De l’égalité des deux sexes

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Antoine Dezallier.
  • Préface contenant le plan & le but de ce diſcours


Première partie
  • Ou l’on montre que l’opinion vulgaire eſt un prejuge, & qu’en comparant ſans interet ce que l’on peut remarquer dans la conduite des hommes & des femmes, on eſt oblige de reconnaitre entre les deux ſexes une realite entiere


Seconde partie
  • Ou l’on foit voir pourquoy les temoignages qu’on peut apporter contre le ſentiment de l’egalite des deux ſexes, tires des poetes, des orateurs, des hiſtoriens, des juriſconſultes, & des philoſophes, ſont tous vains & inutiles
  • Que les femmes conſiderees ſelon les principes de la ſaine philoſophie, ſont auſſi capables que les hommes de toutes ſortes de connaiſſances
  • Que les femmes ne ſont pas moins capables que les hommes des emplois de la ſociete
  • Que les femmes ont une diſpoſition avantageuſe pour les ſciences, & que les idees juſtes de perfection, de nobleſſe & d’honnetete leur conviennent comme aux hommes
  • D’ou vient la diſtinction des ſexes : juſqu’ou elle s’etend : & qu’elle ne met point de difference entre les hommes & les femmes, par rapport au vice & a la vertu ; & que le temperament en general n’eſt ni bon ni mauvais en ſoy
  • Que la difference qui ſe remarque entre les hommes & les femmes pour ce qui regarde les mœurs vient de l’éducation qu’on leur donne