De la baguette divinatoire/Partie 4/Considérations finales

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
CONSIDÉRATIONS FINALES DE LA IVe PARTIE.

268.Le principe du pendule explorateur, tel que je viens de le formuler, considéré dans ses rapports avec les sciences expérimentales au point de vue le plus restreint, c’est-à-dire dans sa relation immédiate avec un sujet spécial auquel il s’applique, a une importance incontestable, parce qu’il montre les erreurs auxquelles des esprits qui ont étudié les sciences du domaine de la philosophie naturelle peuvent être entraînés, tout en croyant rester dans les limites de l’expérience.

Aux écrits de Thouvenel et de Tristan sur la baguette, et de Gerboin sur le pendule explorateur, qui sont trois exemples à citer à l’appui de cette proposition, il en est un quatrième, peu connu, mais trop intéressant et trop intimement lié à mon sujet, pour que je le passe sous silence.

269.Longtemps après la publication de ma Lettre à M. Ampère, j’ai retrouvé dans les Transactions philosophiques[1] et l’Histoire de l’Électricité du Dr Priestley[2], des faits qui ajoutent quelque intérêt à mon explication du pendule explorateur. Tous les physiciens connaissent l’importance des découvertes de Gray en électricité ; mais beaucoup de nos contemporains ignorent que les derniers travaux qui l’occupèrent ont trait au pendule explorateur, et qu’au lit de la mort il les exposait au secrétaire de la Société royale de Londres, le Dr Mortimer.

Un globe de fer de 1 pouce à 1 pouce et demi de diamètre, faiblement électrisé, est placé au centre d’un gâteau circulaire de résine de 7 à 8 pouces de diamètre. Un corps léger, suspendu à un fil très-fin de 5 à 6 pouces de longueur dont on tient l’extrémité libre à la main au-dessus du globe de fer, se meut en cercle spontanément et constamment, suivant Gray, d’occident en orient.

Si le globe de fer est à quelque distance du centre du gâteau circulaire, le mouvement du corps léger est une ellipse dont l’excentricité est la distance du globe au centre du gâteau.

Que le gâteau soit elliptique et que le globe de fer soit au centre, le corps léger décrira une ellipse de la même excentricité que celle de l’ellipse du gâteau.

Si le globe de fer est dans un des foyers de l’ellipse du gâteau, le corps léger aura un mouvement plus rapide dans l’apogée que dans le périgée de son orbite.

Le corps léger ferait les mêmes révolutions autour du globe de fer placé sur une table sans reposer sur un corps électrique.

Mais le mouvement n’a lieu qu’autant que le pendule est tenu à la main.

270.Gray ne doutait pas, si Dieu lui prêtait vie, qu’il porterait ses expériences électriques à la perfection, qu’il étonnerait le monde avec une nouvelle sorte de planétaire au moyen duquel il établirait une théorie certaine propre à expliquer les mouvements des corps célestes.

271.Le Dr Mortimer confirma les expériences de Gray, et dit que le pendule faisait des révolutions autour des corps de différentes figures et d’espèces diverses, aussi bien qu’autour d’un globe de fer.

272.Les expériences furent répétées, avec une grande variété de circonstances, par M. Wheeler et d’autres personnes, dans la maison où s’assemblait la Société royale de Londres : mais on ne put en tirer aucune conséquence. Enfin, M. Wheeler, après beaucoup d’expériences et des résultats divers, dit que son opinion était que le désir de produire le mouvement d’occident en orient était la cause secrète qui avait déterminé le corps suspendu à se mouvoir dans cette direction au moyen de quelque impression qui venait de la

Une page est manquante à cet endroit du livre. {{{action}}}


  1. Phil. Trans. abridged ; volume VIII, pages 402, 403, 404, 418.
  2. Histoire de l’Électricité, de Priestley ; traduction française tome I, pages 109 à 116.