100%.png

Rutebeuf - Œuvres complètes, 1839/De la vie doumonde

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes de Rutebeuf, Texte établi par Achille JubinalChez Édouard Pannier1 (p. 232-244).


De la Vie dou Monde,


ou


C’EST LA COMPLAINTE DE SAINTE ÉGLISE.


Mss. 7595, 7633, 198 N.-D., 274 bis N.-D.[1].


----



L’autr’ier, par un matin, à l’entrée de mai,
Entrai en un jardin : por juer i alai.
Desous .i. aubespin .i. petit m’acointai[2] :
Escrist en parkemin .i. livret i trovai ;
Si luc dusqu’à la fin : mult durement l’amai.
Le nom de son autor[3] ne le sien je ne sai.
Or me suis porpensés comment l’apellerai :
C’est La vie dou monde ; ensi le baptissai.
Si vous plaist, escoutez, et je le vos lirai[4].

Sainte Église se plaint ; ce n’est mie mervelle :
Cascuns de guerroier contre li s’aparelle.

Si fil sont endormi ; n’est nul qui por li velle ;
Elle est en grant péril se Diex ne la conselle.

Puisque justice cloce, et drois pent et encline,
Et vérités cancelle, et loiautés décline,
Et carités refroide, et fois faut et défine,
Jou dit qu’il n’a ou monde fondement ne racine[5].

Fause marcheandisse est coverte d’usure,
Et castés est mise arrière par luxure.
Chascuns pense[6] du cors, et de l’âme n’a cure ;
Or sachiés que li mondes est en grant aventure.

Onques mais ne fu[7] tant de grans préchéeors,
Et si ne pert al siècle, trop est de péchéors
Qu’il sont tot esbloï[8] aussi comme li ors
Et fuient en enfer les galos et les cors.

Ains puis ke nostre Sires forma le premier home
Ne puis que nostre père Adans manga la pome,
Ne fu Diex mains doutés desos la loi de Rome :
De Rome vient li max qui les vertus asome[9].

Rome, qui déust estre de nostre loi[10] la fonde,
Symonie, avarice, et tos max i abonde :

Cil sont plus cunchié qui doivent estre monde
Et par malvais exemple ont honni tot le monde.

Qui argent porte à Rome, asés tot provende a ;
On ne les donne mie si com Diex commenda.
On set bien dire à Rome : « Si voille empêtrer : da
Et si non voile dare, enda la voie, enda[11] ! »

Franche, que de francisse est dite par droit non,
A perdu de francisse le los et le renon ;
Il n’i a mais nul franc, ne prélas, ne baron,
N’en chité, ne à ville, ne en relegion.

Au tans que li François vivoient en francisse
Par els fu mainte terre garandisse[12] et conquise,
Et faisoient li roi dou tout à lor devisse,
Car on prioit por els partout[13] en sainte Église.

J’oseroie bien dire devant tos cex de Rome[14]
Que Diex onneroit plus par la voix d’un prudome
U par une viellete, ce de bon cuer le nome,
Que par tot l’or d’Espaingne[15] s’il ert en une some.

Judas Machabéus nos dist anchienement
Que victoire n’est mie en grant masse d’argent,
N’en grant chevaucéures, ne grant plenté de gent,
Ançois vient dou Signeur qui maint ou firmament.

Sainte Église la noble, qui est fille de roi,
Espose Jésus-Christ, escole de la loi,
Cil qui l’ont aservie ont fait mult grant desroi ;
Chou a fait convoitise et défaute de foi.

Convoitise vaut pis que ne fait un serpens[16] ;
A tout honni le monde, dont je sui mult dolans :
Se Charles fust en France encore i fust Rolans ;
N’eussent pooir contre els Yaumons ne Agolans[17].

Ains puis que li disimes fut pris en sainte Église,
Ne fist li rois de Franche riens qu’il éust emprise ;
Damiette, ne Tunes, ne Pulle ne fu prise,
Ne ne prist Aragone li rois de saint Denise[18].

Or si gart bien cascuns : tant comme on le penra,
Honors, joie, victore as François n’avenra,
Et puet bien aprendre cil qui le maintenra,

Par les coses passées comment il avenra.

Quant Martin l’apostoile, c’on apele Symon[19],
Donna au fil le Roy le règne d’Aragon,
S’il li éust donné .xxx. jours de pardon
Il li éust miex valu que faire si fait don.

Oncques ne vi disime qui fu bien enploiés :
Ne puis que l’apostole fust à chou aploiiés,
Que li disimes fust donnés et otroiiés,
Ne poc véoir le tierme que il fust porpaiés.

