tout l’mond’ la veut, tout l’mond’ la gobe !…
La sacré’ môme… j’la connais,
A veut finir au Chabanais !