Dictionnaire d’architecture civile et hydraulique/Bâtiment

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  Bâti
Bâtir  ►

BATIMENT, ſ. m. Nom général qu’on donne à tous les lieux propres à la demeure des Grands, des Particuliers, & à l’exercice de la Religion, comme auſſi aux portes publiques, aux arcs de triomphe, aux aqueducs, aux fontaines, &c. conſtruits tout de pierre, ou de pierre & de bois de charpente, & dans leſquels on employe le marbre, le bronze, le fer, le plomb & autres matieres. Trois parties caractériſent & conſtituent un Bâtiment ; la Conſtruction, la Diſtribution & la Décoration. La première a pour objet la connoiſſance de l’emploi & de la qualité des matériaux néceſſaires pour bâtir, & elle eſt ſans contredit la plus conſidérable. (Voyez Architecture, Construction, Maçonnerie, Charpenterie, Ardoise, Brique, Pierre, Marbre, &c.) La ſeconde conſiſte à diſtribuer les plans ſuivant la deſtination & l’uſage du Bâtiment (Voyez Distribution) ; & la troiſiéme partie, qui eſt la décoration, à donner de la proportion, de l’harmonie & de l’agrément aux parties d’un édifice ou Bâtiment, pour que réunies enſemble elles concourent à faire un beau tout. (Voyez Décoration.)

Après cette diviſion & ces renvois, nous n’avons plus rien à dire dans cet article général, & nous allons dans des articles particuliers faire connoître les Bâtimens en détail, en ſuivant toujours l’ordre alphabétique.

Batiment a l’Italienne. C’eſt un Bâtiment à un étage, ainſi nommé, parce qu’à l’imitation des Italiens on en cache le comble par des attiques ou baluſtrades ; de ſorte qu’il ſemble qu’il y ait des terraſſes au-deſſus. (Voyez Attique & Balustrade.) On s’eſt attaché à faire connoître ce Bâtiment avec tant de ſoin dans la dernière édition du Cours de d’Aviler, que nous croyons devoir y renvoyer le lecteur pour une plus grande connoiſſance de cette eſpece de Bâtiment. Car, nous devons le dire une fois pour toutes, ce Dictionnaire ſervant de ſuite au Cours d’Architecture de d’Aviler, lorſque quelque matiere, de nature à entrer dans notre Ouvrage, ſe trouve traitée dans ce Cours auſſi en grand qu’on peut le ſouhaiter, nous nous contentons de définir le terme qui en eſt l’objet, & de renvoyer exactement à ce Cours, qui ne doit faire qu’un ſeul & même Ouvrage avec ce Dictionnaire. (Voyez donc pour l’article préſent, les pages 211, 212, &c. de l’édition de 1750.)

Batiment d’échine. On appelle ainſi une maiſon ouverte dont on voit les planchers & les combles ſur des étayes & chevalemens, pour qu’il y ſoit refait un mur de face ou de pignon, ou quelqu’autre réparation ou raccordement.

Batiment de Marine. Ce ſont les lieux où l’on conſtruit les vaiſſeaux, & où l’on fait leurs équipages, comme ſont les ports, arſenaux, corderies, magaſins, formes, fonderies, &c. (V. ces art.) & les lieux où l’on tient les vaiſſeaux deſarmés à flot & en ſûreté, tels que ſont les ports, moles, darces, baſſins, &c. (Voyez ces mots.)

Sous le nom de Bâtimens de Marine on entend encore les hôtels dans leſquels on rend la juſtice de l’Amirauté, les maiſons de ſanté, les hôpitaux, &c.

Batiment engagé. C’eſt une maiſon entourée d’autres maiſons, qui ſans avoir face ſur aucune rue ni place publique, n’a communication avec le dehors que par un paſſage de ſervitude.

Batiment enterré. Bâtiment dont l’aire eſt plus baſſe que le rez de chauſſée d’une rue, d’une cour, ou d’un jardin, & dont les premières aſſiſes de pierre dure ſont cachées.

On appelle encore Bâtiment enterré, un Bâtiment qui eſt dominé par quelque hauteur d’une maiſon voiſine qui lui fait lunette, & dont il reçoit la décharge des eaux.

Batiment feint. C’eſt ſur un mur de clôture ou mitoyen, une décoration d’Architecture de pierre ou d’autre matiere, ſemblable à celle qui lui eſt reſpective, pour conſerver la ſymmétrie du circuit d’une cour ou d’un jardin, comme à l’hôtel de Beauvilliers, rue S. Avoye à Paris, où le Bâtiment n’a qu’une aîle. Cela ſe pratique encore aux Egliſes qui n’ont qu’un rang de chapelles, à l’oppoſite duquel on feint les mêmes clôtures & décorations de chapelles, comme à l’Egliſe des Carmélites du Fauxbourg S. Jaques, à Paris. Les ouvriers donnent le nom de Renard à ces ſortes de décorations, parce qu’elles trompent.

Batiment flanqué ou adoſſé. C’eſt un Bâtiment qui touche à quelque grand édifice, tels que ceux qui ſont mitoyens au Palais-Royal ou au Luxembourg, à Paris.

Batiment Hydraulique. C’eſt un Bâtiment deſtiné à contenir des machines pour élever les eaux, ſoit pour l’utilité publique, comme celui du Pont Nôtre-Dame à Paris, ſoit pour les embelliſſemens des Maiſons royales, tels que ſont les Bâtimens de la Samaritaine ſur le Pont-neuf à Paris, & de la Machine de Marly.

Batiment irrégulier. Bâtiment dont le plan n’eſt pas contenu dans des lignes égales ni parallèles, par quelque ſujétion ou accident de ſa ſituation, & dont les parties ne ſont pas relatives les unes aux autres dans ſon élévation.

Batiment iſolé. C’eſt un Bâtiment qui n’eſt attaché à aucun autre, & qui eſt entoure de rues & de places publiques, comme à Paris l’Hôtel royal des Invalides, & à Rome le Palais Farneſe.

Batiment particulier. On appelle ainſi un Bâtiment deſtiné a l’habitation d’un particulier, & proportionné à ſon état & à ſa condition. Tels font les Hôtels, les maiſons de Communauté, celles des Bourgeois, &c.

Batiment public. C’eſt un Bâtiment à l’uſage du public, comme les Temples, Egliſes, Hôpitaux, Sépultures, &c. pour la Religion ; les Palais où l’on rend la juſtice, les Hôtels de Ville, les Bourſes, les Banques, &c. pour les affaires ; les ponts, chauſſées, aqueducs, fontaines, &c. pour l’utilité ; & les arcs de triomphe, obeliſques, amphithéâtres, portiques, &c. pour la magnificence.

Batiment régulier. Bâtiment dont le plan eſt d’équerre, les côtés oppoſés égaux, & les parties diſpoſées avec ſymmétrie.

Batiment ruiné. C’eſt un Bâtiment qui, par ſucceſſion de tems, mauvais entretien, méchante fondation, conſtruction, ou mauvaiſe matiere, ou enfin par la déſolation de la guerre, eſt détruit en partie, & eſt tout à fait inhabitable.

Batiment ruſtique ou champêtre. On appelle ainſi les fermes, métairies, ménageries, &c. comme les moulins, baſſe-cours, granges, étables, &c.