Dans la rue (Bruant)/Pilon

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aristide Bruant (Volume IIp. 17-21).


PILON


J’ai pus d’dents, pus d’cheveux, pus d’yeux
J’peux pus marcher, j’suis un pauv’ vieux :
Ej’traîn’ mes pieds dans mes savates.
Ej’tiens pus d’bout su’ mes deux pattes.
Ej’peux pus m’garer du sergot
Qui fait la chasse au mendigot…
Pourtant j’fais du tort à personne :
                Ej’ pilonne.


Ej’pilonne, ej’demand’ des sous
À ceux qu’en a : les ceux qu’est saouls
D’boire et d’manger, les ceux qui rotent
Dans l’nez des vieux comm’ moi qui s’frottent
El’ vente au lieur ed’boulotter,
Merd’ !… V’là un sergot… Faut m’trotter…
Pourtant j’fais du tort à personne :
                Ej’ pilonne.

Ben oui… j’sais ben, c’est défendu,
Ça déplaît à ces Messieurs du
Coin du quai ; à cause ? Ej’m’en doute
Mêm’ pas. Quéqu’ ça peut ben leur foute
Qu’un vieux comm’ moi i’tend’ la main
À ceux qu’i’ rencont’ su’ son ch’min ?
Pourtant j’fais du tort à personne :
                Ej’ pilonne.


Va’cor’falloir trotter plus loin.
J’étais pourtant ben… là… dans c’coin !…
Mais les deux que vl’à c’est d’la rousse.
Rien que d’les voir ça m’fout la frousse
Malgré qu’j’ay’ mes soixant’-sept ans.
Ces cochons-là, ils m’foutraient d’dans.
Pourtant j’fais du tort à personne :
                Ej’ pilonne.