100%.png

Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Desaix (quai)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Desaix (quai).

Commence au pont Notre-Dame, finit au Pont-au-Change. Pas de construction. Sa longueur est de 137 m. — 9e arrondissement, quartier de la Cité.

Le premier document qui se rattache à cette voie publique se trouve dans le testament du président Turgot. Nous rapportons un extrait de cette pièce. — « 22 avril 1763. Je donne et lègue la somme de cent mille livres une fois payée à l’hôtel-de-ville de Paris, et je prie MM. les prévôt des marchands et échevins de l’employer à la construction du quai projeté par mon père, qui doit prendre au bout du quai de l’Horloge et aboutir au pont Notre-Dame, vis-à-vis Saint-Denis de la Chartre. Signé le président Turgot. » (Extrait du testament olographe). — Dans sa séance du 4 mars 1774, le bureau de la ville délibérant sur le legs fait par M. le président Turgot, fut d’avis de ne point l’accepter, « attendu qu’il paraissait peu convenable à la dignité du corps de ville de la capitale du royaume, d’accepter le d. legs sans l’employer sur-le-champ à l’objet désigné ; que le bureau ne pouvait se dissimuler qu’il lui serait impossible d’ici à un très grand nombre d’années, de s’occuper de la construction du quai projeté par M. Turgot, lorsqu’il était prévôt des marchands, attendu que cette construction exigeait une dépense très considérable, non seulement pour les ouvrages de construction, mais encore pour les acquisitions de terrains et des maisons nécessaires à la formation de ce quai ; que les affaires de la ville ne lui permettaient pas d’ici à très longtemps de faire une pareille dépense, et que d’ailleurs, lorsque les dettes exigibles seraient payées, il était d’une bonne administration de mettre à fin les ouvrages entrepris pour la décoration et la commodité de ses habitants, etc. »

« Septembre 1786. — Article 3e. Il sera procédé à la démolition des maisons de la rue de la Pelleterie, sur le bord de la rivière, à la place desquelles maisons il sera édifié un nouveau quai avec un parapet d’alignement à celui du quai de l’Horloge. » (Extrait de l’édit du roi.)

« 18 avril 1788. — Article 1er. La rue de la Pelleterie sera supprimée jusques près de l’angle de l’église Saint-Barthélémy, ainsi qu’il est indiqué sur le plan côté A, joint à la délibération des prévôt des marchands et échevins, et qui sera annexé à la minute du présent arrêt. La partie réservée de la d. rue sera nommée cul-de-sac Saint-Barthélemy. — Art. 2. Pour remplacer la d. rue de la Pelleterie, il sera établi un passage de vingt pieds de largeur dont l’alignement sera tiré sur une ligne droite de la rue Saint-Barthélemy à la rue de la Lanterne, etc. — Art. 9. Conformément à ce qui a été ordonné par l’art. 3 de l’édit du mois de septembre 1786, sur l’emplacement des maisons de la rue de la Pelleterie, du côté de la rivière, il sera établi un nouveau quai avec un parapet d’alignement à celui du quai de l’Horloge. — Art. 10. Le d. nouveau quai aura 44 pieds de largeur : l’architecture et la façade seront conformes au plan d’élévation du d. quai, qui sera pareillement annexé à la minute du présent arrêt, et il sera nommé quai de Breteuil. » (Extrait de l’arrêt du Conseil.) Cet arrêt ne fut point encore exécuté.

« 24 messidor an VIII. Le quai de la Pelleterie, dont la première pierre a été posée aujourd’hui par le ministre de l’intérieur, portera le nom de quai Desaix. » (Extrait du Moniteur du 25 messidor.) — Une décision ministérielle, du 13 brumaire an X, signée Chaptal, fixa la largeur de ce quai à 15 m. Cette voie publique fut exécutée lors de la formation du marché aux Fleurs. Le général Desaix de Voycoux (Louis-Charles-Antoine) naquit en 1768 à Saint-Hilaire d’Ayat en Auvergne, et fut tué à la bataille de Marengo, le 14 juin 1800.