Del tumbeor Nostre Dame

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Del tumbeor Nostre Dame
Romania2 (p. 317-325).

Miniature from 3516 de l'Arsenal, f. 127r.png

Es vies des anciens peres,
La ou sont bones les materes,
Nos raconte [on] d’un examplel :
Jo ne di mie c’alsi bel
5N’ait on oi par maintes fois,
Mais cil n’est pas si en desfois
Ne face bien a raconter.
Or vos voil dire et aconter
D’un menestrel que li avint.

10Il ala tant et tant revint
En tant maint lieu et despendi,
Qu’en .j. saint ordre se rendi,
Por le siecle que li anoie.
Chevals et robes et monoie
15Et quanqu’il ot trestot i mist,
Et del monde si se demist,
C’onques puis ne s’i vout ramordre.
Por ce se mist en cel saint ordre,
Si con l’en dit, en Clerevaus.
20Quant rendus se fu cil dansieaus
Qui si estoit bien acesmes

Et beaus et gens et bien formes,
Si ne sot faire nul mestier,
Dont on eust laiens mestier ;
25Car n’ot vescu fors de tumer
Et d’espringier et de baler :
Treper, saillir, ice savoit,
Ne d’autre rien il ne savoit,
Car ne savoit autre leçon,
30Ne ‘pater noster’ ne chançon,
Ne le ‘credo’ ne le salu,
Ne rien qui fust a son salu.

Quant en cel ordre fu rendus,
Si vit ces gens si haut tondus,
35Qui par signe s’entreraisnoient
Et des bouches mot ne sonoient :
Si quida bien certainement
Qu’il ne paraissent altrement.
Mais tost en fu hors de doutance,
40Car bien sot que par penitance
Estoit lor parole en desfois,
Dont il se taisent a le fois,
Si c’a lui meisme revint
Que sovent taire li covint.
45Et il si debonairement
Se taisoit et si Iongement
Que ja tote jor ne parlast,
S’on a parler nel commandast,
Si que sovent en out grant ris.
50Cil fu entr’eus tos esbahis,
Car ne savoit dire ne faire,
Dont on eust laiens afaire ;
S’en fu mout tristes et covers :
Vit ces moines et ces convers,
55Cascun(s) servoit Deu cha et la,
De tel office con i la :
Il vit les prestres as auteus,
Car lor offices estoit tex,
Les diakes as ewangilles,
60Les soudiakes as vigilles ;
Et as epistles, quant lieus est,
Li acolite resont prest.
Li un(s) dist vers, l’autre leçon,
Et as sautiers sont li clerçon,
65Et li convers as misereles
— Ensi ordenent lor quereles —
Et li plus nice as patrenostres.
Par officines, par encloistres
Garda partot et sus et jus,
70Et vit par ces angles repus
Cha .v. cha .iij. cha .ij. cha un.
Bien remira, s’il pot, cascun :
L’un ot plaindre, l’autre plorer,
L’autre gemir et sospirer.
75Si se merveille que il ont :
« Sainte Marie, » fait il dont
« C’ont ces gens que si se demainent
Et si faite dolor demainent ?
» Trop corecie sont, ce me samble,
80» Quant si grant duel font tot ensamble.
» Sainte Marie, » lors a dit
« He ! las dolans, que ai jod it !
» Je quit qu’il prient Deu merci.
» Mais jo caitis que fas jo ci ?
85» Qu’il n’a chaiens issi chaitif
» Que tot ensi con par estrif
» Ne serve Deu de son mestier.
» Mais jo n’eusse ci (nul) mestier,
» Car jo ne fas ne jo ne di.
90» Bien fui caitis, quant me rendi,
» Car jo ne sai bien ne proiere.
» Chi vois avant et chi ariere ;
» Jo ne fas ci fors que muser
» Et viandes por nient user.
95» Se jo de ce sui perceus,
» Jo serai malement dechus.
» On me metra as cans la fors,
» Et io sui ci un[s] vilains fors,
» Et si ne fas ci fors mangier.
100» Bien sui caitis en haut solier. »
Lors pleure por vengier son duel,
Bien volsist estre mors son vuel :
« Sainte Marie » fait il « mere !
» Car proies vo soverain pere
105» Par son plaisir que il m’avoit,
» Et que si bon conseil m’envoit
» Que lui et vos puisse servir,
» Si que jo puisse deservir
» Les viandes que chaens preng,
110» Car jo sai bien que jo mespreng. »
 
