Dictionnaire de Trévoux/6e édition, 1771/ABAISSER

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jésuites et imprimeurs de Trévoux
(Tome 1p. 6-7).
ABAISSEUR  ►

ABAISSER. v. a. Faire aller en bas. Deprimere. Il se dit de choses faites pour en couvrir d’autres, mais qui étant relevées les laissent à découvert. Abaisser le dessus d’une cassette ; abaisser les paupières. Syn. fr.

Il signifie quelquefois Diminuer de la hauteur. Abaisser une muraille. Dict. de l’Acad. Voyez la remarque suivante de M. l’Abbé Girard.

Abaisser, ne se dit bien que des choses qui sont faites pour en couvrir d’autres, & qui étant relevées les laissent à découvert. On abaisse le dessus d’un coffre, une trape qu’on avoit levée. On abaisse les paupières, sa coiffe, sa robe. Ses opposés sont lever & relever, suivant les occasions où ils sont employés. Baisser se dit des choses qu’on place plus bas, de celles dont on diminue la hauteur, & de certains mouvemens du corps. On baisse une poutre, on baisse les voiles d’un navire, on baisse un bâtiment, un toit trop élevé, un mur trop exhaussé. On baisse les yeux, la tête. Dans tous ces exemples abaisser seroit très-mal.

Abaisser, signifie aussi, Diminuer le prix. Minuere. Le bon ordre de la police a fait abaisser le prix du blé ; c’est-à-dire, qu’il est diminué. Ce mot en ce sens n’est pas du bel usage ; il faut dire rabaisser. Voyez Rabaisser.

On s’en sert figurément dans le même sens. L’envie abaisse par ses discours les vertus qu’elle ne peut imiter. S. Evr. Abaisser la majesté du Prince. L’usage, comme la fortune, chacun dans leur jurisdiction, éleve ou abaisse qui bon lui semble. Vaug. Les grands noms abaissent, au lieu d’élever ceux qui ne savent pas les soutenir. Rochef.

Abaisser, signifie aussi en morale, Ravaler l’orgueil de quelqu’un, le mortifier. Abjicere, reprimere, contundere. Les Romains se vantoient d’abaisser les superbes, & de pardonner aux humbles. S. Evr. C’est ce que Virgile fait dire par Anchise dans le 6e Livre de l’Enéide.

 
Tu regere imperio populos, Romane, memento…
Parcere subjectis, & debellare superbos.

Il faut abaisser les esprits hautains. S. Evr.

Abaisser, se dit aussi avec le pronom personnel, & signifie alors s’Humilier, se soumettre, se ravaler. Abjicere se. Il faut s’abaisser devant la Majesté divine. S’abaisser à des choses indignes. S’abaisser jusqu’aux plus lâches complaisances. L’humilité n’est souvent qu’un artifice de l’orgueil, qui ne s’abaisse que pour s’élever. Rochef. On le dit encore par respect d’une personne éminente en dignité, lorsqu’elle semble rabattre de sa grandeur, en descendant jusqu’à des personnes fort inférieures ; lorsqu’elle sait se proportionner aux personnes qui lui sont inférieures par la condition ou par l’esprit. Le prince s’est abaissé jusqu’à moi, en prenant soin de ma fortune. P. de Cl. Les Grands ne s’élevent jamais plus haut que lorsqu’ils s’abaissent, dit Costar en écrivant à Madame Servien. Il avoit tiré ce passage du Panégyrique de Pline : Scilicet qui verè maximi sunt, hoc uno modo possunt crescere, si se ipsi submittant, securi magnitudinis suæ. De Roch.

Les Auteurs du nouveau Vocabulaire veulent que l’on dise dans un sens littéral s’abaisser, pour se Comprimer, se retirer, diminuer de hauteur. Dans les sécheresses, disent-ils, les fleuves & les terres s’abaissent ; après la pluie le vent s’abaisse. Nous n’adopterons pas une décision aussi contraire au bon usage. Les rivières baissent, les terres s’affaissent, le vent diminue, tombe. Le mot abaisser avec le pronom réciproque prend toujours le sens figuré. M. l’Abbé Girard, qu’ils ont pourtant consulté sur cet article, le dit bien expressément ; & c’est ainsi qu’écrivent les bons Auteurs.

Abaisser une équation, terme d’Algèbre. C’est la réduire au moindre degré dont elle soit susceptible.

On dit en Géométrie, Abaisser une perpendiculaire sur une ligne. C’est le synonyme de tirer. Lineam perpendicularem ducere.

Abaisser, terme de jardinage. C’est couper une branche près du tronc. Abaisser une branche.

Abaisser, terme de Pâtissier. C’est applatir la pâte avec un rouleau de bois, & la rendre aussi mince que l’on veut.

Abaisser l’oiseau, terme de fauconnerie. C’est retrancher à celui qui a trop d’embonpoint une partie de sa nourriture, pour le rendre plus leger, & le mettre en état de bien voler.

ABAISSÉ, ÉE. part. Depressus.

Abaissé, en termes de Blâson, se dit du vol des aigles, & du vol en général des oiseaux, dont la représentation ordinaire est d’être ouvert & étendu ; ensorte que le bout de leurs aîles tende vers les angles ou le chef de l’Ecu ; mais, lorsque ce bout est en bas, & vers la pointe de l’Ecu, ou que les aîles sont pliées, on l’appelle vol abaissé.

On dit aussi, un chevron, un pal abaissé, une bande abaissée, quand la pointe finit au cœur de l’Ecu, ou au-dessous, & ne monte pas plus haut. On dit aussi qu’une pièce est abaissée, lorsqu’elle est au-dessous de sa situation ordinaire, comme le chef, la fasce, &c. Et ainsi les Commandeurs de Malte, qui ont des chefs dans leurs Armoiries, sont obligés de les abaisser sous celui de la Religion.