Desous la loi de Rome n’a nule région
Qui à Rome obéisse de cuer se France non,
Et de s’obédienche a si biel guerredon
Que on li tolt souvent sa laine et sa toison.

Por quoi ne prent li papes dizime en Alemaingne,
En Baivierre, en Seissongne, en Frise et en Sardaingne[20] ?

Il n’i a cardonal[21], tant haut l’espée çaingne,
Qu’il l’alast querre là por estre rois d’Espaingne.

Des prélas vos dirai : mais qu’il ne vos anuit,
Diex leur a commandé veillier et jor et nuit,
Et restraindre leurs rains, et porter fuelle et fruit,
Et lumières ardans ; mais ne sont pas tel tuit[22].

Quel gent a Diex laissié por garder sa maison ?
Sa vigne est désiertée, n’i labore mais hom ;
Li fil Ély le tienent[23] à tort et sans raison,
Et si r’est symonie plantée de saison.

S’il esquiet une rente à Rains u à Conloingne,
S’uns preudons la demande, cuidiés-vos qu’on li donne ?
Priamides[24] l’emporte sans noise et sans raloigne,
Car Diex est si sofrans que nus ne le resoigne.

Quant Diex venra sa vigne véoir por vendengier
Et il n’i trovera cose c’on puist mangier,
Des malvais se vaurra mult cruement[25] vengier :
Il ne seront pas cuite sans plus por laidangier.


Des biens de sainte Église se complaint Jésus-Christ
Que on met en joiax et en vair et en gris ;
S’an traient leur keues Margos et Béatrix[26],
Et li membre Diu sont povre, nu et despris.

Molt volontiers quésisse une relegion
U je m’âme salvaisse en bone entention,
Mais tant voi en pluseur envie, élation,
Qu’il ne tiennent de l’ordre fors l’abit et le non.

Qui en relegion velt saintement venir,
Trois coses li covient et voer et tenir :
Casté, povreté[27] et de cuer obéir ;
Mais on i voit sovent[28] le contraire avenir.

Obédienche gronche, chastés se varie ;
Cascuns bée à avoir, povretés est haïe.

La parole David est bien entr’oublie[29],
Qui dist : « Rendés-vos veus, ne les trepassés mie. »

Chanone séculer mainnent très bone vie :
Chacuns a son hostel, son leu et sa mainie,
Et s’en i a de tex qui ont grant signorie,
Qui poi font por amis et assés por amie.

En l’orde des canoines qu’on dist Saint-Augustin,
Ils vivent à plenté, sans noise et sans hustin.
Je lo qui leur[30] soviègne au soir et au matin
Que la chars bien[31] nourie porte à l’âme venin.

En l’ordre des noirs moines sont à ço[32] atorné[33].

Il soloient Diu querre mais il sont restorné,
Ne Dius n’en trouve nul, car il sont destorné[34] :
Mult de bien soloient faire, mais il en sont lassé[35].

L’ordre de Cistiax[36] tiengne à bone et bienséant,
Et si croi que il soient preudome bien créant,

Mais de tant me desplaist que il sont marcéant[37],
Et de carité faire deviennent recréant.

De cex de Prémonstré[38] me convient dire voir :
Orgix et convoitise les set bien décevoir ;
Il sont par dehors blanc, et par dedens sont noirs :
S’ils fussent partot blanc il fesissent savoir.

Jacobin, Cordelier sont gent de bon afaire :
Il déissent assés, mais il les convient taire,
Car li prélat ne vellent qu’il dient[39] nul contraire,
A cho que il ont fait n’à cho qu’il voellent faire.

Cordelier, Jacobin font granz affliccions[40],
Si dient, car il sueffrent mout tribulacions ;
Mais il ont des riche hommes les exécucions
Dont il sunt bien fondei et en font granz maisons.

Les blances et les grisses et les noires nonains
Sont sovent pélerines as saintes et as sains ;
Se Dix leur en set gret, je ne sui mie certains :
S’eles fuissent bien sages eles alassent mains.

Qant ces nonnains se vont par le pays esbatre,
Les unes à Paris, les autres à Monmartre,
Tel fois emmainne deux[41] qu’on en ramainne quatre,
Car s’on en perdoit une il les convanroit batre.

Molt mainnent bone vie Bégines et Bégin :
Avec eus me rendisse[42] ennuit u le matin,
Mais jà ne croira jà glouton delès bon vin[43],
Ne geline avec coc, ne chat avec sain.