Quant il se fu dementes tant,
Tant vait par le mostier fustant

Qu’en une crote s’enbati,
Pres d’un autel si se quati,
115Et al plus qu’il puet s’i enforme.
Desor l’autel estoit la forme
De ma dame sainte Marie.
Il n’ot mie voie esmarie,
Quant il ilueques asena,
120Non voir, que Dex l’i amena,
Qui bien set les siens asener.
Quant il ot la messe sonner,
Si sailli sus tos esbahis :
« Hai, » fait il « con sui trais !
125» Or dira ja cascuns sa laisse,
» Et jo sui ci .i. bues en laisse
» Qui ne fas ci fors que broster
» Et viandes por nient gaster.
» Si ne dirai ne ne ferai ?
130» Par la mere Deu, si ferai,
» Ja n’en serai ore repris :
» Jo ferai ce que j’ai apris,
» Si servirai de mon mestier
» La mere Deu en son mostier :
135» Li autre servent de canter
» Et jo servirai de tumer. »

Sa cape oste, si se despoille,
Deles l’autel met sa despoille,
Mais por sa char que ne soit nue
140Une cotele a retenue
Qui mout estoit tenve et alise :
Petit vaut miex d’une chemise ;
Si est en pur le cors remes.
Il s’est bien chains et acesmes,
145Sa cote çaint et bien s’atorne ;
Devers l’ymage se retorne,
Mout humblement et si l’esgarde :
« Dame, » fait il, « en vostre garde
» Commant jo [et] mon cors et m’ame.
150» Douce roine, douce dame,
» Ne despisies ce que jo sai,
» Car jo me voil metre a l’asai
» De vos servir en bone foi,
» Se Dex m’ait, sans nul desroi.
155» Jo ne vos sai canter ne lire,
» Mais certes jo vos voil eslire
» Tos mes biaus gieus a esliçon.
» Or soie al fuer de taureçon
» Qui trepe et saut devant sa mere.
160» Dame qui n’estes mie amere
» A cels qui vos servent a droit,
» Quels que jo soie, por vos soit. »
Lors li commence a faire saus
Bas et petis et grans et haus,
165Primes deseur et puis desos,
Puis se remet sor ses genols
Devers l’ymage et si l’encline :
« He ! » fait il « tres douce roine !
» Par vo pitie, par vo francise
170» Ne despisies pas mon servise. »
Lors tume et saut et fait [par] feste
Le tor de Mes entor la teste.
L’image encline, si l’aore,
De quantqu’il onques puet l’onore ;
175Apres li fait le tor françois
Et puis le tor de Chanpenois,
Et puis li fait le tor d’Espaigne
Et les tors c’on fait en Bretaigne,
Et puis le tor de Loheraine :
180De quantqu’il onques puet se paine.
Apres li fait le tor romain,
Et met devant sen front sa main
Et bale trop mignotement,
Et regarde mout humblement
185L’ymage de la mere Deu.
« Dame » fait il « ci a bel geu :
» Je ne le fasse por vos non,
» Se Dex m’ait, ce ne fas mon,
» Et por vo fil trestot avant ;
190» Ce os bien dire et si m’en vant
» Que jo n’i ai point de deduit ;
» Mais jo vos serf et si m’aquit :
» Li altre servent et jo serf.
» Dame, ne despisies vo serf,
195» Car jo vos serf por vostre joie.
» Dame, vos estes la monjoie
» Ki racense trestot le mont. »
Lors tume les pies contremont
Et va sor ses .ij. mains et vient
200Que de plus a terre n’avient,
Bale des pies et des ex plore.

