100%.png

Dictionnaire de Trévoux/2e édition, 1721/Accroître

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Index Général A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Accrue  ►

AcCROISTRE, v. act. & n. avec le pronom pèrs. Augmenter la grandeur de quelque chose, la rendre plus étendue. Augere, amplificare. Il a acheté deux maisons voisines pour accroître la sienne. Il est borné de chemins de tous côtés, il ne peut s’accroître. Cette Ville s’est fort accrue par son commerce. Ce Prince a acru son Royaume, il a reculé les bornes de son Etat. Il est aussi neutre, & signifie, devenir plus grand. Crescere, augescere. Son revenu accroît tous les jours. Ce mot vient d’adcrescere, adcresco, ou accrescere, accresco, accroître.

Accroistre, se dit figurément en choses morales. Son amour, sa colere, s’accroissent au lieu de diminuer. Sa fortune s’accroît. Sa gloire, son crédit, son pouvoir s’accroissent tous les jours. Dans le monde les vertus sont affoiblies par les mauvais exemples, & les vices accrus par le libertinage, & l’impénitence. Flech. Les richesses ne font qu’en accroître la soif. Vaug. La Paix accroît le pouvoir de la Justice. Malh. Tes Discours superflus accroissent mes ennuis. Mol.

Accroistre, en tèrmes de Droit, se dit de ce qui tourne au profit de quelque associé, ou confrère, par la mort ou par l’absence d’un autre. La part de celui qui renonce à une succession accroit à ses cohéritiers. En toutes les Compagnies où il y a bourse commune d’épices, de droits, &c. la part des absens accroit aux présens. Si un Testateur associe dans un même usufruit plusieurs personnes, celles qui meurent, celles qui abandonnent, celles qui n’acceptent pas, le laissent entier aux autres. C’est tantôt un droit d’accroître, tantôt un droit de retenir, & de non décroître. Peliss.

Accru, ue, part. & adj. Auctus.

L’Effort d’une vertu commune,
Suffit pour faire un Conquerant ;
Celui qui dompte la Fortune,
Merite seul le nom de grand :
Il perd sa volage assistance,
Sans rien perdre de la constance,
Dont il vit ses honneurs accrus,
Et sa grande ame ne s’altere,
Ni des triomphes de Tibère,
Ni des disgraces de Varus.