J’ai grant pièce pensé à ces doiens ruaus[44],
Car jou trover cuidoie aucun prudome entr’aux,
Mais il n’a si prodome dusques en Rainscevaux,
S’il devenoit doiens, qu’il ne devenist maux.

Cil qui doivent les visses blâmer et laidangier,
Qui sont prestre, curé, sueffrant maint grant dangier,
Et s’en i a de tex qui par sont si légier
Que l’évesques puet dire : « J’ai fait[45] d’un leu bergier. »

Li Barré, li Sachet, li Frère de la Pie

Comment troveront-il en cest siècle lor vie[46] ?
Il sont trop tart venu, car il est jà complie,
Et s’est li pains donnés, ne s’i atendent mie.

Convoitise, qui fait maint avocas mentir
Et le droit bestorner et le tort consentir,
Les tient en sa prison[47], ne les lait repentir
Devant qu’ele lor face le feu d’infer sentir.

Nous avons .ij. preudomes[48] qui font tos les destors[49],
Car il tienent en cause[50] et les drois et les tors :
Se meum fust bénis et tuum fust mors[51],
Teus chevauche à lorain qui troteroit en tors.

Sor totes autres ordres doit-on mult honorer[52]
L’ordre de mariage et amer et garder :
Li feme à son baron ne porte loiauté
Et li homs à se feme ne amor ne bonté.
Certes c’est grans doleurs que je ne puis trover

En cest siècle estat ù homs se puist salver.

Or prions en la fin au Signor, qui ne ment,
Que il tos nos péchiés nous pardoinst et ament[53],
Et nous doinst en cest siècle vivre si saintement
Qu’en aions sentensse[54] por nous al jugement.


Explicit de la Vie dou monde[55].

  1. Le Supplément au glossaire de la langue romane de M. Roquefort, au mot cococart, indique le Ms. de N.-D., no 5, fol. 22, comme contenant une Vie dou monde : c’est une erreur.
  2. Ms. 198 N.-D. Var. M’acostai.
  3. Ms. 198 N.-D. Var. De ce livret.
  4. Ms. 274 bis, N.-D. Var. Diray.
  5. Le Ms. 274 bis N-D. ajoute ce vers :
    Fors Dieu croire et amer, c’ot vraie médecine.
  6. Ms. 198 N.-D. Var. Aime.
  7. Ms. 274 bis N.-D. Var. Ne véistes.
  8. Ms. 198 N.-D. Var. Avueglés.
  9. Ms. 7633. Var. De là vient touz li mauz qui les vertus asoume.
  10. Ms. 7633. Var. Foi.
  11. Ms. 198 N.-D. Var.
    .....Si donne il empêtra,
    Et si ne donne rien, enda la voie, enda.
    Ces mots da, dare, rappellent ces vers burlesques cités par Walsingham, page 456, annot. 130 bis :
    Ecclesiæ navis titubat, regni quia clavis
    Errat. Rex, Papa facti sunt unica cappa.
    Hoc faciunt, do, des, Pilatus hic, alter Herodes.
  12. Ms. 7633. Var. Conqueste et gaingnie.
  13. Ms. 198 N.-D. Var. De cuer.
  14. Ms. 274 bis N.-D. Var. Du monde.
  15. Ms. 274 bis N.-D. Var. De Romme.
  16. Mss. 7633 et 274 bis N.-D. Var.
    Convoitise, qui vaut pis c’uns serpans volans.
  17. Voyez, pour l’explication de ce mot, l’une des notes de la pièce intitulée Li Diz de Puille.
  18. Ce vers a rapport à la guerre que Philippe-le-Hardy déclara en 1285 au roi d’Aragon pour se venger de l’entreprise faite en Sicile par ce prince contre Charles d’Anjou, son oncle, et pour soutenir les droits que Charles de Valois, son deuxième fils, avait acquis en 1284 sur les royaumes d’Aragon et de Valence, ainsi que sur le comté de Barcelonne, par le don que lui en avait fait le pape.
  19. Cette strophe ne se trouve que dans les Mss. 274 bis N.-D. et 198 N.-D. ; les autres ne la contiennent pas. — Martin l’apostoile c’on apele Symon est Simon de Brie, cardinal de Sainte-Cécile, envoyé vers 1253 comme légat en France, où il rendit au roi de grands services en calmant en sa qualité d’arbitre les querelles qui avaient lieu entre l’Université et l’Official de Paris ainsi qu’entre les différents procureurs des nations écolières. Après la mort de Nicolas III il fut élu pape le 23 mars 1281, et prit, à cause de son ancienne dignité de trésorier de l’église de Saint-Martin de Tours, le nom de Martin IV. Il mourut le 25 mars de l’an 1285.