« Dame » fait il « jo vos aore
» Del cuer, del cors, des pies, des mains,
» Car [jo] ne sai ne plus ne mains.
205» G’iere avant mais vo menestrex :
» Il canteront laiens entr’ex,
» Et jo vos venrai ci deduire.
» Dame, vos me poes conduire :
» Por deu, ne me voillies despire. »
210Lors bat sa cope ; si sospire
Et plore mout tres tenrement,
Que ne sot orer altrement ;
Lors torne ariere et fait .i. saut :
« Dame » fait il « se Dex me saut
215» Cestui ne fis jo onques mais :
» Cil n’est mie por les malvais
» Ains est trestos por les noviax.
» Dame ! con aroit ses avieax,
» Qui avoec vos porroit manoir
220» En vostre glorious manoir !
» Por Deu, dame, herbergies m’i,
» Jo sui a vos, ne mie ami.»
Dont li refait le tor de Mes
Et tume et bale tot ades ;
225Et quant il ot les cans haucier,
Si se commence a esforcier :
Ainc tant con la messe dura,
Ses cors de danser ne fina
Ne de treper ne de saillir,
230Tant qu’il fu si al defaillir,
Qu’il ne pot estre sor ses pies,
Ains est a terre trebucies,
Si chai jus de fine laste :
A ! si con sains ist de haste,
235Ist la suor de chief en chief
De lui, des pies deci al chief.
« Dame, » fait [il] « ne puis plus ore,
» Mais voir je revenrai encore. »
De calor samble tos espris.
240Il a sen vestement repris ;
Quant fu vestus, si se leva,
L’ymage encline, si s’en va.
« A Deu, » fait il, « tresdouce amie,
» Por Deu ne vos deshaities mie,
245» Car se je puis, jo revenrai,
» A cascune ore vos volrai
» Si bien servir, cui qu’il en poist,
» Se bel vos est et il me loist. »
Dont s’en va regardant l’image :
250« Dame » fait il« con grant damage
» Que jo ne sai tos ces sautiers !
» Jo les desise volentiers
» Por vostre amor tres douce dame.
» A vos commant mon cors et m’ame. »

255Cele vie mena granment,
C’a cascune ore outreement
Aloit rendre devant l’image
Et son servise et son homage.
Car a merveilles li plaisoit
260Et si volentiers le faisoit,
Que ja jor ne fust tant lasses
Qu’il peust bien faire son ses
D’esbanoier la mere Deu :
Ja ne volsist faire altre geu.
265On savoit bien sans nule doute,
Qu’il aloit tos jors en la croute,
Mais hom en terre ne savoit,
Fors Deu, que fu qu’il i faisoit,
N’il nel volsist por tot l’avoir
270Que tos li mons peust avoir
Que nus seust son errement.
Fors Damedeu tot seulement.
Car bien croit, lues c’on le saroit,
C’on de laiens le chaceroit
275Et c’on le remetroit al monde
Qui de pechies trestot soronde,
Et il volsist miez estre mors
Qu’es pechies se fust mais amors.
Mais Dex ki sot s’entencion
280Et sa tres grant conpunction
Et l’amor por cui il le fait,
Ne volt mie celer son fait,
Ains volt li sire et consenti
Que l’ovraigne de son ami
285Fust seu[e] et manifestee,
Por sa mere qu’il ot festee,
Et por ce que cascuns seust

Et entendist et coneust
Que Dex ne refuse nului
290Qui par amors se met en lui,
De quel mestier qu’il onques soit,
Mais qu’il aint deu et face droit.

