Dans les limbes/Bonjour

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Œuvres complètes - Tome IIIVaniervolume III (p. 53-56).

IV



toi

Bonjour.


moi

Bonjour. Chéri !


toi

Bonjour. Chéri ! J’arrive de bonne heure, pas ?


moi

Pas trop.


toi

Pas trop. Tu n’es jamais content.


moi

Pas trop. Tu n’es jamais content. C’est vrai, là-bas
On fait queue et c’est long. Puis aujourd’hui l’on fouille,
Je sais, jeudi ! Ça prend du temps.


toi

Je sais, jeudi ! Ça prend du temps. Et l’on farfouille

Et l’on trifouille, et toi, tu bafouilles. Le mieux,
Pour éviter tout ça, serait, mon pauvre vieux,
Moi, ne plus venir ni jeudi ni dimanche.
Tiens, au fait, de ne plus venir du tout, bath flanche !


moi

Méchante !


toi

Méchante ! Et comment va !


moi

Méchante ! Et comment va ! Mieux.


toi

Méchante ! Et comment va ! Mieux. Tant pis, l’Infernal !


moi

Mieux depuis que t’es là.


toi

Mieux depuis que t’es là. Zut avec ton banal,
Ton vulgaire « depuis que t’es là ».


moi

Ton vulgaire « depuis que t’es là ». C’est que, c’est que…


toi

C’est que : c’est que, tu m’as l’air… c’est que… Zut ! avecque
Tes boniments toujours les mêmes.


moi

Tes boniments toujours les mêmes. C’est mon cœur
Qui parle. Ô oui ! Toi pas là, je meurs de langueur.


toi

As-tu fini ?


moi

As-tu fini ?Pourquoi toujours dure ?


toi

As-tu fini ? Pourquoi toujours dure ?Eh, je blague !
T’es bête, quand je ris, tu geins, toi, t’as du vague
À l’âme. Que c’est drôle ! Un homme comme toi
Qu’on dit spirituel, très bête auprès de moi.


moi

Tiens, devant toi, j’ai comme peur…


toi

Tiens, devant toi, j’ai comme peur… Je suis si belle ?
Pour changer, tu reçois, dis, un tel, une telle,
Une telle, un tel, tu sais que je le défends
Absolument de les recevoir et te rends,
S’ils viennent, responsable, et, pour ta pénitence,
Tu ne me verras plus jamais.


moi

Tu ne me verras plus jamais. J’…


toi

Tu ne me verras plus jamais. J’… Ô rouspétance
Détestable ! Ne réponds pas et fais le mort.
Je ne veux pas ici de ces gens-là.


moi

Je ne veux pas ici de ces gens-là. D’accord,
Là, j’obéis,


toi

Là, j’obéis, Bien sûr ?


moi

Là, j’obéis, Bien sûr ? Oui.


toi

Là, j’obéis, Bien sûr ? Oui. Cette femme ignoble,
Je lui ferais une conduite de Grenoble
Telle qu’elle s’en souviendrait en Paradis !
Quant aux autres…


moi

Quant aux autres… Je les consigne, je le dis.


toi

C’est qu’avec toi je suis toujours sur le qui-vive.
T’es gentil quand moi là, moi pas là, tout arrive !
Monsieur fait son fendant, il se laisse mener.
Il dit du mal de moi…


moi

Il dit du mal de moi… Çà, non !


toi

Il dit du mal de moi… Çà, non ! Va donc crâner !
Mais assez — t’es mignon — de mines furieuses.
Embrasse… Et causons de choses plus sérieuses.