    Quant au don du règne d’Aragon qu’il fit en 1284 à Charles de Valois, troisième fils de Philippe-le-Hardy, au préjudice de Pierre, roi légitime de ce pays, pour punir ce dernier du massacre des Vèpres siciliennes, il ne fut point heureux et le succès ne sanctionna pas cette injustice flagrante.

  20. Ms. 198 N.-D. Var. Bourgoigne.
  21. Ms. 7633. Var. Chardenaul.
  22. Ms. 198 N.-D. Var. Mais ne l’ font mie tuit.
  23. Ms. 274 bis N.-D. Var. Le fil Hély le tient. — Ne s’agirait-il pas ici de Hélie ou Hély de Cortone, compagnon, puis successeur de saint François dans la conduite de son ordre ? Je serais assez porté à le croire, bien que ces mots à tort et sans raison dussent paraître dans ce cas une critique des Frères-Mineurs, que Rutebeuf vante plus haut (voyez Li Diz des Cordeliers) ; mais qui peut exiger d’un poëte, et surtout d’un poëte satirique, une logique rigoureuse ?
  24. Ms. 198 N.-D. Var. Symonie.
  25. Ms. 198 N.-D. Var. Malement.
  26. Ms. 7633. Var.
    S’en traînent les coes et Margoz et Biautrix.
    Je crois que ce vers est une allusion au luxe que pouvaient déployer Marguerite, reine de France, fille aînée de Raymond Bérenger, comte de Provence, mariée en 1234 à Louis IX, morte seulement en 1295, et Béatrix de Bourgogne, fille de Thibaut IV, comte de Champagne, mariée à Hugues VI, duc de Bourgogne, en secondes noces, et morte vers le milieu de l’an 1295. Du moins je ne vois pas à cette époque d’autres princesses portant ces deux noms auxquelles l’allusion de Rutebeuf puisse s’appliquer avec autant de probabilité. En effet Béatrix de Provence, quatrième fille de Raymond Bérenger et femme de Charles d’Anjou, était morte depuis longtemps, et Charles de Valois, dont il est question en note de la page 236, n’avait pas encore épousé Marguerite, fille de Charles II, roi de Sicile. Leur mariage n’eut lien qu’en 1290, et la composition de notre pièce est selon moi antérieure à cette époque.
  27. Ms. 198 N.-D. Var. Chaasté et simplece.
  28. Ms. 274 bis N.-D. Var. Mais hom voit en trestouz.
  29. Ms. 198. N.-D. Var. Est bien de Dieu entrelessiée.
  30. Ms. 7633. Var. De Jhésu lor.
  31. Ms. 7633. Var. Soeif.
  32. Ms. 7633. Var. Aceiz.
  33. Les noirs moines étaient, comme nous l’avons déjà dit, les Bénédictins. — J’ai trouvé sur eux dans le Ms. 65, fonds de Cangé, fol. 133, la chanson suivante, que j’attribue à Estienne de Miaus parce qu’il est nommé dans une de celles qui précèdent immédiatement :

    Trop par est cist mondes cruaus,
    Poi i a bien, n’en qier mentir.
    Chascuns entent à fer maus,
    A qui q’on le veut consentir.
    Por ce vont-il ès parfon et gaus
    En enfer le puant ostaus ;
    Mainte doleur i convendra souffrir :
    Adonc vendra à tort le repentir.

    Cil noirs moines, qui Dex doint maus
    Refont auques à leur plesir ;
    Trop par ont souvent généraus
    De diverses chars, sanz mentir.
    Les vins ont blans comme cristaus ;
    A guersoi * boivent par igaus ;
    N’entendent pas fors à la char norrir
    Que l’on metra en la terre porrir.

    * Voyez, pour cette expression, la note 3, page 93.

    Dex ! que feront cil desloiaus ?
    Bien lor devroit mesavenir.
    Cil clergie qui n’est pas loiaus,
    Qui ne se veut en bien tenir,
    Il ont toz les biens corporiaus
    Et chevauchent les cras chevaux,
    Mès de leur bien ne vuelent departir
    A cil que’s puet de cest siècle fenir.
    Dex ! que feront prevoz, bediaus ?
    Tel gent devroit-l’on trop haïr :
    Toz jor vivent sor autrui piaus ;
    Ne servent fors du mont traïr
    Et enplent souvent lor bouciaus *
    De pain, de vin, de cras morsiaus.
    Las ! quel délit a ci à maintenir !
    L’âme en aura grief fais à soutenir.
    Dex ! où sont ore li loiaus
    Qui au péchié veulent foïr ?
    Li Jacobin en sont de çaus ;
    Li Frère Meneur, sanz mentir,
    Il sevent bien qu’il sont mortaus
    Et que tuit morront bons et maus,
    Et haut et bas tot convendra morir :
    Por ce vuelent à cest siècle foïr.