Quidies vos or que Dex prisast
Son servise, s’il ne l’amast ?
295Nenil, ne quant que il tumoit ;
Mais il prisoit ce qu’il l’amoit.
Asses penes et traveillies,
Asses junes, asses veillies,
A[s]ses plores et sospires,
300Et gemissies et aores,
Asses soies en diciplines,
Et a meses et a matines,
Et dones quanque vos aves,
Et paies quanque vos deves,
305Se Deu n’ames de tot vo cuer,
Trestot cil bien sont gete puer,
En tel maniere, entendes bien,
En plain salu ne valent rien :
Car sans amor et sans pite
310Sont tot travail por nient conte.
Dex ne demande or ne argent
Fors vraie amor en cuer de gent,
Et cex aime Dex sans faintise.
Por ce prisoit Dex son servise.

315Einsi fu li bons hom lonc tans.
Jo ne vos sai nonbrer les ans
Que li bons hom fu si a aise,
Mais par tans ert mout a mesaise :
Car .i. moines garde s’en prist
320Qui en son cuer mout le reprist
De ce c’a matines ne vient ;
Si se merveille- que devient,
Et dist que mais ne finera
Dus c’a cel[e] ore qu’il saura
325Quels hom il est et dont il sert
Et a coi il son pain dessert.
Li moines tant le portraita,
Tant le sui, tant le gaita,
Qu’il li vit tot apertement
330Faire son mestier plainement,
Alsi con jo dit le vos ai :
« Par foi, » fait il, « cil a bon May
» Et plus grant feste, ce me samble,
« Que nos n’aions trestot ensamble.
335» Or sont li autre en orisons,
» Et en labor par les maisons,
» Et cil bale alsi fierement
» Con s’il eust .c. mars d’argent.
» Il fait bien son mestier a droit,
340» Et si nos paie ce qu’il doit :
» Çou est asses bele costume :
» Nos li cantons et il nos tume ;
» Nos li paions et il nos paie :
» Se nos plorons, il nos repaie.
345» Car le veist or li covens,
» Si con jo fas, par tex covens
» Que jo junaise jusc’a nuit !
» Il n’i aroit nului, je quit,
» Qui de rire se tenist mie,
350» S’il veoient ceste arramie
» De cest caitif, que si se tue,
» Qui de tumer si s’esvertue,
» Qu’il n’a de lui nule pitance.
» Dex li atort a penitance,
355» Car il le fait sans mal engien,
» Ne jo certes a mal nel tien(g).
» Car il le fait, si con jo croi,
» Solonc son sens en bone foi,
» Car il ne veut mie estre huisex.»
360Ce vit li moines a ses ex,
A totes les eures del jor,
Comment il oevre sans sojor.
S’en a asses ris et jue,
Car il en a joie et pite.

365A l’abe vient et se li conte,
De chief en chief tot li aconte,
Alsi con vos oi avez.
L’abes s’en est en pies levez
Et dist al moine : « Or vos taisies,
370» Et si ne l’escandelissies,
» Sor vostre ordre le vos commant,
» Et si tenes bien cest commant
» Que vos n’en parles fors a moi ;
» Et nos l’irons veoir andoi,
375» Si verrons que ce porra estre,

» Et prierons le roi celestre
» Et sa tres douce chiere mere,
» Qui tant est preciouse et clere,
» Qu’ele deprit par sa doucor
380» Son fil, son pere, son segnor,
» Qu’il en cest jor veoir me laist
» Cele ovraigne, se il li plaist,
» Si que Dex en soit plus ames
» Et li bons nom n’en soit blasmes,
385» Et se il li plaist ensement. »
Lors s’en vont il tot coiement,
Si se mucierent sans trestor
Pres de l’autel en .i. destor,
Si que cil ne s’en done garde.
390L’abes et li moines regarde
Trestot l’ofice del convers,
Et les tors qu’il fait si divers,
Et l’espring[i]er et le baler,
Et vers l’image rencliner,
395Et le treper et le saillir,
Tant que il fu al defaillir.
En si grant laste si s’esforce,
Qu’il le covient chair a force,
Si s’est assis si tre[s] lassez
400Que d’ahans est tos tressues,
Si que la suors en degoute
Tot contreval par mi le croute.
Mais en brief tans, en terme cort,
Sa douce dame le socort
405Que il servoit tot sans mençoigne,
Bien sot venir a sa besoigne.

