100%.png

Dictionnaire de Trévoux/2e édition, 1721/Abaisser

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Index Général A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abaisseur  ►

ABAISSER, verb. actif. Faire descendre en bas, ou diminuer de la hauteur. Deprimere. Abaißer les voiles. Abaisser les fumées du vin. Abaißez ce mur. Abaisser ce luth d'un ton, d'un demi ton. Abaissez la voix. Nicod.

Abaisser, signifie aussi, Diminuer le prix. Minuere. Le bon ordre de la police a fait abaisser le prix du blé ; c'est-à-dire, qu'il est diminué. Ce mot en ce sens n'est pas du bel usage ; il faut dire rabaisser. Voyez Rabaisser.

On s'en sert figurément dans le même sens. L'envie abaisse par ses discours les vertus qu'elle ne peut imiter. S. Evr. Abaisser la Majesté du Prince. L'usage, comme la fortune, chacun dans leur jurisdiction, élève ou abaisse qui bon lui semble. Vaug. Les grands noms abaissent, au lieu d'élever, ceux qui ne savent pas les soutenir. Rochef.

Abaisser, signifie aussi en morale, Ravaler l'orgueil de quelqu'un, le mortifier. Abjicere, reprimere, contundere. Les Romains se vantoient d'abaisser les superbes, & de pardonner aux humbles, S. Evr. C'est ce que Virgile fait dire par Anchise dans le 6e livre de l'Enéide.

Tu Regere imperio populos, Romane, memento...
Parcere subjectis & debellare superbos.

Abaisser l'orgueil de Carthage. Vaug. Il faut abaisser les esprits hautains. S. Evr. La crainte trouble & abaisse l'esprit. M. Scud. c'est-à-dire, qu'elle le relâche & l'avilit.

En termes de Fauconnerie on dit, Abaisser l'oiseau, lors qu'ayant trop d'embonpoint, on lui ôte quelque chose de son pât ordinaire, pour le mettre en état de bien voler.

Abaisser, en termes de Jardinage, signifie couper une branche près du tronc.

Abaisser, se dit aussi avec le pronom personnel, & signifie alors s'humilier, se soumettre, se ravaler. Abjicere se. Il faut s’abaisser devant la Majesté divine. S’abaisser à des choses indignes. S’abaisser jusqu'aux plus lâches complaisances. L'humilité n'est souvent qu'un artifice de l'orgueil, qui ne s’abaisse que pour s'élever. Rochef. On le dit encore par respect d'une personne éminente en dignité, lorsqu'elle semble rabattre de sa grandeur, en descendant jusqu'à des personnes fort inferieures. Le Prince s'est abaissé jusqu'à moi, en prenant soin de ma fortune. P. de Cl. Les Grands ne s'élèvent jamais plus haut que lorsqu'ils s’abaissent, dit Costar, en écrivant à Madame Servien. Il avoit tiré ce passage du Paneg. de Pline : Scilicet qui verè maximi sunt, hoc uno modo possunt crescere, si seipsi submittant, securi magnitudinis suae. De Roch.

Il signifie aussi la complaisance, ou l'adresse par laquelle on se conforme, & on se proportionne à la compréhension foible & bornée de ceux à qui on parle. Un Prédicateur habile sçait s’abaisser à la portée de ses auditeurs. C'est quelquefois un artifice de l'orgueil de s’abaisser avec excès, pour s'attirer des louanges. M. Scud. Pline dit en parlant de la bonté de Trajan, qu'il se familiarisoit avec ceux qui l’approchoient : Celui qui tient la première place n'a qu'une voye pour s’élever, c'est de s’abaisser lui-même ; parce que les Grands n'ont rien moins à craindre que de se ravaler en s’abaissant de la sorte. Bouh.

Abaisser, avec le pronom personnel, veut dire quelquefois s'affaisser. Subsidere. La terre s'est abaissée : ou décroître, La riviere s'abaisse, le vent s'est abaissé.

Abaissé, ée, participe passif. & adjectif. Depressus.

Abaissé, en termes de Blason, se dit du vol des aigles, & du vol en général des oiseaux, dont la représentation ordinaire est d'être ouvert & étendu, en sorte que le bout de leurs ailes tende vers les angles ou le chef de l'Ecu : mais lorsque ce bout est en bas, & vers la pointe de l'Ecu, ou que les ailes sont pliées, on l'appelle Vol abaissé.

On dit aussi, un chevron, un pal abaißé, une| bande abaißée, quand la pointe finit au coeur de l'Ecu, ou au dessous, & ne monte pas plus haut. On dit aussi qu'une pièce est abaissée, lors qu'elle est au-dessous de sa situation ordinaire, comme le chef, la fasce, &c. Et ainsi les Commandeurs de Malte qui ont des chefs dans leurs Armoiries, sont obligés de les Abaisser sous celui de la Religion.