Dictionnaire de Trévoux/6e édition, 1771/ADHÉRENCE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jésuites et imprimeurs de Trévoux
(Tome 1p. 108-109).
◄  ADHATODA
ADHÉRENT  ►

☞ ADHÉRENCE. s. f. Vient du Latin adhærere qui signifie être attaché à quelque chose. Ainsi dans le sens propre & littéral, ce mot présente l’idée d’union, de jonction. Adhærentia, adhæsio.

En Physique on s’en sert pour désigner l’état de deux corps qui tiennent ensemble, de façon que ces deux corps paroissent n’en faire plus qu’un ; ou bien l’état des parties d’un corps entre elles, qui sont contiguës ou engagées les unes avec les autres ; d’où il résulte que ce corps s’attache facilement à ceux qu’il touche.

☞ Musschenbroek & beaucoup d’autres Physiciens attribuent l’adhérence des parties des corps principalement à leur attraction mutuelle. Voyez Adhérent.

☞ On dit à peu-près dans le même sens, en Médecine & en Anatomie, l’adhérence de la peau, l’adhérence des poumons aux côtés ; l’adhérence de la pierre à la vessie. Les poumons sont quelquefois attachés à la plèvre & au diaphragme, par des ligamens fibreux. La cause de cette adhérence embarrasse les Anatomistes. Dionis.

Adhérence, au figuré. Adhæsio, désigne l’attachement à un parti, à un sentiment, qu’un peu de complaisance nous fait approuver. Son adhérence au parti des rebelles l’a rendu coupable. L’adhérence d’un amant aux caprices de sa maîtresse, le rend ridicule. Les nouveaux Vocabulistes ne donnent qu’un sens odieux à ce mot, en le définissant d’après le Dict. de l’Acad. Fr. Attachement à un mauvais parti. Quoique cela soit généralement vrai, ce sens odieux n’entre point dans l’idée du mot adhérence qui désigne seulement un attachement à une chose bonne ou mauvaise, mais qui provient de la complaisance. Au reste ce mot n’est pas d’un usage bien fréquent.

ADHÉRENCE, en Peinture. Voyez Adhérent.