L’abes esgarde sans atendre
Et vit de la volte descendre
Une dame si gloriouse,
410Ainc nus ne vit si preciouse
Ne si ricement conree[e],
N’onques tant bele ne fu nee :
Ses vesteures sont bien chieres
D’or et de preciouses pieres ,
415Avoec l(u)i estoient li angle
Del ciel amont et li arcangle
Qui entor le menestrel vienent,
Si le solacent et sostienent.
Quant entor lui sont arengie,
420S’ot tot son cuer asoagie :
Dont s’aprestent de lui servir
Porce qu’il volrent deservir
Le servise que fait la dame,
Qui tant est preciouse geme ;
425Et la douce roine france
Tenoit une touaille blance,
S’en avente son menestrel
Mout doucement devant l’autel.
La france dame deboinaire
430Le col, le cors et le viaire
Li avente por refroidier :
Bien s’entremet de lui aidier :
La dame bien s’i abandone.
Li bons hom garde ne s’en done,
435Car il ne voit, si ne set mie
Qu’il ait si bele compaignie.

Li saint angle forment l’onorent,
Que avoec lui plus ne demorent
Et la dame plus n’isojorne,
440De Deu le segne, si s’en tome,
Et li saint angle le conduient
Qui a merveilles se deduient
De regarder lor conpaignon,
N’atendent mais se l’eure non
445Que Dex le get de ceste vie,
Et k’il aient s’arme ravie.
Et ce vit l’abes sans defois
Et ses moines bien .iiij. fois ;
Que cascun[e] eure i avenoit,
450Que la mere Deu i venoit
Por son home aidier et socorre,
Car ses homes set bien rescorre.
S’en ot l’abes joie mout grant,
Car il estoit forment engrant
455Qu’il en seust la verite.
Mais or li a bien Dex mostre
Que li services li plaisoit
Que ses povres hom demostroit.
Li moines en fu tos confus,
460D’angoise embrase comme fus.
A l’abe dist : « Sire, merci !
» C’est .j. sains hom que jo voi ci.
» Se j’ai de l[u]i rien dit a tort,
» Drois est que mes cors li restort.

465» Si m’en cargies la penitance,
» Car proudom est tot sans doutance.
« Bien l’avommes de tot parchut,
» Ne devons mais estre dechut. »
Dist li abes : « Vos dites voir.
470» Dex le nos a fait bien savoir,
» Qu’il l’aime de tres fine amor.
» Or vos commant jo sans demor,
» Et en vertu d’obedience,
» Que vos ne chaes en sentence,
475Que vos a home n’en parles
» De ce que vos veu aves,
» Se ce n’est a Deu et a moi.»
« Sire » fait il « et je l’otroi. »
A ces paroles s’en retornent,
480En la volte plus ne sojornent,
Et li bons hom n’est arestus,
Ains a ses drapieaus revestus,
Quant il ot fait tot son mestier :
Si va juer par le mostier.

