Rutebeuf - Œuvres complètes, 1839/De sainte Eglise

La bibliothèque libre.
(Redirigé depuis De sainte Esglise)
Aller à : navigation, rechercher
Texte établi par Achille Jubinal Chez Édouard Pannier (1pp. 245-249).


De sainte Église.


Ms. 7615.


Séparateur



Rimer m’estuet, c’or ai matire
A bien rimer : por ce m’atire.
Rimerai de sainte Église :
N’en puis plus fére que le dire.
S’en ai le cuer taint et plain d’ire
Quant je la voi en tel point mise.
Ha, Jhésu-Criz ! car te ravise
Que la lumière soit esprise,
C’on a estaint por toi despire.
La loi que tu nous as aprise
Est ci vencue et entreprise
Qu’elle se torne à desconfire.

Des yex dou cuer ne véons gote,
Ne que la taupe soz la mote.
Entendez me vers ne vous voir
Où se vient chacun se dote.
Ahi ! ahi ! fole gent tote
Qui n’osez connoistre le voir,
Com je dout, por estovoir,
Ne face Diex sor vous plovoir
Tele pluie qui là dégoute !
Se l’en puet paradis avoir

Por brun abit, ou blanc, ou noir,
Qu’il a mult de fox en sa rote !

Je tien bien à fol et à nice
Saint Pol, saint Jaques de Galice,
Saint Bertelemieu et saint Vincent,
Qui furent sanz mal et sanz vice
Et prirent, sanz autre délice,
Martirez por Dieu plus de cent.
Li saint preudome qu’en musant
Aloient au bois porchaceant
Racines en leu de vice,
Cil refurent fol voirement,
S’on a Dieu si légièrement
Por large cote et por pélice.

Vous devins et vous discretistre,
Je vous jete fors de mon titre ;
De mon titre devez fors estre,
Quant le cinquième esvengelitre
Vost’ droit frère, mestre et menistre ;
De parler dou roi célestre,
Encor vous feroit en champ estre,
Com autre brebiz chanpestre,
Cil qui font la novelle espitre.
Vous estes mitrés non pas mestre ;
Vous copez Dieu l’oroille destre :
Diex vous giete de son regitre.

De son registre il n’en puet mais :
Bien puet passer et avril et mays
Et sainte Église puet bien brère,

Car véritez a fet son lais.
Ne l’ose dire clers ne lais :
Si s’en refuit en son repère
Qui la vérité veut retrère.
Vous dotez de vostre doère,
Si ne puet issir dou palais,
Car les denz muevent le trère[1]
Et li cuers ne s’ose avant trère :
Se Diex vous het, il n’en puet mais.

Ahi ! prélat et nervoié,
Com a l’en or bien emploié
Le patremoine à Crucefi !
Par les goles vous ont loié
Cil qui sovant ont rimoié
Dieu lessié por son atefi !
Dou remanant vous di-je : Fi !
N’en aurez plus, je vous afi ;
Encor vous a Diex trop paié.
De par ma langue vous desfi :
Vous en yrez de fi en fi
Juqu’en enfer le roié.

Il est bien raison et droiture
Vous laissiez la sainte Écriture,
Dont sainte Église est desconfite :
Vous tesiez la sainte Escriture,

Selonc Dieu menez vie obcure,
Et c’est vostre vie petite :
Qui vous flate entor vous abite.
La profécie est bien escrite :
Qui Dieu aime, droit prent en cure ;
La char est en enfer asflite,
Qui por paor aura despite
Droiture et raison et mesure.

L’eve qui sanz corre tornoie
Assez plus tost .i. home noie
Que celle qui adès decort.
Por ce vous di, se Diex me voie,
Tiex fet semblent qu’à Dieu s’aploie
Que c’est l’eve qui pas ne cort.
Hélas ! tant en corent à cort
Qu’à povre gent font si le sort
Et aus riches font feste et joie,
Et prometent à .i. mot cort
Saint paradis ; à coi que tort,
Jà ne diront se Diex l’otroie.

Je ne blâme pas gent menue ;
Si sont ausi com ...
L’en lor fet cançon ...[2]
L’en lor fet croire de veve voix
Une si grant descovenue
Que brebiz blanche est tote noire.
Si l’on laus ceste gloire loire[3],

Il n’en font une grant estoire
Nès dou chanche de la charrue,
Por coi il n’ont autre mimoire.
Dites-lor : « C’es de saint Grigoire : »
Quelque chose soit, est créue.
Se li Rois féist or enqueste
Sor ceus qui ce fut si honeste
Si com il fet sor ces bailliz,
C’ausin ne trueve cler ne prestre
Qui est enquerre de lor geste
Dont li ciègles est mal bailliz.
Sanz naturel lor est faillis
Quant cil qui jurent ès palliz
Ne font orendroit grant moleste
S’il n’ont bon vins et les blanz liz.
Se Diex les a por ce esliz,
Por pou perdi saint Poz la teste.


Explicit de sainte Église.

  1. Sans aucun doute Rutebeuf, par le rapprochement de ces deux expressions denz et palais, a voulu se livrer ici à un jeu de mots assez peu digne du titre de la pièce où il se trouve, et qui a le malheur de rappeler aujourd’hui ce calembourg d’une spirituelle parade moderne (Le Sourd ou l’Auberge pleine ), dans laquelle l’un des personnages dit en parlant d’un autre qu’il a un palais près de Sédan (ses dents).
  2. Il y a ici une lacune dans le Ms.
  3. Loire, permise ; de licere.