    * Emplissent souvent leurs boyaux.

  34. Ms. 274 bis N.-D. Var. Qu’il ot le bec torné.
  35. Mss. 7633, 198 N.-D., 274 bis N.-D. Var.
    En l’ordre Saint-Benoît c’on dit le Bestournei.
  36. On lit dans une chanson d’Adam le Boçus d’Arras (la dernière du Ms. 184, supp. fr. fol. 233), à la louange de la Vierge :
    D’orgueil a jà traite clergie
    Et Jacobins de bons morsiaus,
    Frères Menuz de gloutenie,
    Mès ciaus espargne de Cistiaus ;
    Moines, abbés a trait d’envie
    Et chevaliers de reuberie ;
    Prendre nous cuide par monciaus.
  37. Rutebeuf a raison dans ce reproche : il n’était pas très convenable que les religieux fussent en même temps commerçants, et c’était une singulière permission que celle que l’on avait donnée aux moines de Cîteaux de faire le négoce.
  38. Les Prémontrés étaient des chanoines réguliers institués par saint Norbert en 1119, sous Callixte II, durant le règne de Louis-le-Gros, dans le village de Prémontré, ainsi nommé par ce qu’Enguerrand de Coucy ayant eu peur d’un lion en cet endroit, à ce que rapportent naïvement nos anciens auteurs, s’écria : « Saint Jean, tu me l’as de près montré ! » Les vêtements et les scapulaires des Prémontrés étaient blancs ; lorsqu’ils sortaient ils avaient un manteau et un chapeau blanc ; au chœur, dans l’été, ils portaient un surplis blanc et une aumusse blanche ; dans l’hiver, un rochet avec une chape et un camail blancs. Ceci dit assez que ces religieux n’appartenaient point à l’ordre des moines noirs.
  39. Ms. 198 N.-D. Var. Que baient.
  40. Cette strophe ne se trouve que dans le Ms. 7633 ; elle a été ajoutée en marge à l’encre rouge (caractères du temps) dans le Ms. 274 bis N.-D.
  41. Ms. 198 N.-D. Var. En part l’en .ij.
  42. Ms. 274 bis N.-D. Var. Volentiers m’i rendisse.
  43. Ms. 198 N.-D. Var. Je ne croirai glouton avecques le bon vin.
  44. Ms. 7633. Var. Curaux. — Ms. 198 N.-D. Var. Royaux. — Ms. 274 bis N.-D. Var. ruraux. — On appelait ainsi les doyens qui avaient droit de visite sur les curés de campagne dans les diocèses divisés en doyennés.
  45. Ms. 7633. Var. Je faz.
  46. Les Frères de la Pie étaient un ordre de chanoines réguliers établi par saint Louis en 1268. On trouve vers la fin de la pièce intitulée Les Moustiers de Paris :
    La novele ordre de la pie
    Qui sont en la Bretonnerie.
    (Voyez Méon, Fabliaux et Contes, tome II, page 292.) — Le dernier vers de cette strophe est une allusion à leur coutume de mendier en disant : « Du pain aux pauvres Frères-Sachets ! du pain aux frères de la Pie ! » (Voyez page 219, note 2.)
  47. Ms. 7633. Var. Bien les tient en prison.
  48. Ms. 7633. Var. Prevoz. — Ms. 274 bis Var. Pronons.
  49. Ms. 7633. Var. Laiz decors.
  50. Ms. 7633. Var. Car il traient à causes. — Ms. 198 N.-D. Var. Car ils traient ensamble.
  51. Ms. 7633. Var. Se droiz fust soutenuz et li torz estoit torz.
  52. Toute cette strophe manque au Ms. 198 N.-D. et au Ms. 274 bis N.-D.
  53. Ms. 7633. Var. Qui consaut touz preudommes et touz picheurs amant.
  54. Ms. 7633. Var. Qu’aienz boenne sentence.
  55. Le Ms. 274 bis N.-D. ajoute en rouge après l’Explicit :

    Fox est li hons qui ne si monde
    De tous les max que il habonde
    Por qu’il ne chiée en mer parfonde.