485Ensi ala li tans et vint,
Tant c’un petit apres avint
Que li abes manda celui
Qui tant de bien avoit en lui.
Quant il oi c’on le mandoit,
490Et que l’abes le demandoit,
Si fu ses cuers si tres plain[s] d’ire,
Conques ne sot qu’il peust dire.
« Helas, » fait il, « encuses sui :
» Jamais n’iere jor sans anui
495» Ne sans traval [ne] ne sans honte,
» Car mes seruises rien ne monte.
» Jo ne quit pas que a Deu plaise,
» Ha, las ! ains quit qu’il li desplaise,
» Car la verite s’en descuevre.
500» Quidoie jo que si faite oevre
» Que jo faisoie et [si] fait gieu
» Deuscent plaire a Damedieu ?
» Nenil, il ne li plaisent rien.
» He, las ! jo ne fis onques bien.
505» Las, que ferai ? las, que dirai ?
» Bieax tres dous Dex, que devendrai ?
» Or serai jo mors et honis,
» Or serai de chaens banis,
» Or reserai mis al bersaire,
510» La hors au monde al grant mal faire.
» Douce dame sainte Marie,
» Con ma pensee est esmarie !
» Ne sai a cui jo me conseil.
» Dame, venes a mon conseil.
515» Tres dous Dex, car me socores !
» N’atargies riens, ne demores,
» Et s’amenes vo mere avoec ;
» Por Deu, ne venes point senoec :
» Si me venes andoi aidier,
520» Car jo ne sai certes plaidier.
» On dira ja isnelement
» Al premier mot : ales vos ent.
» Dolans ! que porrai jo respondre
» Quant jo ne sai .i. mot despondre ?
525» Que vaut ce ? aler m’i covient. »
Plorant devant l’abe en vient,
Si que ses visages en moille ;
Plorant devant l[u]i s’agenoille :
« Sire, » fait il, « por Deu merci !
530  » Voles me vos chacier de ci ?
» Dites quantque vos commandes,
» Jo ferai quantque vos voldres. »
Fait li abes : « Jo voil savoir
» Et voil que vos me dites voir.
535  » Vos aves ci grant piece este
» Et par iver et par este,
» Si voil savoir de coi serves
» Et a coi vo pain deserves. »
« He las, » dist il, « bien le savoie
540» Que tost seroie mis a voie,
» Puis c’on saroit tot mon afaire,
» C’on n’aroit plus de moi que faire.
« Sire, » fait il ! « si m’en irai :
» Caitis sui et caitis serai,
545  » Ainc de tos biens ne fis demie. »
Dist l’abes : « Ce ne di jo mie,
» Ainçois vos requier et demant,
» Et apres ce jo vos comant
» Et en vertu d’obedience,

550» Que vos tote vo conscience
» Me contes, et de quel mestier
» Vos nos serves en no mostier. »
« Sire » fait il « com m’aves mort !
» Con cil commandemens me mort ! »
555Lors li conte, qu’il que soit grief,
Sa vie tot en chiet de chief,
Si que mot a dire n’i laisse,
Ains li dist tot a une laisse
Ensi con jo vos ai conte.
560Tot li a dit et raconte,
A mains jointes et en plorant ;
Les pies li baise en sospirant.

