100%.png

Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Prouvaires (rue des)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Prouvaires (rue des).

Commence à la rue Saint-Honoré, nos 52 et 54 ; finit à la rue Traînée, nos 13 et 15. Le dernier impair est 45 ; le dernier pair, 40. Sa longueur est de 224 m.3e arrondissement, quartier Saint-Eustache.

Le véritable nom de cette rue est celui des Provoires. Ce mot, dans l’ancien langage, signifiait prêtres. En effet, dès le XIIIe siècle, les prêtres de Saint-Eustache y demeuraient. On lit dans une chronique du XIVe siècle que li provoires chantèrent leurs litanies par la ville, et gittèrent eau bénite par les hosteux. — Une décision ministérielle à la date du 9 germinal an XIII, signée Champagny, fixa la largeur de la rue des Prouvaires à 11 m. En 1816, les propriétés de 21 à 43 ont été démolies pour faciliter l’établissement du marché des Prouvaires. En vertu d’une ordonnance royale du 15 janvier 1844, sa largeur est portée à 13 m. Propriété no 1, retranch. réduit 2 m. 40 c. ; 3, ret. réduit 1 m. 90 c. ; 5, ret. 1 m. 70 c. ; maison nos 7 et 9, alignées ; 11, ret. réduit 1 m. 20 c. ; de 13 à 19, ret. 70 c. à 1 m. 10 c. ; 45, ret. réduit 1 m. 20 c. ; 2, ret. réduit 3 m. 70 c. ; 4, ret. réduit 4 m. 40 c. ; 6, 8, ret. réduit 4 m. 60 c. ; 10, 12, ret. 5 m. 10 c. à 5 m. 40 c. ; 14, 16, ret. 3 m. 90 c. ; 18, ret. réduit 5 m. 70 c. ; de 20 à 30, ret. 4 m. 80 c. à 5 m. 50 c. ; 32, ret. 3 m. 60 c. ; de 34 à 38, ret. 5 m. 30 c. à 5 m. 50 c. ; 40, ret. 2 m. 50 c. — Conduite d’eau. — Éclairage au gaz (compe Anglaise).

Sous Louis XI, cette rue était une des plus belles de la capitale. En 1476, Alphonse V, roi de Portugal, vint à Paris solliciter des secours contre Ferdinand, fils du roi d’Aragon, qui lui avait enlevé la Castille. Louis XI, qui avait de grands embarras à surmonter et qui désirait conserver l’amitié de Ferdinand sans toutefois compromettre l’alliance d’Alphonse V, commença par ordonner qu’on rendît dans tout son royaume les plus grands honneurs à son hôte. Dès qu’il fut arrivé à Paris, il lui procura tous les agréments possibles, le logea rue des Prouvaires, chez un nommé Laurent Herbelot, riche épicier, qui possédait une demeure vraiment royale. Flatté de cette réception, le roi de Portugal laissa passer quelques jours sans parler au roi de France du motif de son voyage. Enfin, après avoir observé très exactement toutes les convenances, Alphonse se rendit à la Bastille, séjour ordinaire de Louis XI, lorsqu’il daignait venir à Paris. « Mon frère de Portugal, dit le roi de France, dès qu’il l’aperçut, nous vous prions de nous faire l’honneur d’aller avec nous au Palais, nous entendrons plaider une cause qui promet d’être intéressante. » Charmé de cette nouvelle politesse, le Portugais ne put décemment causer d’une autre affaire. Le lendemain il revint à la Bastille : à peine ouvrait-il la bouche, que Louis XI lui annonça qu’il avait promis en son nom à l’évêque, d’assister à la réception d’un docteur en théologie ; et pour le contraindre à rester dans sa demeure, il continua sur le même ton, en l’accablant de protestations d’amitié : « Nous avons ordonné pour le 1er décembre une procession de l’Université, qui doit avoir l’honneur de passer sous vos fenêtres. » Alphonse V reçut quelques jours après plusieurs messages qui l’engageaient à retourner en Portugal. Il quitta la France sans avoir pu obtenir le secours qu’il demandait, mais trop pénétré cependant de l’accueil cordial que lui avait fait Louis XI, pour penser à devenir son ennemi.