Li sains abes vers lui s’adrece,
Tot en plorant a mont l’en drece :
565Les ex li a ans .ij. baisies :
« Frere, » dit il, « or vos taisies,
» Car jo vos ai bien en covent,
» Que vos seres de no covent.
» Dex doinst que nos soions del vostre,
570» Tant puisson[s] deservir el nostre !
» Moi et vos serons bon ami.
» Beax dous frere, proies por mi,
» Et jo reproierai por vos.
» Et si vos pri, mes amis dous,
575» Et commant, sans nule faintise,
» Que vos plainement cel servise
» Fachies, si con vos fait l’aves,
» Et encor miex, se vos saves. »
« Sire, » fait il, « est ce acertes ? »
580« Oil » ce dist li abes « certes. »
Se li carga en penitance,
Que il ne soit plus en doutance,
Dont fu li bons hom si tres lies,
Si con raconte li dities,
585C’a paines sot il que devint :
A force seoir le covint ;
Tos en est pales devenus.
Quant ses cuers li fu revenus,
De joie el ventre li tressaut
590Si aigrement c’uns mals l’asaut,
Dont il morut asses briefment.
Mais molt tres debonairement
Fist son servise sans sojor
Et main et soir et nuit et jor,
595Que onques eure n’i perdi,
Jusc’a dont qu’il amaladi.
Car si grans max l’i tint por voir
Qu’il ne se pot del lit movoir.
Si l’en fu merveilles a ente
600De ce qu’il ne paioit sa rente :
C’est ce que plus le destraignoit,
Car son mal mie ne plaignoit,
Mais ce qu’il estoit en doutance
Qu’il ne perdist sa penitance,
605Por ce qu’il ne se traveilloit
De tel travail con il soloit :
Trop li sanbloit qu’il fust uisex.
Li bons hom qui poi ert visex,
Prioit deu qu’il le receust,
610Ains c’uiseuse le deceust.
Car si tres grant doloir avoit
De son afaire c’on savoit,
Que ses cuers ne le pot porter :
Gesir l’estuet sans deporter.
615Li sains abes forment l’oneure,
Il et si moine(s) cascun[e] eure
Li vont canter devant son lit,
Et il avoit si grant delit,
De ce qu’on li cantoit de Dieu,
620Qu’il ne presist mie Pontieu,
Qui tot li volsist aquiter,
Tant li plaisoit a escouter.
Bien fu confes et repentans,
Mais totes voies fu doutans ;
625Et que vaut ce ? a la parfin
Le covint il aler a fin.

L’abes i fu et tot si moine,
Maint prestre i ot et maint canoine,
Quil’ esgardent mout humblement,
630Et virent tot apertement
Un miracle tres merveilleus.
Car il virent tot a lor ex,
C’a son tenir furent li angle,
La mere Deu et li arcangle,
635Qui entor lui sont arengie.
D’autre part sont li esragie,

Li anemi et li diable,
Por l’ame avoir, n’est mie fable.
Mais por nient i ont atendu,
640Ne tant coitie ne [tant] tendu,
Que ja en s’ame n’aront part.
Atant li ame s’en depart
Del cors, mais n’est mie dechute,
Car la mere Deu l’a rechute ;
645Et li saint angle qui i sont
Cantent de joie, si s’en vont,
El ciel l’enportent par covens
Et ce vit trestos li covens
Et tot li autre qui la furent.
650Or sorent il tot et conurent
Que Dex ne voloit plus celer
L’amor de son bon bacheler,
Ains voloit que cascuns seust
Les biens de l[u]i et coneust.
655Grant joie et grant merveille en orent :
Le cors mout hautement honorent,
Si l’enportent en lor mostier,
Hautement font le Deu mestier.
N’i a celui ne cant(e) ou lise
660Ens el cuer de la maistre glise.

A mout grant honor l’enterrerent,
Comme cors saint puis le garderent.
Et lors lor dist sans coverture
Li abes tote l’aventure
665De lui et de tote sa vie,
Ensi con vos l’aves oie,
Et tot ce qu’il vit en la croute.
Li covens volentiers l’escoute :
« Certes » font il « bien fait a croire ;
670» On ne vos en doit pas mescroire,
» Car la verites le tesmoigne.
» Bien est proves a la besoigne ;
» N’i afiert mais nule doutance,
» Qu’il n’ait faite sa penitance. »
675Grant joie en ont laens entr’ex.

Ensi fina li menestrex :
Buer i tuma, buer i servi,
Car haute honor i deservi,
A cui nule ne se compere.
680Ce nos racontent li saint pere
Qu’ensi avint ce menestrel.
Or prions Deu, il n’i a tel,
Qu’il nos doinst lui si bien servir,
Que s’amor puisson[s] deservir.
685Explicit del tumeor.

Chi fine li tumbeor (sic) nostre dame.

Wilhelm Fœrster.


L’image vient du manuscrit 3516 de la Bibliothèque de l’Arsenal, manuscrit de base pour l’édition de Fœrster.